Le dauphin Beachie est mort à Bruges

Beachie4-malade-avril-2014

Beachie malade en 2014. Photo YG

 

Le dauphin Beachie est mort à Bruges

« A Bruges, le dauphin Beachie est mort de façon inattendue. L’animal venait d’avoir 33 ans
Beachie provient du delphinarium néerlandais de Harderwijk. Il était présent à Bruges depuis 2010 à Bruges dans le cadre d’un programme d’élevage. L’année dernière, il est devenu le père de veaux Moana et Ori.
« Beachie est décédé suite à l’éclatement d’une veine dans le sinus», a déclaré Gertrude Quaghebeur du delphinarium. « C’est difficile à repérer et vous ne voyez pas venir ce genre d’accident.
Nos soignants de l’équipe du delphinarium de Bruges sont très touchés ». Un dauphin dans la nature vit environ trente ans, en delphinarium peut être encore plus ».

 

beachie-isolement

Beachie en isolement à son arrivée Bruges

 


Faux, bien sûr ! Toujours faux ! Voilà des décennies que la presse belge diffuse sans cesse les mêmes communiqués du parc, sans en changer une ligne, sans aucun esprit critique, sans intérêt particulier pour ces dauphins qui crèvent à la chaîne au Boudewijn Seapark !  

 

beachie-dolphin-scan

Beachie sous le scanner en 2014. A l’époque , on parlait de troubles pulmonaires.

Beachie n’était  sans doute pas le père des deux avortons blêmes récemment nés des oeuvres de Roxanne et d’Indy mais bien plutôt son fils Kite, récemment déporté depuis Planète Sauvage en France.
En revanche, il était gravement malade et tout le monde le savait. Tout le monde savait aussi qu’il ne s’adaptait pas au delphinarium fermé ni aux odeurs de chlore.
On aurait du, à tout le moins le rapatrier vers le lagon de Harderwijk, le « sanatorium des dauphins ». C’est là qu’on amène depuis toujours les dauphins malades pour se refaire une santé dans l’air iodé qui vient du large. Beachie aurait pu y retrouver ses copains, les jeunes avec lesquels il avait grandi.
Beachie est né en mer. Pour son malheur, il s’est échoué et c’est SeaWorld qui a « pris soin » de lui en le réduisant en esclavage. Aussi la captivité devait-elle doublementlui peser, lui qui avait connu l’océan.

Mais le delphinarium de Bruges avait d’autres projets pour lui.
Beachie était encombrant. Il n’obéissait plus. Il était inesthétique, quand on le voyait passer en toussant sous l’eau, tout son corps secoué de spasmes, ses petits yeux rongés par le chlore reflétant une tristesse insondable. L’a-t-on poussé un peu plus vite vers son inéluctable destin ?  Le bassin de Bruges était surpeuplé : 9 dauphins s’y entassaient en toute illégalité. A-t-on voulu faire de la place ?  Beachie n’était plus un bon reproducteur, il ne servait plus à rien et aucun delphinarium n’aurait voulu de cette « forte personnalité ».

Peu importe d’ailleurs l’age de sa mort, même si aucun dauphin mâle n’a jamais atteint plus de 33 ans à Bruges.
En mer aussi, il y a des dauphins mâles qui meurent à 33 ans, même si l’espérance de vie peut dépasser 50 ans pour les mâles et 60 pour les femelles. La question est de savoir quelle qualité de vie a du subir Beachie, en contradiction avec toute sa culture et ses instincts naturels.
Lui qui avait nagé à toute vitesse parmi les vagues, il s’est retrouvé coincé dans des fosses en béton. Lui qui aurait du former un trio de compagnons pour le restant de sa vie est resté seul face à des adolescents rétifs puis à son propre fils, une aberration. Lui qui se serait éloigné des femelles de son clan et ne les aurait rejointes que pour les protéger ou chasser avec elles, a du partager l’espace minuscule des bassins de Bruges avec trois femelles dominantes étroitement liées et leurs gosses agressifs.

L’existence atroce que l’on impose à des gens comme Beachie, aussi conscients que vous et moi, l’esclavagisme honteux dont se rendent coupables des entreprises commerciales avec la bénédiction des pouvoirs publics, le vrai jeu de massacre auquel se livre les bouchers de Bruges sur leurs dauphins anémiques, tout cela devait susciter l’indignation de la presse et des organisations de défense animale. 

Mais en Belgique, on se tait. On dort. On regarde ailleurs.
La Flandre occidentale a trop besoin de l’apport économique de son parc d’attractions que pour tenir compte de considérations éthiques.

