La Chine importe 16 dauphins de Taiji

Les 16 dauphins japonais à leur arrivée en Chine

La Chine importe 16 dauphins de Taiji

16 dauphins capturés à Taiji viennent d’être récemment transférés en deux lots, depuis le port de Dalian et l’aéroport de Shenyang, jusqu’au Royal Ocean Park de Fushun dans la province de Liaoning en Chine, où ils finiront leur vie. 
Les dauphins sont arrivés du Japon un plus tôt dans l’année mais viennent seulement de finir leur quarantaine. Leur dressage de base sera perfectionné et ils pourront bientôt rencontrer les touristes.

Le cétacé à la sortie de l’avion

Ces 16 dauphins, tous en bonne santé, viennent s’ajouter aux 4 premiers dauphins arrivés de Taiji en septembre 2016. L’introduction à grande échelle de 16 dauphins d’un coup est une première pour la Chine qui, on s’en doute, ne se soucie guère de l’avis de l’EAZA à propos des captures sanglantes.

Au cours de ces dernières années, Ocean Park a fait venir de Russie, du Japon, de Taiwan et de bien d’autres pays des bélugas, des manchots, des otaries, des morses, des phoques et des ours polaires, entre autres centaines d’espèce destinées non seulement « à enrichir notre belle province de Liaoning mais aussi éduquer le public sur les milieux marins.  Cela nous a également permis d’obtenir de bons avantages économiques et a joué un bon effet social» conclut la presse officielle chinoise.


Le Royal Ocean World de Fushun est un parc à thème familial ouvert en 2008 et toujours en pleine expansion.

Il abrite le plus grand aquarium en Asie et offre les attractions suivantes:
Ocean World contient des aquariums de mer et d’eau douce remplis de toutes espèces de vie aquatique. Century Forest se concentre sur les reptiles, les lézards, les serpents et les crocodiles.
Narnian Castle est un théâtre où des spectacles d’animaux ont lieu à plusieurs reprises tout au long de la journée.
Le monde de Susu est un centre de jeux pour les petits enfants.
Hawaii Waterpark est un grand parc aquatique avec une plage intérieure artificielle et une piscine à vagues. Il y a aussi beaucoup de toboggans aquatiques, une zone de spa et plusieurs activités nautiques pour les enfants.
Bref, le delphinarium s’y inscrit à coup sûr comme le fleuron de toutes ces activités hautement scientifiques.

La sirène, toujours très présente dans l’imaginaire chinois

Pour les dauphins de Taiji, la vie risque d’être aussi pénible que brève
La Chine ne dispose d’aucune loi réglementant le bien-être des animaux. Aussi les dauphins et les bélugas sont-ils soumis à des cadences de travail infernales, mal nourris, entassés dans des piscine étroites où les delphinariums ne cherchent même à pratiquer la reproduction. Cela coûte moins cher d’acheter un dauphin à Taiji que de surveiller une femelle enceinte et de voir de toutes façons son bébé mourir au bout de quelques jours.
Par pur hasard, le Fushun Royal Ocean World a pu se vanter d’une première mondiale en juillet 2011 : la naissance d’un «wholphin», croisement inopiné entre un dauphin de Risso et un dauphin Tursiops, mais cet hybride n’a évidemment pas survécu.

Quant à nos seize dauphins fraîchement débarqués en Chine, dont le dressage doit être peaufiné, ils proviennent fort probablement des captures de la saison 2016-2017. Un an suffit pour les dresser sommairement.
Durant cette saison, 1.282 dauphins provenant de 5 espèces différentes ont été conduits dans la baie de Taiji. Sur ce total, 595 ont été massacrés abattus, 448 ont étérejetés en mer et 232 ont été gardés en esclavage. Au moins 7 dauphins sont décédés après la capture pour des raisons indirectes ou accidentel. Les cétacés relâchés comprenaient un grand nombre de juvéniles et même des bébés non sevrés, laissés sans leur mère. Au terme de telles prises, les pods sont complètement détruits, mais ces décès-là ne sont pas pris en compte.

Juvéniles repoussés au large. Ils ne veulent pas quitter la baie où leurs parents sont morts.


Le pire sans doute pour ces malheureux cétacés à l’ouïe si fie, le volume sonore des shows, hurlés au micro dans un Chinois crispant, constitue sans doute la torture suprême
.
Heureusement, à Hong Kong déjà, des citoyens osent se lever et réclamer la fin des delphinariums en Chine !

Ocean Park show in China

Le Royal Ocean Park ne cesse de prendre de l’ampleur et de réclamer de nouveaux cétacés.

 

Au delphinarium de Bruges, à Planète Sauvage près de Nantes ou à l’Ocean Park de Fushun, le dressage est toujours le même

 

Show de béluga, peu pratiqué ailleurs

Et toujours, toujours, le MEME spectacle depuis les années 50., malgré tout ce que l’on sait aujourd’hui des dauphins.

Source :

 

 

 


Delphinariums : la menace chinoise

Les delphinariums chinois capturent en Namibie

La première « ferme à orques » s’ouvre en Chine

10 bélugas de Vladivostok en Chine