Babouins, ces singes qui ont conquis la savane !

21 mai 2011

Babouins massacrés


Babouins, ces singes qui ont conquis la savane !


Le Babouin a ceci de commun avec le Troisième Chimpanzé, mieux connu sous le nom d’Humain, qu’il a un jour pris le risque, comme lui, de sortir de la forêt et de s’aventurer dans les savanes africaines, hautement dangereuses, car peuplées de prédateurs aussi féroces que l’hyène, le léopard, le guépard ou le lion.

Et il a réussi.
Alors que l’Homo sapiens a détruit avec fougue presque tous ses frères de race (depuis l’australopithèque jusqu’au Néandertalien, en passant par les Grands Singes), il n’est pas encore venu à bout à ce jour du terrible Babouin !

Car lui non plus n’est pas sans ressources : ses crocs, son intelligence, la complexité de sa vie sociale hautement sophistiquée et sa force physique ont vraiment de quoi faire frémir ses pires prédateurs !

Même si son espèce est aujourd’hui en danger – comme toute les espèces non-domestiquées qualifiées de « sauvages » –  le babouin  a pu survivre face au rouleau compresseur de l’Humanité. Il reste l’un des seigneurs de la savane, féroce, habile, subtil, capable d’adapter son comportement aux conditions nouvelles et surtout émouvant par le fait qu’il nous ressemble tant.

La chercheuse Shirley Strum a décrit de façon admirable cette société , en nous montrant par exemple le dilemme que doit affronter chaque jeune mâle de la tribu.
Un jour, l’adolescence advenue, le garçon s’éloigne de ses parents, de sa mère tant aimée, de ses soeurs, de ses tantes, de ses amis d’enfance. Il se tient, immobile à la limite extrême du territoire  de sa famille et contemple des heures durant l’horizon qui s’étend devant lui.
Il lui faut s’en aller, voler de ses propres ailes et fonder  son tour une nouvel tribu. Mais il hésite, il souffre dans son âme de cet arrachement obligé puis , enfin il s’en va et part à l’aventure.
N’est-ce pas le cas de tous nos adolescent humains, garçons ou filles, qui doivent un jour ou l’autre quitter le cocon douillet de la vie de famille ?

Il faut lire ce livre, prudemment re-baptisé « Voyage chez les babouins« , (Almost humans en anglais !) car il nous en apprend tant sur notre propre espèce. Il n’est pas rare par ailleurs que des enfants babouins et des enfants chimpanzés jouent ensemble à l’orée des forêt.
Mais l’âge adulte étant venu, les conflits se font féroces. Deux peuples non-humains se font alors la guerre, comme l’Homme de Neandertal  affronta jadis son concurrent, l’Homo sapiens.

Pourtant, au vu des redoutables capacités cognitives des uns et des autres et de leur dépendance à l’environnement, il semble qu’à terme, les babouins aient plus de chances de s’en sortir que les chimpanzés, gibbons, bonobos ou gorilles…
Nous souhaitons néanmoins que toutes ces précieuses espèces, étroitement liées au Singe Humain, franchisent vivantes le seuil terrible de ce 21ième siècle, en ce temps où l’Homme est devenu fou et détruit sa propre Planète !
Car ces singes savent se battre ! Et ils savent coopérer !


Tuez tous les babouins !
http://www.youtube.com/watch?v=QabFYD8SRv8
Les Africains, manifestement affamés par les changements climatiques et l’incurie de leurs « élus »,   s’en prennent à plus faibles qu’eux encore, au tiers-monde du tiers monde : les singes non-humains, nos frères génétiques. Peut-on le leur reprocher ? Le cannibalisme. est intégré depuis  bien longtemps à la culture humaine. N’avons-nous pas dévoré tous les autres hominidés ?

Scène de cannibalisme en Papouasie

Cultures
Almost human
http://www.pratique.fr/babouins-hommes.html
http://www.princeton.edu/~baboon/social_life.html

Le babouin, ça change du poulet !
http://www.bladi.net/forum/86369-viande-singe/

http://www.courrierinternational.com/article/1999/06/17/le-babouin-ca-change-du-poulet

baboonfree1

Babouins en laboratoire

On imagine la souffrance que peut représenter pour un membre du Peuple Babouin le fait d’être isolé de ses semblables et confiné dans une cage en métal. Etre social plus que tout autre, la solitude lui est insupportable.

Certains ont l’audace de les sauver ! Bravo à eux !
Opération Greystoke

Moïse, babouin de cirque sauvé

CULTURES