Jana et Praya, les éléphantes du Zoo d’Amiens

fotor_elephant

Les 40 ans de Jana et Praya fêtés en grande pompe en avril dernier


 

Jana et Praya, les éléphantes du Zoo d’Amiens

Jana et Praya en 2016

 

7 décembre 2017

Jana et Praya ne resteront pas à Pairi Daiza

Jana et Praya, les deux éléphantes du zoo d’Amiens, sont parties hier direction le parc Pairi Daiza, à Brugelette en Belgique. Mais en raison de leur âge avancé et de leur parcours atypique, elles ne resteront pas.

Elles étaient à Amiens depuis plus de 15 ans et étaient rescapées d’un cirque : Jana et Praya ont quitté Amiens pour la Belgique mercredi. Le zoo d’Amiens a dû se séparer des deux éléphantes originaires d’Asie afin de réaliser des travaux d’extension. L’établissement avait lancé un appel via l’Association européenne des zoos et aquariums, et obtenu une réponse positive du parc belge.

Mercredi, le transfert s’est fait avec le plus grand soin. Quatre heures d’efforts ont été nécessaires pour faire grimper ces animaux de cinq tonnes dans le camion affrêté pour l’occasion. Toutes les précautions ont été prises pour éviter du stress aux pachydermes. Elles sont entrées dans les containers en marche arrière afin de pouvoir, à l’arrivée, avoir la tête en avant et ainsi sortir plus facilement.

Mais les deux éléphantes ne resteront pas toujours en Belgique. En cause, leur âge avancé et leur passé, incompatible avec la façon de travailler des soigneurs du parc. « Les éléphants d’ici vivent par petits groupes. Mais Jana et Praya vont avoir beaucoup de mal à s’intégrer, il est possible qu’elles restent dans leur coin toutes les deux. C’est très compliqué », explique Tim Bouts, vétérinaire à Pairi Daiza.

Les deux pachydermes resteront quelques mois seulement en Belgique avant de trouver une nouvelle destination.

Article France-3

Voilà qui est curieux, car du côté d’Amiens, on ne chante pas du tout la même chanson : 


Un traumatisme sans cesse renouvelé pour ces deux malheureuses éléphantes qui méritent une vraie retraite !

6 décembre 2017

J’ai eu un gros pincement au cœur en entendant Praya pleurer

 

Une grosse page de l’histoire du zoo vient de se tourner avec le départ ce mercredi 6 décembre de ses deux emblématiques éléphantes, Jana et Praya, arrivées respectivement à Amiens en 2003 et 2005.
À 41 ans, elles s’apprêtent à prendre une retraite bien méritée à Pairi Daiza, en Belgique, où elles vont intégrer le plus grand troupeau d’éléphants d’Europe. Là-bas, elles pourront régulièrement participer aux promenades organisées sur les quelque 22 500 m² d’espaces extérieurs réservés aux éléphantes, et auxquels s’ajoutera en 2018 une extension de 30 000 m².

Ce déménagement, ça vaut vraiment le coup ! Là-bas, elles auront plus de place et seront au contact d’autres éléphants avec lesquelles elles pourront interagir. Elles partent pour aller mieux, mais cela, elles ne le comprennent pas encore », analyse Florence Ollivet Courtois, vétérinaire spécialiste des éléphants en France qui venait une fois par mois examiner Jana et Praya. Sa présence ce mercredi matin s’est révélée décisive alors que toutes les équipes du zoo étaient sur le pont dès 7 h 15 du matin pour suivre ce transfert qui s’annonçait extrêmement délicat.

Il le fut. « Tout est sécurisé, tout devrait très bien se passer mais avec les animaux, il y a toujours une part de risque. C’est pourquoi je vous demande à tous d’obéir strictement aux consignes qui vous seront donnés par Yohan (Ndlr : curateur du zoo, spécialiste entre autres de l’organisation des groupes sociaux pour chaque espèce). À l’intérieur de l’éléphanterie, aucune personne ne sera acceptée hormis les personnels animaliers qui ont l’habitude d’être à leur contact », prévient Christine Morrier, la directrice, avant que ne débute l’opération. « Soyez silencieux, et durable dans le silence, le moindre bruit peut venir perturber la mise en caisse », recommande aussi le vétérinaire.

Il est 8 h15 : les soigneurs s’activent dans l’éléphanterie tandis qu’à l’extérieur, la grue d’une entreprise hollandaise spécialisée dans les transports délicats d’animaux soulève les containers jusqu’à la porte d’où sortiront, en marche arrière, Jana et Praya.

