Le Zoo d’Anvers ferme son Delphinarium !

 

irisivo.jpg

Iris et Ivo au Zoo d’Anvers 1997

Septembre 1998

Suite au communiqué du Zoo d’Anvers  publié dans TOUTE la presse belge ce jeudi 3 septembre 1998, à propos de l’avenir des deux derniers dauphins d’Anvers, les  corrections suivantes se doivent d’être apportées :

1. Le Zoo déclare : « Iris, la vieille femelle dauphin ira finir ses jours au delphinarium d’Harderwijck, afin d’y jouir d’une retraite bien  méritée ».

a) Iris est aujourd’hui âgée de trente ans.

En mer, la ménopause n’intervient qu’à  l’âge de quarante ans. En captivité, lorsque le dauphin est
mieux traité, une femelle peut encore mettre bas bien au-delà  de trente ans. Puck vient ainsi d’accoucher à Bruges d’un
delphineau, bien qu’elle soit âgée de 34 ans.  Ce dont souffre la « vieille » Iris n’est autre que le syndrome classique de la captivité. Au-delà de 17 ans de confinement continu dans de l’eau de mer artificielle et du fait de l’isolement et de l’ennui, le dauphin finit par perdre le  goût de vivre. Il devient somnolent, taciturne, distrait, ses défenses immunitaires s’affaiblissent et la mort survient  rapidement.

Tirée de son bassin, stimulée,  entourée, reprise en main, la « vieille » Iris aurait tôt fait d’être remise d’aplomb et pourrait parfaitement être rapatriée dans le Golfe du Mexique.

b) Selon nos correspondants hollandais, le Delphinarium d’Harderwijck est aujourd’hui totalement surpeuplé.
Les activités de ce centre ont en outre de quoi inquiéter : s’il faut en croire certains experts américains, Harderwijck
servirait également de plaque tournante au pire trafic de dauphins et d’orques qui se puissent imaginer : des cétacés
saisis lors de massacres au Japon seraient récupérés par des marchands américains puis transiteraient par Harderwijck avant de rejoindre Seaworld aux Etats-Unis.

2. Le Zoo déclare : « Ivo, jeune et vigoureux, sera utilisé dans le cadre d’un programme de reproduction à
Berlin ».

En clair, cela signifie que le  malheureux sera brutalement séparé de sa mère, dont il partage la vie depuis 19 ans et qu’il sera envoyé dans une piscine inconnue, pleine de mâles agressifs et de femelles à engrosser.

Sans doute parviendra-t-il à engendrer quelques delphineaux. Mais la captivité ne finira pas pour autant et dans de telles  conditions, Ivo risque bien de mourir à comme sa mère, au bout de quelques années et donc bien avant l’âge normal.

Rappelons en outre que l’espèce Tursiops truncatus n’est nullement menacé et que la reproduction de
cette espèce en captivité ne répond à aucune autre nécessité que de satisfaire à peu de frais la demande des
delphinariums et des hôtels de luxe en dauphins dociles et bien dressés.

3. Le Zoo déclare : « Les spectacles de dauphins seront  remplacés par des exhibitions de lions de mer. »

Autrement dit, le Zoo ne voit aucun  inconvénient à maintenir dans son enceinte des exhibitions
d’animaux dignes des cirques du siècle dernier, tout en  affirmant son souci de mieux faire connaître la vie sauvage à
ses visteurs.

Indiquons par ailleurs que deux associations américaines spécialisées en réhabilitation (Ric O’Barry International Dolphin Project et MMC) sont prêtes à étudier de façon très concrètes les possibilités d’un rapatriement
rapide de ces deux dauphins dans le Golfe du Mexique.

Si le Zoo refuse une telle option – malgré les 3 heures de discussion perdues auprès de M. Fred Daman, directeur du Zoo d’Anvers, pour le convaincre du sérieux de nos alternatives – c’est  sans nul doute parce que divers accords le lie à
l’industrie des delphinariums.
Les documents existent qui prouvent pourtant la parfaite faisabilité de cette opération. Nombre de dauphins
réhabilités vivent aujourd’hui heureux et libres dans leurs eaux d’origine.

Ne refusons pas à nos deux vétérans cet ultime et merveilleux hommage à leur gentillesse, à leur
intelligence et à leur prodigieuse ténacité à vivre !

Ci-dessous, compte rendu de la rencontre avec Mr Daman au mois d’août 1998.

 

iris1.jpg

Iris à Anvers

 


 

Rencontre avec le directeur du Zoo d’Anvers

Ce vendredi 28 août 1998, nous avons  rencontré M. Frédéric Daman, le Directeur du Zoo d’Anvers.

Celui-ci s’est dit conscient du problème que posait la captivité de ses deux derniers dauphins et affirme vouloir fermer son delphinarium à court terme.

Mr Daman continue à prétendre qu’Iris serait devenue trop vieille à 30 ans et que le stress d’un trop
long voyage la tuerait. Rappelons que Puck (32 ans) vient de mettre au monde un delphineau captif à Bruges.
La vieillesse varie donc selon les bassins…

Néanmoins, M.Daman accepte l’idée de transmettre une copie du dossier vétérinaire de Iris et Ivo au Marine Mammal Conservancy ou à tout autre organisme du même type (Ric O’Barry étant également intéressé par le cas depuis plusieurs  années) afin de déterminer si les deux dauphins concernés peuvent ou non être ramenés dans leur mer d’origine.

La discussion avec M.Daman fut longue mais très ouverte et constructive.
Nous pensons l’avoir convaincu de l’intérêt médiatique que représenterait une telle réhabilitation pour le Zoo d’Anvers et à quel point cette initiative s’harmoniserait avec d’autres  actions remarquables initiées par le Zoo d’Anvers, telles que la  réintroduction des singes tamarins au Brésil ou la protection des chimpanzés bonobos en milieu naturel.

M.Daman s’est dit conscient de l’évolution des mentalités à l’égard des delphinariums et s’est montré impressionné par l’abondance du courrier international qu’il a reçu depuis quelques mois de la part d’associations anti-capivité du monde entier.

Enfin, en échange de l’engagement de  prendre contact avec le Marine
Mammal Conservancy, ou avec le Dolphin Project, la Manifestation en faveur des deux dauphins d’Anvers prévue pour le 5 septembre 1998 a été temporairement suspendue.

Le destin d’iris et d’Ivo fait aujourd’hui l’objet de négociations extrêmement délicates. La pression d’une manifestation publique risquerait d’amener le Zoo d’Anvers à prendre des décisions, radicales et irreversibles, dommageables aux dauphins.

Laissons dès lors au Zoo d’Anvers le temps de s’informer, comme il s’est engagé à le faire, sur les
diverses options de réhabilitation en milieu naturel qui lui  sont proposées.

D’ici là, nous vous remercions d’exercer la plus grande vigilance à l’égard du sort des deux derniers dauphins d’Anvers
et de vous informer régulièrement de leur état de santé.

Il serait en effet inadmissible que leur mort ou leur disparition puissent libérer à peu de frais le Zoo du problème que lui pose l’existence de son delphinarium.

Merci à tous de votre soutien !

 

YG
Cetacean Freedom Network Belgium

 

irisdressage.jpg

Iris à 13 ans à Anvers

 

Retour Menu