Blackfish en Belgique ? Pas tout à fait

blackfish_dogwoof_documentary_7_1600_900_85

« Blackfish » en Belgique ? Pas tout à fait

11 mai 2016

Blackfish de retour à Bruxelles


En 2013, on ne donnait pas cher du destin en salle de ce petit documentaire sur une baleine tueuse.

Aujourd’hui, 3 ans plus tard, l’Effet Blackfish a poussé SeaWorld au bord du gouffre financier. Il l’a contraint à modifier ses shows et à interdire la reproduction en bassin des orques. Mais Blackfish n’a jamais été diffusé sur une chaîne belge publique ou privée. La visite de l’ex-dresseuse Samantha Berg à Bruxelles est passée totalement inaperçue des médias francophones, un peu moins des néerlandophones qui invitèrent Sam en plateau.

Près d’un an plus tard, Arte diffusait le film en version française.
Le choc fut immédiat et la situation du Marineand d’Antibes bascula du jour au lendemain.  Associées à l’Effet Blackfish, les inondations meurtrières d’octobre 2015 et les morts successives de deux orques, Freya et Valentin, démultiplièrent les mouvements de protestation, au point de provoquer le limogeage de l’ancien directeur.

Mais en Belgique, toujours rien : le dernier delphinarium de Belgique n’a senti aucun souffle, aucune condamnation particulière.
Sans doute est-ce parce qu’il ne détient « que » des dauphins, dont les souffrances en captivité valent pourtant celle des orques.  Sans doute aussi est-ce la faute de la presse socialo-humaniste « mainstream », toujours incapable de concevoir l’animal non-humain comme une personne à part entière.

bruges-dec42

Pédagogie au Delphinarium de Bruges en 2015


30 octobre 2013

Le lancement de Blackfish en 2013

« Un thriller psychologique fascinant dont une orque est le héros, Blackfish nous montre comment la nature peut se venger de l’homme quand on la pousse dans ses derniers retranchements ».
Blackfish, c’est en quelque sorte la version filmée de Death at Seaworld, bien que le livre et le film aient été conçus indépendamment.
Gabriela Cowperthwaite, sa réalisatrice, a commencé à enquêter sur la mort de Dawwn Brancheau, la jeune dresseuse massacrée par une orque captive lors d’un Dîner avec Shamu, l’un des attractions phares du SeaWorld d’Orlando.
Très vite, Gabriela a découvert que ce drame dissimulait une situation bien plus choquante et de plus bien plus large grande envergure, cachée par les rideaux de fumée d’une industrie qui se fait plus d’un milliard de dollars de bénéfice.

Tilikum est au cœur de l’histoire que nous raconte Blackfish.
Depuis qu’il a été arraché à la mer et à sa famille lorsqu’il était enfant, Tilikum déteste les humains. Le 20 février 1991, une jeune apprentie dresseuse du nom de Keltie Byrne perdit l’équilibre et tomba dans le bassin du Sealand of the Pacific (fermé aujourd’hui) juste après le show. Trois orques l’attrapèrent et l’entraînèrent sous l’eau à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’elle se noie. Tilikum faisait partie du trio.
En 1999, expédié au Sea World d’Orlando, il tua un « visiteur » nocturne, ivre sans doute, qui avait cru marrant de plonger avec les orques et dont on retrouva le cadavre le lendemain matin sur le bord de son bassin. Enfin, en 2010, il trasforma Dawn Brancheau en poupée de chiffon désarticulée, après l’avoir saisie par sa queue de cheval et joué avec elle comme un chat avec une souris.

Aujourd’hui, Tilikum n’a plus les dents à la mâchoire inférieure à force de ronger continuellement les barres d’acier qui ferment son bassin.
La monotonie absolue de son existence l’a rendu fou. Son sperme congelé a déjà servi à produire près des 2/3 de toutes les orques nées captives par insémination artificielle.
Il restera confiné ainsi durant 13 mois, drogué, malade et fou d’ennui. 

