Féroé : des tueries toute l’année !

Massacre des globicéphales aux îles Féroë. Ceci se passe en Europe au 21eme siècle !

 Massacre des globicéphales aux îles Féroë


 

2014

19/9/2012
Des tueries toute l’année !

La Dolphin Connection

Réseau cétacés

Globicéphale


 

19 Juillet 2011

Iles Féroë : le massacre reprend ce 19 juillet 2011 !

 Seashepherd repart au combat pour sauver les globicéphales !


septembre 2010

Seashepherd sur la ligne de front !

Les îles Féroé sont une ancienne colonie Viking qui se situe en plein océan, entre l’Ecosse et l’Islande.
Elle est aujourd’hui le théâtre de l’une des chasses sans doute les plus barbares jamais commises par l’Homme sur une espèce non-humaine.

Chaque année, près de 1.500 globicéphales, ces paisibles et sympathiques cétacés à peau noire, sont rabattus vers des baies où les attend une bande de tueurs ivres de sang et de bière forte, qui les massacrent juste pour le sport, au nom de traditions datant du Moyen Age.

Les insulaires, au volant de leurs hors-bord ultra-rapides, poussent dans un premier temps les cétacés vers une baie le long des côtes. Cette chasse peut durer longtemps, cela fait aussi partie du plaisir !
Epuisés, terrifiés, hagards, les globicéphales sont progressivement amenés vers des zones de moins en moins profondes. Et c’est là que la vraie fête commence.

Les habitants de Iles Féroé plongent à de multiples reprises leurs gaffes de métal lourdes de plus de 2 kilos dans la chair palpitante des malheureux cétacés, jusqu’à ce que le croc s’accroche.
Une fois l’animal bien arrimé aux flancs de l’embarcation, un couteau long de 15 centimètres est enfoncé dans sa nuque à travers la couche de graisse et la chair. Les artères et les centres nerveux sont atteints : la mer rougeoie du sang des baleines qui hurlent de douleur et finissent par mourir… plus ou moins vite, selon la dextérité de leur assassin.

Les insulaires célèbrent cette joyeuse boucherie commune dans une ambiance de carnaval populaire.
Dès leur plus jeune âge, les enfants des écoles sont mis en congé pour l’occasion afin de pouvoir participer à ce massacre collectif. Ces charmants bambins blonds courent vers la baie pour grimper en riant sur le dos des cétacés qui vomissent leur sang en une ultime agonie.

De telles horreurs sont-elles encore tolérables en Europe au 21ième siècle ? Le Danemark, rappelons-le, a signé la Convention de Berne ainsi que la Convention de Bonn sur la Conservation des Espèces migratrices, qui toutes deux, protègent le globicéphale. 

Combien d’enfants dans cette foule ?

 

«En 1983, 1985, 1986, ainsi qu’en 2000, poursuit Paul Watson sur son site, «l’association Sea Shepherd  s’est opposée à ce cirque de mort. Nos efforts ont largement contribué à faire connaître ce rituel sanglant à la communauté internationale. En 1987, la BBC a ainsi  diffusé un documentaire filmé intitulé « Moisson noire » qui faisait la synthèse des interventions du SSCS pour mettre fin à ces massacres sur les plages des Iles Féroe.

Ces images illustrent avec force l’horreur pure que constitue cette « tradition féroïenne ».
Les enfants de ces îles sont, on le sait, victimes des taux les plus hauts élevés jamais observés dans le monde en terme de contamination par le mercure. Le mercure, on le sait, est une substance chimique qui détruit des zones importantes du cerveau humain, en ce compris celles qui gèrent les fonctions cognitives.

Est-ce là l’une des raisons qui permet d’expliquer comment ces descendants des Vikings se montrent capables de se livrer à de tels actes de barbarie avec une telle jouissance ? La question vaut d’être posée quand on sait que le niveau de cruauté manifestée lors de ces orgies sanglantes dépasse largement celui des pêcheurs de phoques de Terre-Neuve et des tueurs de dauphins japonais.

