Granny l’orque centenaire pulvérise les mythes de la captivité

GrannyWhale4

Granny Whale !

Granny l’orque centenaire pulvérise les mythes de la captivité

granny2-territoire

Janvier 2017

Granny est décédée !

Granny, 105 ans, est-elle morte ?
L’orque J2 manque en tous cas à l’appel et pour Ken Balcomb, les jeux sont faits…
« On l’a vue une dernière fois le 12 octobre 2016 alors qu’elle nageait vers le Nord dans le détroit de Haro, bien avant les autres. Peut-être d’autres observateurs l’ont-ils vue depuis lors, mais à la fin de l’année, elle est officiellement absente de la population des Orques résidentes du Sud. Nous la considérons donc comme décédée. La communauté des orques est maintenant estimée à 78 personnes au 31 décembre 2016. Le J pod ne comprend que 24 individus, plus l’orque L87 qui s’est jointe à eux. Qui dirigera le pod dans l’avenir ? Y a-t-il un avenir pour eux sans nourriture? Que vont faire les dirigeants humains? ».


Août 2016

Granny l’orque centenaire est de retour dans le détroit de Georgie

Granny, l’orque de 105 ans, est de retour.
Le plus ancien membre et la matriarche de la Communauté des Orques Résidents du Sud a été photographiée dans la mer des Salish, le 27 juillet dernier.  J2 (le nom scientifique de Granny) et sa famille ont passé ces dernières semaines à rechercher de la nourriture et à voyager dans le détroit de Georgie.

Née un an avant que le Titanic n’aille frapper un iceberg, la plus ancienne orque connue au monde a de nouveau été repérée au large de la côte de l’État de Washington.
Connue sur photo depuis 1967, suivie par Ken Balcomb depuis 1971, Grany a fait l’objet d’observations étroites depuis qu’elle est âgée de 60 ans sous le nom de J2.

 


Killer-Whale-Older-Than-Titanic-Disaster-Spotted-off-Coast-of-Washington

Granny et l’un de ses petits-enfants

13 mai 2014


Granny 103 ans revient de Californie ! 

Malgré ses 103 ans et son statut d’arrière grand mère, l’orque nommée J2 – ou, plus affectueusement, Granny – tient la super forme !
Elle a guidé son pod à travers l’océan sur près de 1.300 kilomètres en un plus d’une semaine. Ce week-end, Granny a été vue au large des côtes du Canada, revenant d’une randonnée jusqu’en haut de la Californie. Le cétacé centenaire est facilement identifiable à la marque blanche sur son dos et à l’encoche dans sa nageoire.

Michael Harris, le directeur de Pacific Whale Watch Association, explique dans le journal canadien « La Province » que sa durée de vie peut être estimée à partir de l’âge de ses enfants. Les scientifiques disposent aussi de clichés de Mamy datant des années 30.
Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration, les orques femelles vivent en moyenne 50 ou 60 ans, même si des orques de 90 ans ne sont pas rares. SeaWorld continue pourtant à prétendre que «personne ne sait avec certitude jusqu’à quel âge vivent les orques ».

C’est peut-être parce qu’aucun bassin n’a jamais enfermé des orques aussi âgées.
Selon la WDC, la durée de vie moyenne des orques de SeaWorld – en ce compris les enfants mort-nés – n’est que de 4 ans et demi….

SeaWorld affirme aussi que ses orques n’ont pas besoin de nager loin.
Couvrir de 1.300 kilomètres en dix jours est pourtant pour elles non seulement un besoin, car il faut se nourrir, mais c’est aussi un plaisir. Mieux, c’est leur raison d’être. Voyager, chasser, puis revenir chez soi.

SeaWorld, le Marineland d’Antibes, Loro Parque en Espagne et les autres parcs marins ne recherchent que le profit en emprisonnant des orques et d’autres cétacés. Nous savons pourtant que la captivité induit non seulement des comportements contre nature chez les orques et les rend malheureuses, , mais qu’elle met aussi en danger la vie des dresseurs.

