Dauphins soldats dans la Guerre d’Irak

Navydolphin3

Dauphins soldats, ici en 2011 au large de la Californie

2003-2004
Dauphins soldats dans la Guerre d’Irak

sommaire

Avril 2017

Makai le vétéran euthanasié à San Diego

Novembre 2004
Les dauphins ont fait leurs preuves Irak

Mars-Avril 2003
Les dauphins soldats de San Diego sautent sur l’Irak 

Février 2003
Dauphins et otaries militaires bientôt sur le champ de bataille

Le dossier dauphins soldats



Bientôt la guerre en Irak

Otarieset dauphins soldats gagnent le théâtre des combats

Zak

Zak, l’otarie-soldat

Février 2003, Bahreïn

« Zachary, une otarie de 19 ans et l’une des nouvelles armes secrètes de la Marine des États-Unis, est prête à se lancer dans le combat contre l’Irak !

Amenés jusqu’au Golfe Persique afin de nager le long des navires et des principaux équipements militaires situés dans la région, Zachary et d’autres mammifères marins auront pour mission de prévenir toute attaque et de détecter tout saboteur ennemi.

 » Si quelqu’un plonge par-là, qui ne doit pas s’y trouver, les otaries le trouveront, croyez-moi ! «  a déclaré le lieutenant J.G. Josh Frey, porte-parole de la 5ème flotte de la Marine Américaine.

Le besoin de former des « otaries espionnes » est apparu comme prioritaire après l’attaque menée par le réseau Al Qaïda en date du 12 octobre 2000 contre le destroyer USS Cole. 
L’explosion a eu lieu lorsqu’un petit canot gonflable apparemment inoffensif s’est approché du bâtiment pour y forer un trou dans la coque. Bilan : 17 marins tués, 39 grièvement blessés.

Il est clair que même si une otarie-soldat s’était trouvée là, elle n’aurait pas pu prévenir l’attaque, puisque le canot flottait à la surface. Dans le même temps, cet événement a mis l’accent sur la vulnérabilité extrême des navires américains face à des attaques de faible envergure.

Les États-Unis font usage de créatures marines intelligentes sur le théâtre des combats depuis au moins trois décennies.
Parmi celles-ci, les plus célèbres sont dauphins soldats – plus de 60, aux dernières nouvelles – qui ont déjà longuement patrouillé dans les eaux du Golfe Persique au début des années 90. Mais c’est
ici la première fois que des otaries guerrières sont employées dans ce genre d’opération.

L’US Navy les a choisies pour plusieurs raisons :

Les otaries voient parfaitement bien dans une quasi-obscurité, elles disposent d’une audition sous-marine hyper-directionnelle et
sont capables de plonger jusqu’à des profondeurs de 650 pieds.

« De plus, les pinnipèdes sont beaucoup plus agiles dans les endroits resserrés, étroits, là où les dauphins ne parviendraient pas à se faufiler «  explique Brenda Bryan, une civile chargée d’entraîner les otaries au Bahreïn.

Tout récemment, dans le port de cette ville, Zachary a fait étalage de ses capacités devant les médias et leurs appareils photo.
Sur un signal de son entraîneur, l’otarie a sauté hors du canot dans la mer, elle y a fait quelques tours sur elle-même, puis est revenue flotter en surface, ses gros yeux noirs mouillés tout clignotants, dans l’attente de nouvelles instructions.

Puis un dresseur a frappe le bord du canot gonflable avec un bâton et aussitôt, d’une seule poussée de ses puissantes nageoires, Zachary
a chargé à bord ses 385 livres de muscles et d’os. Tandis que l’eau scintillante dégoulinait de son pelage velu, Zachary acceptait avec grand plaisir le festin de poissons qu’on lui offre en récompense de ses efforts.

A l’avenir, ces otaries spécialement dressées auront pour mission de partir à la recherche des plongeurs, nageurs et petites embarcations suspectes et potentiellement dangereuses.

Frey nous explique que si elle découvre une menace de ce genre, l’otarie remontera en surface pour donner l’alarme.

Les dresseurs peuvent alors lui confier une sorte de crampon mécanique, que l’animal doit fixer sur la jambe du nageur suspect.
Ce crampon est relié à un filin, qui est lui-même attachée à une bouée en surface. Les forces armées peuvent ainsi repérer facilement leur cible et l’intercepter en tirant simplement sur la ficelle, comme un pêcheur à la ligne !

