Dans l’eau avec les dauphins de Bruges !

bruges-touch-dolphin

Dans l’eau avec les dauphins est en fait une attraction lancée par Aspro Ocio dans toutes ses succursales

 

Dans l’eau avec les dauphins de Bruges !

La loi belge, dans son arrêté royal du 10/08/1998 article 3.9, définit le parc zoologique comme étant « tout établissement accessible au public où sont détenus et exposés des animaux vivants…, y compris les delphinariums (mais à l’exclusion notamment des cirques) ».

Le Boudewijn Seapark serait donc un zoo, dont la caractéristique est qu’à l’exception de quelques otaries, de phoques et de rapaces, il n’enferme principalement qu’une seule espèce, le grand dauphin de l’Atlantique ou Tursiops truncatus, connu pour être l’animal doté du plus puissant cerveau au monde, avec l’homme. Ce mammifère marin hautement social, doté de cultures sophistiquées, ne peut s’épanouir pleinement qu’au sein de vastes espaces et d’un grand nombre de congénères.

A Bruges, ils sont 8, 6 adultes et 2 enfants, qui exécutent en moyenne deux shows par jour.
On peut s’étonner qu’un zoo donne à voir ses animaux en spectacle. Si la chose est encore courante en Chine, et qu’elle le fut en Occident jusqu’au début du XXième siècle (avec le « goûter des chimpanzés » au zoo de Londres), ce n’est plus le cas aujourd’hui. Imagine-t-on les gorilles du Zoo d’Anvers rouler à vélo sous les bravos des spectateurs ? Ou ses tigres sauter dans des cerceaux de feu ?

Bien qu’étant donc légalement un zoo, le delphinarium ne fait pourtant pas mystère de sa véritable identité.
Une visite au delphinarium ne vous apprendra rien de la vraie vie des dauphins. Vos enfants n’y recevront qu’ne information indigne d’une école maternelle à propos de leur physiologie et pour le reste, palce au spectacle et au fin ! Quant à la conservation  d’une espèce de dauphins qui se porte très bien dans l’océan, elle semble bien superflue.
Depuis quelques années, afin de rentabiliser davantage les zombis aquatiques qu’il enferme, le delphinarium a cédé aux pressions de sa maison-mère, la société Aspro Ocio, en introduisant de nouvelles « attractions ».

« Rencontrez nos dauphins pour la première fois dans l’eau !  »
« Boudewijn Seapark présente un programme interactif avec des dauphins. Pour la première fois, vous pourrez, avec l’accompagnement d’un entraîneur, être en contact dans l’eau avec des dauphins. Après avoir revêtu un wader (une sorte de pantalon de pêcheur), vous monterez sur une plate-forme spéciale qui vous plongera dans l’eau jusqu’à la taille, et vous pourrez voir les dauphins tout près de vous. Vous apprendrez ainsi plein de choses sur la biologie et le comportement de ces fantastiques mammifères marins. Avec l’aide d’un de nos entraîneurs, vous pourrez même demander aux dauphins de réaliser un exercice spectaculaire. Pendant ce programme, notre photographe immortalisera votre rencontre avec les dauphins. La photo sera immédiatement imprimée et vous pourrez l’emporter après le programme ».
Dont coût : 110 euros par personne pour les bonnes oeuvres du parc.

En principe, la loi belge interdit d’avoir des contacts directs avec les animaux de zoo et toute nage est proscrite dans le bassin.
Ce n’est pas le cas au Portugal ni aux USA mais même en France, le Marineland d’Antibes est contraint de limiter l’enthousiasme de ses nageurs par une vitre qui les sépare des dauphins.
Au Lagoon Marineland, le lagon des dauphins de 400 m² et d’une profondeur de 1.20m, « vous pouvez vous baignez avec les dauphins mais aussi faire une fabuleuse promenade aquatique ! 
Seule une vitre vous sépare des animaux que vous pouvez découvrir en vision sous-marine ou en surface. Cette vitre permet aussi de séparer les eaux du lagon de celles des bassins ; en effet les animaux évoluent dans des bassins alimentés en eau de mer directement pompée dans la Méditerranée à quelques centaines de mètres au large alors que vous serez dans une eau douce chauffée par le soleil de la Côte d’Azur. Vous pouvez également nager avec masque et tuba pour admirer le groupe de dauphins et peut être découvrir leurs des acrobaties sous-marines ! Vous verrez,  ils sont toujours très curieux de tout ce qui peut se passer autour d’eux ! ».
Ils sont surtout très attentifs aux signaux produits sous l’eau par une balise utlrasonore, pour les rappeler à l’ordre.


