Kai-Mook et sa petite famille

Photo YG

L’espace des éléphants à Planckendael. C’est grand, mais il n’y a rien à faire, nulle part où aller, rien que du sable et des barrières…

 

Kai-Mook et sa petite famille

Revenons maintenant, si vous le voulez bien, sur les différentes actrices de cette aimable comédie.

Les heureuses élues du plus grand enclos pour éléphants d’Europe – et le fait qu’’il est grand et bien aménagé, selon les critères internationaux de l’’Industrie de l’’éléphant captif – ont en effet chacune une longue histoire que la presse belge et le Zoo lui-même ont omis de vous raconter.
Commençons donc par la vedette : la célèbre Kai-Mook !

Kai-Mook (N° d’’identification : EEP nr: 200900) est née le 19 mai 2009 à Anvers, des œoeuvres d’’Alexander, 34 ans, né captif, actuellement détenu au Zoo de Munster, et de Khaing Phyo Phyo. 
Les peluches et autres gadgets à son image inondent depuis trois ans les boutiques du Zoo tout autant que celles de Planckendael.
C’’est une vedette. Elle grandit bien et semble prendre la vie du bon côté, entourée par sa mère et les autres adultes. Mais tout de même…
Cela manque un peu de compagnons de jeux, pour elle. Certes, May Tagu est là, mais c’’est déjà presque une jeune fille !  Les éléphanteaux aiment à jouer entre eux, comme tous les gosses du monde. Il y a un côté sage et un peu triste chez Kai-Mook qui n’’échappe pas au regard attentif.

Alexander, le père de Kaai-Mook. Enfermé dans une cage de haute sécurité lors de son bref passage au Zoo d’Anvers


 

May Tagu

L’’autre cadette du groupe, May Tagu (N° d’’identification : 200504) est née le 11 avril 2005 au Zoo de Port Lympne.
Fuyant une terrible épidémie d’herpès, comme on le verra, May Tagu est arrivée en catastrophe au Zoo d’Anvers le 2 mai 2006, en même temps donc que sa maman, Khaing Phyo Phyo et que sa « tante », Yu Yu Yin.
Son père s’’appelle Luka, vieux briscard né captif en 1973 dans l’enceinte du plus sinistre zoo d’Europe, celui de Belgrade et aujourd’hui détenu à Benidorm, au terme de nombreuses pérégrinations…
Fille de la même mère, May Tagu est donc la demi-sœur de Kaai-Mook.

Video de May Tagu en Grande Bretagne

Yu Yu Yin et Khaing Phyo Phyo dans le mouchoir de poche du zoo d’Anvers en 2011

Khaing Phyo Phyo

Parlons maintenant de Khaing Phyo Phyo la maman de Kaai-Mook et May Tagu.
Elle est née le 31 août 1981 en Birmanie, alors que le général Ne Win dirigeait déjà le pays d’’une main de fer.
Etait-elle déjà dressée pour effectuer le transport des troncs d’arbres ou vivait-elle encore libre dans la forêt ?
L’’histoire ne le dit pas. Ce que l’’on sait en revanche, c’’est qu’e Khaing Phyo Phyo a été achetée le 1er juin 1989 par feu Frans van den Brink, gérant du centre de transit et de quarantaine «Soest Zoo» dont nous reparlerons plus loin.
Khaing Phyo Phyo fut déplacée 5 jours plus tard vers le Rhenen Zoo.
De là, nouveau transfert au Rotterdam Zoo le 9 novembre 1995. Dur de quitter ses amies, mais c’’est la loi des zoos. Et ce n’’était pas fini ! Notre éléphante fut expédiée au Port Lympne Zoo en Grande Bretagne le 22 novembre 1999, avant d’’arriver enfin au Zoo d’Anvers le 2 mai 2006, puis à Planckendael, cette année. Que d’amitiés brisées, de difficiles réadaptations à de nouveaux milieux sociaux confinés !

Dans l’’intervalle, cette bonne Phyo Phyo avait donné naissance à quelques rejetons, laissés derrière elle, sauf sa petite Kaai Mook. Il y eut le mâle Timber en 1998, et puis Sitang, un garçon lui aussi, né en 2002. Elle ne les reverra jamais….
Sitang est mort à 3 ans le 15 juillet 2005, frappé par le virus de l’herpès.


