Dauphins soldats toujours en service aux USA !

Dauphin soldat transporté vers la zone de combat
(US Navy 2003)

Dauphins soldats
Toujours en service aux USA !

Sommaire

Février 2009
Réponse de la US Navy


 

Janvier 2009
Jean-Floch, dauphin ambassadeur, un déserteur de la US Navy ?


Lire nos dosssiers



REPORTAGE SUR LES DAUPHINS SOLDATS
THALASSA 30 mai 2003



 

Dossier

Dauphins-soldats : toujours en service !

Dauphins soldats en Russie

Mars 2003 : les dauphins soldats sont arrivés en Irak !

 Novembre 2002 :dauphins préparés pour la guerre contre l’Irak

Dauphins soldats en Mer de Norvège !

Dauphins du Golfe en Alaska !

Pour en savoir plus


 

Soldats des mers

Objet: REPORTAGE DAUPHINS SOLDATS CE SOIR
Date: vendredi 30 mai 2003 14:46

BONJOUR
REPORTAGE SUR LES DAUPHINS SOLDATS
THALASSA 20h50 ce soir

Un reportage de Jean-Michel Corillon et Jérôme Julienne.
Dans les années 60, d’étranges recrues font leur apparition sous la bannière étoilée d’un vaste continent symbole de liberté : l’armée américaine se dote d’une nouvelle arme «ultra perfectionnée» et, dans le secret le plus absolu, orques, otaries, globicéphales, bélugas et dauphins constituent malgré eux le bataillon d’élite le plus inattendu de la puissante marine américaine.
Nous sommes au coeœur de la guerre froide et, lancée dans une folle course à l’armement, l’armée russe emboîte le pas en développant son programme scientifique d’étude des mammifères marins et des applications militaires qui en découlent. Commence alors une rocambolesque aventure qui tentera de transformer ces animaux en tueurs obéissants…
En 1992, cependant, l’’U.S. Navy annonce officiellement l’arrêt de ce programme. Motif : les animaux sont des menteurs, des déserteurs, un ramassis de fortes têtes indisciplinées et sexuellement obsédées. Simultanément, la marine russe interrompt également son programme d’’utilisation des mammifères marins. De leur capture au début des années 1960 à leur retraite récente, c’est l’’histoire peu banale de ces soldats des mers que Thalassa propose de
raconter…
(Note 2015 : les dauphins militaires sont plus que jamais en service)

REACTIONS

De: « Yvon Godefroid » <yvon.godefroid@chello.be>
À: Franck Dupraz RC
Objet: Re: Reportage de Thalassa
Date: samedi 31 mai 2003 09:41

D’accord avec toi, Franck. C’est une honte de diffuser un document aussi daté et de laisser croire, notamment, que Buck et Luther gambadent encore dans les océans. Que sont-ils devenus, au fait ? Vivent-ils toujours dans leur box de San Diego ou sont-ils morts ? Rien n’a été dit non plus de l’alliance criminelle entre les industriels de la captivité (Sea World San Diego, notamment ) et la US Navy.
S’il existe encore tant de delphinariums dans le monde, et s’ils sont si bien protégés par les pouvoirs en place, c’est notamment pour permettre aux stratèges américains de diffuser leur propagande malsaine en faveur de la création d’une race de « dauphins domestiques » tout à notre service, comme le disait le commentaire avec complaisance. La même logique pourrie que pour les OGM, en quelque sorte.
Seul « bon point » : certaines images soviétiques inédites et l’allusion discrète aux travaux de V. Markov et Ostrovskaya (le dialogue à distance). Mais là encore, pas question de divaguer sur un quelconque langage dauphin. Selon le credo imposé par la US Navy et ses alliés de l’industrie des delphinariums, les dauphins sont des bêtes sauvages qui vivent jusqu’à 25 ans maximum et sont dotés de l’intelligence d’un enfant de trois ans… au mieux !

A quand une vraie émission complète et bien informée sur la captivité des dauphins et ses divers dérivés militaires et thérapeutiques ? Jamais sans doute. Même la RTBF, notre télévision francophone belge, ne s’est jamais risqué à traiter à fond de ce sujet aussi chaud que politiquement contrôlé…

Ta lettre est superbe et je l’appuierai d’un petit courrier aussi.

