Delphinariums en Allemagne

Ferdinand le béluga et Yogi, le dauphin de Commerson à Duisburg au début des années 2000

sommaire

Juin 2014

Les deux derniers delphinariums d’Allemagne

allemagne-nuremberg-lagon

Le lagon « naturel » du delphinarium de Nuremberg


Mai 2013

Débat public sur les delphinariums allemands

Les cétacés morts à Duisburg.

L’’Allemagne ouvre un débat public sur les delphinariums, auquel sont conviés les jeunes et les enfants, mais aussi les experts devant le Bundestag.  En Belgique, les discussions relatives au Boudewijn Seapark de Bruges ont lieu depuis 3 ans dans le plus grand secret au sein du Conseil du Bien-être animal. Pourquoi ?


Septembre 2010

Allemagne : quatre libérations annoncées !

Palawas, Nando, Kite et Rocko

 


Delphinarium Münster GmbH

Duisburger Zoo – Delphinarium

Heidepark Soltau

Tiergarten Nurnberg – Delphinarium

 


 

Delphinarium Münster GmbH

Dans ce « Zoo ouvert par tous les temps  » (Allwetterzoo), le delphinarium est visitable gratuitement durant toute la journée, dès 10 heures du matin, à la différence de celui de Duisburg où il faut payer une seconde entrée. 

Autre différence : ici, les otaries et les dauphins ont le même statut que les éléphants ou les singes. Ils ne sont pas des animaux de cirque mais de simples pensionnaires du zoo. Ils peuvent dès lors être observés en train de jouer, de se nourrir, de se reposer ou de recevoir leurs entraînements quotidiens destinés à faciliter les examens médicaux ultérieurs. Il n’y a aucun show, on peut entrer et sortir du delphinarium à n’importe quel moment. Ceci marque une tendance intéressante qui vaut d’être notée et indique le malaise croissant de l’Industrie de la captivité sous le feu roulant des critiques adressées à ses shows débiles.

Environ 2 millions de litres d’eau de mer circule dans les deux bassins qui sont reliés l’un à l’autre. Six grands filtres, assurent le nettoyage de cette eau, dont la température est maintenue en permanence entre 19 et  24° C.

Nemo et Nando sont des dauphins Tursiops nés au Zoo de Nuremberg en 1986 et en 1990. Ils vivent à Munster depuis 1996. Leur menu quotidien se compose de harengs, d’esprots, de maquereaux et de calmars. Chaque dauphin consomme en moyenne de 4 à 12 kilo de poisson par jour.

(NB : Selon les critères admis par l’Industrie elle-même, il n’est pas conseillé de ne garder que deux dauphins en captivité. On considère en effet qu’il faut au moins cinq dauphins pour reconstituer une semblant de vie sociale en bassin) 

Paco et Coco sont, eux, des dauphins de rivière de l’espèce Sotalias originaires de Guyane. Ils sont arrivés de Nuremberg en 1991. Ce sont les seuls et les plus vieux Sotalias captifs en Europe. Le Zoo d’Anvers en avait également commandé dans les années 70 mais ils n’ont pas survécu.

Pour en savoir plus : 

Delphinarium Münster GmbH, Sentruper Str. 319, 48161 Münster.
Tel. 0 49 2 51 – 8 15 33 (from 10am), fax 0 49 2 51 – 78 87 21
E-mail: delphinarium@arcormail.de

 

 

Retour sommaire


 

 

Heide-Park Soltau

Heide park

Le Heide-Park Soltau est le plus grand centre de loisir de l’Allemagne du Nord, puisqu’il couvre une superficie de 850 000 m². C’est aussi l’un des plus « beaux » et plus grands delphinarium d’Europe, affirme sa publicité, avec environ deux millions de litres d’eau de mer artificielle. La température de l’eau des bassins est de 18 degrés Celsius. 1800 places assises sont disponibles sur les gradins. De 3 à 5 représentations ont lieu chaque jour.

En été 2002, quatre dauphins Tursiops y étaient détenus,  à savoir : deux femelles du nom de « Daisy » et « Melbourne » et deux mâles du nom de « Fritz » et « Joker ».
Le chef des dresseurs est Max Kolb, « qui accorde une importance particulière à informer son public sur les exploits de ces animaux marins ».

Selon plusieurs activistes internationaux, la situation sanitaire et morale des quatre dauphins de Soltau justifie une action musclée en vue d’une fermeture immédiate.

Retour sommaire

 

 


 

Nurnberg Zoo

Le lagon de Nuremberg

1/8/2012
Le zoo de Nuremberg drogue ses dauphins captifs

Les dauphins captifs à Nuremberg

 

Le delphinarium de Nuremberg (Allemagne) s’est ouvert en 1971. Il a perdu une première fois tous ses dauphins suite à une épidémie, puis a modifié ses installations. En 1980, le delphinarium est enfin parvenu à faire naître un dauphin en captivité. Cet établissement est considéré comme un modèle de modernité parce qu’il ne fait pas mystère de ses déboires antérieures (de nombreux dauphins y sont morts) et tient un discours extrêmement habile à propos de la captivité.

En réalité, le zoo possède deux delphinariums, mais un seul est ouvert au public, l’autre étant réservé aux études – nombreuses – et à l’élevage. Plusieurs fois par jour, une présentation des dauphins est faite par les soigneurs.
Il s’agit bien d’une « présentation » et non d’un spectacle. Le comportement, le mode de vie, le régime alimentaire des dauphins sont expliqués à cette occasion.
L’entrée du delphinarium est payante, mais vous pouvez également observer les dauphins sous l’eau gratuitement ; en effet en passant derrière le bâtiment, vous longerez un couloir de vitres donnant sur le bassin.

