Le chasseur se sachant chassé…

Quel être civilisé pourrait-il avoir le réflexe de tirer à balles réelles sur un si magnifique animal, plutôt que de l’admirer, l’observer, l’étudier, le protéger, le photographier et surtout… l’aimer.

Les députés européens ont-ils le droit de faire leur propre lobbying ? Peuvent-ils privilégier leurs intérêts personnels et ceux de leurs amis plutôt que d’oeuvrer pour le bien commun ?

On lira ci-dessous un fascinant courrier daté de 2010 qu’adresse Mme Véronique Mathieu Présidente de l’Intergroupe Chasse Durable, Biodiversité, Activités Rurales, Agriculture et Forêts, à ses collègues chasseurs, afin que ne soit pas PAS protégé de traitements cruels et inhumains les cerfs, chevreuils, sangliers, lièvres, faisans,
perdrix, et autres malheureuses victimes de leur goût criminel pour le meurtre et le sang.

Oui, le meurtre.

Car depuis que la chasse est devenue un loisir, et non plus une nécessité vitale, disait en substance Théodore Monod, c’est en effet devenu un crime.
Surtout lorsqu’on laisse les mains libres aux tueurs pour infliger à leurs proies toutes les souffrances qu’ils veulent…
Et que l’on ne nous parle pas ici du rôle régulateur  de la chasse humaine qui veille aux équilibres écologiques !
Il suffirait de réintroduire les loups et les lynx dans les forêts européennes, deux animaux qui ont appris à craindre l’homme et se gardent bien de l’approcher, ainsi que les martres, belettes, renards et autres petits prédateurs, pour voir nos biotopes reprendre des couleurs harmonieuses.

Un exemple récent, datant de 2012  :  « D’après une récente étude, la réintroduction du loup dans le parc de Yellowstone il y a une quinzaine d’années a favorisé la croissance de certains arbres.  William Ripples, chercheur à l’université de l’Etat d’Oregon et principal auteur de cette étude, explique que le retour du loup a entraîné une diminution des populations d’élans, lesquelles empêchaient jusque là toute nouvelle pousse, rapporte le Huffington Post. Cette étude illustre le rôle positif que peuvent jouer certains prédateurs dans la régulation des populations d’herbivores et leur place essentielle dans les écosystèmes. Dans certaines régions, la croissance d’arbres comme le saule, le tremble ou encore le peuplier d’Amérique a permis le retour de certains oiseaux qui y trouvent de nouveaux habitats ».

Quant au lynx en Belgique : «  Intégralement protégé, le lynx bénéficierait aujourd’hui de la croissance des espaces forestiers et de l’augmentation du nombre de proies, surtout des chevreuils. Mais cette réapparition dans nos régions reste encore vraiment trop timide pour espérer une réelle réinstallation durable. Mais le signe est beau tout de même. Espérons qu’un tir de chasseur mal informé ne vienne pas tout gâcher ».

C’est vrai que les chasseurs n’aiment pas la concurrence. Ils n’aiment pas les animaux non plus, de
façon générale, car comment auraient-ils le coeur de les abattre, autrement ? Tout être humain normalement constitué ne peut que tomber en arrêt devant la beauté d’un cerf ou d’un daim, sortir ses jumelles et les regarder vivre. Il faut être malde pour aimer leur tirer dessus !

C’est que les chasseurs flingueraient aussi très volontiers d’autres humains.
Les écolos, comme ils disent…
C’est trop d’honneur pour ceux qui portent ce titre dans les hémicycles parlementaires, car beaucoup d’entre eux sont chasseurs, eux aussi, et généralement fort peu soucieux du bien-être animal.

Que l’on écoute ici le sinistre Noël Mamère, écologiste pur jus déclarant en février 2012 : « Je ne suis pas adversaire de la chasse »
De même, en Belgique : « ce dimanche 26 août 2007 à l’occasion de la journée de la chasse à Amay, le secrétaire fédéral d’Ecolo, Jean-Michel Javaux, a créé la surprise en se livrant à un véritable plébiscite en faveur des chasseurs. Près de 5.000 personnes ont participé à cet événement annuel. Le bourgmestre de la localité, Jean-Michel Javaux, par ailleurs secrétaire fédéral d’Ecolo, y a prononcé le discours d’ouverture. Contre toute attente, le patron des écologistes a dit à quel point il appréciait les chasseurs respectueux de l’environnement.
« De nombreux écologistes sont aussi des chasseurs, a-t-il notamment déclaré. Ne confondons pas le parti Écolo et certains mouvements parfois plus extrémistes que réellement écologistes.
Notre volonté est de créer des liens entre les différentes communautés plutôt que de les opposer. Pour moi, il est clair que les chasseurs qui respectent les règles figurent parmi les plus grands amoureux de la nature ».