« Les otaries protègent nos bateaux, nos marins et nos soldats lorsqu’ils sont au port, tout autant que nos alliés dans cette guerre «  déclare le Commandant John Wood, un officier chargé des opérations spéciales au centre stratégique de la US Navy au Bahreïn.

Ce corps d’armée a commencé faire usage de mammifères marins dès le début des années 60, lorsque les scientifiques ont pris conscience que la structure corporelle remarquablement hydrodynamique des dauphins pouvait être imitée afin d’améliorer celle des missiles sous-marins.

Les chercheurs militaires ont alors commencé à s’intéresser à la manière dont les mammifères marins avaient pu développer leurs capacités sensorielles – tel que, par exemple, le sonar performant des dauphins – et à la façon de reproduire ces compétences au plan technologique pour les armes de combat.

Au fil des premiers tests réalisés dans les années 60, il est rapidement apparu que dauphins et otaries pouvaient devenir des messagers fiables et qu’ils étaient à même de transporter des outils ou tout autre matériel de la surface jusqu’en eaux profondes.
En outre, il s’agissait d’individus fidèles auxquels on pouvait se fier, même lorsqu’ils étaient laissés en liberté en pleine mer, sans le moindre accompagnement humain !

Des dauphins ont donc été employés dans les années 70 à l’occasion de la guerre du Vietnam. Vers la fin des années 80, six dauphins de la US Navy marine ont patrouillé dans les ports du Bahreïn afin de protéger les bateaux américains contre les nageurs et les mines ennemis. Ils ont escorté les pétroliers du Koweït lorsqu’ils s’aventuraient dans des eaux potentiellement dangereuses.
D’autres cétacés ont également été engagés de force sous les drapeaux de la US Navy.
Un globicéphale a pu ainsi découvrir et récupérer avec succès une torpille factice placée à 1.654 pieds de profondeur.

Pour l’heure, nos otaries s’exercent à supporter les eaux chaudes du Golfe. Elles ont été dressées par une équipe  de l’Explosive Ordnance Disposal Mobile Unit Three et de la Navy Special Clearance Team One deux instances militaires structures situées à San Diego en Californie, où l’eau de mer est nettement plus fraîche que dans le Golfe Persique.

« Elles s’adaptent rapidement et de manière satisfaisante » confirme Bryan, qui se réjouit de constater que ses otaries n’ont pas perdu de poids depuis leur arrivée et qu’elles mangent avec appétit.

D’après FOX NEWS


Le 4 mars 2003, l’Agence France Presse relayait cette information en langue française et nous livrait en sus quelques précisions nouvelles et intéressantes :

(…)

Tom La Puzza, directeur de ce programme auquel il participe depuis sa création en 1960, déclare :

« A la différence des dauphins, les otaries ne peuvent pas réellement détecter des objets sous l’eau. Mais elles sont en revanche très efficaces pour en repêcher dans des eaux très peu profondes. Et elles peuvent également se mouvoir sur la terre ferme.
Les otaries qui se trouvent actuellement à Bahreïn ont été choisies pour se livrer à un exercice bien particulier : repérer des plongeurs supposés ennemis et leur attacher un filin aux pieds dans le but de faciliter leur capture. Les otaries participent à des missions de sauvetage depuis 30 ans environ mais, dans ce cas précis, elles ont été entraînées à une manoeuvre qui est nouvelle.

Cependant, c’est plus un exercice qu’autre chose. Elles ne sont pas là-bas pour protéger quoi que ce soit. Et nous n’en sommes pas encore au point de leur confier la surveillance de ports comme ceux de Long Beach ou San Diego.

Selon les années, le coût d’un tel programme varie de 10 à 20 millions de dollars et emploie 40 personnes à temps plein.
« Jusqu’en 1989, nous capturions des dauphins dans le Golfe du Mexique et des otaries près des Channel Islands (Californie du Sud).
A présent, nous achetons des spécimens à des parcs comme Sea World quand ils sont encore bébés et nous les élevons nous-mêmes » explique M. Lapuzza. (…)

Au moment même où l’article précédent était publié sur le site de Fox News, on trouvait l’avis ci-dessous sur la liste d’informations MARMAM.  Le Space and Naval Warfare Systems Center San Diego y rappelle en quelques mots que l’utilisation de ses « Fleet Marine
Mammal Systems » – en d’autres mots, des dauphins, des bélugas et des otaries transformées en chiens de guerre – est aujourd’hui en pleine expansion… et pour cause !

