Les zoos respectent-ils la loi en Belgique ?


Nos zoos belges respectent-ils les normes ? 
Une « interpellation » de Franco Seminara

Ou comment un député socialiste fait semblant d’ouvrir un débat contradictoire avec une Ministre également socialiste, afin de permettre à celle-ci de se débarrasser dune question gênante….

M. Franco Seminara a cru utile de publier, sur la page du PS Mons-Borinage, cette charmante région d’anciens charbonnages qui n’a pas vu venir le 21ème siècle ni su s’y adapter,  l’intégrale de son « interpellation » à sa Ministre, oserions-nous dire, de tutelle.

Dès l’abord, de socialiste à socialiste, on se doute bien que le débat ne risque pas d’être fratricide.
Mais tout de même ! Le degré de flagornerie qui émane de ce texte dépasse ici tout entendement, à en croire même qu’il fut commandité pour débarrasser
Mme Onkelinx
d’une épine dans le pied aussi ridicule qu’embêtante.

Concédons néanmoins à notre député borin le mérite d’avoir été le seul à oser aborder la question, que d’autres gouvernements plus démocratiques trouveraient sans doute embarrassante, de la non-conformité de nos zoos belges aux directives européennes.

Force est de constater, en effet, que les autres partis politiques, ECOLO en tête, n’ont même pas sourcillé quand Born Free a lancé son brûlot.
Ne parlons pas du MR, depuis toujours chaud partisan des
animaux en cage et des cirques
qui amusent tant les enfants et génèrent de l’emploi… L’animal n’existe dans sa très libérale vision du monde qu’en tant que ressource exploitable.

Ni moins encore du CDH, pour qui, l’Homme étant à l’image de Dieu, toute compassion excessive accordée à un animal non-humain semblerait déplacée.
A l’exception des canards et des oies, ce qui n’est déjà pas mal !

Quant aux partis flamands, on comprend qu’ils préfèrent ignorer toute critique à l’égard du Zoo d’Anvers ou du Boudewijn Sea Park, de même que le précédent rapport de Born Free, spécialement consacré aux delphinariums d’Europe et à celui de Bruges, entre autres.
La raison en est simple : emploi et profit valent mieux qu’un animal. Voir le discours du MR…


Photo Hurricane Warrior
Le delphinarium de Bruges : un zoo, vraiment ?

Mais soit.
Un seul et unique élu de la nation parmi tous les autres a donc lu la grande presse et appris que nos merveilleux zoos, si strictes et rigoureux, si formidablement conçus pour satisfaire à tous les besoins des animaux et à la sécurité des visiteurs était mis en cause par une association anglo-saxonne.
Et pas n’importe laquelle ! Celle-ci est très dangereuse, car elle « milite clairement contre la détention d’’animaux exotiques dans les parcs zoologiques ».

Ah ! le crime !
Pourquoi fait-elle cela, cette méchante association ?
Comment ose-t-elle même mettre en cause le fait qu’il y ait des animaux exotiques dans nos zoos, au lieu d’espèces endémiques belges gravement menacées, mieux adaptées à nos climats mais dont tout le monde se fout, car il ne font pas grimper les chiffres d’entrée comme une tournée de koalas ou la naissance d’un bébé léopard ?  Loirs, martres, loutres d’Europe,
murins à oreilles échancrées sont absents de nos zoos.
Certes, il y a bien des loutres au Zoo de Planckendael, mais elles sont d’origine asiatique !
Dommage, puisque les nôtres auraient pu être réhabilitées sans problème et renforcer les effectifs sauvages..

Quoi ? Plus de girafes, ni d’éléphants ni de chimpanzés ni de lions ni d’hippopotames dans nos zoos ? Quelle
horreur ! On en frémit !
Born Free est vraiment une association à la limite du terrorisme !

Heureusement, M. Seminara est un homme audacieux.
Il saisit le zébu par les cornes et pose clairement les questions qui tuent :
Nos zoos se conforment-ils bien aux exigences légales minimales en matière de bien-être animal, de sécurité des visiteurs et d’obligations éducatives ? Serait-il exact que l’hébergement de certains animaux animaux serait trop exigus, ou que des situations d’insécurité pour l’homme et l’animal existeraient ou bien encore que les visiteurs pourraient nourrir les animaux sans surveillance ?