Notre courageux parti Vert belge a changé de direction depuis lors. Moins cul béni et plus radical, prétend-on.
Est-ce à dire qu’il ait changé d’opinion sur le meurtre organisé de non-humains par les tontons flingueurs ? Que nenni !

« Pratiquée avec respect pour la nature et ses différents usagers, la chasse est une activité légitime mais elle doit respecter des balises éthiques et écologiques afin de garantir une gestion optimale de la biodiversité.  Pas de procès d’’intention, la majorité des chasseurs partagent la volonté d’’agir prioritairement en faveur d’une amélioration de l’état de conservation des espèces et d’une diminution de l’’effectif des espèces en surdensité.
Force est néanmoins de constater qu’’un 
certain nombre de pratiques (nourrissage, lâchers de gibiers avant la chasse…) de la part de quelques sociétés de chasse sont préjudiciables à la nature, aux agriculteurs, à la sylviculture, aux propriétaires forestiers dont les communes et, in fine, à la majorité des chasseurs qui contestent ces dérives manifestes motivées par les seuls intérêts financiers ».

Dès lors, comme on l’aura compris, nos tueurs avaient vraiment tort d’avoir peur.
La puissance politique et financière des lobbies, la lâcheté des Verts davantage en quête de votes que d’idées neuves, ont largement triomphé sur la raison et l’éthique.
Mais reprenons le fil de notre histoire en commençant par le début…

 

Premier épisode : 2010

BRUXELLES : BIEN-ETRE DES ANIMAUX SAUVAGES, ATTENTION DANGER !

Un courrier interne de Mme Véronique Mathieu, Présidente de l’Intergroupe Chasse Durable (!) Biodiversité (?!), Activités Rurales, Agriculture et Forêts.

« La Commission européenne a chargé l’Institut GSK de «consulter les citoyens de l’Union» sur la question du bien-être animal.

L’’Europe en fait-elle assez ou pas assez ?

Les citoyens veulent-ils que l’’on se préoccupe davantage du bien-être des animaux ou pas ?

Le problème est que le diable étant dans les détails, il se cache ici sous plusieurs aspects :

1/ on observera sur la première page le registre de l’émotion avec un «blanchot», bébé phoque dont la chasse est interdite depuis le moratoire de 1987. (Ah bon ? En 2012, le me massacre continue, pourtant..)
Le décor est planté !!

2/ le questionnaire est uniquement en anglais et on ne peut y répondre qu’en anglais !!!
(Très dur pour un Français, surtout s’il est chasseur, c’est à dire ivrogne et inculte… Quel scandale !)

3/ de façon insidieuse, et C’EST LA le vrai danger, il y est aussi question DU BIEN ETRE DES ANIMAUX SAUVAGES, quand bien même cela n’est pas du ressort de la Commission européenne.

Note d’alerte UE
(relayée par les sites des chasseurs)

Participation des chasseurs urgente : Enquête en ligne sur le bien-être animal

Comme elle l’a fait sur le piégeage, la Commission européenne vient de lancer une consultation Internet sur le bien-être animal.
Ce questionnaire concerne l’évaluation de l’action menée par la Commission sur le bien-être animal entre 2000 et 2008.

Toutefois les questions posées sont particulièrement ambiguës. Elles ne permettent pas de juger négativement l’action de l’UE sur cette période. A la lecture attentive du questionnaire, il nous semble que la Commission prépare pour ce mandat une législation sur le bien-être de TOUS les animaux, y compris des animaux sauvages, ce qui serait très contraignant pour les activités cynégétiques.

Les députés de l’Intergroupe Chasse du Parlement européen ainsi que la FACE se mobilisent fortement pour que les chasseurs de toute l’Europe répondent à cette consultation. Je souhaite que les chasseurs français se mobilisent également. Je vous demande de diffuser largement ce questionnaire à tous vos adhérents, lecteurs, chasseurs, etc. afin que ceux-ci y répondent massivement avant le 31 juillet 2010, date de clôture de l’enquête.