 

Yu Yu Yin

Passons à Yu Yu Yin, celle qui porte une étoile tatouée au fer rouge sur chaque fesse. Qui lui a fait ça ? Mystère !
Cela doit dater de son enfance birmane. Visiblement, la vie n’’a pas été facile pour elle et ça ne va toujours pas très fort aujourd’hui.

Comme en 2011 et malgré son transfert dans l’’Enclos Géant, elle continue encore aujourd’hui à manifester des comportements zoopsychotiques évidents, balançant mécaniquement la tête et la trompe pendant de longs moments, tout en effectuant quelques pas de côté avec ses pattes de devant.

Ce comportement est généralement déclenché par de trop longues périodes d’’enchaînement (picketing) ou par un confinement prolongé dans un espace étroit.
Il ne disparaît pas quand les conditions de vie s’’améliorent. Clairement, il doit s’agir ici d’’un traumatisme ancien, qui date d’’avant Anvers.

Agée de 33 ans, Yu Yu Yin est née en Birmanie. Après avoir commandité sa capture, Frans Vande den Brinck est venu l’’y chercher en même temps que Khaing Phyo Phyo. Et les deux éléphantes ont quasiment fait le même parcours : Rhenen Zoo en 1995,  Rotterdam Zoo en 1995, Port Lympne Zoo en et Zoo d’’Anvers en 2006.

Yu Yu Yin a laissé derrière elle deux enfants, l’’un mort né à Port Lympne Zoo en 2005 et l’’autre encore vivant, Maxim, né en 1998 aux Pays Bas.

VIDEO JUILLET 2012

Une vidéo éclairante sur l’état mental de Yu Yu Yin, filmée ici en juillet 2012. La scène est émouvante, car Dumbo, la doyenne (capturée en Assam en 1972 ) vient se placer devant elle et lui dit sans doute en infrasons : « Allez, arrête de te balancer comme ça, viens manger avec nous ! ». L’autre lui caresse le dos avec sa trompe dans un geste plein de tendresse puis, après un instant d’hésitation, la suit… On notera en regardant les autres vidéos que Yu Yu Yin ne fut pas la seule à souffrir de troubles zoopsychotiques dans l’enclos réduit du Zoo d’Anvers…

En 2001, déjà, Yu Yu Yin et ses amies souffraient de graves stéréotypies

 


Beaucoup de bébés morts, penserez-vous.
Et vous n’’aurez pas tort.

Car s’’il est une chose que le Zoo d’’Anvers s’’est bien gardé de révéler, c’’est POURQUOI l’’envie lui est venue soudain d’’importer trois éléphantes birmanes depuis l’’Angleterre. Pour un programme de reproduction européen d’’éléphants qui se serait brusquement imposé comme indispensable en Belgique ?
Pour contrer la montée en puissance du parc Pairi Daïza, lequel multiplie lui aussi le nombre de ses pachydermes de manière exponentielle, malgré un taux de décès conséquent et une fausse-couche sanglante qu a coûté la vie à l’éléphante Annie, encore presque impubère ?

Pas seulement.

Nous l’’avons vu, May Tagu , Khaing Phyo Phyo et Yu Yu Yin sont toutes trois arrivées de Port Lympne Zoo.
Ce zoo est situé près de la ville de Ashford dans le comté du Kent en Angleterre. Il s’étend sur environ 2,4 km2. La propriété a été achetée en 1973 par John Aspinall pour élargir la superficie de son parc animalier de Howletts.
Inauguré en 1976, ce parc appartient désormais à une organisation caritative, la Fondation John Aspinall, depuis 1984.
Port Lympne Zoo regroupe plus de 650 animaux dont 90 espèces sont en danger ou en voie d’extinction. On y trouve entre autres des gorilles, des rhinocéros noirs et une «harde» de 12 éléphants d’Afrique, qui paraît-il, se reproduit bien dans de vastes espaces sans contrainte. On ne demande qu’’à le croire !

En revanche, la vie des éléphants d’’Asie y fut nettement moins rose.
En 2005, au terme de plusieurs années où se succédèrent les naissances de mort-nés, deux mortalités infantiles et plusieurs décès prématurés d’adultes, dus à une violente épidémie d’herpès mais également, sans doute, à d’autres facteurs, le premier et seul  survivant du programme d’élevage, Sitang, fils de Khaing Phyo Phyo succomba à son tour au virus. Ce drame survint moins d’’un mois après qu’’une femelle adulte eut donné naissance à un enfant mort-né puis décède elle aussi.