De jeunes zoologistes sont donc invités à suivre un programme d’enseignement visant à les former au dressage de ce type d’animaux, y compris lors d’opérations en pleine mer, précise le communiqué.

Notons que le  Space and Naval Warfare Systems Center San Diego (SSC San Diego) est un organisme qui dépend de la US Navy et dont l’objet est de procéder au développement des recherches et des tests dans le domaine des engins de défense et de communications, et à la surveillance des océans. Il fournit également un appui logistique aux troupes engagées dans des missions de combat.

De: « Erin E. Bardin » <bardin@nosc.mil>

 À: <MARMAM@UVVM.UVIC.CA>

Objet:
US Navy Marine Mammal Program Animal Care and Training Internship

Date: lundi 18 février 2002 01:24

Company Description:

The US Navy Marine Mammal Program (NMMP) began in 1959 with a single Navy scientist and one dolphin.  Since that time,
the program has expanded its study with the development of the Fleet Marine Mammal Systems utilizing dolphins, beluga whales, and sea lions.  In addition, the NMMP is doing a variety of research projects investigating the hearing abilities in a number of species of marine mammals.
Research studying dolphin’s biosonar, and their physiological
environmental adaptations are also being conducted.

We are currently offering positions to be a part of the marine mammal program through internship opportunities.

Program Description:

This internship is designed to give undergraduate students a dynamic educational experience in the marine mammal field while offering valuable career experience. Students will be responsible for a number of support tasks with dolphins and sea lions throughout the course of the internship.
These responsibilities will include diet preparation, sanitation, and
equipment and facility maintenance. Interns may also have the opportunity to assist the marine mammal training staff in
husbandry and open ocean training.  In addition, they will provide support to the animal care staff in animal physicals,
and assist in a number of different marine mammal research projects.
Lectures and field trips will also be conducted throughout the term to enhance the learning experience.

 Qualifications:

The internship is offered on a competitive basis to college students in the Marine Science, Biology, Zoology, Psychology, and Veterinary fields. Though the internship is designed for undergraduate students, recent graduates are also eligible to apply.  All
interns must arrange to receive college credit to be considered for the internship.  The internship is a 40 hours per week, 15-week  volunteer commitment.
If you would like to learn more about the NMMP, I encourage you to visit our website at  www.spawar.navy.mil/sandiego/technology/mammals/

Please forward all application materials to the address listed below or fax it to (619) 553-2678.  If you have any further questions, please feel free to contact Erin Bardin at (619) 767-4100, or email at bardin@spawar.navy.mil.

 Dr. Randy Brill
Coordinator of Volunteer Opportunities
Space and Naval Warfare System Center, Code D351
53560 Hull Street

San Diego, CA 92152

 

030318-N-5319A-003 Central Command Area of Responsibility (Mar. 18, 2003) -- Hefi, a Bottle Nose Dolphin belonging to Command Task Unit (CTU) 55.4.3, receives a routine medical evaluation on the well deck aboard USS Gunston Hall (LSD 44). CTU-55.4.3 is a multi-national team consisting of Naval Special Clearance Team-One, Fleet Diving Unit Three from the United Kingdom, Clearance Dive Team from Australia, and U.S. Navy Explosive Ordnance Disposal Mobile Units Six and Eight (EODMU-6 and -8). These units are conducting deep/shallow water mine countermeasure operations to clear shipping lanes for humanitarian relief. CTU-55.4.3 and USS Gunston Hall are currently forward deployed conducting missions in support of Operation Iraqi Freedom, the multinational coalition effort to liberate the Iraqi people, eliminate Iraq's weapons of mass destruction, and end the regime of Saddam Hussein. U.S. Navy photo by PhotographerÕs Mate 1st Class Brien Aho. (RELEASED)

Hefi, dauphin-soldat en Irak en 2003


Les dauphins soldats de San Diego sautent sur l’Irak