Pour répondre au questionnaire, reportez-vous aux deux pièces jointes, le mode d’emploi et la traduction française.

Les écolos vont répondre en masse. Mobilisons nous et faisons mieux qu’eux.
(Voilà qui est clair et honnêtement dit ! Non à la sauvegarde la nature, oui à nos intérêts !)

 

Qu’a-t-elle fait pour mériter ça ?

Notre réaction

Lettre à Mme Véronique Mathieu

Bonjour Madame,

Je lis avec amusement que vous n’entendez pas vous priver du rare plaisir de faire souffrir les animaux sauvages :

« A la lecture attentive du questionnaire, il nous semble que la Commission prépare pour ce mandat une législation sur le bien-être de TOUS les animaux, y compris des animaux sauvages, ce qui serait très contraignant pour les activités cynégétiques ».
Et d’ajouter : «de façon insidieuse, et C’EST LA le vrai danger il y est aussi question DU BIEN ETRE DES ANIMAUX SAUVAGES, quand bien même cela n’’est pas du ressort de la commission européenne ».

Admirons cet admirable aveu : les chasseurs font du mal aux animaux sauvages et n’’entendent pas qu’on les prive de l’exquise jouissance de voir des corps palpitants vomir leur dernier sang dans une souffrance atroce.

Votre cruauté risque en effet d’être quelque peu mise en cause, chère Madame.
Vous ne pourrez plus laisser les sangliers mal flingués crever au bord des routes, vous ne pourrez plus achever au couteau le cerf que vous avez truffé de plombs mais qui remue encore. Quelle honte ! Comme je vous plains !

Croyez bien que les écolos, comme vous dites, ne feront rien pour vous nuire. Pas eux. Ils sont de votre côté. Les Verts aiment la chasse. Les ECOLOS belges aiment la chasse.

Mais il existe de vrais amis des animaux qui n’entendent pas laisser les choses en l’état. Et qui vous lisent, ô combien attentivement. En attendant d’agir…

D’ici là, je vous laisse vous repaître de la souffrance de bêtes innocentes. Leur sang ne tardera pas à vous retomber sur la tête.

Yvon Godefroid

 

 Véronique MATHIEU
Parlement européen
Bât. Altiero Spinelli
13E254
60, rue Wiertz / Wiertzstraat 60
B-1047 Bruxelles/Brussel
Tél. : +32 (0)2 284 5220
Fax : +32 (0)2 284 9220

A Strasbourg :

Parlement européen
Bât. Louise Weiss
T08031
Allée du Printemps
BP 10024/F
F-67070 Strasbourg Cedex
Tél.
: +33 (0)3 88 17 5220
Fax : +33 (0)3 88 17 9220

veronique.mathieu@europarl.europa.eu

Véronique MATHIEU en circonscription

Permanence parlementaire
3 rue des Brasseries
88200 REMIREMONT

Tél : 03 29 226 473
Fax : 03 29 224 692

mathieuve@wanadoo.fr


 

Le résultat en 2012

Mme Mathieu a gagné !

Comme le souligne Michelle dans son remarquable site, une loi globale européenne sur le bien-être animal se fait toujours attendre ! 
« Les députés réclament une approche claire, transparente et fondée sur des preuves scientifiques afin de protéger le bien-être de tous les animaux détenus par l’homme, tels que les animaux d’élevage, les animaux des zoos et les animaux domestiques, ainsi que la santé publique, tout en stimulant la productivité et la compétitivité dans le secteur de l’élevage en Europe ».

Jusqu’ici, donc, les chasseurs ont gagné, puisque le bien-être de l’animal sauvage n’est toujours pas compris dans les préoccupations de nos chers – très chers – députés européens…
Vous apprécierez au passage cette exquise quadrature du cercle : assurer le bien-être des animaux d’élevage tout en stimulant la productivité et la compétitivité.
Encore plus de porcs, encore plus de dindons et de poules torturés dans des usines de mort dès la naissance, pour faire face aux élevages chinois ou américains !

Fin de l’épisode.
Et merci encore à la Communauté Européenne pour le souci qu’elle porte à nos frères non-humains !


 

La chasse à l’arc, plus sanglante et plus difficile

Les Ecolos aiment la chasse !

Alerte chez les tontons flingueurs !

Que la fête continue !

Plan d’action pour le bien-être des animaux 2006-2010

Le Rassemblement pour l’Abolition de la Chasse

retour souffrances