Manifestation contre le delphinarium de Bruges 2012

8 septembre 2012

Dauphin clown au Boudewijn Seapark de Bruges. Photo YG 2012

 

 

Le 8 septembre 2012, une nouvelle manifestation est organisée à Bruges.

Le rassemblement initial se tiendra devant les portes du Boudewijn Sea Park dès 14h.
Au terme d’un défilé coloré et joyeux, la démonstration s’achèvera avec des discours et des distributions de tracts sur la Grande Place de Bruges à 16h environ.
Les participants sont invités à se vêtir de couleurs vives, chaudes et audacieuses, qui se voient de loin et contribueront à créer une atmosphère fantastique. Bien sûr, chacun est libre de porter ce qu’il veut..
Chacun peut également apporter ses propres bannières personnelles et pacifiques.

Les organisateurs préciseront le jour même quels slogans pacifiques seront exprimés ensemble. Ceux-ci seront habillés de vestes fluorescentes afin d’assurer la bonne atmosphère de la démo.

Beaucoup d’énergie positive pour les dauphins (et pour une fermeture du delphinarium) sera appréciée !

Les organisateurs tiennent beaucoup au caractère pacifique et positive de l’évènement et ne sont pas responsables des accidents ou dommages éventuellement provoqués.  Nous attendons de chaque participant un esprit et une attitude calme et pacifique lors de la manifestation tout aussi avant et après. Merci à tous de s’y conformer.

Selon les «Règles relatives aux manifestations », la présence d’animaux n’est pas autorisée. On nous demande également de ne pas jeter des déchets sur le sol, et d’essayer de pas perturber le trafic (piétons, voitures) ou d’autres activités publiques.
Nous espérons vous voir en masse le 8 septembre 2012 pour la liberté et le bonheur des dauphins!!

Pieterjan Ponsaerts

Frauke De Sterck

avec le soutien d’Yvon Godefroid et de la Dolphin Connection Belgique

Comme un bon chien qui fait tout ce qu'on lui demande.. En mer, les bulles sont un vrai langage.

Comme un bon chien qui fait tout ce qu’on lui demande. En mer, les bulles sont un vrai langage.

Zaterdag 8 september organiseren wij van het anti-dolfinarium front opnieuw een vreedzame demonstratie tegen dolfinaria in Brugge. 

We vertrekken vanaf 14u aan het dolfinarium (Alfons De Baeckestraat) en doen ditmaal een kleurrijke optocht door het centrum van Brugge. Het is de bedoeling dat we rond 15u45 op de grote markt verzamelen en daar een toelichting geven over de problematiek van dolfijnen in gevangenschap.
Het einde van de actie wordt voorzien om 16u30 ongeveer.

Interviews zijn zeker en vast mogelijk net voor de acite (tussen 13u en 14u, rond 13u zullen wij ter plekke zijn,   en  naderhand ).
Het is ook mogelijk ons te contacteren per telefoon. Dit kan bv ook op een ander moment/andere dag in aanloop naar de actie 🙂 of nadien.
U vind onze gsmnummers onderaan deze mail.
We heten u van harte welkom onze actie te coveren.
Wij ijveren nog steeds voor de sluiting van het dolfinarium. Het is zo dat er genoeg mogelijkheden zijn tot rehabilitatie voor de nog aanwezige dolfijnen in Brugge. 

http://www.facebook.com/events/127619564042883/
dolfinariumactie@gmail.com

Infos sur la précédente manifestation


 

Manifestation contre la détention des dauphins en Belgique
Pourquoi ?

Le delphinarium de Bruges

Le 8 septembre 2012, donc, à partir de 14h, une nouvelle manifestation est organisée à Bruges, réclamant la fin du dernier delphinarium de Belgique, le Boudewijn Seapark. Avec celle du mois d’avril dernier, il s’’agira de la 3ième protestation publique menée dans ce but depuis la création de ce cirque aquatique brugeois en 1971.

