Faut-il maintenir les orques en captivité ?

Lolita-tank3

Lolita au Miami Seaquarium

Faut-il maintenir les orques en captivité ?

Smart, Social and Erratic in Captivity
Un article du New York Times

Faut-il maintenir en captivité certains animaux parmi les plus sociaux, les plus intelligents et les plus charismatiques de la planète ?
C’est une question qui se pose aujourd’hui plus que jamais, tant du côté des scientifiques que du côté des défenseurs des droits des animaux, parfois à propos de proches cousins de l’homme, comme le sont les chimpanzés ou d’autres grands singes, mais aussi à propos d’un autre mammifère remarquable pour son intelligence et son organisation sociale complexe  : l’orque ou «baleine tueuse».

Les orques, que l’on trouve dans tous les océans du monde, étaient autrefois aussi méprisées que les loups.
Mais dans les 50 dernières années, ces élégants prédateurs noirs et blancs – qui sont une menace pour les phoques et autres proies quand ils sillonnent les océans, mais qui sont souvent amicaux avec l’homme à l’état sauvage – ont rejoint le panthéon des animaux sauvages adorés, aux côtés des ours polaires, des éléphants et des lions.

marineland-ours-soleil

Ours blanc au Marineland d’Antibes


Avec une espérance de vie qui se rapproche de celle de l’homme, les orques ont des liens familiaux très forts, une communication vocale élaborée et des techniques de chasse coopératives.

Leur beauté et leur puissance, combinées avec une bonne volonté réelle lorsqu’elles travaillent avec les hommes, ont fait d’elles les stars légendaires des shows de delphinariums.
C’est aux alentours de années 60 qu’elles ont été capturées pour la première fois par des parcs marins. Désormais, aux Etats-Unis, les orques ne sont plus capturées très jeunes à l’état sauvage afin de grandir en captivité. Elles sont élevées en captivité afin d’être exposées au public dans les parcs aquatiques. (1)

Certains activistes et scientifiques tentent depuis de nombreuses années de s’opposer à leur maintien en captivité.
Ils dénoncent leur qualité de vie dans ces enceintes artificielles et leur dressage destiné à des spectacles de cirque. Ils demandent qu’on leur fournissent un environnement plus naturel, tels que des enclos fermés en bord de mer, par exemple, mais exigent aussi qu’il soit mis fin à l’élevage des orques et à leur utilisation dans ce que leurs opposants appellent du «divertissement» et ce que les parcs aquatiques appellent de «l’éducation ».

 


Aujourd’hui, le sujet est évoqué avec une intensité nouvelle, tant par le biais du documentaireBlackfish que du livre Death at SeaWorld de David Kirby.
Tant le film que le livre se concentrent sur la mort de Dawn Brancheau, une dresseuse de SeaWorld Orlando (Floride) en  en 2010. Cette jeune femme a été entraînée sous l’eau par une orque baptisée Tilikum, qui avait déjà été impliquée dans la mort de 2 personnes auparavant.

L’événement a conduit à deux citations à comparaître pour violation de la sécurité par laOccupational Safety and Health Administration (OSHA), en raison d’un contexte de travail dangereux. A l’heure actuelle, la bataille juridique est toujours en cours. L’OSHA estime notamment que les dresseurs devraient être séparés des orques. L’amende la plus récente imposée à SeaWorld date de juin 2013, et SeaWorld a fait appel de ces deux décisions. (3)

Le film et le livre font valoir que les actes de Tilikum étaient délibérés et que son comportement n’est que le résultat des dommages psychologiques causés par la captivité, pas uniquement à SeaWorld, mais également dans l’autre parc qui l’a gardé auparavant.
Pour SeaWorld, en revanche, ce décès était un accident, pas un meurtre délibéré.
Au-delà de la mort de Dawn Brancheau et au-delà des arguments relatifs à la façon dont SeaWorld gère ses différentes installations, il subsiste un désaccord fondamental sur la question de savoir si les orques et les autres cétacés – le groupe de mammifères marins comprenant les baleines, dauphins et autres marsouins – doivent encore être ou non maintenus en captivité.

 

 

Tout cela rappelle, à bien des égards, le mouvement visant à déplacer tous les chimpanzés captifs dans des sanctuaires.
Ce mouvement a connu récemment deux succès majeurs quand le National Institute of Health a décidé de mettre à la retraite la plupart de ses grands singes et quand le Fish and Wildlife Service  a proposé de considérer désormais tous les chimpanzés comme des animaux menacés, érigeant ainsi de nouvelles barrières à l’expérimentation de ces animaux.

