L’orque Shouka en février 2006

Merlin a été déplacé dans un autre bassin en novembre 2011. Shouka est donc seule depuis plus d’un an et agresse ses dresseurs. Elle devient folle.

 

Février 2006

Le nouveau show de Shouka

« Les visiteurs du parc Six Flags en Californie du Nord ont aujourd’’hui le privilège d’’assister à un spectacle d’’une rare beauté, à savoir les acrobaties aériennes de deux mammifères marins parmi les plus magnifiques au monde, une orque et un dauphin !
Shouka, la petite orque née à Antibes (France) et un dauphin Tursiops du nom de Merlin exécutent en effet des shows communs pour le plus grand plaisir des spectateurs.

shouka-merlin2

Shouka et Merlin (1)

Les familles observeront donc une interaction rare entre un épaulard et un dauphin et découvriront l’importance du rapport d’’amitié unique qui unit les deux membres de ce duo, issus de deux espèces différentes vivant le long  de nos côtes occidentales.

« Le fait d’’avoir choisi de dresser en même temps Shouka l’’orque et  Merlin le dauphin et de les rendre socialement interactifs s’’est révélé profitable tant aux animaux eux-mêmes qu’’aux entraîneurs » a déclaré John Stewart, le Chef-Dresseur de Six Flags.

« Nous sommes certains que le show Splashtime lancé en 2006 réjouira nos hôtes, car ils verront pour la première fois un épaulard de 5.000 livres et un dauphin de 500 livres se lancer en plein ciel côte à côte. »

Cupid_and_Shouka_by_LazyOrca

Shouka et son ami dauphin

Sans doute.

Mais ce que ne dit pas ce bon M. John Stewart, c’’est que si l’on a placé ensemble, dans un même bassin, ces deux malheureux cétacés prisonniers, c’’est avant tout pour que Shouka ne devienne pas folle de solitude.

En mer libre, ce type d’associations n’’existe pas, jamais !
Autant les dauphins aiment à fréquenter de près les baleines ou les cachalots, ou à interagir avec d’autres petits odontocètes, autant ils craignent naturellement leur ennemi de toujours, la terrifiante « baleine tueuse ».

Saluons néanmoins les efforts des dresseurs californiens pour garder en vie la petite orque solitaire – toujours en attente d’un compagnon de son espèce.

 

Laisser Shouka seule dans ce bassin l’aurait tuée, bien sûr.

Le fait de lui adjoindre un dauphin la sauve.
Il en était de même à Duisburg, jusque tout récemment, lorsque le pauvre bélouga Ferdinand partageait la même minuscule piscine qu’un petit dauphin de Commerson et il en est de même aujourd’hui en Italie, quand une femelle  dauphin de Risso partage l’enclos des dauphins Tursiops… (Mary G est morte en 2012).

Mais il est clair qu’en aucune manière, ce genre de manipulation ne sert la cause de la conservation de la biodiversité et des cultures non-humaines, ni moins encore celle de l’éveil des visiteurs à la sauvegarde des océans.

«L’’interaction rare entre un épaulard et un dauphin» n’est qu’une aberration, une pure création humaine et il faudrait que les gens le sachent. Un seul point positif donc : Shouka va sans doute un peu mieux et Merlin aussi !


 

Shouka : toute l’histoire

Shouka : dernier jour à Antibes

Ceux qui défendent vraiment les orques !