Tilikum-isolation

Tilly en isolement

 

Gabriela Cowperthwaite a aussi découvert qu’il n’était pas le seul à s’en être pris à ses dresseurs.
De nombreux accidents similaires avaient déjà eu lieu  dans plusieurs parcs marins à travers le monde, mais  JAMAIS en pleine mer !
Illustré par les témoignages d’experts et d’anciens dresseurs aussi bien que par des images d’une rare violence jusqu’ici jamais diffusées, Blackfish explore de manière puissante la relation complexe que nous avons avec ce genre de divertissements mettant en scène la nature encagée, ainsi que les terribles conséquences qu’entraîne l’enfermement à vie de créatures sensibles et intelligentes.

Dans la lignée de Fall from Freedom ou The Cove , Blakfish est le troisième film à dénoncer les crimes de l’Industrie de la Captivité.
Peu de chances donc de le voir jamais sur nos écrans en version française. Car des orques captives qui attaquent leur dresseur, il y en a eu au Marineland d’Antibes, il y en a eu à Loro Parque et c’est toujours SeaWorld qui tire les ficelles de cet immense marché d’esclaves, plein de souffrances et de morts. La puissance de ce consortium est tel qu’il est à même de faire taire, aujourd’hui encore, toute critique à son égard avec la complicité de ses innombrables avocats, sponsors et média affidés.
Le film a néanmoins remporté un vif succès aux USA et sera présenté à Londres du 25 au 28 avril 2013.


blackfish-poster

30 octobre 2013

Blackfish sort en Belgique !

Enfin ! Distribué par Remain in light / Filmfreak Distributie, le documentaire américain Blackfish sort en Belgique à partir du 30 octobre 2013, ainsi qu’en Allemagne, aux Pays Bas et en Espagne. La France ne s’est malheureusement pas montrée intéressée, malgré la présence d’orques captives sur son territoire.

Entre le 26 et le 30 octobre 2013, Samantha Berg, l’ancienne dresseuse de Tilikum sera présente à Bruxelles.
Samantha lutte maintenant contre la captivité et gère un remarquable site web  Voice of The Orcas, aux côtés d’autres anciens dresseurs, également interviewés dans ce documentaire.

Samantha nous racontera comment elle fut engagée à 22 ans sur base de tests essentiellement physiques, (endurance et sex-appeal), plutôt que sur sa connaissance des mammifères marins. Comme Ric O’Barry, elle nous décrira cette ivresse de la scène : nager avec des cétacés amène sur vous la notoriété, l’envie et même parfois un peu d’argent.
Mais aussi cet amour sincère des dauphins, souvent acquis depuis l’enfance, qui pousse à vouloir se trouver près d’eux.
Elle nous dira enfin comment, suite aux insinuations visant à mettre en cause la compétence de Dawn Brancheau, l’ultime victime de Tilly, elle découvrit qu’elle ne savait rien du passé criminel de l’orque ni des nombreux accidents survenus lorsque la captivité fait péter les plombs aux cétacés. Samantha Berg nous arrivera de l’Alaska où elle exerce le métier d’acupunctrice et se rendra en Italie, en Espagne (Loro Parque), en Allemagne, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Belgique.

Déjà diffusé sur CNN,  BLACKFISH sera projeté en Belgique et dans toute l’Europe à partir du 30 octobre, Cet événement précède une vaste campagne orchestré par Born Free, SOS Defines et la WDC en vue de réclamer l’interdiction des delphinariums sur tout le territoire européen. Pour mémoire, la France détient encore des orques captives, dont 4 nées captives. Freya est la seule survivante des captures initiales. Elle vivait en Islande, comme Tilikum.

