Jeux de dauphins, jeux d’enfant ?

 Un dessin d'Amélie
Août 2009

Art ou jeu ? La sculpture de bulles chez le dauphin

Copyright Earthtrust http://www.earthtrust.org/delphis.html
Sculpture de bulles…


9 Novembre 2005

Jeux d’enfants, jeux de dauphins :
une sacrée différence ! 

L’an dernier,  Stan Kuczaj et Lauren Highfill étaient en train de nager avec des dauphins sténo (Steno bredanensis) au large de la côte du Honduras, lorsqu’ils se rendirent compte que les cétacés se livraient à un jeu intriguant.

Deux dauphins adultes et un jeune se passaient l’un à l’autre un sac en plastique, comme au football.
Quand les adultes lançaient le sachet au plus jeune d’entre eux, ils le faisaient avec bien plus de soin et d’attention que lorsqu’ils se l’envoyaient l’un à l’autre, lâchant le «ballon» juste devant le rostre de leur cadet, comme pour lui rendre la tâche plus facile et lui permettre de l’attraper.

Les deux chercheurs ont rapporté leurs observations dans l’édition d’octobre de la revue Behavioral and Brain Sciences.

Après des années d’observations consacrées au jeux des dauphins, Kuczaj et ses collègues ont tiré quelques conclusions étonnantes : ces activités ludiques révèlent en fait un sens de la coopération et une créativité tout à fait remarquables.

Il semble que les dauphins rendent délibérément leurs jeux de plus en plus complexes et difficiles, sans doute pour apprendre et s’exercer par ce biais. Et de tels passe-temps semblent jouer un rôle essentiel dans le développement des cultures locales et dans l’évolution des rapports, tant entre dauphins qu’entre les dauphins et d’autres espèces, parmi lesquelles les êtres humains.

«Ces jeux aident sans doute les jeunes dauphins à trouver leur place au sein de la  dynamique sociale du groupe, » déclarent Stan Kuczaj, psychologue à l’Université du Mississippi du Sud (Hattiesburg) et ses collègues dans un rapport qui va bientôt être publié dans la revue International Journal of Comparative Psychology.

« Les innovations produites durant ces interactions entre jeunes dauphins peuvent constituer une source importante pour l’évolution des traditions animales, de la même manière que les adaptations au milieu, qui produisent des individus et des espèces plus performantes », ajoutent les chercheurs.

 

Dauphin sténo encagé illégalement au Gulfworld de Panama City Beach, Floride, USA. Copyright YG 2000.

L’équipe de Stan Kuczaj fondent ses récentes découvertes sur cinq ans de recherches intensives, menées au sein d’’un groupe de 16 grands dauphins captifs, et enrichies par quelques études additionnelles sur les dauphins sauvages.

Selon Kuczaj, « la théorie de l’’évolution affirme que les espèces changent graduellement, du fait que certaines mutations rares s’avèrent utiles pour un individu et se répandent dans l’ensemble des populations, créant ainsi de nouvelles espèces. La sélection naturelle, un processus selon lequel les organismes les mieux adaptés à leur environnement sont les seuls à survivre, répandent ces gènes mutants en garantissant à ceux qui les portent une meilleure chance de vivre plus longtemps et de se reproduire davantage. Beaucoup de chercheurs estiment que, conformément à cette théorie, certains animaux peuvent hériter d’une prédisposition au jeu. Celle–-ci les
aiderait à acquérir une meilleure connaissance des propriétés des choses, à perfectionner leurs capacités motrices, à identifier et à manipuler enfin les caractéristiques de leur environnement ».

L’’importance extrême de ces comportements de jeux, ajoute le chercheur, est que certains animaux jouent parfois au risque de leur vie ou de leur intégrité physique, même parmi les dauphins.

«Certaines observations démontrent aussi que les jeunes dauphins rendent délibérément leurs jeux aussi rudes que possible, afin sans doute d’augmenter leur valeur en termes d’’apprentissage.
Les dauphins captifs observés ont fait preuve de 317 formes différentes de comportement de jeu, durant les cinq années qu’a duré l’’étude.