À ce stade, personne ne sait combien de temps l’opération prendra. Les personnels assistent, depuis une passerelle, à ce drôle de spectacle que Praya, pourtant la plus docile des deux, va faire durer. Il faudra attendre plus d’une heure avant d’apercevoir un bout de sa grosse patte. Elle ne se laisse pas facilement tirer par le câble qui doit la guider jusqu’au container. Elle se mettra à genoux puis s’allongera à deux reprises par terre, comme pour dire qu’elle ne veut pas s’en aller. Rien de très étonnant visiblement : « Elle a trouvé la parade comme le ferait un enfant qui ne veut pas sortir d’un magasin de jouet », plaisante Florence Ollivet Courtois qui finira par lui administrer un calmant tellement elle s’est montrée énervée une fois dans le container.

Jana, habituellement très nerveuse, va, elle, prendre de court tout le monde : il ne lui faudra pas plus d’un quart d’heure pour qu’elle entre dans le container. À midi : l’opération est terminée. C’est le soulagement.

La directrice et des soigneurs vont accompagner les deux dames jusqu’en Belqique. L’émotion est palpable chez ceux qui restent, certains ont les yeux qui brillent : « J’ai eu un gros pincement au cœur en entendant Praya pleurer. Je pensais que ce serait plus facile avec elle », reconnaît Bernard.

Le zoo d’Amiens hébergeait des éléphants depuis 1971.
Sandrine, l’autre star du zoo d’Amiens partie en 2001 dans les mêmes conditions que Jana et Praya, vit aujourd’hui avec d’autres d’éléphantes au zoo de Givskud, au Danemark. Jana et Praya seront quant à elles les deux derniers éléphants à vivre sur le sol amiénois. Dès leur départ, la zone entourant l’espace des éléphants sera déconstruite pour laisser place aux travaux d’extension et de rénovation du zoo qui débuteront au début de l’été 2018.

Courrier Picard


13 novembre 2017

Jana et Praya : départ différé !

Jana et Praya devaient rejoindre le parc Pairi Daiza ce mois-ci. Mais faute de place pour les accueillir chez nos amis belges, leur départ est reporté à début décembre.
Le départ, ce n’est pas pour tout de suite. Les éléphantes Jana et Praya, toutes les deux âgées de 40 ans, vont rester Amiénoises encore quelques semaines… En cause, le manque de place du parc supposé les accueillir en Belgique. En effet, le parc Pairi Daiza doit encore se séparer d’un mâle d’Afrique.

Une chose est sûre, le départ se fera d’ici le 4 décembre. C’est à cette date qu’aura lieu le démontage de l’éléphanterie, qui a également 40 ans cette année. En Belgique, Jana et Praya seront accueillies dans un troupeau de 17 éléphants où elles retrouveront un enclos de 5 à 6 hectares, soit l’équivalent du zoo d’Amiens.

À l’annonce de leur départ, une pétition avait été lancée pour demander le maintien des deux éléphantes. À cette occasion, le zoo s’était justifié sur les réseaux sociaux. « Choisir de faire partir des animaux auxquels nous sommes attachés n’est en aucun cas une décision prise à la légère. Le choc du personnel qui travaille avec cette espèce au quotidien est compréhensible, mais l’amour que l’on porte aux animaux ne garantit en rien leur bien-être. Parce que nous aimons Jana et Praya, devons-nous les priver de la possibilité de rejoindre un troupeau, dans un lieu bien plus vaste que celui que nous pouvons leur proposer actuellement? »

Depuis, la pétition a été retirée.

A Pairi Daiza, Jana et Praya pourront même apprendre quelques tours de cirque, si tout se passe bien avec le reste du troupeau.

Par Célia Mascre
Publié le 13/11/2017 à 18:32 Mis à jour le 13/11/2017 à 18:36


22/6/2016

Jana et Praya indésirables au Zoo d’Amiens

Les deux éléphantes Jana et Praya devraient quitter le zoo d’Amiens à l’occasion de l’extension du site, une décision qui suscite l’indignation et la polémique, selon Le Courrier Picard.

« Début juin, une habituée du zoo a même lancé une pétition contre le départ des deux géantes sur la plateforme Change.org, qui a recueilli plus de 350 signatures en quelques jours seulement, selon le quotidien régional. « À 40 ans, [Jana et Praya] méritent une retraite paisible ici », plaidait l’auteure de la pétition, citée par Le Courrier Picard. Mais deux semaines après, la pétition était retirée, « les services du zoo » ayant affirmé à l’auteure que le maintien des deux éléphantes était tout simplement « impossible ».