La vérité nous oblige à dire que cette séance de présentation fut un bide magistral, sans aucun effet sur la matière ni aide véritable d’associations pourtant concernées. 

samantha-berg-yvon

Samantha Berg et YG, l’auteur de ce site

samantha-berg-talk-to-midori-brussels

Samantha après la projection

sam-berg-beluga-121012

Samantha à Sea World

Cinema Zed – Louvain (à partir du 23/10/13)
CineAriston – Esch-sur-Alzette (à partir du 25/10/13)
Vendôme – Bruxelles (avant première avec S.B le 29/10 à 7h 25)

Cinema Aventure – Bruxelles (à partir du 30/10/13)
Sphinx – Gand (à partir du 13/11/13)
CineKursaal – Rumelange (à partir du 6/11/13)
CineWaasserhaus – Mondorf-les-Bains (à partir du 13/11/13)
Buda – Courtrai ( partir du 4/12/13)
A venir (dates non encore précisées) :
Le Parc / Churchill – Liège
Le Parc – Charleroi
Plaza – Mons

 


orcas-islande

L’Islande !

Tilikum


TILIKUM

Tilikum est né vers 1980 à l’Est de l’Islande, dans une mer glaciale le long d’une côte creusée de fjords.
Il n’y vécut que 3 ou 4 ans, collé aux flancs d’une sage matriarche et protégé par les nombreux  membres de sa communauté. Puis des hommes sont venus, ils ont dispersé sa famille et l’ont emmené pour toujours, avec deux autres enfants.
Au début, Tilly se montra coopérant avec ses ravisseurs. Mais bien vite, les bassins surpeuplés du Sealand of Pacific firent de lui un rebelle. Quelques années suffirent à en faire un tueur. Ses deux premiers meurtres furent soigneusement tus mais le dernier mena SeaWorld devant les tribunaux. En mer libre, aucune orque jamais n’a blessé un humain. Les dresseurs agressés ou tués se comptent en revanche par dizaines.

Malgré sa taille énorme, Tilikum était pourtant le souffre-douleur du bassin, grand gosse grandi sans mère, socialement maladroit, rendu fou par l’ennui et le manque d’espace. Une bagarre avait éclaté entre orques peu avant le show fatal. Le géant s’est acharné sur le corps de Dawn Brancheau avec une rage inouïe, avant de lui manger le bras puis de reposer doucement sa tête près du cadavre immergé. Consterné par son acte.

Aujourd’hui, King Kong a retrouvé ses chaînes. Isolé plus d’un an, assommé par les drogues, il flotte. Toute la journée, il dort et quand vient l’heure du spectacle, il se contente de nager en rond, sans même avoir la force de bondir au sifflet. Tilikum est psychiquement mort. Mais son sperme congelé a déjà servi à faire naître 2/3 des bébés orques de la compagnie Sea World. Et on le masturbe encore.

En 2011, 42 orques étaient détenues en bassins dans le monde.
Elles sont 48 aujourd’hui, du fait des récentes captures russes et due « sauvetage » de Morgan en Mer de Norvège par le Dolfinarium de Harderwijk puis de sa vente à SeaWorld.
Depuis 1961, 137 orques au moins ont été capturées pour le marché de la captivité. 124 d’entre elles (soit 91% des prises) sont déjà mortes.
La durée de vie moyenne des 124 individus capturés est de 4 ans, avec un maximum de 28 ans. Le temps de vie moyen des 32 orques nées en captivité est de 4 ans et demi.
En milieu naturel, les mâles vivent peuvent atteindre 60 ans et les femelles devenir centenaires.
Au total, 156 orques sont mortes en captivité. Ce chiffre comprend 28 enfants difformes malformés ou morts nés.

BLACKFISH pose clairement la question : pourquoi toute cette souffrance ?
Pourquoi perpétuer ces jeux de cirques cruels, ces captures et ces inséminations artificielles ?  Dans quel but, si ce n’est le profit ?  Ne vaudrait-il pas mieux plutôt se soucier des orques libres, dont les cultures et l’intelligence sont comparables en complexité à celles des êtres humains ?

 


Mon film Blackfish a plongé Seaworld dans la crise