Dauphins de Taiji vendus à la Chine (2005)

taiji-lunch-time

Taiji. Photo SeaShepherd

 

 

14 mars 2005

8 dauphins de Taiji vendus à la Chine

Message à adresser aux autorités chinoises

« Les dauphins sont des êtres hautement intelligents  dotés d’une vie sociale et de cultures complexes ainsi que d’un cerveau énorme. Merci de les laisser en liberté et de protéger leur milieu naturel plutôt que des les en arracher avec la dernière violence pour les confiner dans un bocal ». 

Merci à Marc V. pour la traduction chinoise !


 

Avril 2005

8 dauphins de Taiji sont partis en Chine

Delphinarium en Chine : ici, on a le sens du spectacle !

Delphinarium en Chine : ici, on a le sens du spectacle !

Nous venons d’apprendre que les 8 dauphins de Taiji ont bien été expédiés en Chine, pour s’en aller mourir dans le delphinarium de Sunasia Ocean World (Dalian), une structure de loisirs fière de son tunnel subaquatique géant mais en quête d’un filtrage à l’ozone.  (comme à Duisburg,
Bruges fonctionnant toujours au chlore… )

Il ne sert donc plus à rien de protester auprès des autorités japonaises mais en revanche, vous pouvez  toujours vous adresser aux autorités chinoises pour leur demander de libérer au plus vite ces nouvelles victimes de la stupidité humaine…

Oh ! Comme c’est comique ! Au Sunasia, on habille les tortues de mer avec des t-shirts rouges…

Pour rappel, ces 8 dauphins ont vécu l’enfer. 
Ils ont vu et entendu mourir toute leur famille dans une mer sanglante à leurs
côtés, ils ont vu leurs enfants, leurs parents, leurs amis débités à la hache en hurlant de désespoir sur le sable brûlant des plages ou noyés lentement sous des filets de pêche. Et on va les obliger aujourd’hui
à faire semblant d’être heureux et à se livrer à des tours de cirque en échange de quelques fragments de poisson pourri….

Celui-ci n’était sans doute pas assez costaud que pour survivre au delphinarium…Direction : boucherie !

Dauphins japonais coincés dans les filets des tueurs… Terreur absolue !

 

On sait déjà – mais qui s’en soucie ? – que nos « chers amis chinois » au pied desquels rampent
aujourd’hui les hommes d’affaire européens, massacrent allégrement leurs prisonniers d’opinion au fond d’une camionnette aménagée en salle d’exécution par injection létale.
On sait aussi ce régime dictatorial écrase le peuple Tibétain sous sa botte de fer.
Mais par pité, qu’ils laissent donc la Nation Cétacée tranquille !

Justice à la chinoise : ici, des résistants Tibétains abattus sommairement par les forces de l'ordre en 2004. 

Justice à la chinoise : ici, des résistants Tibétains abattus sommairement par les forces de l’ordre en 2004.

Merci donc d’écrire à : 

Sunasia 
Dalian, Liaoning, China 

Fax: 411-4685217

E-mail:sunasia@pub.dl.Inpta.net.cn

Ou aux autorités chinoises compétentes :


The Endangered Species Import and Export Management Office of the People’s  

Republic of China
State Forestry Administration
18 Hepingli Dongjie
BEIJING 100714
Fax:  (10) 84 25 63 88
Email:  cites-cnma@vip.sina.com
mengxianlin@vip.sina.com

 

Notons au passage l’extraordinaire silence des delphininariums européens face à ce type de pratique.
Ces transferts de dauphins traumatisés serviraient-ils vraiment la science et la pédagogie ?
Contribuent-ils vraiment à une meilleure protection des dauphins libres ? On peut sérieusement en douter…


14 mars 2005

 

Le Conseil de la Ville de Taiji (Japon) a pris la décision d’exporter huit dauphins Tursiops mâles et femelles, capturés lors des grands massacres d’octobre dernier puis parqués au Musée de la
Baleine de Taiji en attendant d’être vendus.

 

Voilà qui est chose faite : ces huit dauphins vont être cédés à l’Aquarium de Talien (Dalian) en Chine pour la somme globale de 42.000.000 yen, soit  403.000 US dollars.