Certes, M. Seminara trouve d’emblée ces critiques surprenantes, puisque le SPF Santé publique a déjà décrété une fois pour toutes que la législation belge relative aux zoos était plus sévère que la réglementation européenne !
Mieux encore, rappelle-t-il, cette législation est souvent citée en exemple par l’Association européenne des Zoos et des Aquariums (EAZA), une joyeuse bande de montreurs d’ours créée en 1985 pour contrer les attaques des vrais amis des animaux et qui ne peut forcément qu’apprécier des lois essentiellement conçues pour la satisfaire !
Et ne pas lui coûter trop cher en travaux de réaménagement. Mettez-vous à la place de ces gestionnaires de parcs animaliers ! Quand on sait le prix d’un d’un rhinocéros blanc, bon dieu, acheté si cher en Afrique du Sud, on ne va tout de même pas ENCORE dépenser des sous pour qu’il galope dans des hectares de gazon !

Mais enfin, tout de même… 
Cela le chipote, notre bon député.
Si par malheur les affreuses calomnies de Born Free, qu’il dédouble dans son angoisse en deux associations, s’avéraient fondées ?
Qu’en serait-il de la parole sacrée du SPF Santé publique ?
Devrait-elle être mise en doute ?

Photo Mylou

Le superbe espace des manchots au zoo d’Anvers

Que nenni, répond la Ministre interpellée, dont on connaît la légendaire passion pour l’éthologie cognitive et la préservation des biotopes menacés.
Et la voilà qui, aussitôt, nous ressert un superbe « copié-collé » du fameux communiqué de presse de la SFP Santé Publique :
Born Free s’est trompé, Born Free a mal vu, Born Free est de mauvaise foi, notre loi est très stricte, les visites des inspecteurs sont incessantes et sévères, le SPF l’a dit. Le SFP l’a dit ! Le SFP l’a dit !
Et s’il l’a dit, c’est que c’est vrai ! Nul n’oserait contester la parole du
Dr Dirk Cuypers, Président de son Divin Comité de Direction.

On dirait Urbain VII condamnant Galillée !
Oui, le soleil tourne autour de la Terre et les étoiles sont des lampadaires suspendus à un ciel de cristal ! Non, Jupiter n’a pas de lunes et la Lune pas de montagnes et le Soleil, pas de satellites ! Tout tourne autour de la Loi qui est respectée, comme on doit respecter le Créateur de l’univers ptoléméen.
L’Ecriture prévaut sur l’expérience des sens ! Et qu’on jette au bûcher ceux qui diraient le contraire !

Alors, heureux, apaisé, réjoui, notre bon
député s’en retourne, non sans avoir baisé les pieds de sa Madonne ni s’être exclamé d’une voix aussi vibrante que dans un numéro d’acteur :
« Qu’il en soit ainsi ! Ce que la Ministre a dit est juste et bon. Nul ne le contestera. La vérité a ses droits. Au bûcher, Born Free ! La législation belge est un exemple au sein de l’Europe ».

Alléluia !

Les grands singes sont traités de façon honteuse au Zoo d’Anvers

PhotoZoo d’Anvers 2011. Cheetah vient d’être rossé par le mâle dominant. Il souffre et ne sait où se mettre pour échapper à ses tortionnaires.  Aucun espace de fuite. Aucun espace à l’air libre….

Pourtant, de même que le télescope de Galilée démentait d’évidence les ukases de l’Inquisition, le Rapport de Born Free est rempli de photos explicites.

Tout quiconque se balade au Parc Paridaiza sait parfaitement qu’il peut nourrir à ses risques et périls quelques lémuriens, girafes ou tortues sans qu’un gardien – fort rare, de toutes façons – ne le voit.

Tout le monde sait que les enfants peuvent toucher les dauphins de Bruges et se laisser embrasser par d’énormes otaries au risque d’attraper la brucellose et l’herpès ou de se faire dévorer la face.
Tout le monde sait  aussi que le même delphinarium enferme les dauphins sous un dôme crépusculaire, dans une eau pleine de chlore et que ce ne sont pas les 5 mètres de profondeur qu’on leur concède qui remplacera la mer !

Tout le monde sait qu’à Aywaille, Anvers, Planckendael, des léopards deviennent fous, que des loups tournent en rond, que des guépards font de grands cercles dans la boue, toujours les mêmes. Tout le monde sait qu’un singe ne pourra JAMAIS être heureux s’il est enfermé entre quatre murs et moins encore un chimpanzé privé de soleil ou de vrais arbres où grimper.