Khaing Phyo Phyo, Yu Yu Yin et la petite Mai Tagu, née en avril 2005, furent donc transférées en urgence au Zoo d’’Anvers pour échapper à l’’épidémie.
C’était mettre en danger Dumbo, seule résidente sur place, mais que ne ferait-on pas pour s’’aider entre zoos !

Les autres éléphants d’’Asie furent pour leur part expédiés au parc Terra Natura à Benidorm, Espagne, où ils résident désormais avec d’autres anciens «résidents» de Port Lympne.

Quand un éléphant se fâche, il ne laisse aucune chance à son dresseur

Port Lympne Zoo est également célèbre pour ses victimes humaines :

En 1980, une tigresse de nom de Zelda fut abattue après avoir égorgé deux gardiens.
En 1984, Mark Aitken, un gardien de 22 ans, fut écrabouillé à mort par un éléphant indien mâle du nom de Bindu.
En 1989, Matthew McDaid, un enfant de deux ans, eut le bras arraché par Bustah, un chimpanzé fou furieux.
Les gardiens durent utiliser des fléchettes soporifiques pour récupérer le membre, que le singe utilisait comme arme pour se défendre contre eux !
Cinq ans plus tard, ce bon Bustah en remit une couche, en brisant les doigts et le pouce d’’un gardien stagiaire.
En 1994, Trevor Smith, gardien de son état fut dévoré par un tigre de Sibérie en entrant dans sa cage.
Bref, voilà un zoo où ce ne sont pas toujours les mêmes qui souffrent, et c’’est très bien ainsi !


Dumbo, Bombay, Jana, Daisy, Dina… On ne parlait guère de « reproduction » en 2005 au Zoo d’Anvers.

Dumbo

Retour à Planckendael et parlons de Dumbo, la plus vieille, la plus sage, la doyenne et la matriarche du troupeau actuel.
Ah ! Dumbo ! Celle qui permet de sauver un peu la face et de parler d’’éléphants INDIENS et non pas birmans, parce que cela ferait mauvais effet.

Dumbo est née en Inde en 1972. Libre. Puis capturée. C’’est la championne des navettes ! Jugez un peu !

Livrée au Zoo d’’Anvers à une date indéterminée, on la livre le 24 mai 1993 au sinistre Zoo de Vincennes – aujourd’’hui retapé mais qui fut l’’un des pires d’’Europe, avec sa fosse à ours.  –
Deux ans plus tard, le 12 mai 1995,  voilà Dumbo de retour en Belgique. Elle ne reste à Anvers que trois ans, avant d’’être expédiée cette fois le 12 novembre 1998 au Zoo de Rotterdam.

Pas pour longtemps.
Elle revient à Anvers le 31 août 1999. Qui la garde jusqu’’en mars 2004, avant de la renvoyer à nouveau au Zoo de Rotterdam.
Elle y reste un an puis retourne une fois encore à Anvers en juin 2006. Puis Planckendael en 2012.
Dommage qu’’elle n’’ait pu faire toutes ces routes à pied, plutôt qu’’en camion. Cela lui aurait fait du bien : les éléphants adorent marcher !

Côté bébés, encore raté ! Dumbo donna naissance à des jumeaux mort-nés, mâle et femelle, en 1996… à cinq mois d’’intervalle.

Dumbo et ses amies… C’était avant l’arrivée des Birmanes !

 

Mais pourquoi Dumbo était-elle seule au moment de l’’arrivée de nos trois birmanes fuyant une épidémie d’’herpès ?
Il faut savoir qu’il fut un temps guère lointain où elle partageait son minuscule espace de terre nue avec Bombay, Daisy, Dina et Jana.

Une triste histoire, là encore.
Dans l’’espace confiné du Temple égyptien d’Anvers, il n’’y avait pas de place pour deux matriarches dominantes. Or, Dumbo l’’était et Jana aussi !  Il fallut donc les séparer.

Jana étant la meilleure amie de Bombay, les arracher l’une à l’’autre eut été impossible. Elles partirent donc toutes les deux au Zoo d’’Amiens, tandis que Dina et Daisy s’’en furent, elles, pour Maubeuge. Bombay, l’’éléphante arthritique et bottée, finit euthanasiée au termes d’’atroces souffrances.

La vie n’’est jamais un long fleuve tranquille pour les prisonniers de zoos.
Jamais !

 

Les bâtiments intérieurs. Les éléphants y passeront 6 ou 7 mois de l’année…

 

Page suivante


Retour éléphants

Retour zoo