Nous n’en sommes pas encore là à Bruges, faut d’espace, mais on y vient ! Partout, en tous cas, le dressage simulé des dauphins est proposé aux visiteurs qui , d’un geste, font tourner ou nager les « animaux » comme ils veulent. L’obéissance de ces petites bêtes est vraiment merveilleuse !
Pour le reste, à quelques détails près, les shows sont à peu près les mêmes d’année en année. Celui que nous décrivons ci-dessous date de 2013 mais correspond peu ou prou à celui de 2016… ou de 1988. La présence très physique des dresseurs dans le bassin indique qu’on a affaire ici à des détenus blanchis sous le harnais, fiables et bien dressés.
Surtout depuis la mort de cet emmerdeur de Beachie

 


bruges-dolphinbay-same-old-trick4

Avant le spectacle

Le spectacle au delphinarium de Bruges

La foule qui se précipite sous le dôme est encore impressionnante, bien que les grosses foules d’antan aient disparu.
Rien que des familles, avec enfants de tous âges et quelques pensionnés.  Une écrasante majorité de flamands, quelques belges francophones ou français qui patientent sur les gradins autour de l’hémicycle bleu. C’est vraiment une arène, sous un chapiteau percé de fenêtres et soutenu par des poutres usées.

Quant au delphinarium que la presse annonçait « entièrement renouvelé », la déception est grande : à part un nouveau décor en contreplaqué qui nous offre un paysage de mer et de cocotiers, au lieu de l’affreux port de pêche floridien d’antan –rien n’a vraiment changé. Le bassin central a été légérement réduit au profit des deux enclos latéraux réaménagés.

D’emblée, l’odeur de chlore vous prend à la gorge. On se croirait dans une piscine municipale. L’eau est d’un bleu étincelant.
Pourtant, lorsqu’on s’approche des vitres, les fonds ridicules de 3 à 5 mètres –le dauphin mesure 3 mètres – sont salis d’algues noires. Les murs totalement nus de cette prison interpellent. Là encore, comme le rappelait Ric O’Barry, même un serpent au zoo a droit à quelques branches, à des feuilles, à de la terre.
Ici, rien que du béton.

bruges-dolphinbay-fond

Des bassins intégralement nus et vides de tout objet.

 

Les cétacés nagent ça et là, sans but, visiblement nerveux à l’approche de leur show. Car le show, c’est le boulot.
Il va falloir faire le maximum pour satisfaire les attentes des Maîtres. On les aime bien, nos maîtres, on ne connaît qu’eux. Ils sont gentils, ils nous soignent, mais aussi parfois ils nous rendent malades avec leurs médicaments.  Et puis ils sont très sévères si l’on se trompe. Pas de bout de maquereau surgelé pour combler la petite faim lancinante qui tenaille les détenus depuis le jour de leur capture ou depuis leur enfance. Si le Maître est fâché, pas de coup de sifflet, pas de poisson.

bruges-dolphinbay-cries

Faim.

Dans le petit bassin à gauche, vu depuis les gradins, un dauphin se languit avec son compagnon. Il frôle les bords de son enclos en traînant sa nageoire sur le sol, l’aileron flasque, ou bien il reste amorphe dans un coin.

bruges-dolphinbay-same-old-trick5

La tension monte.
Les dauphins se collent aux fenêtres d’observation ou aux sas placés sous la surface, pendant que l’hémicycle se remplit de spectateurs. De plus en plus agités, ils se pressent devant le portillon central, qui mène vers les deux petits bassins arrière.

Le canal d’accès aux bassins arrière



Et puis enfin, accompagnés d’une intro musical wagnérienne, les dresseurs arrivent en sautillant.  La foule acclame. Les dauphins sautent ! Le bonheur !
Aujourd’hui, nous assistons donc au tout nouveau spectacle, intitulé «Dolphin Bay».
Tout nouveau ?

bruges-dolphinbay-same-old-trick2

Le même show indémodable depuis les années 70

 

D’abord, un peu d’éducation (pour respecter la loi) sous une forme minimale et vivement expédiée.
La sono n’ayant manifestement pas été remise à neuf depuis 1988, une voix de femme à peine audible nous explique qu’en mer, c’est l’horreur. La liberté, c’est l’esclavage !