La première démonstration eut lieu en juillet 2004.
Elle amena le Parlement fédéral de Belgique à dépêcher une délégation de ses membres sur place, puis amena le député Thierry Giet à déposer une proposition de résolution de loi suggérant l’interdiction de l’ouverture de tout nouveau delphinarium en Belgique à l’avenir et un contrôle plus strict de l’’établissement.
La loi ne fut jamais votée, mais elle conduisit à la mise en place d’une Commission spéciale pour le bien-être des dauphins de Bruges, placée sous la tutelle du Ministre de la santé publique et de la protection animale. Du fait de « l’apport trop restreint de données
scientifiques par les membres », cette Commission fut abandonnée.

On confia désormais au Conseil du Bien-être des Animaux la tâche d’étudier une éventuelle modification des normes légales relatives à la détention de dauphins captifs en présence de représentants de l’Industrie de la Captivité et de ceux de trois organisations de défense animale. Cette décision fut prise en 2009.  Les travaux durent depuis deux ans, à raison d’une réunion par mois.

Fin août 2012, à notre demande, un rapport en néerlandais nous est parvenu de la part du SPF Protection animale, qui continue à plaider pour une amélioration des installations mais envisage aussi, à terme, d’étudier pourquoi 12 pays européens ont renoncé à exhiber de dauphins clowns, alors que 15 autres persistent à tolérer ces spectacles d’animaux sauvages sur-médicamentés. bitions commerciales.

« Le 31 août 2012 08:38, APF Welfare <apf.welfare@health.belgium.be> a écrit :

Madame, Monsieur,

Le groupe de travail est actuellement en train de recueillir les arguments des pays qui ont interdit le maintien des dauphins dans des delphinarium. Ces arguments seront portés en compte lors de la prise de décision. Vous trouverez, en annexe, un travail scientifique d’Ester Peeters, membre du groupe de travail (pour info).
(existe juste en NL)

Cordialement,
Wendy De Pelsmaeker « 

Certes, malgré nos recherches, nous n’avons pas trouvé d’articles scientifiques relatifs aux dauphins signés par Mme Ester Peters.
C’est un peu normal.
Cette charmante enfant n’a décroché son Doctorat en Bioscience Engineering et Agriculture qu’en 2005, à l’Université Catholique de Louvain, ce qui ne fait malheureusement pas d’elle une experte en éthologie cognitive et moins encore en cétologie.

En outre, notre jeune scientifique n’est pas bilingue. Et nous non plus.
Son rapport nous est parvenu en flamand (in het vlaams), alors que, comme tout document émis par une instance fédérale belge, la loi exige qu’il soit traduit en français (in het frans) et même en allemand ! Nous ne manquerons pas signaler ce fait à Mme la Ministre Laurette Onkelinx qui, elle non plus pourtant, ne semble guère manier la langue de Vondel ou de Guido Gezelle avec grande aisance.

Mais enfin, foin de ces petits soucis linguistiques, il y a tout de même progrès.

Au rythme où vont les travaux, d’’ici 2050, avec un peu de chance, nous n’aurons sans doute plus de delphinarium en Belgique.
A supposer que le Conseil existe encore !

En effet, suite à une profonde réforme de l’’état belge, la protection animale relèvera bientôt de chaque communauté linguistique. En d’autres termes, ce sera à la Flandre de décider du sort qu’elle réserve à ses dauphins captifs. Bien entendu, le delphinarium de Bruges restera soumis aux impératifs de la Directive européenne 1999/22 relative aux jardins zoologiques. Or, il apparaît que le simple fait de détenir des dauphins en bassin viole cette directive.

 Une simple visite au Boudewijn Seapark permet immédiatement de constater qu’à l’instar de tous les autres delphinariums européens, cette entreprise commerciale ne contribue pas ou infiniment peu à la conservation de la biodiversité et ne fournit pas aux cétacés détenus les conditions de vie adéquates à leurs besoins éthophysiologiques.