A++
Y.

—– Original Message —–

Lettre de Réseau Cétacés à l’émission Thalassa

Madame, monsieur,

Je tiens à exprimer mon mécontentement quant au reportage intitulé « Soldats des mers » diffusé dans Thalassa ce vendredi 30 mai 2003. En tant que président de Réseau-Cétacés, association dédiée à la protection des mammifères marins, je me faisais une joie qu’enfin un média français diffuse à une heure de grande écoute, et qui plus est dans une émission connue pour la qualité de ses documentaires, un reportage montrant la triste réalité en ce qui concerne les dauphins soldats.

Au lieu de ça, j’ai eu l’impression d’assister à un film de propagande pour la marine américaine et ses programmes d’Armes Biologiques Avancées touchant les mammifères marins. Pratiquement aucune critique n’a été émise à l’encontre de ces programmes militaires cruels, éthiquement inacceptables et qui ont qui plus est causé la mort de très nombreux cétacés. J’espère malgré tout que les images que vous avez montré ont choqué les téléspectateurs : captures violentes, bassins de tailles ridiculement petits pour des animaux habitués à de si vastes espaces, transports répétés traumatisant (qui se font au mépris de toutes les lois internationales en vigueur en matière de transport d’animaux sauvages puisque les dauphins de la Navy américaine ne possèdent pas de permis CITES), nous avons même pu voir un dauphin atteint de mycose cutanée (fréquent chez les cétacés captifs).

D’après vos commentaires, on a très franchement l’impression que malgré quelques débuts difficiles, la vie de ces dauphins est parfaite au sein de l’US Navy, or ce n’est vraiment pas le cas. Rester enfermé dans de minuscules bassins, être obligé d’exécuter les ordres sans quoi ils ne reçoivent pas leur nourriture, voilà à quoi sont réduits les dauphins de la Navy, tout comme les dauphins prisonniers des delphinariums. Et comment osez-vous parler de collaboration homme/dauphin, alors que ces animaux n’ont rien demandé à personne ? On les a capturé, « brisés », pour en faire des soldats, alors qu’ils ne désiraient sûrement qu’une chose : vivre libres.

Je ne peux que supposer que vous avez obtenu vos images et vos informations par l’intermédiaire de la US Navy, ce qui tendrait à expliquer pourquoi la vérité n’est pas dévoilée sur l’horreur subie au quotidien par ses animaux ô combien sociables et intelligents. J’en tiens pour exemple l’histoire de la libération de Buck et Luther à la fin du reportage. J’ai été très déçu encore une fois de constater que vous n’alliez pas au bout des choses. Car il faut que vous sachiez que Buck et Luther ont été recapturés par la Navy seulement quelques jours après leur libération par Ric O’Barry. Ce dernier consacre sa vie à tenter de réhabiliter des dauphins captifs et tout a été fait dans cette histoire pour l’empêcher de prouver que cela était possible (il l’a prouvé à maintes reprises depuis). Connaissant personnellement Ric et Helene O’Barry je me suis permis de leur demandé s’ils étaient au courant de votre reportage. Leur réponse négative ne m’a pas le moins du monde surpris. Il est vraiment regrettable que vous n’ayez pas donné dans votre documentaire la parole à des gens comme Ric O’Barry qui connaissent l’envers du décor et qui auraient pu vous expliquer pourquoi de nombreuses associations de protection se battent depuis des années pour que cessent ces programmes cruels et inutiles de la marine américaine. Je vous engage donc à lire le livre de Ric O’Barry intitulé «Pour sauver un dauphin» (Editions Le pré aux Clercs) dans lequel vous trouverez toute la vérité sur les dauphins Buck et Luther ainsi que l’interview récente du même Ric O’Barry sur notre site internet dans laquelle il parle justement des dauphins soldats.