Elle récite son texte sur fond de musique dramatique pendant que les dauphins font à peu près n’importe quoi pour plaire à leurs dresseurs.  « Les requins, les orques, les monstrueuses tonnes de déchets dans les mers… La POLLUTION ! ».
La leçon est claire : mettez tous les cétacés en bassin, ils seront à l’abri.
Et tant qu’on y est, mettez aussi tous les hommes en cellule, il y aura moins d’accidents de la route.

Un kayak emmène une petite fille.
Il est mené par deux dresseurs dont l’un ne cesse de « récompenser » les dauphins avec de la nourriture.

Ah ! Retour de la pédagogie : l’un des dauphins apporte un vieux gobelet de plastique aux dresseurs.
Il faut nettoyer les océans. OK. On s’en souviendra, surtout avec le parrainage de Nestlé Aquarelle et ses bouteilles plastiques faites pour durer mille ans. Ce tour, annoncé comme éducatif, était déjà pratiqué en 1998 par Iris et Ivo, les derniers survivants du zoo d’Anvers. Il semble que les détritus marins aient plutôt augmenté depuis.
Le dauphin tire l’embarcation. Là aussi, c’est un vieux tour pratiqué depuis plus de dix ans par le Zoo de Duisburg. Très pédagogique, en effet.
On voit ça tous les jours en mer.

Peu à peu, le spectacle devient franchement confus.
Est-ce par manque de bon scénographe ou parce que les dauphins se démènent trop pour gagner leur poisson ? Allez savoir ! On dirait que les numéros s’enclenchent sans la moindre logique. Un dauphin vient se percher sur le bord du bassin.

dolphinbay-touch

Douloureux pour la gorge, grosse pression sur le ventre. A déconseiller aux femelles enceintes.
La petite Yotta qui garda son fœtus mort dans le ventre avant qu’on ne le lui retire à la main, pourrait nous en dire plus sur ce sujet.

Ah ! Tout de même ! Des frissons ! La dresseuse plonge.
Elle disparaît puis ressurgit telle une bombe hors de l’eau, propulsée dans les airs puis poussée jusqu’au bord par un dauphin. Un comportement rarement observé en milieu naturel. Mais les gosses ne peuvent pas le savoir.
La foule applaudit à tout rompre, la musique est poussée à fond. Les voisins du parc se bouchent les oreilles, excédés.

Voici le rodéo aquatique !
Le top du top, le clou du spectacle, son apothéose : monter à cheval sur un dauphin !

dolphinbay-ride-on-the-slave

Le rodéo aquatique. Un sommet de la pédagogie

Là encore, on se retrouve en plein cirque, mais aussi dans le vieux symbole de l’Homme dominant la Bête.
Rien à voir, en tous cas, avec les cultures si subtiles et la vie sociale si complexe du peuple cétacé.

Le show touche à son terme. Les dauphins vous saluent de la nageoire.
Un sommet d’anthropomorphisme !

La fin est banale : un dauphin lance des ballons aux enfants, qu’ils peuvent garder s’ils l’attrapent. Il éclabousse la foule, puis tous sautent en tous sens avec une sorte de frénésie brouillonne. Un bref moment, l’un des acteurs se retire de la scène et va reposer sa tête sur le bord de béton, à l’autre bout du bassin. Pensif.

dolphinbay-same-old-splash

Déjà, des spectateurs se lèvent, avant le générique de fin.
C’est qu’ils n’ont pas toute la journée devant eux et que le spectacle de rapaces en laisse va bientôt commencer.

La voix au micro fait de la retape : « N’oubliez pas que vous pouvez être photographié avec nos chers dauphins (20 euros) » tandis que les gradins se vident.
Des gosses courent encore le long des vitres mais les détenus, désormais indifférents, se collent au portique qui mène aux deux petits bassins arrière. Un vrai repas les y attend sans doute ou simplement un peu de calme. Ils dormiront jusqu’au spectacle suivant, en fin d’après-midi.

Bruges-2014-la-vie-sous-l-eau4

Et puis demain, cela recommencera. Et puis le surlendemain. Pour Puck, cette vie réduite se poursuit depuis près 1988.
Comment tient-elle le coup ?  Rage de survivre ? Envie de protéger ses deux filles Yotta et Indy ? Traitement au Valium ?  Pourquoi ne pas le lui demander, initier un véritable dialogue avec cette grande ancienne de près de 50 ans qui vécut son enfance dans les eaux claires des Caraïbes ? Rien n’existe à ce niveau. Aucun programme de recherche sur la communication croisée. Les captifs aiment pourtant bien ce genre d’expériences, plus respectueuses de leurs capacités cognitives, et qui les distraient. Mais non. Ici, rien.
Aucune autre stimulation que le show.
Un cirque. Rien qu’un cirque.