 


Article original The Dodo
https://www.thedodo.com/worlds-oldest-orca-shes-103-sp-547183194.html
La vie de Splash en captivité
http://www.blog-les-dauphins.com/la-vie-et-la-mort-de-splash-lorque-torturee-de-seaworld/
L’âge des orques captives
https://freedolphinsbelgium.wordpress.com/2013/10/13/orques-captives-les-chiffres-et-les-faits/

 

nakai-injury

Nakai : la vie en captivité

 


Mai 2013

Granny a 102 ans !

Le 15 mai 2013, le Center for Whale Research a eu le plaisir d’annoncer que tout le Pod J des Orques Résidentes du Sud était revenu sain et sauf dans la région de San Juan Island, près de Washington.
« Les Orques Résidentes du Sud ont regagné leur territoire d’été pour y chasser leur proie de prédilection, le saumon chinook », a déclaré Candace Calloway Whiting à Seattle Pi. A leur tête, nageait Granny, la matriarche légendaire du J Pod dont on estime l’âge actuel à 102 ans. Une Granny toujours en grande forme !

 

j2grannywithj1ruffles-5

Granny J2 (à droite) et Ruffles J1 (mort à 60 ans) en 2011


L’histoire de cette orque centenaire est tout à fait remarquable.

Monika Weiland, membre d’Orca Watcher nous livre un compte rendu fascinant sur la façon dont l’année de naissance de cette orque a pu être calculé. Elle nous décrit aussi ce que cette très ancienne femelle a pu connaître au cours de son existence. Elle était vivante bien avant nous, à une époque où les humains ne savaient rien encore des épaulards, où les pêcheurs tiraient sur elles à coups de fusil et où la marine militaire s’en servaient comme cibles pour leurs bombes.

orca-bombed

L’aviation bombarde des orques pour les éloigner des pêcheurs en Norvège. Années 50

 

C’est de ces mêmes eaux que fut enlevée l’orque Tokitae, mieux connue sous le nom de Lolita.
Celle-ci est aujourd’hui détenue bien loin de chez elle, au Miami Seaquarium en Floride. Toki faisait également partie de la communauté des Orques résidentes du Sud. Et l’on suppose même que sa mère est toujours en vie.

Selon Orca Network, Lolita a été capturée le 8 août 1970 à Penn Cove, Whidbey Island. Elle était l’une des 7 jeunes orques qui furent vendues par la suite aux parcs marins du monde entier et qui se trouvaient dans la foule de plus de 80 cétacés regroupés de force à coups de dynamite par Ted Griffin et Don Goldsberry, lors de l’opération Namu, Inc. En 1987, Tokitae demeurait la seule survivante parmi les quelque 58 orques qui avaient été prises à Puget Sound.

 

lolitastank

Lolita et les dauphins

Pourquoi est-ce important ?
Une simple comparaison des âges de Tokitae et de Granny révèle les différences entre les conditions de vie des orques sauvages et celles des orques captives. Granny a plus de 100 ans, parce qu’elle a évité la capture. Tokitae est plus jeune que la moitié des membres du Pod J2 et croupit dans un bassin minuscule.

Selon Stefan Jacobs (Orca Home), les archives révèlent que Tokitae fut plusieurs fois mise enceinte par son défunt compagnon, Hugo.
Mais jamais elle ne parvint à donner naissance à un enfant viable.  Pour sa part, Granny  a été photographiée lors de son retour, rayonnante de bonheur aux côtés de son arrière petit-fils J30 (aussi nommé Riptide).