Pour terminer, je pense malheureusement que votre documentaire a fait plus de mal que de bien, en justifiant l’ «enrôlement» des dauphins dans l’armée et leur maintien en captivité. Notre planète est assez mal en point et nous devons essayer de préserver et de respecter les autres espèces si nous voulons que les générations futures puissent profiter d’une Terre saine et belle. Les cétacés sont menacés dans le monde entier par les prises accidentelles dans les filets de pêche, les captures pour les delphinariums, la pollution chimique et sonore. Cette dernière est sûrement la plus importante, et la Navy y participe activement en voulant déployer dans le monde entier son SURTASS LFAS (Sonar à basse fréquence) qui a déjà causé de très nombreux dégâts dans de nombreuses régions du globe.

J’espère que, malgré la longueur de ce courrier, vous prendrez le temps de me répondre, car il me serait très agréable de vous fournir de plus amples renseignements sur tous ces sujets.

Veuillez agréer, madame, monsieur, mes plus sincères salutations.

Franck Dupraz
Vétérinaire

http://www.reseaucetaces.org


Retour sommaire



Novembre 2002

La US Navy entraîne des dauphins
pour une future guerre contre l’Irak !

Actuellement, dans les eaux de San Diego, l’US Navy entraîne plus de 60 dauphins en vue d’un possible déploiement lors d’une éventuelle guerre contre l’Irak. Leurs objectifs: détecter les mines et les plongeurs ennemis.

Interrogés, les officiels ignorent encore si ces dauphins soldats seront utilisés si une guerre éclate.
Mais rappelons que ces dauphins ont déjà été utilisés lors de précédents conflits armées, notamment durant la guerre du Vietnam et pendant la guerre du Golfe en 1991. Plus récemment en 1996, des dauphins avaient également été déployés dans les eaux de San Diego lors de la tenue de la convention nationale républicaine.

Voilà donc une bien mauvaise nouvelle et une démonstration supplémentaire de l’imbécilité humaine: l’US Navy ne se bat-elle pas en ce moment même pour obtenir l’autorisation de déployer le LFAS, qui rappelons-le provoque de graves dégâts chez les cétacés? Cette armée, si elle pouvait utiliser ce sonar, aurait donc une « arme » qui pourrait aller jusqu’à tuer ses propres dauphins-soldats!! Vraiment stupide!

Franck Dupraz

 


Retour sommaire




l’OTAN engage des dauphins soldats
pour ses opérations en Mer de Norvège !

30 mars 2001
Oslo

Des dauphins Tursiops de la US Navy, spécialement entraînés à résister au froid, participeront à un vaste exercice militaire de l’OTAN du 23 avril au 11 mai 2001.
Le but de cet exercice est de découvrir quelques unes des 80.000 mines explosives et autres munitions qui rouillent
encore le long des côtes de la Norvège depuis la Guerre 40 et l’occupation de ce pays par l’Allemagne.

Des officiels de l’OTAN ont déclaré vendredi dernier que l’opération  » Blue Game  » faisait suite à une opération similaire menée l’an dernier en Mer Baltique et qui a permis, selon Rune Hausken, le Commandant de l’équipe de plongée, de ramener en surface 83 armes de ce type.

« Ce sera le plus grand exercice de déminage jamais mené au large du sud de la Norvège » a déclaré le Commandant Hausken.

Quatre dauphins-soldats participeront aux manoeuvres. Ces animaux ont été spécialement dressés afin de découvrir à l’aide de leur sonar naturel les mines échouées au fond et à y attacher ensuite une bouée en guise de balise.
Des plongeurs venus des États-Unis, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, du Canada, de Hollande, du Danemark, de
Belgique et de Norvège encadreront le travail des dauphins.

 » C’est la toute première fois que l’on utilise des dauphins pour repérer des mines au large de la Norvège«  a encore déclaré le Commandant Hausken, ajoutant que l’an dernier déjà, des dauphins en provenance des États-Unis avaient été utilisés en Mer Baltique pour y chercher des mines de l’époque soviétique.

Per Hol, un officier de la marine militaire norvégienne, a précisé pour sa part :
« En Mer Baltique, les fonds sont sablonneux et relativement plats, ce qui rend le travail facile, mais ici, les fonds des fjords sont rocheux et profonds ».
Les Nazis avaient déployé à l’époque plus de 80.000 mines le long de la côte norvégienne ainsi que tout un armement incluant torpilles et grenades. Aujourd’hui, ces explosifs représentent toujours une menace pour les plongeurs sportifs et les pêcheurs. Au Danemark voisin, du gaz moutarde toxique s’est ainsi échappé récemment d’un fût repêché au fond de la mer.