Tout le monde sait qu’un éléphant a besoin de marcher sur des centaines de kilomètres et non pas de se faire soigner les pattes par un pédicure pour prévenir les maladies dues à son immobilité.

 

Lion à Aywaille

Par essence, les zoos SONT cruels et la loi belge ne se soucie en fait que de la survie des individus captifs (les normes minimales sont étudiés dans ce but).
Au-delà d’un certain degré de maltraitance, ils crèvent.
Et ce n’est pas bon pour l’image de marque du zoo, ce n’est pas bon pour les affaires.

Ce que dit Born Free est non seulement vrai, mais singulièrement incomplet : TOUTE FORME DE CAPTIVITE est une souffrance.
Demandez ce qu’en pensent les détenus humains,
ceux qui en viennent à tirer dans la foule et à massacrer des innocents, tant ils craignent de retourner derrière les barreaux !
Pourquoi tant de clôtures dans les zoos ?
Parce que tous les animaux veulent s’enfuir.

Le gorille Little Joe s’échappe du Zoo de Boston

La vraie question que M. Seminara aurait du poser à la Ministre Laurette Onkelinx, et que même Born Free ne pose pas, c’est de savoir au nom de quelle éthique des hommes s’autorisent à priver d’autres animaux, parfaitement vierges de tout crime, de leur liberté de mouvement et de leur vie sociale. 

Pour les sauver ? Allons donc !

La main gauche du Grand Capital prétend réparer ce que sa main gauche détruit.

Les uns s’enrichissent en transformant la Nature en une denrée marchande, en exhibant des spécimens vivants derrière des barrières ou dans des bassins clos, en les faisant se reproduire sans jamais envisager sérieusement de les rendre à leur milieu d’origine.

Les autres font fortune en les tuant sur place, en les vendant aux zoos, en détruisant leurs mers, leurs plaines ou leurs forêts, afin d’en exploiter les ressources au seul profit de quelques magnats d’entreprise.

D’autres enfin, les plus pauvres, maintenus dans l’ignorance des religions obscurantistes, se reproduisent comme des asticots et rongent la chair vive de la Terre pour nourrir leur trop nombreuse engeance.

Tous s’entendent sur le fait que l’ensemble du vivant est désormais sous leur botte et qu’eux seuls disposent de sensibilité, de conscience et quelquefois, de droits….

A quoi servent les zoos, sinon à entretenir cette machine infernale ?
Ce sont de réserves protégées dont les animaux ont besoin, de parcs  naturels, de sanctuaires marins ou d’entreprises d’écotourisme financés par les états les plus prospères et les plus destructeurs, et non d’enclos, de cages, de fosses pleines d’eau chlorée qui font tourner la Roue de Dieu Dollar !

L’animal non-humain : une pure denrée marchande.
En haut, des gorilles tuées pour la viande de brousse, dont les corps ont été récupérés par les Rangers.  En bas, une vache d’abattoir quelques secondes avant sa mort…


Annexe 

5 décembre 2011

La semaine dernière, en Commission Santé Publique, le député Franco Seminara posait une question orale à madame Laurette Onkelinx, vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de l’’Intégration sociale, sur « la conformité des zoos belges ».

Monsieur Seminara rappelait ainsi que deux organisations de défense des animaux ont récemment publié un rapport sur les zoos belges. Ce rapport mentionne qu’ils ne satisferaient ni à la réglementation nationale ni à la réglementation européenne. D’après celles-ci, certains jardins zoologiques visités ne se conformeraient pas entièrement aux exigences légales minimales en matière de bien-être animal, de sécurité des visiteurs et d’obligations éducatives. Elles montrent notamment du doigt des hébergements d’animaux trop exigus, des aménagements légaux obligatoires insuffisants, une mauvaise hygiène, des situations d’insécurité pour l’homme et l’animal ou encore des visiteurs qui nourrissent les animaux sans surveillance.

Comme le SPF Santé publique l’a déjà souligné, le député a expliqué que ces critiques peuvent paraître surprenantes dans la mesure où la législation belge relative aux zoos est plus sévère que la réglementation européenne et qu’elle est souvent utilisée comme
exemple par l’Association européenne des Zoos et des Aquariums (EAZA).

Toutefois, Franco Seminara a demandé à madame la Ministre si les résultats de l’enquête publiés par les deux organisations de défense des animaux étaient fiables et de quelles informations elle disposait à ce sujet?