Nouvelles normes ou éléphantes malades?
Mais selon Bruno Sacleux, le représentant du syndicat CGT des agents territoriaux d’Amiens métropole, l’habituée aurait en réalité subi des pressions. Au Courrier Picard, le syndicaliste a ainsi expliqué:
« Ce qu’il s’est passé en réalité, c’est qu’on l’a convoquée tout simplement pour lui demander de la retirer (la pétition, ndlr) en lui expliquant que si elle ne le faisait pas, le soigneur qui lui avait donné l’information serait sanctionné. Elle a pris peur et a préféré obéir pour éviter de faire des vagues. »
Selon Bruno Sacleux, le départ des deux éléphantes a suscité l’émoi des soigneurs, qui questionnent les motivations d’une telle décision, alors que les 40 ans des deux géantes avaient été fêtés en grande pompe. Ils s’interrogent notamment sur les normes trop strictes à venir pour les zoos possédant des éléphants.
« On entend aussi dire que comme elles sont malades, elles coûtent trop cher… », a indiqué le syndicaliste au Courrier Picard.
Interrogées par le journal régional, la Métropole et la direction du zoo n’ont pas communiqué. Sur son site internet, le quotidien régional a récolté de vives réactions. « C’est une honte de faire partir ces grandes dames, (…) de fêter leur anniversaire pour attirer les visiteurs et les virer après! », s’indignait ainsi un internaute.


Jana et Praya en 2017

Août 2017

En début d’année, la communauté d’agglomération Amiens Métropole a décidé de sanctionner deux soigneurs du zoo à qui il est reproché « d’avoir diffusé une information confidentielle à caractère professionnel via le réseau social Facebook, d’avoir remis en cause une décision de l’administration, d’avoir accusé l’administration de cacher volontairement des informations au public et d’avoir accusé deux membres de l’équipe du parc zoologique d’avoir fait pression sur un visiteur pour le retrait d’une pétition, sur ce même réseau social ».

Deux agents également mis en cause sur leur communication par rapport au départ du zoo des éléphants. Lors d’un entretien avec la directrice du parc zoologique, ils ont indiqué que « les soigneurs du secteur auraient dû être consultés pour le départ des éléphants et qu’ils n’étaient pas d’accord avec cette décision, dont la directrice assumerait les conséquences ». Enfin, il est reproché d’avoir fait preuve de négligence dans l’entretien du grillage de l’enclos du bébé ocelot, secteur dont ils avaient la charge. « Négligence qui a conduit à la découverte du bébé ocelot mort dans l’enclos du mâle ocelot adulte », précise l’arrêté pris par le directeur général des services d’Amiens Métropole, Dominique Fiatte, qui a infligé un abaissement de deux échelons aux agents concernés.

Trois élus désavoués
Sanction qui ne passe pas auprès du syndicat CGT qui a déposé, vendredi dernier, un recours auprès du tribunal administratif qui devrait statuer courant 2018. Il fait notamment référence à un conseil de discipline du 17 janvier 2017, en présence des élus Renaud Deschamps, Margaux Deletré et Joseph Debart, qui a émis un avis pour qu’aucune sanction ne soit prise à l’encontre des deux agents.

«Le conseil de discipline a estimé que « les commentaires tenus sur le compte Facebook, sur le départ des éléphantes du zoo, n’ont pas été formulés dans une intention de nuire et n’ont pas été largement diffusés. Lesdits commentaires témoignent de l’attachement des agents aux animaux du zoo et notamment aux éléphantes, et ne compromettent pas le bon fonctionnement du service ». Tout comme, le conseil estime « qu’aucun élément ne permet d’établir comment le bébé ocelot a pu se retrouver dans l’enclos du mâle ocelot adulte alors qu’aucun problème relatif au grillage de l’enclos n’a été signalé ».

Pour Bruno Sacleux, de la CGT, la sanction est injustifiée.
«Trois élus ont pris le temps d’étudier le dossier et ont l’intime conviction qu’il n’y a aucune faute. Mais l’administration veut les sanctionner simplement parce qu’elle leur reproche d’avoir annoncé le départ des éléphantes ».

Pourtant dans un courrier de juin 2016, la directrice du parc zoologique, Christine Morrier, annonçait clairement : « Dans le cadre du projet d’extension et de développement du parc zoologique, un schéma directeur a été validé le 21 avril 2016 par le comité stratégique, impliquant le départ des éléphants pour des raisons zootechniques (évolution des standards européens), financières et de cohérence du projet ».

