Dauphins de Bruges : un compromis honorable ?

boudewijn-seapark-bassins-plan

En 2015, 7 dauphins végètent dans ces trous d’eau


Dauphins de Bruges : un compromis honorable en 2014

Le Conseil du bien-être animal  a présenté ses nouvelles recommandations pour la détention de dauphins en captivité, ce jeudi 30 janvier 2014 à 13 heures. Le conseil a créé un groupe de travail en 2011 constitué de scientifiques, d’organisations de bien-être animal et des représentants de delphinariums afin d’étudier les normes actuelles pour la détention des dauphins. Les recommandations ont été exposées en présence de madame Maya Detiège (présidente de la commission parlementaire Santé publique), de Dirk Lips (président du Conseil Bien-être animal), de Sander Vandenheul (Zoological Manager du  Boudewijn Seapark) et de Michel Vandenbosch (Président de Gaia).  Après la conférence de presse, toutes les parties concernées ont signé l’accord à l’exception de deux associations Planète Vie et Sea First.

Cet accord stipule : 
«Le Conseil du Bien-être animal a présenté aujourd’hui son nouvel avis sur les mesures à suivre pour les dauphins en captivité. Suite aux protestations d’organisations œuvrant pour les droits des animaux, la Chambre a approuvé une résolution appelant à la création d’une commission spéciale pour enquêter sur le bien-être des dauphins dans les delphinariums et plaidant pour un moratoire pour les delphinariums.  Le Conseil a fondé un groupe de travail en 2011 afin d’étudier les normes existantes. Ce groupe de travail a rassemblé des scientifiques, des représentants d’organisations de défense du bien-être animal et de delphinariums.

Ces dernières décennies, le bien-être des animaux est de plus en plus l’objet d’attention. Si les études scientifiques dans les delphinariums modernes en Europe ne peuvent démontrer un indicateur de stress clair et unanime auprès de cette espèce, il existe toutefois une demande de la société pour adapter les lieux de vie de ces animaux.

En Belgique, les dauphins en captivité vivent au delphinarium “Boudewijn Seapark”, à Bruges. Après de nombreuses discussions avec ce parc et les organisations œuvrant pour les droits des animaux, le Conseil du Bien-être animal est arrivé à un compromis. Un comité d’accompagnement veillera à ce que le delphinarium respecte les accords destinés à améliorer le bien-être des dauphins, tels l’agrandissement des piscines et la mise en place d’un bassin extérieur. A court terme, le delphinarium devra actualiser son programme éducatif (avec une attention particulière portée au milieu naturel des dauphins) et offrir un environnement plus riche et plus varié. De plus, l’avis du Conseil devra être sollicité en cas d’extension de l’autorisation pour la population des dauphins.

Dirk Lips, le président du Conseil du Bien-être animal, est satisfait de ce compromis. L’ASBL GAIA, qui milite pour l’intérêt des animaux, estime également qu’il s’agit d’une belle avancée, qui permettra d’améliorer les conditions de vie des dauphins dans le delphinarium brugeois. Le  compromis a été laborieux, mais honnête.

Le Conseil du Bien-être animal demande également que les normes belges existantes soient adaptées sur base de cet avis».

Bruges-2014-accord-concernant-les-dauphins

L’accord est affiché à l’entrée du delphinarium

Ainsi donc, fruit amer du long combat qui nous a mené de la Grande Manifestation de 2004 devant le Boudewijn Seapark puis à la proposition de résolution de loi jamais votée interdisant tout delphinarium à l’avenir en Belgique jusqu’à deux commissions successives, de nouvelles normes minimales de bien-être ont été prises pour les 6 dauphins (7 en 2015) du delphinarium de Bruges. Celles-ci permettent à l’établissement de continuer à exercer son négoce en dauphins vivants et au marché de la captivité de prospérer longtemps encore, avec son cortège d’avortements, d’enfants morts nés, de séparations, de  conflits et d’ennui.

