Aquarium de Vancouver : Whitewings et Spinnaker

whitewings1

Whitewhings

« Vivre seulement n’est pas assez » disait le papillon
« on doit avoir la liberté, du soleil et des petites fleurs » 
Hans Christian Anderson

 2012

Spinnaker est mort

Spinnaker, Vancouver

Spinnaker, Vancouver


Whitewings est morte

 

25 janvier 2002

Whitewings, une femelle dauphin à flanc blanc du Pacifique, et qui fut longtemps la seule compagne de l’orque Bjossa (aujourd’hui décédée) est morte à son tour la nuit dernière d’un arrêt respiratoire et cardiaque.

Le personnel de l’Aquarium de Vancouver tentait à ce moment d’extraire de son estomac des objets étrangers qu’elle avait avalés. Le Dr Huff, vétérinaire, prétend qu’il s’agissait d’une procédure normale qui consiste à aller chercher avec la main dans la gorge du dauphin et jusqu’à l’estomac, les déchets toxiques qui s’y trouvent. La malheureuse Whitewings mourut au terme de la quatrième tentative de « vomissement manuel provoqué ».

Les dresseurs assurent qu’ils n’ont extrait du ventre de l’animal que des pommes de pin et des cailloux !
En fait, il est connu que les fonds du bassin sont plein d’emballages et d’autres saletés que les gens achètent avant le spectacle et qu’ils jettent dans l’eau à la fin.

Avaler des objets est un comportement typiquement zoopsychotique, que les dauphins n’adoptent qu’en captivité. Il est absurde d’affirmer dès lors, comme l’a fait l’aquarium, que les dauphins avalent de la même manière des petits cailloux et des coquillages en milieu naturel.

Ignorant l’opposition manifeste du public canadien à l’égard de l’importation d’animaux captifs, signifié notamment par un référendum en 1993, l’Aquarium de Vancouver a procédé à l’importation d’un nouveau dauphin en provenance d’un delphinarium japonais en juillet 2001. Ce nouveau dauphin avait été capturé lors de l’une de ces chasses sanglantes qui ont lieu chaque année à Iki, Futo ou Taiji.

L’Aquarium avait prétendu à l’époque que Whitewings avait besoin de la compagnie d’un autre dauphin, sans tenir compte du fait qu’elle était déjà très faible, âgée et qu’elle n’allait pas tarder à mourir.

Six mois à peine après l’arrivée de ce dauphin japonais, Whitewings vient en effet de rendre l’âme dans des circonstances particulièrement pénibles.
Mais nous pouvons être certains que l’Aquarium de Vancouver ne tardera pas à utiliser le même argument, à savoir que Spinnaker, le nouveau compagnon de Whitewings, aujourd’hui laissé seul, a un urgent besoin de compagnie.

Cela est exact – et n’aurait pas eu lieu si on avait laissé  ces animaux tranquilles – mais cet argument permet bien sûr de justifier l’importation de nouveaux cétacés captifs.
La roue de la mort tourne donc sans fin au Canada, à moins que les pouvoirs publics ne s’y réveillent un jour, et interdisent enfin cette abomination que constitue la captivité des dauphins.

D’ici là, nous invitons fermement les responsables de l’Aquarium de Vancouver à renoncer définitivement à ce genre de pratiques cruelles.
Rappelons que cet établissement a tué Bjossa en l’expédiant à San Diego et que 5 bélougas y végètent.
Plus aucun nouveau dauphin ne doit être importé vers cette prison pour cétacés.

picture of Bjossa provided by http://hometown.aol.com//spot645/KillerWhalesinCaptivity.html

Bjossa

  Pour en savoir plus

Protestez contre la prison de Vancouver, ce cimetière à cétacés, sur le site de No Whale In Captivity
http://www.nowhalesincaptivity.org/

Lire aussi :
Hyack, l’orque qui lisait des livres.