Le zoo de Nuremberg drogue ses dauphins captifs

Toujours contents et obéissants….car complètement drogués !

 

1/8/2012

Le zoo de Nuremberg drogue ses dauphins captifs

Est-il le seul à le faire ?

La WDCS peut révéler aujourd’hui qu’’à la lecture des données fournies par le delphinarium de Nuremberg, en Allemagne, il apparaît que les dauphins en conflit dans dans le même bassin sont séparés puis calmés à l’aide de médicaments psychotropes.

De toute évidence, chaque fois que des altérations du comportement surgissent chez le dauphin, à cause de l’exiguïté des bassins ou du regroupement artificiel d’individus envoyés par d’’autres delphinariums, ces «désordres» sont systématiquement traités par voie médicamenteuse.
Ceci indique à quel point le fait de garder des dauphins captifs est une pratique totalement inadéquate.

L’accès à ces données précédemment cachées n’a été possible que suite à une victoire juridique unique en son genre. En 2011, la WDCS a en effet obtenu de la Cour d’appel de Münich (Allemagne) que les informations relatives à l’exhibition et aux «soins» données aux dauphins captifs du zoo de Nuremberg soient accessibles et rendues publiques.

Les informations recueillies dans les archives du delphinarium de Nuremberg indiquent que le Diazépam n’est pas seulement donné aux cétacés pour réveiller leur appétit (?) mais largement utilisé pour modifier le comportement naturel des animaux.

Le Dr Karsten Brensing, expert en dauphins et militant de la WDCS Allemagne explique :

“ »Le Diazepam – mieux connu sous le nom de Valium  est un médicament psychotrope utilisé pour traiter les états aigus d’excitation et de peur. On l’’administre en général lors d’’examens médicaux pénibles, durant une bronchoscopie par exemple – afin d’immobiliser le dauphin « .

En 2006 et 2007, plusieurs delphineaux et une femelle adulte sont morts au zoo de Nuremberg.
La WDCS a décidé de passer à l’’action et a exigé des représentants du zoo, ainsi qu’à la Ville de Nuremberg (qui est responsable de cet établissement) le libre accès à toutes les données concernant les dauphins captifs et leur examen par des experts indépendants. La demande a été refusée.

La direction du Zoo affirmait prétendait que le public n’avait pas le droit d’accéder à ces informations et assurait par ailleurs que le maintien des dauphins en captivité n’avait aucun impact sur les dauphins libres en milieu naturel.
Toutefois, la WDCS a pu démontrer, dans un récent rapport, que le maintien de dauphins en captivité ne sert en rien la conservation de cette espèce à l’état sauvage mais que le prélèvement régulier de dauphins sauvages à des fins d’utilisation commerciales épuisait au contraire les populations libres.

D’après un article de la WDCS


 

Et les dauphins de Bruges ?

Flo, morte de quoi ?

Flo, morte de quoi ?

Durant la nuit du 5 au 6 janvier 2012, une jeune delphine du nom de Flo est morte au Boudewijn Seapark de Bruges à l’âge de 13 ans et demi.  Selon le communiqué officiel de ce cirque aquatique :

«L’animal, né avec une mauvaise dentition, avait déjà rencontré des problèmes similaires dans le passé, mais ceux-ci avaient été traités avec succès.
Le 18 décembre, 2 dents avaient de nouveau été retirées afin de combattre l’’inflammation.
Depuis lors, Flo était sous antibiotiques, mais cela s’’avérait insuffisant et Flo ne mangeait plus assez. Après des radiographies de la mâchoire et des analyses sanguines, le vétérinaire a décidé, après avoir consulté d’’autres spécialistes, que des antibiotiques plus forts et des compléments vitaminés devaient lui être administrés. Les soigneurs du delphinarium ont donc traité Flo par médicaments 2 fois par jour, en lui administrant les comprimés directement à la main, même durant les vacances. La veille de son décès, tout semblait normal. Mais Flo a été retrouvée sans vie vendredi matin dans le bassin. L’animal a été emmené à Gand pour une autopsie».

Il est regrettable que la presse se soit contentée de cette information lapidaire et ne se soit plus jamais inquiétée de connaître les résultats de l’’autopsie.
Plus regrettable encore est l’attitude du SPF Santé publique chargé entre autres du Bien-être animal au zoo, qui ne semble pas avoir exigé non plus davantage d’explications à la direction du delphinarium.
Mais de quoi est morte Flo, finalement ?
L’autopsie de Gand n’a jamais été publiée, et nous ignorons si nos dauphins « belges » sont eux aussi soumis à des traitements psychotropes, ce qui semble fort probable.
Cette pratique était déjà dénoncée depuis longtemps dans les delphinariums espagnols, mais aussi dans un grand nombre de zoos.

Difficile d’en juger si nous ne savons rien.
Nous exigeons donc que les dossiers médicaux de ce delphinarium flamand soient rendues publics dans les plus brefs délais et que la cause exacte de la mort de Flo soit enfin révélé.
Rappelons que les dommages dentaires sont également provoqués par une forme de zoopsychose typique chez les cétacés captifs et qui consistent à ronger des barres de fer, des cordages ou tout autre objet de façon répétitive.
Il n’est pas impossible qu’un surdosage de Diazepam ou d’un autre calmant ou anti-douleur ait accéléré le décès de cette très jeune delphine.

Les dégâts dentaires sont la norme chez les cétacés captifs.

Les dommages dentaires chez les cétacés captifs

Nuremberg

Bruges

Beachie4-malade-avril-2014

Beachie drogué à Bruges en 2014. Photo YG