Le Dr Wolfgang Gewalt, fondateur du Zoo de Duisburg

Das-Walarium-im-Duisburger-Zoo 

 

 Bref historique du Zoo de Duisburg

Le Dr Wolfgang Gewalt, un homme barbu et sûr de lui, fut le premier directeur du Zoo de Duisburg.
Il se considérait lui-même comme le pionnier européen de la détention de dauphins en captivité, et il est vrai qu’il commença à en capturer dès le début des années soixante, notamment les très rares dauphins de rivière au Venezuela.

Racontant ses aventures dans le delta de l’Orénoque, Gewalt manifeste le même manque de respect à l’égard des cultures indiennes qu’il en montre à l’égard de la vie des dauphins. Se dépeignant comme un aventurier sans peur, il note que les indigènes sont empêchés par leurs croyances de capturer ou de chasser leurs dauphins de rivière.

«Cette attitude » explique Gewalt, « trouve sa source dans diverses légendes qui évoquent les pouvoirs magiques dont serait doté le dauphin Inia Geoffrensis. On dit par exemple que mettre de l’huile de cet animal dans une lampe rend aveugle ».
Heureusement, Gewalt est un homme moderne, peu ouvert à ces superstitions.

Malgré sa forte myopie, il part à la recherche de ces fameux dauphins. Après des jours de recherches intensives, il finit par en trouver un et à l’embarquer à bord de son canot.

L’idée lui vient alors d’attacher le cétacé par la caudale à une branche au milieu de la rivière. L’animal pousse alors des sifflements pitoyables et tous ses compagnons accourent pour l’aider. C’est à ce moment-là que Gewalt, dissimulé dans un fourré, se montre et les capture à l’aide d’un large filet.

Le directeur du Zoo de Duisburg se fait d’ailleurs un point d’honneur d’attraper ses dauphins lui-même, à plein bras, et de se faire photographier.  Trois autres dauphins- dont une mère et son petit -sont capturés dans ces conditions.

Sa ménagerie, qui comprend également des bélugas, des dauphins Tursiops et des dauphins de Commerson (Jacobita) est considérée comme l’une des plus exotiques d’Europe.
«Mais qu’y a-t-il donc de si spécial avec les dauphins ?» déclarait un jour W.Gewalt à un journaliste « Je n’arrive pas à comprendre pourquoi nous ne pourrions pas les garder en captivité !».

 

Das-Walarium-im-Duisburger-Zoo-ferdinand

Le départ de Ferdinand vers les Etats-Unis

 

Le directeur du zoo fit les grands titres de la presse allemande lorsqu’au terme de trois expéditions menées successivement en 1979, 1980 et 1984 dans le détroit de Magellan, en Patagonie, 14 des 17 dauphins de Commerson qu’il avait réussi à capturer moururent.  Durant l’hiver 1983/84, il se déplaça jusqu’au Cap Horn et attrapa six autres dauphins de Commerson, dont un seul survécut.

Indifférent à ce massacre, Gewalt n’en importa pas moins l’animal solitaire jusqu’à Duisburg. Les autres périrent au fur et à mesure du voyage, notamment lors d’un arrêt particulièrement long à l’aéroport de Santiago du Chili, où il faisait très chaud.

Gewalt fut condamné à une amende légère pour avoir bafoué les règles de la CITES, ce qui ne freina en rien ses activités et se justifia en expliquant à la presse que « de la même manière, ses prédécesseurs avaient eu de gros soucis avec les premiers orang-outans captifs ou les premiers gorilles. Eux aussi mourraient en masse mais aujourd’hui, nous arrivons à les conserver vivants : la mort des petits dauphins de Commerson nous a appris bien des choses et nous permettra d’aller de l’avant ».

Extrait du livre  » The Rose-Tinted Menagerie »  A History of Animals in Entertainment, from Ancient Rome to the 20th Century » par William M. Johnson

Altaicaunknown


Lire aussi :

Portraits de grands trafiquants