Delphinariums : quelle volonté politique ?

 

En mémoire d’Iris et d’Ivo

Conférence le vendredi 14 septembre 2001, à 19h30 
Auditoire du Posty,  183 boulevard du Souverain  à 1160 Bruxelles

RAPPORT SUR LA CONFERENCE DU 14 SEPTEMBRE A
BRUXELLES SUR LA CAPTIVITE DES CETACES 
Delphinarium : quelle volonté politique ?

Le 14 septembre au soir, Bruxelles a permis à des intervenants européens de se réunir afin de faire avancer la cause des cétacés encore en captivité sur le
sol européen. Sous l’égide de Planète Vie et de son président le Dr Yvan Beck, modérateur de la table ronde, des scientifiques ont fait face aux  politiques et au public dans le but de trouver des solutions concrètes pour faire cesser l’importation de nouveaux cétacés, leur transfert d’un zoo à un autre et parvenir à imposer des règles de construction de delphinariums tellement strictes que plus personne n’aurait les moyens d’y parvenir, comme c’est le cas en Angleterre actuellement.

Maître Guy Adant,  a présenté les arguments juridiques en tant qu’avocat spécialisé dans les questions de défense animale, en expliquant bien les possibilités offertes par les textes en vigueur en Belgique… s’ils ne comprenaient pas autant d’alinéas permettant aux zoos notamment de posséder des dauphins !

Un représentant du Ministère de l’Environnement a eu le courage de venir affronter les foudres de tous les
opposants à la captivité quelque peu lassés du manque d’action de leurs gouvernants.
Le Dr Rudy de Meester a toutefois expliqué qu’il venait justement prouver l’intérêt porté à un tel drame par sa Ministre, Mme Magada Alevoet, mais que prendre la moindre décision prenait du temps…

Là est le plus gros problème car les dauphins et les orques actuellement en captivité n’en ont pas forcément beaucoup avant de mourir des suites de maladies développées en bassin. Face à de tels constats effectués par de nombreux observateurs dans le monde, que répondre en tant que scientifiques tels que le Dr G. Lippert, vétérinaire océanologue, le Professeur Joiris, éxotoxicologue de la VUB et le Dr Evrard, attaché au Ministère de  l’Agriculture ?

En accord avec une large majorité du public, composé entre autres de représentants d’associations de protection du monde animal, ils ont abordé le point crucial au cœur de la captivité : l’éthique !
En effet, peut-on parler de bons delphinariums et de mauvais quand il s’agit de réduire la vie d’un animal sans son autorisation à quelques mètres carrés d’eau chlorée quand il a besoin de l’immensité de la mer pour se déplacer ?
Dans quel but ? De sauvegarder une espèce qui voit son temps réduit de moitié une fois en captivité ?

Grâce à l’action du journaliste activiste Yvon Godefroid, les participants ont tous pu être bouleversés et souhaitons le, révoltés par le massacre des dauphins perpétré au Japon pour leur  viande et les delphinariums, exposé au grand jour dans un documentaire de l’an dernier…
Et grâce à de telles actions, des dauphins du zoo d’Anvers que personne n’a pu sauver d’un transfert au zoo de Duisburg
ne tombent pas dans l’oubli. En train de mourir dans des conditions inacceptables, Iris et Ivo ont toujours de fervents partisans d’un respect de la vie de chaque être vivant. Si leur vie ne peut être sauvée, leur mort ne restera pas sous silence !

En résumé, quel que soit son argument, il s’agit avant tout de se demander si l’on a le droit moral d’enlever un animal à son univers naturel, à l’arracher aux siens pour lui faire exécuter des cabrioles sans lesquelles ils ne recevront pas leur nourriture….
Qui montrera l’exemple si les politiques ne proposent pas de lois plus contraignantes destinées à maintenir les cétacés dans les océans et favoriser la réhabilitation de ceux privés du droit le plus élémentaire : vivre ?! »

Témoignage de Natacha
Zana
Journaliste écrivaine
Membre fondatrice de l’Association SOS
Dauphins (Québec)

 


 

iris1.jpg

Iris à Anvers

RAPPORT SUR LA CONFERENCE DU 14 SEPTEMBRE 2001 A
BRUXELLES  SUR LA CAPTIVITE DES CETACES

 

Delphinarium : quelle volonté politique ?