Mais la situation des orques est différente.
Il y en a beaucoup moins en captivité – au total 45 dans le monde, d’après l’organisation  Whale and Dolphin Conservation – et des milliers de gens les aiment, en partie à cause de leurs performances dans des parcs aquatiques comme SeaWorld, qui dérangent les opposant à la captivité. Une grande partie des études relatives aux mammifères marins ont aussi été réalisées dans ces parcs.

Mais même les scientifiques qui ont travaillé avec des dauphins captifs mettent les orques à part en raison de leur taille, de leurs possibilités de mouvement à l’état sauvage, et de la nature très soudée de leurs réseaux sociaux.

 

orques-nageant-dans-locéan-arctique-585x390

Les orques d’Islande ne supportent pas la chaleur des bassins

 

Diana Reiss, du Hunter College (New York), qui a étudié la conscience de soi chez les dauphins mais qui n’a pas pris part à la réalisation de «Blackfish», indique ainsi que la question du maintien en captivité d’animaux comme les dauphins est importante et qu’elle doit être posée.
Mais, selon elle, il n’y a aucune ambigüité concernant les orques. « Je n’ai jamais pensé qu’elles devaient être captives », indique-t-elle. « Je pense que, sur le plan moral comme sur le plan scientifique, c’est injustifiable».
(C’était également l’opinion de M. Fred Daman, l’ancien directeur du Zoo d’Anvers) 

L’animal en question, Orcinus orca, est en fait le « dauphin » le plus grand qui soit.
Il semble qu’il ait été baptisé « baleine tueuse » non pas parce qu’il s’agissait d’un animal méchant, mais parce qu’il s’attaquait aux baleines.
Cette espèce a un régime alimentaire varié, certains groupes se nourrissant de poissons, d’autres se nourrissant surtout de phoques. Il semble que les orques puissent aussi manger des pingouins et d’autres oiseaux marins, occasionnellement des calamars et des tortues, et même un orignal ou un cerf qui nage.

Les mâles peuvent atteindre jusqu’à 10 mètres de long et peser jusqu’à 9,5 tonnes.
Les femelles sont plus petites, jusqu’à 7 tonnes, mais vivent plus longtemps. Alors que les mâles vivent en moyenne 30 ans et peuvent atteindre 60 ans, les femelles vivent normalement 50 ans mais peuvent en atteindre 90. Les orques vivent en famille et en groupes, des groupes qui peuvent varier de quelques animaux à 15, bien qu’il leur arrive temporairement de rejoindre des groupes de 200 individus ou plus. (5)

Les orques nagent partout dans le monde, et les différents groupes peuvent avoir des régimes alimentaires, des comportements et même des caractéristiques physiques différentes. Un sous- groupe du Pacifique Nord-Ouest, appelé aussi la communauté résidente du sud, est répertorié comme espèce menacée dans le «Endangered Species Act» des Etats-Unis.

Les orques peuvent voyager sur de longues distances. « Elles peuvent faire 160 kilomètres par jour », indique Lori Marino, une chercheuse de l’Université d’Emory (Atlanta) qui a travaillé avec le Dr Reiss. Elle est aussi une activiste, apparaissant dans « Blackfish » et s’opposant à la captivité des dauphins et des orques.

 

OrcinusOrca3 (1)

Le cerveau d’une orque comporte plus de circonvolutions que le nôtre

Les orques ont un cerveau complexe, et les comportements des groupes sont si variés que les scientifiques n’hésitent pas à parler de cultures différentes.

L’opposition au maintien des orques en captivité se base en partie sur les preuves qui ont déjà été fournies de leur intelligence, de leur organisation sociale et de leur grande variété. Ces faits ne sont pas vraiment discutés, ni d’ailleurs l’idée que les hommes doivent offrir aux orques en captivité une vie correcte.

Les opposants à la captivité énumèrent surtout une série de problèmes physiques et psychologiques engendrés par la captivité, en ce compris des comportements répétitifs, des problèmes dentaires et des attaques sur leurs dresseurs, comme celle qui a causé la mort de Dawn Brancheau.

d_image

Les dents évidées des orques captives

 

Malgré cela, ces opposants reconnaissent que les orques captives ne peuvent pas, pour leur propre sécurité, être remises en liberté du jour au lendemain.
Ils ne demandent donc pas la fermeture des parcs comme le SeaWorld ou d’autres. Ils préfèreraient plutôt voir les parcs aménager des espaces plus grands et plus naturels pour les orques, comme des enclos en mer, enclos situés sur les zones côtières des océans et pouvant être fermés par des filets.

