10 vérités sur les zoos

 

Un grand singe au Zoo d'Anvers : quelle vie offre-t-on à ces êtres de culture et d'intelligence ? Rien à faire detoute la journée... Et pas même un espace vert.ou la moindre sortie au soleil...

Jardins zoologiques, cirques et safari parcs
10 vérités bonnes à savoir !

Les faits relatés ci-dessous impliquent principalement les zoos de Grande Bretagne.
Mais tout porte à croire que ces pratiques sont également répandues dans le reste de l’Europe et du monde. Notons également que la plupart des griefs adressés aux zoos par le présent document valent bien évidemment pour les delphinariums, où le taux de souffrance est plus élevé encore.

1. Les zoos fournissent des animaux aux laboratoires pour la vivisection

2. Les zoos fournissent des animaux à certains restaurants exotiques

3. De nombreux animaux de zoos terminent leur carrière au cirque

4. Les animaux sont expédiés vers d’autres zoos ne respectant pas les normes d’accueil

5.Les animaux meurent prématurément en captivité

6. Le surplus d’animaux nés captifs est détruit ou vendu

7. Les animaux des zoos sont des vecteurs de maladies

8. Les animaux des zoos sont toujours capturés dans la nature

9. Le manque de diversité génétique est le principal problème des animaux nés au zoo

10. La plupart des zoos se soucient d’attirer leurs clients et non de préserver la faune sauvage

 

macaque-labo.jpg

Macaque en surplus envoyé au labo

1. Les zoos fournissent des animaux aux laboratoires pour la vivisection

En 1990, un institut de recherche dépendant d’un zoo anglais a participé à des recherches sur les primates et les wallabies (petit marsupial herbivore).  L’une des expériences impliquait des petits singes ouistiti dont les centres de l’odorat étaient brûlés à l’aide de petites sondes chirurgicales et des techniques chimiques.
L’objet de la recherche consistait à savoir si le taux de reproduction de ces singes allait augmenter. Lors d’une autres expérience, des wallabies pleinement conscients étaient décapités.

Le même institut de recherche a collaboré avec des compagnies telles qu’ICI lors de tests sur les rats, nourris de force avec des substances chimiques utilisées dans les plastiques, les teintures et les explosifs pour juger de leurs effets sur la fertilité.

En 1992, l’Union Britannique pour l’abolition de la vivisection(BUAV) a découvert que le Safari Park de Longleat et le Woburn Wild Animal Park (Closer than death !) livraient régulièrement leurs primates excédentaires à Shamrock GB Limited, le premier fournisseur anglais en animaux de laboratoire.


 

2. Les zoos fournissent des animaux à certains restaurants exotiques.

Un zoo a ainsi vendu de manière publique ses surplus en autruches vivantes à des fermes d’élevage. Un autre zoo a fourni de la même manière ses bisons excédentaires à une ferme d’exploitation pour le marché de leur viande.


 

3. De nombreux animaux de zoos terminent leur carrière au cirque

Au cours de ces dernières années, des animaux en provenance de zoos ont été vendus à des cirques ou à des firmes vendant des animaux de cirque.
Une jeune otarie du nom de Orry, venue d’un «parc de vie sauvage» sur l’Île de Man, s’est ainsi retrouvée en France, dans le camion d’un cirque itinérant. Orry a heureusement pu être récupérée et vit aujourd’hui dans un zoo anglais. Un autre zoo détient un éléphant qui provient, lui, du monde du cirque. Le même zoo a livré un bébé ours et plusieurs serpents à un revendeur d’animaux de cirque dans les années 80.


 

4. Les animaux sont expédiés vers d’autres zoos ne respectant pas les normes d’accueil

En 1993, un zoo « parc à thèmes » a vendu ses deux ours polaires au Zoo de Zagreb en Croatie, à quelques kilomètres de la zone des combats ! En 1989, deux ours polaires du nom de Pipiluk and Mosha, ont été expédiés depuis un zoo anglais le Zoo de Katowice en Pologne. Un visiteur qui les a revu là-bas a déclaré que leur situation était «déplorable et inadéquate».

En 1993, un zoo a expédié son orang-outang vers un établissement de Tenerife.
Le zoo anglais n’a assuré aucun suivi ultérieur de l’animal ni vérifié les conditions d’accueil prévues pour ce grand singe. L’orang-outan, dont le nom était Jimmy James, a été envoyé seul par bateau sans le moindre accompagnement. Une équipe d’investigation du CAPS l’a visité dans sa nouvelle «demeure » et a été frappé des conditions d’accueil déplorables qui régnaient dans ce zoo. Jimmy James a survécu tout seul dans sa cage pendant quatre ans , puis il est mort.
Un autre zoo anglais a envoyé deux ours polaires au Japon et en Belgique.
Le second est mort au Zoo d’Anvers en 1994.



