C’est la mucormycose qui a tué Bodie

 

Un univers concentrationnaire qui ne correspond en rien aux besoins des dauphins

 

C’est la mucormycose qui a tué Bodie

 

Un rapport d’autopsie obtenu par CBS 5 Investigates nous apprend que le dauphin Bodie est mort au Dolphinaris Arizona pour une autre raison que celle qui a été officelliement avancée.
Lorsque Bodie est décédé le 23 septembre dernier à l’âge de 8 ans, Dolphinaris a publié une déclaration assurant que le dauphin était mort du fait d’une « maladie musculaire rare ».

Mais à en croire les documents obtenus cet après-midi auprès de la NOAA qui tient un catalogue des mammifères marins détenus en captivité aux USA, le décès du dauphin a été causé par une « infection fongique ».
La nuance est de taille.
« Nous étions déjà fort méfiants quand nous avons entendu le delphinarium donner la cause du décès de Bodie, déclare Stepanie Nichols-Young de la Ligue de défense des animaux de l’Arizona. Rien d’étonnant à ce que la véritable cause soit une infection fongique ! ».

Mme Nichols-Young avait déjà mis en garde les autorités sur l’extrême sensibilité des dauphins à la fièvre de la vallée, très présente dans cette région et qui est également une mycose.
Ce fut d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles les activistes protestèrent contre le déplacement des dauphins dans le désert, lorsque Dolphinaris ouvrit ses portes à Scottsdale l’année dernière.

Tout le monde peut toucher les dauphins sans gants…

Un porte-parole de Dolphinaris Arizona nous assure au contraire que « Bodie n’avait pas la fièvre de la vallée, mais bien une mucormycose. Cette infection était jugée secondaire par rapport à la mystérieuse maladie musculaire évoquée. La mucormycose affecterait tout aussi bien les dauphins captifs que les dauphins libres et elle apparaîtrait sous différentes formes chez chaque hôte. Dans le cas de Bodie, continue le delphinarium, la mycose s’est présentée comme une maladie musculaire, ce qui est rare ».

Plutôt rare, oui ! Et même franchement bizarre.

Lorsqu’il leur fut demandé pourquoi la maladie musculaire avait été citée sur leur site web et non pas l’infection, le porte-parole du Dolphinaris a déclaré que leurs vétérinaires parlaient toujours des deux affections comme si elles ne faisaient qu’une et qu’il n’essayaient pas d’induire en erreur qui que ce soit.
Selon elle,  les sept dauphins survivants se portent bien et le delphinarium est parfaitement en règle avec l’USDA auquel il a remis le rapport de nécropsie.

 

7 dauphins survivent encore au Dolphinaris Arizona. Pour combien de temps ?

 

La mucormycose est une infection fongique grave mais rare causée par un groupe de moisissures appelées mucormycètes. Ces champignons filamenteux de l’ordre des Mucorales vivent dans le sol, sur les végétaux en décomposition ou les déjections animales. Ces moisissures vivent dans tout l’environnement. La mucormycose affecte principalement les personnes dont le système immunitaire est affaibli et peut survenir dans presque toutes les parties du corps. Ces mycoses touchent généralement la cavité oropharyngée ainsi que les poumons, lorsque des spores fongiques ont été inhalés, ou bien la peau quand le champignon pénètre dans le corps par une coupure, une égratignure ou un autre type de traumatisme cutané.

Les infections à mucorales entraînent une destruction du tissu atteint, des infarctus locaux, des thromboses, favorisées par la sécrétion de toxines par le champignon. La dissémination de l’infection est gravissime, avec une mortalité proche de 100 %8, et a lieu en l’absence de prise en charge précoce de la maladie.

Avec les infections bactériennes comme la pneumonie, les maladies fongiques sont très répandues en bassin.
Les mammifères marins captifs semblent particulièrement exposés aux infections fongiques. La plupart semblent être des effets secondaires du stress, des conditions environnementales ou d’autres maladies infectieuses.
Ainsi, la candidose est une maladie mycosique commune chez les cétacés captifs, générée par le stress, par une désinfection inadéquate de l’eau avec du chlore ou par un usage inconsidéré des antibiotiques. Les lésions se retrouvent généralement autour des orifices corporels.
Lors de l’autopsie, on trouve souvent des ulcères oesophagiens, en particulier dans la région de la jonction gastro-œsophagienne. Un autre champignon opportuniste, le Cryptococcus neoformans, a été diagnostiquée dans la maladie pulmonaire avancée fatale chez un dauphin L’orque Unna vient récemment d’en mourir à SeaWorld mais l’exemple le plus terrible d’une mort par champignon est celui de deux dauphins jadis célèbres en Flandres, car vedettes d’une bande dessinée, Terry et Skippy.

 

 

Le grand mensonge

 


Un premier dauphin meurt dans le désert de l’Arizona

Mourir au delphinarium

L’orque Kasatka est morte pourrie vivante

Femke, Ekinox et le syndrome de Cushing

La delphine Flo décède à Bruges