Sauf que la directrice n’a pas apprécié que ce qui devait être confidentiel se retrouve sur Facebook et qu’une abonnée du zoo lance une pétition contre le départ des éléphants. Pétition qui avait recueilli 315 signatures, mais avait été retirée de la plateforme www.change.org suite à des pressions.


 

Jana1

Jana

 

La triste histoire de Jana

L’histoire de Jana est encore plus triste que l’on ne l’imagine.
Jana est né vers 1976, mais son lieu de naissance est inconnu.
Très jeune, elle est arrivée dans un cirque d’Etat en République Démocratique Allemande. A cette époque l’éléphante Daisy vivait là. Jana a grandi auprès d’elle, mais aussi avec Saida, Pitoly, Marcella, Indra, Dina et surtoot Bombay, devenue son amie. En 1990, suite à l’unification de l’Allemagne, le cirque a continué à fonctionner jusquen 1999 sous le nom de « Berlin Cirque Union ». Après sa fermeture, Dina, Daisy, Bombay et Jana ont été envoyée au zoo d’Anvers.

le 17 février 2005, c’est sous sous les yeux désespérés de Jana que sa meilleure amie Bombay est euthanasiée au Zoo d’Amiens
Cette éléphante de 58 ans avait été capturée quelque part en Asie durant sa prime enfance. Depuis lors, sa vie n’avait plus été qu’une longue errance de cage en cage, de roulotte en roulotte, loin de ses parents et de sa forêt natale. Les dernières étapes de son voyage sont connues : livrée par le Cirque Busch au Zoo d’Anvers, elle y demeura cinq ans avant d’être une nouvelle fois déplacée vers la France en juillet 2003, suite à de graves conflits entre son amie Jana et Dumbo, l’autre dominante qui ne provenait pas de la « harde » d’Allemagne de l’Est.

Comme la plupart des éléphants captifs qui se balancent sans fin dans un enclos sans eau, sans sable, face à une grille électrique renforcée, Bombay souffrait affreusement du manque d’exercice. La station debout maintenue pendant des heures sur le béton cause immanquablement chez ces grands marcheurs des infections aux pattes et des crises d’arthrose. La botte orthopédique qu’on avait fabriquée pour Bombay à Anvers n’a donc pas suffi. Dévorée de douleur, la malheureuse a du être euthanasiée par ses propres soigneurs.
Jana n’est pas restée seule longtemps. On lui a adjoint une femelle éléphant d’Asie dénommée Prahia (ou Praya) en provenance du zoo de Prague. Très vite, elle sont devenues amies et ont vécu en bonne entente au Zoo d’Amiens jusqu’à ce jour.

anverseleph2011.JPG

Bombay à Anvers, avant son transfert en France

L’histoire de Praya n’est pas plus réjouissante.
Arrivée du Cottbus Zoo au Zoo de Münster en 1995, ses origines sont iconnues, à elle aussi. On sait que de Münster, elle est partie a Zoo de Prague le 15 septembre 2003. Elle repartait ensuite pour celui d’Amiens le 9 février 2005. Sachant le stress et le chagrin que représente pour un éléphant le fait de quitter son groupe d’origine, on peut imaginer que Praya se sentait enfin un peu tranquille depuis 10 ans à Amiens..
Eh bien non ! Il va falloir repartir !


Amien18

Jana et Praya au Zo d’Amiens

Jana et Praya doivent partir dans un sanctuaire de retraite !

Plutôt que de les déplacer une fois encore vers quelque sombre zoo mal adapté, nous exigeons que Jana et Praya soit transférées au centre de retraite Elephant Haven dans le Limousin.
Depuis leur enfance, ces deux élephantes n’ont connu que les zoos. Il est temps qu’elles puissent enfin marcher à grands pas dans la campagne, au travers de vastes plaines et de forêts. Le refuge sera fonctionnel très bientôt, demandons au Zoo d’Amiens de patienter un peu et de se charger ensuite d’ y amener les deux éléphantes.

DSC_0048

Le futur sanctuaire de retraite des éléphants dans le Limousin

 

Billie-Frieda-USA-0184_54_990x660

Ce pourrait être Jana et Preay en France. Mais ce sont Billie et Frieda à l’Elephant Sanctuary aux USA.


Daisy et Tina quittent le Zoo d’Anvers pour Maubeuge

Birma l’éléphante ne voulait pas quitter Maubeuge

 

Le Zoo d’Anvers : pour quoi faire ?