puck-pannel


Boudewijn Seapark, illégal ?

dolphinbay-annonce2

« Le spectacle du Boudewijn Seapark suit une musique forte et inappropriée et se compose principalement de dauphins exécutant des acrobaties typiques d’un cirque pour divertir le public. Cela viole la loi belge sur les zoos qui exige que tous les spectacles d’animaux se concentrent sur les caractéristiques et le comportement naturels des animaux ».
Enquête Born Free 2011 sur les zoos de l’Union Européenne (2010) P 43 et suivantes

En fait, à bien d’autres égards, le delphinarium de Bruges contrevient à la loi belge sur les zoos.
L’Arrêté royal du 10 AOUT 1998 relatif à  l’agrément des parcs zoologiques exige par exemple dans son article 3 « qu’ un contact direct entre le public et les animaux dangereux soit rendu impossible par des barrières maintenant une distance suffisante ».

 Pas dangereux, les dauphins ?
Les cas d’attaques sont pourtant innombrables, partout où l’on peut descendre dans l’eau avec des cétacés captifs. La transmission de maladie peut également s’avérer dramatique, tant pour le dauphin que pour le visiteur.

L’article 4 contient des dispositions importantes : « Toute personne qui détient un animal,…, doit prendre les mesures nécessaires afin de procurer à l’animal une alimentation, des soins et un logement qui conviennent à sa nature, à ses besoins physiologiques et éthologiques, à son état de santé et à son degré de développement, d’adaptation ou de domestication. »
Difficile de dire que les besoins éthologiques sont ici rencontrés. Aucune mention n’est faite par la loi des besoins psychologiques, affectifs ou sociaux, supposés inexistants chez les « animaux ». Quant à la domestication, difficile d’affirmer sans rire que les dauphins de Bruges le sont !  3 d’entre eux viennent directement de l’océan et les autres sont nés d’une mère et d’un père capturés.  Difficile aussi de prétendre que les bassins de Bruges constituent « un logement qui conviennent à la nature » d’une espèce migratrice.

« L’éclairage, la température, le degré d’humidité, la ventilation, la circulation d’air et les autres conditions ambiantes du logement des animaux doivent être conformes aux besoins physiologiques et éthologiques de l’espèce. »

L’éclairage ne fournit aucun rayon UV, présents dans les rayons du soleil et nécessaire à la synthèse vitaminique. Les dauphins de Bruges ne vont jamais à l’extérieur et ne savent même plus ce que signifie le vent, les vagues ou la caresse du soleil sur leur dos…

 

BSP_summer_roof.jpg

Le seul ciel depuis 1988

L’article 24 dispose que  » le parc zoologique doit établir un programme éducatif et informatif notamment à l’attention d’élèves, basé sur une introduction à la biologie, à l’écologie et à la conservation de la nature… Au cas où des représentations d’animaux sont organisées, leur comportement naturel doit être mis en évidence, tous comme dans les commentaires qui sont fournis. « 

Le spectacle du Delphinarium de Bruges n’apprend rien sur la vie sociale ou les compétences cognitives des cétacés. Les seules informations donnes au public concerne la physiologie et l’anatomie du dauphin. Un poisson qui respire. Certes, des programmes spéciaux payants sont proposés aux écoles. Mais les enfants y apprendront comment on dresse un dauphin.

Enfin, l’article 27 précise que le responsable doit, pour chaque animal, ou groupe d’animaux, inscrire dans un registre différents renseignements prévus par l’arrêté royal (comme par exemple l’origine et la date d’acquisition ou la date de naissance), et que ce registre doit être complété par le médecin vétérinaire par certaines autres informations (comme en cas de mortalité, la date et la cause de la mort).  Pour l’instant, les données relatives au delphinarium de Bruges ne semblent jamais avoir été communiquées de manière officielle, du moins pas au niveau public. Il n’existe aucun équivalent européen du Marine Mammal Inventory Report américain.


bruges-demo-2012-jail

La forteresse de Bruges

Références :
http://www.dauphinlibre.be/legbelg.htm
http://www.dauphinlibre.be/normes.htm
http://www.health.belgium.be/filestore/823592_FR/AR%2010-08-1998_823592_fr.pdf
http://www.health.belgium.be/filestore/823607_FR/AM%2003-05-1999_823607_fr.pdf

Photos vidéos Mylou/Yvon

brug11.jpg

Si peu de choses ont changé depuis 1999