La transaction, qui sera prise en charge par des revendeurs professionnels venus de Nouvelle Zélande (Turner Porter Group Inc. President: Peter Watt, 27 Cross Street, Newton City, New Zealand) a cependant été qualifiée par le terme « d’échange scientifique » par le Conseil de la Ville de Taiji.

Au "Musée de la Baleine" à Taiji, les dauphins qui ont survécu à la boucherie ne font que passer... mais on les exploite tant qu'ils sont là !

 Rappelons à quel point ce type de vente constitue une menace grave pour les dauphins
locaux :

1. La pratique cruelle de la pêche au rabattage des dauphins japonais à Taiji va évidemment se
poursuivre et même s’amplifier tant que des transactions de ce genre auront lieu entre les aquariums asiatiques.

 2. La vente de ces huit dauphins ne constitue en rien un « échange scientifique » mais bien plutôt une entreprise lucrative destinée à vendre des dauphins avec une marge bénéficiaire énorme.

3. Le « Musée de la Baleine » à Taiji continue à se présenter comme un « lieu éducatif ».
Une telle vente contredit bien évidemment ses assertions, puisque le prétendu Musée ne sert finalement que de plaque tournante entre ceux qui capturent et ceux qui achètent.

Dauphins captifs au Japon

Une bonne nouvelle tout de même ! 

Avant que les 8 dauphins ne partent en Chine, la ville de Taiji se doit d’abord d’obtenir une
autorisation d’exportation de la part du Ministre de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie.
Ceci nous laisse donc un peu de temps pour essayer de stopper ce transfert vers les pires zoos du
monde… les terrifiants zoos chinois !

Sait-on que là-bas, dans les safari-parks,  on nourrit les fauves à jours fixes à l’aide de chevaux vivants, afin de fournir de plus vifs  frissons aux visiteurs ?

On trouvera sur les sites suivants les adresses où envoyer vos protestations.

Si vous parlez un peu japonais ou chinois, c’est encore mieux, car les messages en anglais ou en français ne sont généralement pas lus.

D’après un texte de Hélène O’Barry


 

A propos du Taiji Whale Museum

Taiji-smallest-tank-in-the-world

Un bassin au Taiji Whale Museum (avec Ric O’Barry)

 

Quand j’étais étudiant et que je photographiais cette « ville des baleines », j’ai découvert avec horreur comment on exploitait les dauphins tout à la fois morts et vivants.

Depuis le bâtiment où étaient exposés l’’histoire et les méthodes de chasse aux cétacés, jusqu’à la minuscule piscine où étaient détenus des dauphins en surnombre, il apparaissait que les Japonais exploitaient tout ce qui était possible de ces êtres sensibles et intelligents.

Le “lagon“ où l’’on gardait en attente les dauphins fraîchement capturés donnait l’impression que les captifs y jouissaient d’un grand espace, mais ce n’était pas le cas.
Si vous regardiez plus attentivement, vous pouviez voir que les espaces de ce petit lac étaient divisés par de nombreux murs en béton et des filets immergés, formant de minuscules «enclos» peu visibles à l’œil nu.

Comme dans la plupart des aquariums japonais, il y avait aussi une prison pour les loutres et quelques rares mètres cubes de bassin dévolus aux tortues marines, qui sont si populaires au Japon.
L’’un des shows avec les dauphins mettait en scène un pêcheur muni de son harpon !

Peter Hamilton


Mer sanglante après le massacre à Taiji. Photo Seashepherd 2004

Ni les Chinois ni les Japonais ni moins encore les Coréens ne sont réputés pour leur amour des animaux.  Et pourtant, un récent sondage semble mettre à mal cette vision des choses :
les gens du Sud-Est Asiatique seraient de plus en plus sensibles à la souffrance animale.

Aquariums en chine 

http://www.wdcs.org/dan/publishing.nsf/allweb/7F2E890014C8405A802568DD002E9677

 

Lire ausi :
Japon, l’enfer des cétacés
Message urgent de Helene O’Barry

Lire l’info sur le site de nos amis japonais d’Elsa nature Conservancy

Images du Zoo de Talien (Dalian) en chine

Zoo de Talien : ours captif avec anneau dans le nez

Zoo de Talien : ours captif avec anneau dans le nez

Lionne et loup au Zoo de Talien