Le béluga Gia vient de mourir au Marineland de l’Ontario

Le béluga Gia vient de mourir au Marineland de l’Ontario

Le béluga Gia était l’un des animaux parmi les plus connus et les plus populaires du parc d’attractions Marineland à Niagara Falls, en Ontario. Elle s’est éteinte le dimanche 13 août 2017 à l’age de 5 ans dans la prison qui l’a vu naître.   

Dans un article publié ce dimanche sur son blog, le parc a déclaré que les résultats préliminaires de l’autopsie du béluga Gia indiquent qu’elle « aurait eu une torsion congénitale de son intestin grêle qui l’a fait tourner sur lui-même et a entraîné un blocage complet de l’intestin ».
Marineland a ajouté que Gia semblait être heureuse et saine avant de mourir subitement, et qu’elle manquera beaucoup à ses dresseurs.
Le blog de Marineland continue en mentionnant une récente enquête menée par l’organisation activiste californienne, Last Chance for Animals (LCA).
« Au cours des deux dernières années, Gia a été la victime de militants radicaux qui ont inventé des mauvais traitements chez les animaux qui n’en subissent aucun,  juste pour obtenir  des fonds pour eux-mêmes », déclare le parc sans rire.


L’association avait conduit une enquête sur les conditions de vie des bélugas du parc pendant cinq mois en 2015
.
Ses résultats, qui exprimaient de graves préoccupations au sujet du bien-être de Gia, ont motivé la plainte de la LCA à la Société de l’Ontario pour la prévention de la cruauté envers les animaux (OSPCA).
L’OSPCA n’a pas déposé de plainte dans ce cas précis et Marineland a qualifié le groupe de « radical » et de « non crédible ».
Le site Web de LCA explique pourtant que Gia a été séparée de sa mère qui la rejetait et qu’elle fut « laissée dans un bassin d’isolement peu profond pendant trois mois alors qu’elle maigrissait de plus en plus ».

Marineland, dans son message du 13 août, affirme au contraire que la jeune béluga allait parfaitement bien !
Elle avait été séparée de sa mère afin d’être surveillée constamment jusqu’à ce qu’elle soit sevrée, et elle recevait dans l’intervalle le lait d’une autre béluga. Son poids serait revenu ensuite à la normale après cette intervention alimentaire du personnel.
Par ailleurs, Marineland a annoncé la semaine dernière que les 11 accusations de cruauté envers les animaux portées contre lui par l’OSPCA depuis novembre 2016 ont été toutes abandonnées par la Couronne. Les charges étaient liées au traitement d’animaux terrestres dans le parc mais ne concernait pas les cétacés.

Gia peu avant sa mort

A propos de la mort de Gia, LCA a bien sûr publié son propre communiqué.
Il rappelle qu’au cours de l’été et de l’automne 2015, son enquête avait révélé que la majorité des 46 bélugas de Marineland Canada étaient confinées dans trois bassins de béton peu profonds sans protection contre le soleil, les spectateurs de parc et les produits chimiques nocifs utilisés pour purifier l’eau dans leurs piscines. Les bassins surpeuplés ont confiné des individus dominants et d’autres subordonnées dans des espaces sans lignes de fuite pour échapper aux agressions, de sorte que tous les animaux portant des cicatrices et des marques de morsure. L’enquête clandestine a également révélé que :

– des femelles souffraient pendant des mois d’un état médical non diagnostiqué qui les a fait se frotter constamment contre les murs de leur bassin jusqu’à ce que le sang soit visible dans l’eau;
– les bélugas présentent des signes de problèmes oculaires, telles que rougeurs, irritations et cataractes;
– de nombreux bélugas souffraient d’hyper salivation, de régurgitations, dans certains cas pendant de longues périodes;
– la privation de nourriture était une routine utilisée à des fins de dressage;
– l’élevage non réglementé a conduit à la naissance de 5 bébés, dont l’un est mort après avoir coulé au fond de sa piscine.

46 bélugas s’entassent dans ces bassins

De son côté, la presse gouvernementale canadienne s’est dépassée dans la flagornerie la plus abjecte à l’égard de ce parc apparemment intouchable. Qu’on en juge !
 « Un jeune béluga dénommé Gia est mort subitement au parc d’attractions ontarien Marineland, a annoncé lundi l’organisme situé à Niagara Falls.  La petite baleine au caractère affectueux et joyeux est décédée en raison d’une malformation congénitale à l’intestin, a indiqué Marineland dans un communiqué. Une nécropsie effectuée sur la baleine blanche a révélé qu’une torsion de l’intestin grêle, causant une obstruction complète de l’intestin, a provoqué sa mort.
« Ceux qui la connaissaient et qui prenaient soin d’elle avec amour, ainsi que les visiteurs qui sont venus la voir, savent qu’elle était enjouée, affectueuse et heureuse. Sa mort cause un grand vide au sein de la famille Marineland», peut-on lire dans le communiqué.

Cette triste nouvelle est survenue quelques jours après que la Couronne eut annoncé que les accusations de cruauté animale qui pesaient contre Marineland ont été abandonnées. La société ontarienne de protection des animaux OSPCA était à l’origine de ces accusations.
«Ces accusations sans fondements ont causé beaucoup de tort à notre réputation», avait déclaré Marineland la semaine dernière.
D’autre part, l’OSPCA a affirmé être extrêmement déçue de la décision de la cour.

Depuis sa naissance, les employés de Marineland se sont occupés avec beaucoup de sollicitude de la petite baleine qui avait besoin de soins particuliers. Comme elle a été sevrée prématurément par sa mère, des spécialistes se sont occupés d’elle 18 par jour pour lui inculquer des habitudes alimentaires adéquates. Les résultats complets de la nécropsie seront rendus publics, a indiqué Marineland ».

Les résultats de quoi, bande de larbins ? De son désespoir ? De sa faiblesse et de son mauvais développement physiologique du à une vie en captivité ? Tout cela ne se voit pas à l’autopsie…


Le Marineland du Canada : charniers, orque folle et bélugas malades

Zeus le morse s’effondre en public au Marineland du Canada

Kiska, l’orque folle

Marineland d’Antibes : Valentin n’est pas mort d’une torsion de l’intestin