Décor naturel : une nouvelle torture pour les orques de SeaWorld ?

2016 SWSD Orca Encounter Key Visual

Le nouveau décor des orques pour 2017

Décor naturel : une nouvelle torture pour les orques de SeaWorld ?

 

Les orques de SeaWorld vont bénéficier d’un nouveau décor.
La compagnie américaine a annoncé que dès l’an prochain, elle « transformerait » ses shows d’orques, affirmant qu’elle  les rendrait plus «naturels» que les spectacles théâtraux d’antan avec leur musique rock. Cette mesure fait partie des ses efforts pour redorer son image et ramener une clientèle en chute libre. Mais les modifications annoncées comme «naturelles» pourrait entraîner une augmentation de l’angoisse mentale des orques captives.

Lancé d’abord au SeaWorld de San Diego, le projet consiste à modifier le décor des bassins pour y inclure des roches, des arbres et d’autres symboles de la nature.
On ne sait pas si l’intérieur des piscines va lui aussi changer et devenir moins stériles et vides qu’elles ne le sont actuellement. Au lieu des images de sauts spectaculaires qui défilaient sur l’écran géant lors des anciennes représentations, on verra désormais des orques évoluer en milieu naturel.
Selon l’analyse des scientifiques, ce pourrait être là une nouvelle torture psychologique pour les orques à un nouveau degré.

 

Deux études distinctes menées auprès de dauphins captifs, l’un en 1989 et l’autre en 1992, ont conclu que les dauphins comprenaient que les images sur les écrans de télévision étaient des représentations de la réalité.
Au cours de l’une de ces expériences, les dauphins ont appris à imiter le comportement d’un dresseur. On leur a ensuite présenté une vidéo d’un dresseur qui jetait une balle dans un cerceau.
Après avoir regardé la vidéo, un dauphin s’est retourné et il est parti à l’autre bout du bassin récupérer la  balle et la déposer lui aussi dans son propre cerceau.
Comme le chercheur le souligne, «le dauphin n’a pas cherche pas à saisir le ballon affiché sur l’écran de télévision. Il est parti récupérer le vrai ballon montré sur l’image ».
Les dauphins ont pu reconnaître leur dresseur sur l’écran, malgré le fait que les images étaient petites et de mauvaise qualité (en particulier sur les vidéos de cette époque), et ils ont été en mesure d’imiter le comportement comme s’ils en avaient reçu l’ordre.
En d’autres termes, ils ont immédiatement compris le contenu de la vidéo et qu’elle représentait une réalité qui avait lieu ailleurs.

 

touchscreen3640400

Dauphin face à un écran tactile

 

« Sur la base de ce que la science nous apprend sur la neurobiologie, la psychologie, la cognition et le comportement des orques, il est évident que ces animaux comprendront dans une certaine mesure ce qui leur sera montré, » explique le Dr Toni Frohoff, directeur de recherche à Sonar.

« Que pourront penser Tilikum, Katina, Corky, Kasatka ou Ulises de tout cela, eux qui ont tous été capturés en mer ? Que ressentiront-ils en regardant ce qui pourrait être leur pays, et même leurs propres familles, avec lesquelles ils ne parviendront pas à entrer en contact ?
Cela pourrait être l’une des formes les plus cruelles de torture psychologique possible que l’on ait inventé pour les orques captives !  A en juger par la façon dont il traite ses cétacés, SeaWorld semble croire qu’elles ne comprennent tout simplement pas leur environnement et qu’elles n’y pensent jamais. Mais des preuves suggèrent fortement le contraire.
SeaWorld ferait bien de commencer à s’informer sur les découvertes et les études relatives à la cognition des cétacés quand il prétend améliorer la situation de ses orques»
, ajoute Frohoff. « SeaWorld doit reconnaître la cruauté potentielle de ses tactiques de marketing. »

 

Cela ne veut pas dire que nous devons nous attendre à voir les orques réagir publiquement aux images qui défileront sur le grand écran, car ils seront concentrés sur les figures qu’ils doivent exécuter pour avoir leur poisson. 
Les cétacés semblent avoir un talent particulier pour accepter leur situation avec une grâce relative (et surprenante), du moins c’est ce qu’il nous semble.
Mais ce n’est pas parce que les orques ne peuvent pas le dire en anglais qu’ils n’en souffrent pas moins de la nostalgie et la souffrance morale. Le stress est une des principales causes de problèmes de santé chez les cétacés captifs.

Il apparaît très clairement que les nouvelles « rencontres naturelles » de SeaWorld sont conçues pour bénéficier exclusivement aux clients humains et aux cadres de SeaWorld.
Si la compagnie voulait vraiment ce qui est le mieux pour ses orques et ses dauphins, elle serait déjà en train de chercher un lieu adéquat pour y établir un sanctuaire marin en bord de mer. En proposant ces écrans naturels, SeaWorld nous dit clairement qu’il entend bien faire de l’argent avec ses cétacés aussi longtemps qu’ils seront en mesure de survivre.

 

sites-sanctuaires-marins

Il existe de nombreux projets de sanctuaires marins pour les orques captives.


Article original
Scientists Call Foul On SeaWorld’s “Natural” Transformation

Lire aussi :
Hyak , l’orque qui regardait les images

 

Nouveau spectacle à Antibes


Blue World : la fin de SeaWorld ?