Naomi Rose, une biologiste marine issue de la Humane Society of the United States, qui travaille également à l’Animal Welfare Institute, a coécrit en 2011 un article contre le maintien des orques en captivité. Pour elle, il serait tout à fait imaginable de créer des sanctuaires pour orques, et cela pourrait, voire devrait, être organisé par des entreprises comme SeaWorld, qui possède 22 orques, c’est-à-dire la moitié des orques en captivité dans le monde.

La société Merlin Entertainments, qui gère des parcs d’attraction comme les Legoland ou les Sea Life (principalement en Europe), a envisagé de créer un sanctuaire pour dauphins avec la Whale and Dolphin Conservation.
Cathy Williamson, responsable des programmes de captivité pour l’organisation, a indiqué qu’il avait été assez compliqué de trouver un endroit en Europe (une crique ou une baie) suffisamment grand pour créer un tel sanctuaire. Pour elle, il serait pourtant envisageable de créer « une zone très large, entourée par des filets, de façon à ce que les dauphins restent captifs, mais dans laquelle ils ne devraient plus réaliser des tours pour les touristes ». D’après elle, le même type de sanctuaire pourrait être envisagé pour les orques.

Mais, pour SeaWorld, tout comme pour l’Association des Zoos et Aquariums,  de tels sanctuaires seraient une solution à un problème qui n’existe pas.
L’association compte 222 membres, dont 212 aux Etats-Unis, parmi lesquels on retrouve les SeaWorld d’Orlando, de San Antonio et de San Diego.
L’association établit des normes d’accréditation reprenant des exigences relatives au bien-être physique, psychologique et social des animaux. Pour le porte-parole Steven Feldman, « On pourrait dire la même chose pour les orques, les tigres et les chimpanzés».

Mais alors que la WAZA s’oppose à l’utilisation des chimpanzés pour le divertissement, et qu’elle a rejoint la décision du Fish and Wildlife Service en déclarant les chimpanzés «espèce en danger», elle continue à considérer les sauts, les plongeons et les autres tours réalisés par les orques dans les parcs comme relevant d’aspects «éducatifs » plutôt que du divertissement. «Ce sont des comportements naturels », dit Paul Boyle, Vice-Président en charge de la conservation et de l’éducation au sein de l’association. « Les orques sont des êtres très coordonnés et les gens aiment les regarder ».

Christopher Dold, Vice-Président en charge des soins vétérinaires chez SeaWorld, prétend que les orques des parcs du groupe ont déjà «une excellente qualité de vie ». Pour SeaWorld et l’associationWAZA, SeaWorld offre aux animaux captifs d’excellents soins vétérinaires et des programmes enrichissants sur le plan psychologique.

Ils signalent aussi que des recherches sont faites dans les parcs, recherches sur les capacités cognitives des orques et des autres cétacés, sur leurs comportements et sur leur physiologie. Des recherches qui ne pourraient être réalisées d’aucune autre façon. D’après le Dr Dold, ce savoir, et l’occasion donnée au public de voir ces animaux en action, peuvent contribuer à l’éducation du public et soutenir la cause in fine de la conservation des espèces. « C’est pourquoi les orques, qui sont en contact direct avec les gens dans les zoos chaque jour, sont si importantes pour nous en tant qu’institution », ajoute-t-il.

Le Dr Rose, qui s’oppose à la captivité, reconnaît que l’essentiel de ce que l’on sait aujourd’hui à propos de ces cétacés provient en effet des études menées dans les parcs aquatiques.
« 
Le problème est que notre savoir s’est construit à partir de personnes qui ont fait leurs débuts dans l’industrie du divertissement ».
Elle ajoute : « C’est un sujet que notre communauté n’aime pas aborder » – un sujet qu’elle espère cependant pouvoir résoudre un jour.

Lors de la Conférence annuelle de la Society for Marine Mammology en Nouvelle-Zélande, le Dr Rose a présenté, avec ses collègues, un article sur la survie des orques en captivité. Cet article démontre, d’après elle, que les orques captives ne se portent pas aussi bien que leurs congénères sauvages, et que les nombreux changements dans les soins apportés aux animaux, ainsi que l’augmentation des orques nées en captivité depuis 1995, n’ont pas amélioré les taux de survie.
La communauté scientifique a du entendre quelques dures vérités

Le  show est fini pour Sumar, 12 ans

Traduction par Christelle Bornauw de l’article « Smart, social, and captive » de James Gorman
(paru le 30/07/2013 dans le New York Times – édition de New York)

 

valentin-mort

Valentin, mort à 19 ans au Marineland d’Antibes. Aucune orque captive n’a encore jamais atteint la moyenne d’âge normale