Orca Network décrit l’environnement de Tokitae. Elle survit dans une piscine dont les dimensions sont illégales au vu des normes de l’APHIS. Lolita mesure environ 6 mètres de long et pèse 3.175 kilos. Son réservoir, au point le plus profond, descend jusqu’à 6 mètres mais seulement de 3 mètres pour le reste du bassin. Sa piscine n’est large que 10 mètres 50.  Le Miami Seaquarium est considéré comme l’un des parcs aquatiques parmi les plus délabrés au monde.

granny3

Southern Residents

L’environnement de Granny est sans limites.
Elle peut parcourir 160 km en une seule journée et se nourrir quand elle a faim.
Tokitae, elle, doit effectuer plusieurs spectacles identiques chaque jour afin d’obtenir son repas en récompense.
Granny fait souvent du babysitting pour les plus jeunes membres de son pod. Celui-ci compte 26 individus qui voyagent ensemble, tous en pleine forme. Tokitae vit seule depuis plus de 30 ans, lorsque son compagnon Hugo est mort en mars 1980.

Les mythes de la captivité
Lorsqu’on visite un « parc marin », tous les dresseurs vous diront que leurs orques bénéficient d’une vie longue et d’une bonne santé en captivité. L’Industrie proclame également que la longévité moyenne d’une orque est d’environ 20 à 25 ans à l’état sauvage (Sea World, 1989).
Les scientifiques affirment quant à eux que l’âge moyen serait plutôt de 30 ans pour les  mâles et 50 ans pour les femelles.

Malheureusement, les statistiques concernant les orques captives sont  quant à elles catastrophiques. Stefan Jacobs a corrélé les données du Center for Whale Research. A la date du 25 février 2013, les chiffres étaient accablants : sur les 158 orques captives décédées, plus de 2/3 d’entre elles n’ont jamais réussi  à survivre plus de 10 ans en captivité. Moins de 30 orques ont survécu plus de 20 ans en bassin. L’espérance de vie en captivité s’est régulièrement améliorée au fil des décennies, mais elle reste encore très faible.

La durée de vie moyenne de toutes les orques nées captives est seulement de 7 ans et 9 mois, rapporte Stephen  Jacobs. Pour celles qui ont été capturées en mer, elle s’élève à 9 ans.

 

orca-deathrate

 

Notre Granny J2 pulvérise donc toutes les statistiques.
Même si son âge est exceptionnel, il constitue la preuve vivante  que les orques peuvent vivre extrêmement longtemps dans de bonnes conditions, c’est à dire au sein de leur milieu de vie naturel, sans intervention de l’homme.  Réjouissons-nous donc de l’heureux retour de la matriarche et de son clan dans les eaux de Washington.

Mais n’oublions pas celles qui sont captives.
Corky, 46 ans, est un peu plus âgée que Lolita. Détenue au SeaWorld de San Diego, elle n’avait que 3 ans lorsqu’on l’a séparée de sa mère au moment de sa capture. Corky était un membre du Pod A5, qui vit en Colombie Britannique. Elle aussi est la seule survivante parmi les orques capturées la nuit du 11 décembre 1969. Sa maman, Stripe (A23) est morte libre en 2000. En liberté, les filles ne quittent jamais leur mère.

Compte tenu du rapport de Jacobs sur l’âge moyen des décès des orques en captivité, Corky et Tokitae sont – comme Granny – des exceptions à la règle. Ces deux cétacés doivent porter en eux une incroyable volonté de vivre, mais même lorsqu’on addtionne leurs âges respectifs, le chiffre n’atteint pas même pas celui de Granny, la centenaire libre et sauvage.

C’est un fait dont il est bon de nous souvenir en accueillant le retour du Pod J !
Pour en savoir plus sur Orques résidentes du sud de retour à Washington, visitez le Center for Whale Research.

 

shouka-corky-orchid-seaworld.jpg

Shouka, Corky et Orchid à SeaWorld.Tristesse et soumission

Un combat oublié

Sources :
D’après un article d’Elizabeth Batt

http://www.whalecenter.org/

sans-titre

Les orques souffrent de la présence de barrages sur les rivières affluentes et du manque conséquent de saumons chinook.
Merci de nous aider à supprimer ces barrages ! 

Plongée dans la conscience d’une orque