Certains habitants de cette île n’hésitent pas aujourd’hui à se vanter publiquement de tout le plaisir qu’ils ont à saigner chacun de ces paisibles et grands dauphins jusqu’à la mort, à leur faire exploser les globes oculaires à coups de couteau ou à éventrer des femelles enceintes pour en extraire des foetus encore frétillants !

Rappelons-le une fois encore, ceci se passe en Europe chaque année,  à quelques encablures de la France et de l’Angleterre.
Peu nous importe, quant à nous, si les globicéphales nagent encore – mais jusques à quand ? – en troupes importantes dans les eaux de l’océan et que leurs « stocks » ne sont pas en danger.
Peu nous importe que ces chasses constituent une tradition locale, comme a pu l’être le cannibalisme en Papouasie et comme le sont encore la corrida, la chasse à cour ou la tenderie…

Ce n’est pas ainsi que l’on traite les cétacés, ces êtres supérieurement intelligents sensibles dotés de systèmes sociaux, de cultures et de langages d’une complexité inouïe et qui sont, de ce fait, parfaitement capables de ressentir, comme nous, la détresse, l’angoisse et le désespoir au-delà de la seule souffrance physique.  Les cétacés sont des personnes.

 

 

En savoir plus :

http://seashepherd.org/

http://news.bbc.co.uk/1/hi/programmes/from_our_own_correspondent/3104494.stm

http://faroes.org/cruelty.html

Les globicéphales ne sont pas toujours les seules invités de ce « rituel » sanglant

REAGIR !

Le mois d’août est idéal pour tuer, car les futures mères enceintes se rapprochent des côtes pour accoucher. Certains se chargent de la césarienne…

Ce dernier refuge de Vikings sanguinaires que sont les Féréoë constitue un territoire politiquement autonome, certes lié économiquement au Danemark, mais doté de son propre Gouvernement. Et c’est à lui qu’il faut s’adresser et c’est l’île elle-même qu’il faut boycotter au niveau
touristique (via les agences qui prônent cette destination et les sites qui chantent la gloire des « ‘traditions baleinières » )!


 

Réponse de l’Europe :

LEVY Daniele à Yvon Godefroid
12 nov.08

Ici nous avons reçu des réactions de citoyen(ne)s très choqués par le massacre des calderons à l’île Féroé. Je vois ces emails, et depuis je suis « malade ». Mais que pouvons nous faire ?

J’ai envoyé hier un email à « 30 millions d’amis », association très connue en France, qui n’avait à ce jour pas de pétition contre ce massacre. Peut être faudrait-il alerter aussi Brigitte Bardot (si elle ne l’a pas déjà été). Malheureusement,voici ce que nous devons constater et répondre :

Pour ce qui en est des îles Féroé, celles-ci, quoique appartenant au Danemark sont soumises à un statut particulier. Ce territoire ne fait pas partie de l’Union européenne.

En conséquence, les îles Féroé ne sont pas soumises aux réglementations européennes, en ce qui concerne l’utilisation des ressources halieutiques de leurs eaux intérieures, par leur propre population.

Il est donc très difficile aux autorités de l’Union européenne d’intervenir en ce domaine.

Bien à
vous.
Daniele LEVY

Unité Courrier du Citoyen
Parlement européen
GOL 03A021
L – 2929 Luxembourg
Tel : +352/4300.22569
daniele.levy@europarl.europa.eu

Cela n’a pas empêché le Danemark d’envoyer des troupes pour arrêter les militants de Sea Shepherd aux Féroé en 2014 !  

 

 

Date: Thu, 30 Oct 2008 14:43:00 -0400
Subject: Re: Trans. : tr: pourquoi???
From: info@gremm.org
To: mongoozman@hotmail.com

Bonjour,
Nous avons reçu plusieurs messages d’internautes inquiets et choqués suite à un courriel circulant sur Internet présentant des images sur la chasse au globicéphale dans les îles Féroé.
Comme toutes les images présentant la mise à mort d’animaux, elles sont difficiles à regarder et provoquent chez beaucoup le désir d’en savoir plus.
Voici donc quelques informations et des liens pour  aller plus loin. Cette chasse traditionnelle est encadrée par les autorités et permet aux communautés de se procurer de la viande.
Cette chasse vise des espèces qui ne sont pas en péril. Les méthodes d’abattage font l’objet d’un programme de suivi vétérinaire pour minimiser le temps de mise à mort. La viande et le gras de ces baleines contiennent des contaminants qui peuvent affecter le développement neurologique des enfants, ce qui suscite un questionnement chez la population: comment concilier tradition et santé ?