Il est clair pourtant que cet exercice des forces de l’OTAN vise tout d’abord à former des démineurs, puisque ceux-ci ne pourront ramener de toutes façons qu’une fraction minuscule du stock immergé sous les flots.

D’après une dépêche de l’ Agence Reuters.

 


Retour sommaire


 

 

 

Dauphins du Golfe en Alaska ! 

Le 26 mars 2001, à l’aéroport de Ketchikan (Alaska), les dauphins militaires du nom de Loma, Splash, Luke, Fathom et Dinky sont arrivés sous la neige et le vent glacé à bord d’un C17 de l’armée américaine.
Enfermés dans leurs « tubes à eaux », les cétacés ont été amenés dans leurs quartiers de Bar Harbor en attendant le début des opérations.

Ces dauphins, capturés dans le Golfe du Mexique, ne sont pas naturellement adaptés à supporter des eaux aussi froides. C’est pourquoi un entraînement spécial leur a été réservée dès avant le départ de leur base de San Diego. Deux heures par jour, ils ont été soumis à une baisse de température importante et leur diète a été modifiée afin d’augmenter leur masse graisseuse grâce à une alimentation enrichie.

Le rôle de ces dauphins est de patrouiller dans les ports autour des navires américains et d’avertir les humains s’ils repèrent  quelque chose leur paraît bizarre. Nos quatre compagnons d’armes ont déjà participé à des opérations au Vietnam, à Desert Shield et à San Diego pendant la Convention républicaine de 1996.

Les dauphins se reposeront le jour et travailleront la nuit. Cinq vétérinaires ont été affecté à leur santé et à leur bien-être afin de faire taire les protestations des associations de défense américaines qui condamnent régulièrement comme l’usage de cétacés vivants en tant qu’outils militaires.

D’après une dépêche de la WDCS
(Whale & Dolphin Conservation Society)

 


Retour sommaire


 

Dauphins-soldats :
toujours en service ! 

050524-N-2327-G-002 San Pedro, Calif. (May 24, 2005) - Navy marine mammal handler Electronic Technician 2nd Class Eric Kenas shows how a trained dolphin reacts to different hand gestures, during Lead Shield III/Roguex V, an exercise to test port facility anti-terrorism readiness. The Coast Guard and Navy conducted the two exercises around the ports of Los Angeles and Long Beach. The combined exercise involved 24 local, state and federal agencies in an effort to disrupt a simulated terrorist attack, respond to the consequences and maintain port operations. U.S. Navy Photo by Illustrator Draftsman 1st Class Pierre G. Georges (RELEASED)

050524-N-2327-G-002
San Pedro, Calif. (May 24, 2005) – Navy marine mammal handler Electronic Technician 2nd Class Eric Kenas shows how a trained dolphin reacts to different hand gestures, during Lead Shield III/Roguex V, an exercise to test port facility anti-terrorism readiness. The Coast Guard and Navy conducted the two exercises around the ports of Los Angeles and Long Beach. The combined exercise involved 24 local, state and federal agencies in an effort to disrupt a simulated terrorist attack, respond to the consequences and maintain port operations. U.S. Navy Photo by Illustrator Draftsman 1st Class Pierre G. Georges (RELEASED)

Dès 1959, la US Navy aussi bien que l’Union soviétique ont abondamment utilisé le dauphin en tant qu’arme biologique.
Des dauphins patrouilleurs ont surveillé les navires américains dans la baie de Cam Ranh pendant la guerre du Vietnam. Pendant la guerre du Golfe, pas moins de 240 dauphins Tursiops ont également été chargés
de la surveillance des navires américains. Selon les sources militaires, le programme aurait pris fin en 1992.