Les orateurs :

– Dr Claude Joiris, Belgian expert on marine and coastal biological diversity, Vrije Universiteit of Brussel.

– Guy Adant, avocat

– Le Dr Rudy Demeester, attaché au  Ministère de l’’Environnement (Protection Animale)

– Le Dr Evrard, attaché au Ministère de l’Agriculture

Observateurs présents et/ou invités :

– Le Dr Gérard Lippert , vétérinaire et océanologue (désormais passé dans le camp des amis des delphinariums)

– Claude Goldschmidt Vankerckoven, juriste

– Yvon Godefroid, journaliste, responsable du premier site anti-captivité francophone et correspondant du CFN

– Madame Fontaine, Présidente du Parlement Européen

– Paul Lannoye, Vice Président des Verts Européens

– Les représentants des différents groupes internationaux demandant l’interdiction des delphinariums sur le plan  européen (UK, France, Suisse, Allemagne, Italie, et …). Mr Jean Pierre Sidois de l’association SOS
Grand Bleu
a d’ores et déjà annoncé sa présence.

– Les représentants des 45 associations belges faisant cette demande en Belgique et en Europe

– Le Directeur du Delphinarium de Duisburg

–  Le Directeur du Delphinarium de Bruges

– Monsieur Daman, ancien Directeur du Zoo d’Anvers

« Vous n’êtes pas sans savoir combien la Belgique s’est mobilisée autour du dossier d’Iris et  d’Ivo, les deux dauphins du zoo d’Anvers envoyés en 2000 à Duisburg.
Une vaste campagne fut mise en place dès 1998 qui, – grâce à une forte mobilisation de la presse et de l’opinion publique participa à fermer le delphinarium d’Anvers, mais ne put empêcher le transfert des dauphins vers l’Allemagne.

En revanche, cette mobilisation aboutit à la rédaction de l’ouvrage «Liberté pour les dauphins» en février 2000 aux éditions Labor. Cet ouvrage traité en leçons de classe dans la revue Ecole 2000 (éditée avec le soutien de la Communauté française) fut distribué ensuite aux 5000 enseignants souscrivant à cette revue. (Une nouvelle édition est en cours pour 2015).
Cette action clôtura le premier volet – éducatif – de la campagne.

Nos juristes ont terminé maintenant la rédaction du document qui servira de base de  réflexion pour le volet juridique de cette action. Outre la vigilance constante qu’elle maintient sur nos deux dauphins exilés, la campagne « Iris et Ivo » se fixe désormais d’autres objectifs:

* Une interpellation parlementaire de la Ministre concernée, Madame Aelvoet, à qui ont été remis les conclusions juridiques (reprenant le relevé détaillé des incompatibilités entre les textes de lois tant nationaux qu’internationaux, et le maintien de dauphins en captivité) et les voies éventuelles pour y remédier.
Nous lui remettrons à cette occasion les pétitions recueillies depuis la conférence de presse de novembre 2000, qui complèteront les quelques 30.000 signataires qui exigeaient déjà la fermeture des delphinariums.
Nous demanderons officiellement la fermeture du Delphinarium de Bruges.

*Plusieurs pays européens, la Belgique, l’Angleterre, la France, l’Allemagne, la Suisse,… remettront sur base de documents communs, une demande similaire étendue aux  pays de la Communauté Européenne.

*L’éventualité d’une action en justice pour cruauté envers les animaux contre les responsables du Delphinarium de Bruges a été décidée, si l’action parlementaire n’aboutissait pas.

Les delphinariums signent la fin d’une époque ; ils vont disparaître.
2001 doit valoriser de nouveaux projets en matière d’éducation qui encouragent les notions telles que le
respect de l’autre, l’interdépendance, la complémentarité.

« .

Dr Y.Beck
Président de Planète Vie RNS
Directeur conseil en Belgique pour la WSPA
Avec le soutien du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale

Les études scientifiques originales relatives à la captivité dont s’est inspiré le dossier de la Conférence sont disponibles en anglais sur le site du WDCS

Du cirque et rien d’autre…

Retour Belgique

Retour Accueil