Jozu le pseudorque est mort à Orlando

5 juin 2012

Jozu le pseudorque est mort à Orlando

Un article d’Elizabeth Batt
Digital Journal

Nous avons appris que Jozu, l’ultime pseudorque détenue à SeaWorld et aux USA, avait été emmenée en soins intensifs durant le week-end dans un état critique. SeaWorld annonce aujourd’hui, ce lundi 4 juin 2012,  le décès du cétacé.

Des visiteurs du parc qui désirent rester anonymes ont déclaré dimanche que la fausse-orque âgée de 17 ans, clou du spectacle « Blue Horizons », était tombée à ce point malade qu’elle avait dû être retirée de son bassin partiellement vidé, ce qui indiquait qu’elle n’avait même plus la force de nager.

SeaWorld avait fermé l’habitat de Jozu, nommé « Le Théâtre du lamantin, des baleines et des dauphins », ainsi que la piscine où l’on peut caresser les mammifères marins (petting pool), dès samedi midi, l’heure de pointe pour le parc. Un dresseur a même déclaré à cette occasion que la « baleine noire » était morte. Celle-ci n’a finalement succombé que lundi en fin d’après-midi.

Comme à propos de Sully le globicéphale, mort au Seaworld de Sand Diego le 23 mai dernier, la succursale de SeaWorld à Orlando a déclaré aux média que Jozu avaient des problèmes de santé chroniques depuis des années.
Cette jeune pseudorque est née en captivité à Orlando le 3 septembre 1994, des oeuvres de Hana et Teri.

Elle était la dernière de seize pseudorques (Pseudorca crassidens) détenues à Orlando depuis 1976.
La jeune cétacée était donc seule depuis 2008, mais on l’avait associée dans le même bassin avec d’autres espèces.

Selon le National Marine Fisheries Service (NMFS), les pseudorques constituent une sous-espèce importante de la famille des dauphins.
Les femelles peuvent atteindre 4, 50 m de long, et les mâles, plus de 6 m.
A 17 ans, Jozu était encore très jeune, puisque les pseudorques peuvent vivre en liberté jusqu’ l’âge de 63 ans.

Pseudorques libres dans les eaux d’Hawaï

Les 4 premiers pseudorques détenus par SeaWorld Orlando s’étaient échoués en 1976.
Seuls deux d’entre eux avaient reçu un nom : Cruiser et Sharky. Tous les quatre sont morts un mois plus tard.
Un autre individu échoué de la même espèce fut recueilli le 12 mars 1982, qui n’a survécu que 4 jours seulement.

Hana, Yaki, Teri, Suki, et Zori furent les suivants à être acquis par le SeaWorld d’Orlando.
Teri et Suki arrivèrent en 1983.
Tous avaient été capturés lors d’une chasse au rabattage au Japon.

Trois ans plus tard, en juin 1986, deux autres pseudorques s’ajoutèrent au lot, échouées et « secourues ». L’une d’elles décéda dès le mois suivant.
En 1987, SeaWorld accueillit Cassie, morte 2 ans plus tard.
Hoshi fut interné à Orlando en 1988, capturé en mer comme Cassie.

En 1993, Akira naquit des oeuvres de Suki et Terri. Elle ne survécut que 4 ans.
Un bébé vint ensuite, qui mourut également puis Jozu, la demi-soeur d’Akira, vit le jour en 1994.
Il semble Jozu [SWF-PC-9401] et Akira [CFC-PC-9301] aient été étudiées par les chercheurs dès leur premier jour de vie, afin d’observer comment les mères pseudorques prenaient soin de leurs petits en captivité.
On apprend, à la lecture de ce document, que les deux femelles sont bien nées à SeaWorld Floride (n ° 9301 le 24 décembre 1993 et
le N° 9401 le 3 septembre 1994). Les deux enfants ont été engendrés par le même mâle (n ° 8526), mais de deux mères différentes (n ° 8327 et no. 8527). Tous les parents présents dans ce parc depuis 1984 ont été capturés dans le Pacifique occidental (Japon).
(…)

Les pseudorques sont des mammifères marins pélagiques qui ont tendance à préférer les eaux profondes et le grand large.
Il s’agit d’une espèce très sociale, au sein de laquelle les femelles n’arrivent à maturité sexuelle qu’à partir de 8 à 11 ans.
Les mères ont une grossesse d’une durée de 11 à 16 mois. Une fois qu’une femelle a donné naissance à un enfant, elle ne se reproduira plus avant les 7 prochaines années.

Pour l’instant, aucune raison n’a été donnée à la mort subite de Jozu, mais SeaWorld a déclaré qu’une autopsie avait été prévue.
« Les résultats, a déclaré un porte-parole, « ne seront pas connus avant quelques semaines. »
C’est à dire jamais.


Les sales petits secrets de SeaWorld