La question du stress est la seule abordée. Mais de façon plus globale, quelle qualité de vie le delphinarium offre-t-il à ses « pensionnaires » ?
Est-elle meilleure dans leurs cachots chloré que dans la mer «terrifiante pleine de dangers et sans vétérinaires » comme dit la propagande ?
Lorsqu’on lit la vie de Beachie, on voit comment la captivité tue les fondements mêmes de la culture dauphin. Elle foule au pied les usages sociaux, le plaisir immémorial que les dauphins ont de se regrouper en bandes, de voyager par trois, de socialiser avec des centaines de personnes qu’on appelle par leur nom, de rester entre femmes en cajolant des delphineaux, de filer droit dans l’océan ou de chasser en groupe selon des techniques inventives et variées. La captivité réduit la personnalité sensible et subtile d’un cétacé à l’état de chien rampant.

gaia-compromis

La signature du compromis honorable

D’autres crimes peut être imputé à cette industrie du cirque aquatique. Le succès flamboyant des delphinariums à l’Est est entretenu par la bonne santé commerciale de nos propres structures. Si ça marche à  SeaWorld, ça cartonnera en Chine ! Là-bas, on n’a pas le temps de faire se reproduire des dauphins, bien sûr : on les achète au Japon, à Cuba, à la Russie ou aux Iles Salomon. Le turn-over est rapide. Europe et USA salivent devant cette liberté de capturer ce qu’ils veulent où ils veulent, perdue dans les années 90.
En cela, le Boudewijn Seapark, comme tous ses homologues, est co-responsable de ce qui se passe à Taiji.

Le delphinarium doit être fermé, tout de suite, sans compromis honorable ou non !
Ses dauphins doivent être déplacés vers un sanctuaire marin, entretenu aux frais de la Compagnie Aspro Ocio.  Et l’ouverture de tout autre delphinarium en Belgique doit être clairement interdite à l’avenir.  Il en va de la survie même de cette espèce.

Mais la crise frappe le monde et malgré l’Effet Blackfish, l’exhibition de dauphins vivants reste un créneau financier d’avenir.
Si l’industrie des pesticides continue impunément à prospérer, au détriment des abeilles et de la santé humaine, si l’esclavage humain revient en force, comment s’étonner que l’esclavage cétacéen refleurisse à nouveau  dans un monde où le Profit l’emporte férocement sur l’Ethique ?
Le combat pour une Belgique sans delphinarium va donc bien au-delà de la seule interdiction des parcs marins. Il est aussi un combat pour la planète et la dignité de tous ses habitants. Et il ne prendra fin qu’avec la fin du dernier delphinarium.


Bruges-2014-chevaucher-un-dauphin


Août 2015 : 3 dauphins déplacés, aucune amélioration

Moins d’un an après cet avis du Conseil du Bien-être Animal,  le Boudewijn Seapark continue sur sa lancée comme si de rien n’était.
– Le dauphin Kite, fils de Beachie né à Hardewijk, a été déport depuis Planète Sauvage jusqu’à Bruges
– La dauphin Océan, fils de Roxanne, a été déporté depuis le delphinarium de Bruges jusqu’à Planète Sauvage.
– La delphine Linda, vieille compagne de Roxanne et de Puck, a été ramenée de l’Aquarium de Gènes (Italie) vers le delphinarium de Bruges.
Deux dauphins sont nés puis sont morts  au bout d’une semaine dans les piscines crasseuses du Boudewijn Seapark.

Ces transferts se sont faits sans l’accord d’aucun Comité d’accompagnement – jamais constitué – et portent désormais le nombre de détenus à 7.
Aucune amélioration de l’enrichissement environnemental, de la pédagogie ou des locaux n’a été observée. Aucun lagon n’a été construit ni ne semble devoir l’être dans les années qui viennent. Les locaux sont exactement ceux de 1988.
Et pour cause : le Bien-être animal est désormais une compétence régionale et non plus fédérale. Le sort des dauphins de Bruges est donc aux mains de M. Ben Weyts, Ministre flamand de la Mobilité, des Travaux publics, de la Périphérie flamande de Bruxelles, du Tourisme, et du Bien-être des animaux. Les décisions de l’ancienne instance ne sont donc plus tenue en compte.
Tout est à refaire.

Beachie4-malade-avril-2014

Beachie en 2014


Lire aussi :

Une belle action de Gaia !

Pétition pour une Belgique sans delphinarium

Pétition contre l’avis du Conseil du Bien-être animal

Avis de la Commission

Quel avenir pour les dauphins de Bruges (2005)

Le bébé de Roxanne, mort à 4 jours

La vie de Beachie

 


Bruges-2014-la-vie-sous-l-eau4