5. Les animaux meurent prématurément en captivité

knut_ours-blanc

Knut

En 1991, 25 lions d’Asie naquirent dans plusieurs zoos du monde. 22 d’entre eux moururent peu après. La même année, 166 naissances de panthères furent enregistrées dans les zoos. 112 d’entre ces animaux sont morts.
Knut vient de mourir à 4 ans en mars 2011, alors que les ours polaires sont supposés vivre trente ans et plus !


Marius_inside_full_content_pm_v8

Marius


6. Le surplus d’animaux nés captifs est détruit ou vendu

Certains animaux ont tendance se reproduire facilement en captivité et leurs jeunes sont extrêmement attractifs pour les visiteurs du zoo. On se presse nombreux pour voir le nouveau lionceau ou le bébé chimpanzé. Mais que deviennent-ils quand ils grandissent ?
Les jeunes animaux en surplus, tels que ceux du lion ou du waterbuck (sorte d’antilope africaine) sont
simplement euthanasiés.
D’autres sont orientés vers le marché de l’animal de compagnie. En 1992 une équipe d’investigation du CAPS a trouvé deux petits singes « Goeldi’s marmosets» dans un magasin d’animaux. Ils avaient été vendus par un zoo. Cette espèce de primate est pourtant l’une des plus rares du monde.


7. Les animaux des zoos sont des vecteurs de maladies

Les animaux élevés en captivité peuvent être un vecteur de maladie pour les espèces en liberté lorsqu’on tente de les réintroduire en milieu naturel.
Ce fut le cas lors de la remise en liberté de singes tamarins à tête de lion mais aussi avec le rhinocéros noir (porteur d’anémie hémolytique) ou l’oryx d’Arabie (TB).
Les animaux du zoo peuvent être porteurs d’une variété d’encéphalite spongiforme (ESB), la rage survient chez les furets à pattes noirs en cage. Les éléphants captifs peuvent abriter des souches de TB tandis que d’autres sont morts d’une entérite causée par la salmonelle.
Dans les zoos anglais ou étrangers, des antilope, autruches et grands félins ont été trouvé porteur d’une forme de maladie de la vache folle. Il est clair que dans ces conditions, relâcher pour « réintroduction » un animal de zoo en pleine nature n’est sûrement pas sans risque pour le reste de la faune.


 


8. Les animaux des zoos sont toujours capturés dans la nature.

De jeunes éléphants ont transportés d’Afrique du sud jusque dans des cirques et des zoos de Grande Bretagne.
Ces éléphanteaux avaient préalablement assisté à l’abattage systématique de toute leur famille et avaient été attaché au corps de leur propre mère en attendant qu’on ne les vendent à des intermédiaires et qu’on ne les emmène.

Entre 1984 et 1991, 32 rhinos de Sumatra on tété captures en Indonésie aux fins de renouveler les collections des zoos américains.9 de ces rhinocéros sont morts pendant ou peu après leur capture.

En 1992, neuf autres rhinocéros noirs ont été capturés au Zimbabwe à la demande d’un zoo australien. Ces animaux étaient destinés à un programme d’élevage en captivité. L’un des mâles est mort pendant sa quarantaine et un autre en chargeant une barrière en métal du zoo, de sorte que les femelles se sont retrouvées seules et qu’il n’y a pas eu de reproduction.


 

9. Le manque de diversité génétique est le principal problème des animaux nés au zoo

Nous pensons qu’en Grande Bretagne, la réduction de ce « pool génétique » a conduit à la naissance de jeunes léopards gravement frappés de difformités congénitales. Voir aussi : le tigre blanc

Tigre blanc victime de la consanguinité imposée par les zoos.

Tigre blanc victime de la consanguinité imposée par les zoos.

10. La plupart des zoos se soucient d’attirer leurs clients et non de préserver la faune sauvage

La plupart des zoos se souvient fort peu de la conservation des espèces réellement en danger. Ils préfèrent exposer des animaux qui font venir le public en masse, à savoir girafes, éléphant lions, etc. Ces animaux sont des « attracteurs de foule » et ne servent donc qu’ à alimenter les caisses du zoo lui-même !


 

Lire la version 2010 :
10 FACTS ABOUT ANIMALS IN ZOOS