Notons qu’à l’emplacement actuel du delphinarium, se trouvait jadis l’installation pour les ours blancs. En effet, le zoo possédait un vieil ours qui mourut. Le zoo de Karlsruhe cherchait alors un zoo pouvant accueillir ses quatre ours blancs pendant le temps de la construction de la nouvelle installation au zoo de Karlsruhe. Le zoo de Nürnberg se proposa donc et hébergea les quatre ours.

Malheureusement , le 29 mars 2000, aux alentours de 18h30, un visiteur libéra les quatre ours blancs qui se mirent à gambader dans le parc. Par chance, les visiteurs étaient peu nombreux et ils furent évacués rapidement. Des équipes s’organisèrent, et les soigneurs essayèrent d’endormir les ours mais leur pelage hivernal ne permit aux projectiles d’atteindre leur but. Des appâts de viandes furent également déposés dans l’enclos mais cela resta sans succès. Avec la tombée de la nuit et le stress grandissant chez les ours, une seule solution devenait envisageable. Le zoo de Karlsruhe fut prévenu et donna son accord. Les quatre ours furent donc abattus.

Le zoo de Karlsruhe héberge aujourd’hui deux ours blancs dans sa nouvelle installation. Ces deux ours sont prêtés par le zoo de Hanovre pendant la rénovation de leur installation. Le zoo de Nürnberg, quant à lui, projette de construire une nouvelle installation pouvant héberger des ours blancs mais pour l’instant cela reste un projet.

Tout comme Munster, Nuremberg soutient le projet de protection de la nature en Amérique du sud intitulé « Yaqu Pacha  » (« Le monde marin » en langue Quetchua). Yaqu Pacha a été mis sur pied par un scientifique qui avait déjà mené des recherches sur la vision des couleurs chez les dauphins, dans l’aquarium de Nuremberg.

Fondée en 1992, cette organisation entend défendre les mammifères marins Amérique du sud. Les baleines, dauphins, loutres, phoques et lamantins de cette région sont particulièrement menacés. L’organisation se charge également d’impliquer les populations locales en la sensibilisant à la protection des espèces.

Aujourd’hui, le delphinarium de Nuremberg envisage de très vastes projets d’expansion.
Voici quelques extraits rapidement traduits de l’allemand en anglais puis de l’anglais en français, des pages d’un site entièrement consacré à ce nouveau développement : la création d’un lagon géant !

Lagune 2000
 » Une nouvelle dimension ! »
La première page du site annonce que le Lagon 2000 sera ouvert en l’an 2005. Une piscine sera construire de plus de 50 mètres de long, d’une profondeur de six mètres et d’un volume de 3 millions de litres. A noter : cette piscine sera pour la première fois décorée de rochers, coraux, algues, etc.
La terrasse des visiteurs, qui encadre la piscine, pourra accueillir 2500 personnes. Le projet est estimé à 14 million d’Euro !

« La fascination qu’exercera ce lagon ne peut s’exprimer à l’aide de mots, explique le site, un horizon ouvert, une douce brise de mer, l’eau qui reflète la lumière du soleil, agitée par le jeu de corps profilés pour les flots ».

Le lagon, étudié pour offrir l’aspect d’une pièce d’eau naturelle, accueillira les dauphins et les otaries du zoo et s’intègrera harmonieusement en son sein.
Du haut de la terrasse, les visiteurs profiteront des jeux et des sauts de nos amis dauphins, avec une perspective toute nouvelle.
Une technologie multimédia dernier cri sera également mise au service des visiteurs, qui diffusera en permanence des images filmées en pleine mer et des informations relatives à la biologie et aux mode de vie des animaux.

La Salle Bleue est le centre magique du lagon.
Une vaste fenêtre panoramique s’ouvre sur le fond du lagon, permettant aux visiteurs de voir nager sous l’eau les otaries et les dauphins comme s’ils se trouvaient parmi eux.  Des caméras distribuées dans l’ensemble de la pièce d’eau permettent en outre d’apercevoir les activités les plus secrètes des animaux.
Diverses conférences et séminaires se tiendront dans cet espace. Le site continue en rappelant tout le bien qu’il faut penser des zoos et de leur apport scientifique (recherches sur le sonar, les capacités cognitives, l’abstraction et la perception des couleurs, nombreuses recherches menées au zoo de Nuremberg dans le domaine de la médecine vétérinaire qui permettrait, à partir des soins données aux animaux captifs, de trouver des solutions d’aide
médicale pour les animaux sauvages ou échoués (assertion fausse). La naissance des delphineaux y est étudiée jour après jour sous l’oeil des caméras.

Un vaste programme de delphinothérapie à l’usage des enfants autistes s’intègre dans ce cadre merveilleux :il s’agit d’un projet commun au Zoo de Nuremberg et à l’Université de Würzburg.
Cette initiative prise sur la base des « excellents résultats obtenus à ce niveau tant à Eïlat qu’en Floride » (?).
Ces programmes seront surtout utiles dans le cas d’enfant qui ont de gros problèmes avec le contact humain : en outre, « les séances en delphinarium pourront être analysées scientifiquement et les changements chez les enfants mesurée de manière plus stricte ».

 

Retour sommaire