Les morts précoces des dauphins nés captifs et le faible succès de la reproduction en bassin rendent la population de ses cétacés esclaves « non durable ».
D’autre part, aucune remise en mer de dauphins Tursiops captifs n’a jamais été effectuée par aucun delphinarium européen et moins encore par le delphinarium de Bruges.

Ajoutons à cela qu’aucun bassin au monde n’est raisonnablement à même de reproduire les stimulations et l’enrichissement environnemental dont ces animaux extrêmement mobiles, hautement socialisés et liés entre eux par des liens familiaux ou amicaux très intenses, ont besoin, ce que la Directive européenne exige pourtant.

Sachant que le bassin principal du Boudewijn Seapark mesure 37 mètres de long et 13 mètres de large, que sa profondeur est de 6 mètres pour 80% de sa superficie et de 3 mètres pour le reste, on se doute qu’il ne saurait répondre aux réelles exigences des dauphins Tursiops en termes d’environnement.
Ceux-ci disposent en liberté d’espaces vitaux de plus de 300 km. Ils peuvent parcourir des distances de 1.076 km en 20 jours. Un bassin plein d’eau chlorée où ne survivrait pas un poisson et vide de tout objet ne saurait non plus satisfaire des cétacés qui plongent couramment sous 300, voire sous 600 mètres de fond.

Dès 2005 le Dr Toni Frohoff, une spécialiste des cétacés de réputation internationale notait déjà que : « la superficie totale des bassins répond peut-être aux normes belges mais elle ne remplit pas, par exemple, les conditions légales applicables au Brésil. Le delphinarium est tout à fait médiocre en comparaison avec d’autres delphinariums dans le monde, qui créent un environnement plus naturel pour les dauphins. Le delphinarium de Bruges est le plus bruyant de tous ceux que j’ai visité, ce qui est inacceptable quand on connaît la sensibilité auditive des dauphins ». En 2012, rien n’’a changé.

Enfin, et c’est sans doute là le plus grave, le Boudewijn SeaPark, à l’instar de tous ses homologues, fait l’impasse sur de récentes découvertes scientifiques proprement révolutionnaires. Celles-ci révèlent en effet que, compte tenu des stupéfiantes capacités cognitives, émotionnelles et sociétales des cétacés, ces derniers doivent désormais être considérés comme des «personnes non-humaines» à part entière. Les maintenir en captivité constitue donc une forme d’esclavage et leur reproduction en bassin foule au pied toutes leurs cultures et leurs liens familiaux si subtils.

Delphinarium de Bruges : une entreprise commerciale et rien d’autre….

 

Au lieu de quoi, les dauphins se livrent à des cabrioles vides de sens sous la contrainte de l’’ennui et de la faim et pour la plus grande joie d’’un public enfantin profondément désinformé.

On comprendra donc que cette 3ième manifestation du 8 septembre 2012 prochain s’’inscrit dans un contexte plus large et ne constitue, pour ainsi dire, que la pointe de l’’iceberg d’’un combat incessant mené par toutes les voies légales possibles qui ne prendra fin que lorsque la Belgique rejoindra enfin les rangs des pays européens sans delphinariums, à l’instar de l’Autriche, de Chypres, de la République Tchèque, de l’Estonie, de la Hongrie, de la Lettonie, du Luxembourg, de la Pologne, de la République d’Irlande, de la Slovaquie et de la Grande Bretagne.

Merci de venir nombreux pour soutenir cette lutte légitime, indissociable de notre propre dignité humaine.


Photos de la manifestation

http://www.dauphinlibre.be/8-septembre-2012/

http://www.blog-les-dauphins.com/pour-une-belgique-sans-delphinarium/

http://www.dauphinlibre.be/pour-une-europe-sans-delphinarium/

Retour Bruges