Incroyable ! Les dauphins de Bruges font le même show depuis 10 ans exécutent le même spectacle !

Delphinarium de Bruges en 2001

Delphinarium de Bruges en 2011

Août 2011
Boudewijn SeaPark à Bruges :

Le même show depuis 10 ans

Incroyable ! Voilà plus de dix ans que les dauphins de Bruges exécutent le même spectacle !
Quelques acteurs ont changé, certes, Tex et Milo sont morts, Linda est exilée avec son fils Matéo à Gènes, Beachie est arrivé de Hollande, etc…
Mais si l’on compare des photos de 2001 avec celles prises en août 2011, on se croirait dans le film « Un jour sans fin » : même cabrioles, même discours creux prétendument pédagogiques, même « recherches » inutiles…

Ah si tout de même, il y a du nouveau : les gérants ont cru bon de faire de l’humour sur la réhabilitation supposée « impossible » des dauphins – Ric O’Barry et Gaia apprécieront – et des films sont projetés, pour compléter l’information des visiteurs. Quant au reste, toujours la même chanson, le même show, la même arnaque d’un cirque aquatique qui a reçu de nos gouvernants le prestigieux statut de zoo.

« Gaia est contre les delphinariums : Libres ! Vous êtes libres ! ». Ce dessin est exposé dans la salle pédagogique précédant les bassins.

 

Pour en revenir à la caricature tournant en dérision toute forme de réhabilitation , rappelons qu’à ce titre, le Boudewijn Seapark de Bruges est soumis à la réglementation européenne, laquelle précise en substance :
 » Conformément à l’obligation de la Communauté européenne d’adopter des mesures pour la conservation ex situ, selon l’article 9 de la Convention sur la diversité biologique, l’article 3 de la directive Zoo exige des zoos qu’ils participent « à la recherche dont les avantages bénéficient à la conservation des espèces et/ou à la formation pour l’acquisition de qualifications en matière de conservation et/ou à l’échange d’informations sur la conservation des espèces et/ou, le cas échéant, la reproduction en captivité, au repeuplement et à la réintroduction d’espèces dans les habitats sauvages » (premier tiret, article 3) ».

On peut toujours attendre…
Lire ci-dessous le témoignage de H.W.

bruges dolfinarium squelette

Essayons de deviner : est-ce là Tex de retour au foyer ? Ou bien Terry, Skippy, Milo ?

 

Août 2011
Témoignage de Hurricane Warrior

« Alors voilà, je reviens tout juste de la pitrerie clownesque qu’est le Dolphinarium de Bruges…
Premier constat: : ce sont encore les vacances scolaires, ce qui veut forcément dire plein de gamins qui braillent et qui courent partout.
Je m’installe donc dans les gradins et observe directement les dauphins qui sont dans les petits bassins à gauche et à droite du bassin principal.
La musique augmente, et au fur et à mesure je remarque que les dauphins s’agitent de plus en plus …

Trois dresseurs arrivent : ils font lever tout le monde dans les gradins les engagent à danser sur la musique de la mascotte otarie « BOBOOOOOOOOOOO ! » (très pédagogique).
Puis, zou, aussitôt, les trois dauphins de gauche sont libérés et font leurs shows habituels: ils sautent, poussent la dresseuse-nageuse par les pieds et la jettent en l’air, un excellent exemple de ce qu’il ne faut pas faire en mer ! Puis suit le fameux speech où l’on entend les dauphins « chanter » des sons aériens perceptibles à l’oreille humaine – balayé, leur vrai langage à base de clicks et de sifflements sous-marins – et faire des bulles par l’évent, et l’on nous explique
que le dauphin n’est pas un poisson, mais un mammifère qui respire.
Et c’est tout ? Ben oui, c’est tout.
Rien sur leurs cultures, leur langages, leur intelligence, rien sur les menaces qui pèsent sur eux en mer ou à Taiji au Japon…
Rien !

Photo HW

« Comme vous le voyez, le dauphin n’est pas un poisson. Il respire par l’évent ». Ah bon ?

 

Les trois premiers dauphins ayant terminé leur pitoyable spectacle, on les remballe dans leur petit bassin et trois autres sont lâchés en même temps…
L’un d’entre eux tente de quitter le bassin principal et se dirige vers le petit passage menant au bassin arrière, mais le passage est fermé, bien évidemment.

Photo HW

L’entrée des artistes

 

Fin du show : on remercie les sept dauphins, bien qu’on n’en ait entraperçu que six.
Durée de cette mascarade : montre en main 30 minutes. Comme en hiver. L’entrée se paie chère et les artistes sont rapides !

Pas un mot sur Roxanne… Silence radio… Alors qu’au seuil du parc lui même, trône une grande affiche la montrant enceinte de ses jumeaux et vantant cette attraction rare.
Pas de bol, l’un des bébés est déjà mort, l’autre ne va guère mieux, mais qui vous le dira ?

Photo HW

Un argument de vente : la grossesse gémellaire très peu naturelle de Roxanne qui s’est soldée par deux enfants morts.

Quant au bassin « géant », le plus grand lavabo chloré couvert d’Europe, comme nous l’ont chanté à l’envi les journaux en leur temps, il se trouve dans un état de saleté pitoyable.
Plein de trucs bruns traînent dans le fond (des fèces ?).

Pédagogie, disais-je : la loi l’impose et le Boudewijn SeaPark la respecte au minimum : un petit pavillon a été construit, agrémenté par les effigies de deux baleines. Par un petit sas, on peut y voir dans la pénombre divers documents évoquant la grossesse de Roxanne, mais aussi les fameuses recherches – que la loi impose aussi – filmées en vidéo sur l’usage du sonar par Milo.
Il est mort ?
Ce n’est pas grave.
Roxanne ou Yotta ou en pondront vite fait un nouveau. Hommage aux morts, tout de même : à la fin de la vidéo, le public apprend que Milo est décédé peu après ces « recherches » durant une opération des dents…
Et peu importe si l’on sait déjà tout du sonar chez le Tursiops, il faut bien se soumettre à ces fichues exigences légales.

Photo HW

Tout savoir sur les baleines !

 

Cela dit, c’est toujours mieux que les prétendues études sur la delphinothérapie dont le delphinarium de Bruges se vantait autrefois…
Après cette petite mise en bouche, un second film d’environ un quart d’heure, projeté cette fois sur grand écran, nous montrent des baleines et des dauphins LIBRES batifolant en Polynésie…
On y parle du corail, de la naissance des baleineaux, on voit de très belles images de cétacés libres.
Bizarre que les spectateurs ne s’étonnent pas de la différence entre ce que ce film leur montre et les navets nageurs, d’une pâleur blafarde, qui croupissent depuis des lunes, privés de
tout rayon solaire sous le dôme de béton de ce cirque aquatique.

Mais ils sont si heureux, n’est-ce pas, entre les mains de leurs bons soigneurs  ?
Et si bien protégés des dangers de la méchante mer ! Si vous n’y croyez pas, la presse et la pub (dans ce cas-ci, c’est pareil…) sont là pour vous le rappeler !

Photo HW

Même show, toujours, bien que chaque année, d’infimes détails se modifient.

Retour Bruges