Crimée : 3 dauphins enfermés dans une piscine en ruines

Crimée : 3 dauphins enfermés dans une piscine en ruines


Un tout nouveau delphinarium vient de s’ouvrir dans les locaux d’une vieille piscine abandonnée presque en ruines de la riante cité balnéaire de Saki, en Crimée.
Trois dauphins de la Mer Noire y sont actuellement détenus, ainsi que deux otaries.
Les responsables de l’Environnement ne sont pas pressés  de vérifier l’état de santé des animaux ni de s’inquiéter de leur provenance. Et pour cause : les dauphins ont été capturés illégalement dans la Mer Noire toute proche.

Saki Photo Вальдимар — Travail personnel CC BY-SA 3.0


« Le Delphinarium de Saki s’est ouvert dans une ancienne salle délabrée, peu adaptée pour garder des animaux. Il présente des shows de dauphins pour amuser les touristes
, a déclaré Serenesea, une ONG locale qui étudie les dauphins de la Mer noire et tente de les défendre.
« Les autorités environnementales ne semblent guère pressées de s’informer de ce qui se passe là-bas. Le ministère de l’écologie ne vérifie rien, car le bureau du procureur de l’environnement ne lui a pas donné l’ordre de le faire. L’inspection vétérinaire de l’Etat devrait également être sur place pour des analyses. Mais les fonctionnaires traînent des pieds… ».

À ce jour, le delphinarium n’a été visité que par la commission de l’administration de la ville de Saki.
Dans une réponse officielle à la presse, ses responsables ont déclaré que « les deux otaries à fourrure et les deux dauphins sont à première vue en bon état. Ils vont au contact avec des étrangers sans aucune contrainte, ce qui peut indiquer qu’ils sont en bonne santé ».

Pendant ce temps, selon les activistes de Serenesea, les réponses divergent à propos des propriétaires de ces animaux et de la provenance réelle de ceux-ci.
En outre, lors des spectacles, ce ne sont pas deux mais trois dauphins qu’on exhibe.
« L’un des trois qui est là est assez jeune et apparemment ne dispose d’aucun document attestant de son origine ou de son identité » témoigne l’association qui essaye à l’heure actuelle, d’obtenir de faire partie de la commission locale d’experts en mammifères marins.
«C’est là un point important. Selon le biologiste marin qui mène l’enquête, beaucoup de choses peuvent dépendre, comme la confiscation des animaux ou non. Après tout, les organismes gouvernementaux sont supposés permettre un examen juste et impartial. Mais il est parfaitement possible que des vétérinaires arrivent et qu’ils concluent que les mammifères marins sont heureux et joyeux ».

Un cas similaire était déjà advenu à Veselovka, dans la région de Krasnodar.
« Les dauphins du bassin tremblaient de froid dans un hangar et leurs colonnes vertébrales étaient toutes courbées. Mais les vétérinaires de la commission d’enquête ont écrit dans leurs conclusions qu’ils étaient heureux et joyeux. Et le tribunal avait même osé déclarer que la confiscation de ces animaux par le Procureur de l’Environnement était assimilable à du vol !», ont rappelé les militants de l’organisation.

L’un des dauphins de Krasnodar. Zeux et Delfa sont tous deux morts aujourd’hui, malgré les soins qui leur ont été donnés.

 

Les 3 espèces de dauphins de la Mer Noire, à savoir Tursiops Truncatus Ponticus, Delphinus Delphis Ponticus et Phocoena Phocoena Relica, sont des espèces endémiques uniques incluses dans la Liste rouge des espèces menacées de l’UICN.
Deux d’entre elles sont considérées comme très menacées. Il y a quelques dizaines d’années encore, ces animaux étaient massivement tués.
Selon les estimations approximatives, plus de 6,5 millions de dauphins ont été massacrés par les pays de la Mer Noire. De nos jours, ils sont protégés par des conventions internationales, mais malheureusement, du fait notamment d’une pollution grandissante, ces animaux sont toujours en danger.

 

Pêche aux dauphins à Krasnodar en 1946

« Encore et encore, nous découvrons des dauphins malades et mourants, nous libérons des dauphins pris dans des filets, nous trouvons leurs cadavres dans les filets dérivants« déclare Serenesea.
Ce n’est un secret pour personne en Russie qu’ils sont toujours massivement capturés à l’usage des delphinariums russes, turcs ou chinois en toute illégalité. Le braconnage est plutôt répandu tout autour de la Mer Noire. Il y a aussi beaucoup de dauphins tués par des pêcheurs qui tentent d’éviter que leurs filets ne soit endommagés.
Il n’y a enfin aucune aide vétérinaire prévue pour les animaux échoués, et c’est ainsi que de nombreuses situations horribles ont lieu régulièrement.
Par exemple, en 2014, on trouva un dauphin échoué et malade sur la plage du village de Veseloe. Son corps encore vivant n’en a pas moins été balancé à  la décharge.
Pour les dauphins de la Mer noire, la situation semble vraiment catastrophique.

Un dauphin vivant amené à la décharge 

En septembre 2015, à Kertch, des gardes-frontières ont déjoué une tentative d’exploitation illégale de dauphins de la mer Noire. Parmi les acheteurs potentiels, des Ukrainiens.


Pour aider SERENESEA.org


Krasnodar : deux dauphins russes dans un hangar

L’horrible vérité sur les delphinariums russes