Une jeune femelle dauphin est ainsi devenue experte en production de bulles émises par l’’évent, tandis qu’’elle nageait ventre au l’’air au fond de la piscine. Le jeu consistait alors à poursuivre et à rattraper chaque bulle avant qu’elle n’’ait pu atteindre la surface.

Peu à peu, la delphine s’’est amusée à libérer ses bulles en nageant de plus en plus près de la surface, de sorte qu’’il lui devenait presque impossible de se saisir d’’elles.

Au fil de cet auto-apprentissage, le nombre de bulles libérées a donc été modifié.
En d’’autres termes, le petit cétacé s’’est exercé à produire un nombre donné de bulles en fonction de la profondeur où il se trouvait, le but étant apparemment d’’attraper la dernière bulle juste avant qu’elle n’’atteigne la surface de l’eau.

La delphine a également changé sa façon de nager tout en lâchant de l’’air par l’évent, notamment en se livrant à une rapide rotation sur son axe.

Ce comportement a rendu encore plus difficile pour elle la saisie des petites bulles volantes, mais elle a persisté dans ce type de nage jusqu’à ce qu’elle parvienne à s’’emparer de presque toutes les bulles qu’’elle avait libérées.
Curieusement, elle n’a jamais lâché trois bulles ou moins de trois, ce qui aurait été trop facile pour elle, même en adoptant ce type de nage complexe.  Il semble donc que ce dauphin ait rendu ses jeux plus intéressants en produisant plus de bulles qu’’elle ne pouvait en attraper et en augmentant sans cesse la difficulté de son jeu.

De telles  observations confirment l’’hypothèse que le jeu faciliterait le développement et la maintenance de la flexibilité mentale en vue de la résolution des problèmes. Le jeu pourrait avoir évolué dans le seul but de permettre aux individus de s’adapter mieux et plus vite à toutes les situations  nouvelles.

Bien que des dauphins de tous âges aient participé aux jeux, le plupart de nouvelles formes d’’amusement ont été inventées par les jeunes eux-mêmes, qui contribuaient donc ainsi à l’’enrichissement de la culture dauphin.

L’’idée que les animaux non-humains puissent disposer de cultures propres commence à gagner du terrain chez les scientifiques depuis une dizaine d’années.

Kuczaj déclare à ce propos :

«Cette révolution des paradigmes a débuté avec la découverte de cultures locales chez les chimpanzés et d’autres primates, parmi lesquelles l’’usage spécifique des outils selon la tribu et sa transmission trans-générationnelle.
De telles traditions locales sont également attestées chez les dauphins.
Il semble que ce nous considérions encore il y a peu comme un simple jeu d’’enfant, doit être  envisagé aujourd’’hui comme une partie intégrante, voire même comme un moteur, de ces cultures non-humaines.

Cette capacité à inventer des comportements de jeux nouveaux, à les apprendre et à les enseigner à d’’autres, doit sans doute être associée à la création et la continuité des traditions animales, c’est à dire, finalement, à la survie des espèces mêmes… »

Notons aussi que dans un article de l’ouvrage « Dolphin Societies, discoveries and puzzles »  édité en 1991 par Karen Pryor et Kenneth Norris, V.M Bel’kovich explique qu’en mer libre, les dauphins jouent nettement moins qu’en captivité. Ils n’ont pas que cela à faire, bien sûr !

Mais leurs jeux sont aussi infiniment plus complexes que ceux pratiqués en bassin : en guise de balles vivantes, ils font usage ici d’algues, de méduses, de poissons de toutes espèces, combinant courses-poursuites, lancers mutuels, acrobaties et jeux d’adresses en compagnie d’un nombre considérable d’amis et de challengers !

Malgré tout le respect que nous portons aux travaux de M. Kuczaj, nous pensons que pour de strictes raisons éthiques, il serait temps aujourd’’hui de cesser d’enfermer les dauphins, d’’investir davantage dans des recherches menées en milieu naturel et d’’observer les véritables jeux et les véritables cultures que déploient chaque jour, dans tous les océans, les cétacés libres.

Lire l’article en anglais


 

Jeux entre un dauphin et une baleine à bosse

Une baleine bleue joue avec des dauphins

Jeux avec une méduse

Jeux chez le dauphin (1)

Jeux chez le dauphin (2)

Le jeu chez les dauphins libres et captifs