Reportage au Marineland d’Antibes (2012)

Photo undercover source

Orque du Marineland d’Antibes

 Janvier 2012

Marineland d’Antibes : orques déprimées, dauphin malade et  dauphin fou !

Ce récent reportage au Marineland d’Antibes, réalisé par deux membres de La Dolphin Connection , nous révèle un double drame : celui d’un dauphin dépressif et celui d’un autre, malade, atteint d’une infection fongique susceptible de toucher tout le « cheptel » des détenus mais aussi les enfants invités à caresser les dauphins ! La Brucellose et la Candida albicans sont deux affections qui se transmettent de l’homme aux dauphins et inversement. Cela doit être dénoncé auprès des autorités compétentes françaises en matière de protection animale.

 


Compte rendu d’une visite au Marineland d’Antibes

10h. Arrivée au parc.
Nous nous sommes rendus rapidement au bassin des dauphins, où nous avons constaté avec effarement la taille dérisoire du bassin, divisé en trois parties (un bassin principal, devant les gradins et à l’arrière deux minuscules bassins d’isolement).

Les soigneurs sont arrivés à 10h30 pour une première «intervention». Les dauphins se sont précipités vers eux attendant impatiemment d’’être nourris. Pour cela la nourriture était distribuée aux dauphins au goutte compte, suite à l’’exécution d’’une demande du soigneur. C’était la condition sine qua non pour obtenir de la nourriture : s’’exécuter.

Cela s’’est produit plusieurs fois dans la journée, mais à aucun moment nous n’’avons pu constater qu’’un repas complet ’ait été distribué aux dauphins.
A chaque fois c’’était des poissons au compte-goutte, dès lors  que le dauphin avait exécuté la demande du soigneur, qui pouvait être soit un numéro (ex : ce jour-là ils répétaient le «snatch »), soit des postures. Le reste était distribué lors des deux spectacles quotidiens.

Quatre dauphins se trouvaient dans un des minuscules bassins d’’isolement, tandis que les autres étaient « nourris » dans le bassin principal. Ensuite cela fut leur tour de s’’exécuter pour avoir du poisson.

Par la suite les vannes ont été ouvertes de part et d’’autre, mais nous avons constaté que les dauphins n’’utilisaient guère le bassin principal.
Ils passaient la majeure partie de leur temps le plus loin possible des gradins, afin d’être éloignés de tout contact humain et ne se risquaient à s’’approcher de nouveau et à nager dans le bassin principal qu’’une fois les quelques visiteurs repartis.
En revanche, bizarrement, notre présence ne les a pas empêchés de se rapprocher de nous, une fois qu’’il n’’y avait plus d’’autres visiteurs et parfois même de rechercher le contact et la communication !

C’était plutôt frappant de voir que les huit dauphins préféraient rester dans le minuscule bassin du fond plutôt de «d’’affronter» les visiteurs.
Nous avons donc supposé que les seuls humains dont ils se rapprochent sont les soigneurs car ils les contrôlent par la nourriture, mais qu’’en dehors de ça, les dauphins n’’aiment pas être dérangés et cherchent à s’’isoler des humains, au point de se retrouver à 8 dans un petit bassin….

Autre fait frappant : nous avons remarqué dans l’’après-midi un dauphin isolé, posté face aux parois latérales du bassin, flottant à la surface et complètement immobile. Il ne réagissait pas aux va et vient des autres dauphins autour de lui, qui tournaient en rond et n’allaient pas trop vers lui.  Il était seul dans son coin, immobile. Et cela a duré plusieurs heures.( ?)
Nous supposons que ce dauphin recherchait volontairement l’’isolement et que cela constitue un signe de dépression de l’’animal qui habituellement vit au sein du groupe.

Photo undercover source

En bassin, les dauphins passent de longues heures à dormir face au mur, entre deux shows Que pourraient-ils faire d’autre ?

Ensuite nous nous sommes rendus au bassin des orques.
Quelle désolation ! Des gradins gigantesques dignes d’’un stade… face à un bassin ridicule, tant il est disproportionné par rapport à la taille de ses résidents… !

Plusieurs orques tournaient en rond tristement dans ces eaux, et lors du spectacle, il y eut un acte de refus des orques à s’’exécuter !
Nous avons eu droit à une petite explication « pédagogique » par le commentateur pour masquer le malaise. …
Derrière le bassin principal, là aussi, une zone d’’isolement, où tournaient en rond quelques orques.

Photo undercover source

L’envers du décor : du métal, des clôtures, du béton. On est loin de la mer immense…

 

Ensuite nous nous sommes rendus dans la zone «rencontre» où nous avons découvert le bassin aux parois vitrées des autres dauphins.
Là le bassin semblait plus grand que celui des spectacles, et il n’y avait «que» 4 dauphins.

Nous avons pu les observer longuement évoluer sous l’eau à travers les vitres, et à un moment donné un des dauphins a eu un comportement étrange :
Il s’’est approché de la vitre face à nous, nous a regardé puis est remonté à la surface et s’’est mis sur le dos, le ventre vers la surface, il est resté quelques secondes dans cette position, puis est redescendu lentement au fond, à la verticale face à la vitre, face à nous.

Il nous semblait nous montrer son ventre, et là nous avons constaté qu’’il avait une blessure au ventre ! Sa peau à un endroit était complètement désagrégée, comme usée par des frottements.
Ce dauphin semblait vouloir nous montrer sa blessure.

(Note YG : selon un vétérinaire consulté, cette « blessure » pourrait être une forme de maladie de peau ou de mycose, de type Candida albicans, ou bien encore la maladie de Lobo. On constate qu’elle concerne l’avant de la fente génitale de cette femelle. Rappelons que ces infections sont transmissibles à tous les autres dauphins et que ceux-ci en meurent quand leur évent est atteint. Ce fut le cas de Terry au Boudewijn Sea Park de Bruges. Mais pire encore, ces maladies, tout comme la brucellose, se transmettent également à l’Humain. Bonne chance donc aux enfants qui iront caresser les dauphins du Marineland ! )

dauphin antibes maladie

Candida albicans ?

 

antibes-marineland-blessure2

Les traces de morsures sont également nombreuses sur le flanc du dauphin


Suite à ce reportage, une enquête aurait été mené par un vétérinaire de One Voice. Cette association ne nous a  pas fourni ses conclusions.