De plus, il l’a sollicité sur la situation réelle des zoos belges, en suggérant de lui faire état de celle-ci.

Enfin, la dernière interrogation a porté sur les contrôles réguliers et le respect des normes. A ce titre, il l’a questionné sur le fait de savoir si des plaintes étaient souvent enregistrées pour non-respect des règles en matière de bien-être animal.

Dans sa réponse, la Ministre de la Santé Publique a affirmé que le service Bien-être animal du SPF Santé publique a pris connaissance de ce rapport publié par l’ONG Born Free Foundation et a d’ailleurs reçu un de ses représentants pour examiner son contenu. Le service déplore que le travail d’enquête réalisé par cette ONG n’ait pas été fait de manière suffisamment objective et scientifique. L’association Born Free Foundation, qui milite clairement contre la détention d’animaux exotiques dans les parcs zoologiques, tire des conclusions hâtives et incorrectes sur base de visites qui datent de plus de deux ans.

Parmi les erreurs d’’interprétation, madame Onkelinx a précisé que l’on peut relever les éléments suivants. Il y a tout d’abord un amalgame dans l’’évaluation réalisée, qui se réfère tantôt à la réglementation européenne, tantôt à la législation belge, tantôt aux normes suisses.
Ensuite, il y a une mauvaise interprétation de la directive 1999/22 relative à la détention d’animaux sauvages dans un environnement zoologique, y voyant des obligations qui n’’y sont pas stipulées. Il y a une mauvaise évaluation de la situation des enclos dans les parcs visités soit par erreur sur l’identification des espèces soit par manque d’accès et de vision de la totalité des enclos et aménagements.

Ou encore la méconnaissance et des mauvaises interprétations de la législation belge, y voyant des lacunes là où notre législation est une des plus sévères d’Europe.
Par exemple, on y trouve des définitions précises des établissements qui peuvent détenir des espèces exotiques, l’obligation de contrôle avant l’agrément, les codes spécifiques pour l’enrichissement des enclos.

Laurette Onkelinx a ensuite détaillé que depuis plusieurs années, les parcs zoologiques sont suivis de près par les vétérinaires de mes services chargés du bien-être animal. Dans la plupart des cas, la mise en conformité de ces établissements a nécessité de gros investissements qui ont été échelonnés en concertation avec le service du bien-être animal et la Commission des parcs zoologiques. La priorité a bien entendu été donnée aux aspects qui touchent directement au bien-être des animaux, notamment l’’espace alloué à chaque animal. (surtout les dauphins  : – )

Elle a ajouté que les inspections se déroulent régulièrement sur le terrain dans le cadre du suivi des plannings convenus ou de contrôles à l’improviste ou lors de plaintes, quoique très rares, alors que ces établissements sont soumis à un contrôle social permanent. Lorsque le planning n’est pas suivi selon les échéances ou lors de constats d’infractions dans un zoo agréé, un avertissement ou un procès-verbal peut-être dressé, imposant des mesures additionnelles. Les sanctions sont graduelles à la gravité de la situation. Elles peuvent aller, si nécessaire, jusqu’à la saisie d’animaux ou, dans des cas très graves, à la fermeture partielle ou complète du parc.

Elle a enfin souligné les progrès de ces dernières années, reconnus par la protection animale et qui sont le reflet de l’engagement de leurs responsables et des efforts soutenus du service du bien-être animal appuyé par la Commission des parcs zoologiques, qui ont étudié chaque situation au cas par cas avec le souci premier d’améliorer le bien-être des animaux.

Le député Franco Seminara s’’est réjoui de tout ce que la Ministre a dit et que les contrôles nécessaires soient opérés. C’est vraiment important de le souligner, a t-il affirmé. Ce dernier a également ajouté ceci :
«J’en profite peut-être aussi, parce que la vérité a ses droits – ce n’est pas parce que les choses ne sont pas faciles pour
l’instant qu’il ne faut pas oser le dire -: la législation belge est quand même un exemple au sein de l’Europe ! ».

Merci à Marjorie pour ce lien

Tigre au monde sauvage d’Aywaille.

Admirez le sol boueux, les barreaux serrés, le vaste espace dont dispose ce prince des félins, devenu complètement fou d’ennui.
« La législation belge est quand même un exemple au sein de l’Europe !». Encore faudrait-il commencer par l’appliquer et à la faire respecter….

retour zoos belges

retour page principale