Parlerons-nous bientôt avec les animaux ?


5 décembre 2011

La grande question de 2012 :
Parlerons-nous bientôt aux animaux ?

Un article de Jennifer Viegas

En cette année 2011, d’énormes progrès scientifiques ont été réalisés dans la compréhension des vocalisations des animaux non-humains.
Mais pourrons-nous un jour entretenir avec eux des conversations significatives, de telle sorte que chacune des deux espèces, la nôtre et celle avec qui nous parlons, puissent réellement se comprendre ?

Regardons par exemple ce que nous avons appris récemment à propos des dauphins.
Des recherches menées il y a quelques mois à peine ont révélé que ceux-ci s’expriment exactement de la même manière que nous en termes physiologiques.

Jusque récemment, on affirmait encore que les sons émis par ces odontocètes n’étaient que de simples sifflements, alors que nous savons aujourd’hui que ces « bruits » sont produits par les vibrations de membranes analogues à celles qui génèrent la voix humaine..

Les ingénieurs en acoustique, John Stuart Reid et Jack Kassewitz, attachés à l’organisation « Parler dauphin ! »  ont crée un instrument nommé CymaScope qui révèle en détails les structures très élaborées des émissions sonores des dauphins et permet de les étudier directement sur base d’images visuelles.

Cymaglyphe

Comme s’ils s’attelaient à déchiffrer des hiéroglyphes égyptiens, les chercheurs tentent dès lors d’inférer la signification même de ces structures verbales.
Car on le sait, les dauphins ne se contente pas de siffler : ils produisent des gazouillis, des trains de clicks, des aboiements, des braiments d’âne, des cris pulsés d’intensité croissante, des cris rauques, des grincements, des miaulements, des gémissements, des jappements et autres productions sonores,  lesquelles indiquent clairement qu’il s’agit là d’outils destinés à entretenir des interactions sociales extrêmement complexes et sophistiquées.

Le langage des dauphins est fait d’images et de sons abstraits, comme les hiéroglyphes.

Il existe désormais des preuves irréfutables que les dauphins peuvent «voir» avec le son, de la même manière que l’échographie permet de voir le foetus dans l’utérus de sa mère.
Jack Kassewitz insiste : « Le CymaScope fournit notre tout premier aperçu de ce que les dauphins peuvent «voir» grâce à leur sons. Dès lors, rien ne nous empêche de mettre au point un équipement spécial afin de reproduire ces mêmes vocalisations, d’en comprendre le sens et d’entamer un véritable dialogue avec les dauphins ! « 

Plus récemment encore, nous avons également appris que les enfants pouvaient comprendre les aboiements des chiens et se font comprendre d’eux bien mieux que les adultes.
Les aboiements ne constituent certes pas des « mots » au sens où nous l’entendons, mais bien plutôt l’expression spontanée de divers états émotifs. Ils n’en contiennent pas moins nombre d’informations spécifiques à propos de ce que le chien pense.

Pour compléter les « blancs » conversationnels d’animaux tels que les chiens, les chevaux ou les chats,nous faisons tous appel – humains et non-humains – à d’autres modes de communication, tel que le langage du corps.
Bon nombre d’entre nous apprécient déjà de dialoguer avec leurs animaux domestiques préférés, même si un certain degré de mystère demeure à ce propos.

Je pense que l’un des domaines de recherche parmi les plus prometteurs concerne les vocalisations des primates.
Les chimpanzés, par exemple, communiquent les uns avec les autres de manière très complexe.
Certains d’entre eux se montrent très doués pour saisir le sens de ce que nous
leur disons. .Quelques études sont également menées, qui tentent aujourd’hui de déchiffrer les sons produits par ces primates et de comprendre, notamment, comment les bonobos expriment vocalement leurs pensées leurs pensées au sujet de la nourriture.

Selon moi, un système de communication primitif pourrait bien être partagé par tous les mammifères.
Il est évident que nous comprenons tous les sons et les appels indiquant le danger, la peur ou la satisfaction émis par un grand nombre de non-humains.
Souhaitons que d’autres recherches préciseront mieux encore la signification des autres sons produits par ces animaux.

Qui sait ? Par ce biais, nous pourrons apprendre bien des choses à propos de nous-mêmes et apprendre des autres nombre d’informations utiles.
Par exemple, il y a peu, on a découvert que les chimpanzés se soignaient eux-mêmes à l’aide de plantes médicinales. Ils peuvent dès lors connaître des choses que nous ignorons à propos des propriétés curatives de certaines plantes ou de certains insectes.


 Lire aussi :
http://www.dolphincommunicationproject.org/
http://www.liberation.fr/sciences/010148475-le-dauphin-un-animal-dote-de-petits-noms

http://www.blog-les-dauphins.com/les-dauphins-possedent-ils-un-nom-un-prenom-et-une-nationalite-la-question-de-la-signature-sifflee-ou-sifflement-signature/

http://www.dauphinlibre.be/dialoguer-enfin-degal-a-egal/
http://dailyfreepress.com/2011/09/26/dolphin-dialogues/