 

bsp_beachie-until-he-dies

Le panneau va disparaître et Beachie n’aura jamais existé

 

Le dauphin Beachie en 2014

« Une fois encore il a raté un tour et n’a pas reçu son poisson.
Sans cesse, il fait des bêtises. Il paraît complètement ailleurs. Quand il lui faut jeter des ballons aux enfants, il fait sauter le sien au milieu de l’eau, pensivement. Le show s’achève. Les dresseuses se sont retirées un moment, elles préparent l’une des trois femelles adultes ou des deux jeunes à la séance photo payante, dans le petit bassin latéral droit.

Beachie s’en fout. Il attend face au vide, menton posé sur le rebord. Il est seul.

Jamais, il ne s’est habitué à cet endroit depuis son départ de Hardewijk en 2009. Jamais, il n’a pu s’intégrer vraiment au groupe des 5 dauphins résidents. Jamais il n’a su donner, ni à Yotta qui faillit en mourir, ni à Roxanne, des rejetons viables. Les derniers nés sont sans doute de Kite.

Doucement, il perd la tête et la santé. Mais aussi, dans un sursaut de dignité, il réplique et il désobéit.

Il fait partie de ces dauphins que Ric O’Barry qualifie «d’insoumis ».


 

Bruges-2014-beachie-seul.jpg

L’histoire de Beachie

Beachie est né dans le Golfe du Mexique vers 1982. Il s’échoua puis fut « sauvé » par le SeaWorld d’Orlando en avril 1984, mais jamais réhabilité.  
Après avoir séjourné en Floride, il fut déporté au Dofinarium de Harderwijk en 1997 puis expédié le 18 septembre 2009 en Belgique, au Boudewijn Seapark de Bruges. Mission : remplacer le précédent mâle reproducteur, Tex, mort tragiquement au Marineland d’Antibes, au nom des programmes EEP.

Beachie était en bonne santé avant qu’il n’arrive en Flandres.
Et c’était aussi un super étalon. A SeaWorld et à Harderwijk, il avait donné naissance à Marbel, Sal’ka, T’lisala, Amtan, Palawas, Spetter et Kite, son dernier enfant viable en 2005. Une fois placé dans les bassins de Bruges, il ne fut plus le père que d’un enfant mort-né extrait de l’utérus de la jeune Yotta en 2010, de jumeaux mort nés de la «vieille» Roxanne en 2011 et d’un nouvel enfant de Roxanne, un petit garçon mort 4 jours après sa naissance, en 2012. Ces décès ont eu lieu dans l’un des 5 bassins contigus de Bruges, où tout s’entend, tout se voit, tout se subit. Et ce n’est pas drôle d’assister à l’agonie de gosses ou d’adolescentes, comme celle de la pauvre Flo le 6  janvier 2012,  décédée d’une étrange « infection des dents ».

Depuis son transfert depuis le Dolfinarium de Hardewijk jusqu’à celui de Bruges, Beachie se sentait seul et triste.
Le choc fut rude pour lui. Il s’est retrouvé brusquement dans un environnement réduit, obscur. Alors qu’il vivait dans un lagon d’eau de mer sous le soleil et le vent iodé aux Pays Bas en compagnie d’une bande de mâles, le malheureux a du apprendre de nouveaux tours, de nouvelles façons d’obéir «au pied» et à survivre seul, isolé dans son coin, en compagnie de femelles dominantes agressives et de juvéniles peureux, sous le dôme sinistre du Boudewijn Seapark.
L’air qu’il y respirait n’était plus le même non plus : le vent du large qui souffle sur Hardewijk fut remplacé par une atmosphère chargée de chlore qui vous prend à la gorge dès que vous entrez sous le dôme sombre du Dolfinarium de Bruges. Mauvais pour les poumons, quand on n’a pas l’habitude.

Les dresseurs le croient tous un peu fou.
C’est un cas difficile, qui n’en fait qu’à sa tête. On le surnomme même «le mongolien » tant son regard semble étrange, enfoncé dans les orbites. Avant chaque spectacle, jusqu’il y a peu, Beachie recevait jusqu’il y a peu 10 pilules de Ciprofloxacine après le premier show puis 5 pilules après et encore 5 pilules pour le second show. Soit 20 doses d’antibiotiques chaque jour. (…)

 

One Dolphin’s Story: Beachie

Beachie5-malade-avril-2014.jpg
L’histoire de Beachie raconté sur le site du Ric O’Barry’s Dolphin Project 


Beachie à Bruges : un vieux dauphin malade

beachie-dolphin-scan

Beachie malade

 


Beachie, un dauphin seul au monde au SeaPark de Bruges


Malade, le dauphin Beachie fêtera Noël à Bruges

La vie des dauphins mâles et l’histoire de Beachie