L’URSS pour sa part utilisait une garnison de 70 dauphins soldats, majoritairement capturés en mer Noire et cantonnés dans une base à Sebastopol.
Faute de moyens, les miliaires russes les revendent aujourd’hui aux plus offrants, soit comme armes de combat à l’Iran (en date du 8 mars 2000) soit pour les delphinariums du monde entier, où 43 d’entre eux se sont déjà laissés mourir.
D’autres enfin sont utilisés dans le cadre de thérapies payantes pour enfants autistes, au grand désespoir de leurs entraîneurs militaires qui déclarent que ces dauphins, capables des plus extraordinaires manipulations sous-marines, s’ennuient aujourd’hui à mourir.

Tuer un être humain ne fait pas partie des comportements naturels du dauphin de sorte qu’un écolage extrêmement rude est nécessaire pour obtenir l’obéissance à cet ordre.
La US Navy nie d’ailleurs avoir jamais dressé ses dauphins dans ce but et prétend ne les utiliser qu’à des opérations de reconnaissance, de surveillance ou de récupération. On peut en douter, d’autant plus qu’il ne fait aucun doute que les militaires russes, eux, ont bien équipé leurs cétacés soldats (Tursiops, bélougas, globicéphales, etc. ) de tout un harnachement destructeur, incluant notamment des seringues de gaz comprimés attachés sur leur rostre et destinés à tuer les plongeurs ennemis.

Ces dauphins, généralement capturés dans des mers tempérés, doivent également sauter d’un hélicoptère, nager dans des eaux très froides, plonger à des profondeurs excessives pour leur propre espèce et parfois,
exploser avec la mine qu’ils posent ou le mini-canon placé sur leur rostre.

L’intérêt de faire usage de cétacés dressés est important : ils sont en effet capables de communiquer par signaux codés avec leurs entraîneurs (langage intermédiaire de Wayne-Batteau, mis au point dès les années cinquante), de fournir des informations complexes à distance ou d’opérer des actions de déplacement d’objet très délicates ou dangereuses.
Des dauphins ont d’ailleurs été également utilisés lors de la construction de plate-formes sous-marines à usage civil, puisqu’ils ne redoutent pas les paliers de décompression.

Pendant l’année, les dauphins-soldats de San Diego disposent généralement d’un régime de semi-liberté et ne
s’éloignent  jamais des humains lors de leurs sorties en mer, sauf  lorsqu’on leur en donne l’ordre. En 30 ans, selon la US Navy, sept dauphins seulement auraient désertés.

En Angleterre et aux États-Unis, de nombreuses voix se sont élevés comme l’usage des cétacés en tant que « chiens de guerre ». Sensible à ces pressions, la Us Navy s’est longuement expliqué sur son site et dans les journaux, en affirmant que le programme de formation de cétacés de combat avait été interrompu en 1992.
L’information de l’agence Reuter relative au projet Blue Game en avril 2001 vient pourtant de nous prouver que les dauphins soldats sont toujours en service !

 


Retour sommaire


 

 

 

 

Pour en savoir plus 

Dauphins soldats déserteurs

Dauphins militaires :  le site officiel de la US navy !

What’s Wrong with Using a Dolphin as an « Advanced Biological Weapon System »

Ric O’Barry, Frontline, PBS 2000

Photos d’otaries militaires

Historique des dauphins soldats

Historique des dauphins soldats (II)

US Navy Marine Mammal Program

Marine Mammal Systems (MMS)

Annotated Bibliography of Publications from the U.S. Navy’s Marine Mammal Program

http://www.dauphinlibre.be/ce-sera-sans-doute-lhistoire-la-plus-folle-qui-restera-apres-le-passage-de-louragan-katrina/


http://www.dauphinlibre.be/le-25aout2005-on-sen-souvient-louragan-katrina-naissait-au-coeur-de-latlantique-et-se-rapprochait-inexorablement-des-cotes-de-lest-americain-trois-jours-plus-tard-il-ravageait-la-nouvelle-orleans-caus/


http://www.dauphinlibre.be/plusieurs-douzaines-dotaries-et-de-dauphins-dresses-a-detecter-et-a-apprehender-des-terroristes-potentiels-devraient-etre-envoyes-bientot-en-patrouille-autour-dune-base-militaire-de-letat-de-washingto/

 

Retour sommaire

Un dauphin-soldat en Russie. Leurs missions sont encore plus sanglantes qu'aux USA.