Informations générales sur les îles Féroé:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Îles_Féroé

Reportage de 14 minutes sur la chasse aux îles Féroé:
http://www.pbs.org/frontlineworld/stories/faroe605/video
Site officiel des tueurs des îles Feroé:
http://www.whaling.fo

Au plaisir,

Véronik de la Chenelière
Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins
GREMM
108 de la Cale sèche
Tadoussac, Qc, Canada G0T 2A0
tel.: 418-235-4701
fax.: 418-235-4325
courriel: vcheneliere@gremm.org

………………………………………………………….

 


Mars 2010
Réponse à Julie

Les globicéphales ont des frères, des soeurs, des mères, des amis, une famille comme vous et moi. Qu’on en tue un ou dix ou cent, cela revient au même. La souffrance émotionnelle est la même. Jamais, de mon vivant, je ne tolérai  ces massacres ou ces confinements en cellule que des Singes Humains qui se croient « supérieurs » imposent à des êtres innocents et gentils, dont l’intelligence propre dépasse nos facultés de compréhension.

Allez-vous laisser mourir un enfant haïtien, au prétexte que la population globale de l’île n’est pas fondamentalement menacée  ?
TOUS ressentent la souffrance et ont peur de la mort.

Cordialement
Yvon

Fri, 26 Mar 2010 00:35:51 +0100
Subject: Re: faroe
From: Julie
To: mongoozman@hotmail.com

je viens de voir une vidéo, et finalement, voyant cet homme égorger nonchalamment un dauphin avant qu un camion en traînant un autre n’arrive sous son nez agonisant, je ne pense pas que ce soit fait avec respect ni remerciements pour l animal…
en fait, il faudrait en parler avec les personnes qui le font pour en savoir plus.
je mange de la viande, et je remercie quand je la mange.
j en mange rarement.
je ne sais pas si je serai capable de tuer par moi même, et si c’était le cas, je le ferai avec un profond respect pour l animal, après
lui avoir présenté mes remerciement et le fait que moi aussi je finirai par nourrir la nature. ceci dit, 1500 bêtes pour combien de personnes, pour une durée d un an, ne serait ce pas raisonnable quelque part?
je me risque à vous dire le fond de ma pensée, j’espère que je vous mettrai pas trop en boule. merci de votre attention !!!!
n’hésitez pas à me passer un savon comme vous le faites si bien je ne vous en voudrais pas.

Le 26 mars 2010 00:03, Julie a écrit :

Bonjour Yvon,
Tout d abord, merci de faire véhiculer l’information. Ensuite, je vous écris pour vous dire que je ne suis pas enchantée de vous lire, car vous êtes tout de même très violent. Je ressens bien peu ce que peut être de subir ces traitement eux aussi très violents; et je ne suis pas enchantée du tout non plus de prendre connaissance de l’existence de cette tradition. Ceci étant, même si je ne peux pas parler à votre place, je pense que vous gagneriez en crédibilité si vous cessiez de manquer de respect vis à vis des habitants du village concerné, y compris des pêcheurs, malgré votre immense révolte au
combien fort compréhensible. Eux au moins tuent pour manger de leur propres mains, on est loin de l’industrie mécanique dé-responsabilisante. Nous ne pouvons pas obliger les autres à être vegan. De plus nous ne sommes pas dans leur tête, il n’est pas impossible qu’ils tuent dans le respect de leur proie, et avec reconnaissance.
Il y a beaucoup à dire, je souhaitais vous faire part de ces points de vue en particulier.  Avec respect,
Julie, 27 ans.

 

Le globicéphale : un mammifère sensible, intelligent et socialement,t sophistiqué