Des éléphants à l’île Maurice ?

Casela Park Ile Maurice

 02/22/13

Des éléphants à l’île Maurice ?

Eléphants, rhinocéros, girafes, hyènes et près de 180 autres animaux du safari africain débarqueront bientôt à Maurice.
«Casela Nature et Leisure Park inaugure une nouvelle étape de son développement dont l’objectif est de faire ce parc un endroit très fréquenté par le grand public et une référence dans l’océan Indien.
Médine a invité le Premier ministre, le Dr Navin Ramgoolam, vendredi dernier à procéder à la pose de la première pierre de la nouvelle infrastructure et pour dévoiler une plaque commémorative.

L’événement a eu lieu en présence de nombreuses personnalités politiques, du Tourisme, de cadres de Médine ainsi que leurs partenaires en affaires. Le master plan a été réalisé avec la collaboration du Sanderson Group (cabinet de consultants australien). Casela Nature and Leisure Park Cascavelle est une destination récréative qui viendra enrichir davantage l’espace des loisirs dans l’île», a déclaré Dany Giraud Chief Executice Officer ( CEO) de Médine.

Le nouveau Casela comprendra cinq thématiques :

1. Safari Kingdom : Quad, safari Photos, Espace dédié aux félins, éléphants, crocodiles et interactions avec les girafes.

2. Nature Kingdom : Parc d’oiseaux, Canopy Park, Animal Show.

3. Mountain Kingdom: Canyoning, Via Ferrata, Tyroliennes, Ascension en ballon et Mountain crossing.

4. River Kingdom : Wave pools, toboggans aquatiques ( enfants et adultes) lagon et rivière artificielle.

5. Discovery Centre : Cinéma en 5D, découverte des sciences naturelles et l’histoire de Maurice à travers de cartes géantes 3 D ».

Force est d’admettre que le Casela Park est un endroit de toute beauté, paisible, bien tenu, apprécié des familles autant que des touristes et dont les critères en terme de respect du bien-être animal correspondent aux normes européennes.
Notons cependant que les contacts rapprochés avec des félins juvéniles peuvent poser question.
De dangereuses « rencontres avec les lions, tigres ou guépards » dans leur enclos (500 roupies) ou des promenades avec eux (2.000 roupies) sont en effet organisées, après que le visiteur ait signé une décharge et accepté que le parc ne soit pas impliqué en cas d’accident.

Aucun zoo soumis à la DIRECTIVE 1999/22/CE n’accepterait de prendre de tels risques, pas plus que d’exposer ses visiteurs aux morsures des zèbres ou au coup de pattes mortel des girafes. Aucun n’y serait autorisé par la loi.
Quant aux balades à dos d’éléphant, elles ne seront pas sans risques non plus, quoiqu’en disent les promoteurs.

 

 

Casela Park : rencontre avec les lions.

 

Le sort des fauves une fois adultes a donné naissance à des rumeurs de canned-hunting en Afrique du Sud.
Un accident avec les lions a également été évoqué l’an dernier.
Ces informations ont été  démenties par l’entreprise :
« Casela a été créé en 1979 et est très ancien. Maintenant il veut se développer de manière à donner lieu à quelque chose d’unique. Comme Safari Adventures est un spécialiste en faune et qu’en ce moment nous avons 19 lions, quatre tigres et deux guépards, la compagnie Médine nous a offert de mettre à niveau nos installations actuelles parce que le nouveau projet, qui débute en 2013, consiste à introduire quelque 180 animaux uniques au parc », a dit Ben Bristow, le General Manager de Safari Adventures.
« Le but de la société est de créer un groupe d’élevage de lions, guépards et tigres en captivité afin qu’à l’avenir, il puisse aider à repeupler ces espèces dans la nature, surtout les guépards et les tigres qui sont en voie de disparition », a-t-il précisé, sans dire comment il s’y prenait pour enseigner à ses jeunes fauves à chasser et  mener une vie sociale de félin sauvage.
« Certaines personnes perçoivent les lions comme étant le roi de la jungle, néanmoins pour d’autres il inspire la peur. Nous espérons montrer aux gens que si on traite avec amour et respect les lions, les tigres et les guépards, ils se rendront compte que ce sont des créatures magnifiques avec qui nous avons la chance de partager cette terre » a encore ajouté Ben Bristow.

Photo YG 2012

L’inévitable tigre blanc, une espèce peu menacée puisque endémique aux seuls zoos.

Croyons le sur parole. Et admirons ses talents de dresseur, car les fauves ne s’approchent qu’une baguette à la main.
Un long travail de « débourrage » a sans doute rendu ce petit objet très menaçant pour les grands félins…

« Concernant l’introduction d’éléphants dans le parc, nous sommes actuellement en négociations avec le gouvernement de l’Inde et l’organisation Convention on International Trade in Endangered Species (CITES). Les éléphants seront utilisés pour des interactions. Des balades en selle sur les éléphants sont aussi prévues et ces activités sont spécialement conçues pour une sécurité maximale », a affirmé le General Manager de Safari Adventures. Il a aussi indiqué qu’il aura des installations qui seront spécialement aménagées pour des cirques où évolueront des animaux. (Le Matinal)

 

Mais revenons à nos éléphants.
Vu l’espace dont dispose le domaine, on peut supposer que les pachydermes, qui arriveront d’Inde, y seront bien traitées et bénéficieront en outre d’un climat parfaitement adapté à leurs besoins. Seront-ils heureux pour autant ?
Et puis, est-il éthique d’enfermer à titre d’attraction payante des êtres dont l’intelligence, la mémoire, l’anticipation du futur, la conscience de soi, le goût de la vie sociale et le sens de la compassion, n’ont rien à envier à nos propres capacités cognitives ou émotionnelles ?

Des associations de scientifiques se posent aujourd’hui cette importante question.
De quel droit enferme-t-on à vie des individus conscients innocents de tout crime dont le rêve de bonheur est identique au nôtre : vivre libre selon ses coutumes, dans sa famille, parmi les siens ?