L’élevage des dauphins esclaves ré-autorisé !

Aimeriez-vous voir votre enfant grandir dans une cellule nue, puante et surpeuplée ? Les dauphins non plus.

L’élevage des dauphins esclaves est ré-autorisé !

« Le Conseil d’Etat vient d’annuler sur le fond un arrêté qui interdisait la reproduction des dauphins en captivité.
Plusieurs sociétés d’exploitation de parcs aquatiques – Marineland, le Safari africain de Port-Saint-Père et Grévin et compagnie – avaient attaqué devant la haute juridiction un arrêté du 3 mai dernier, pris par Ségolène Royal avant de quitter le ministère de l’Ecologie, qui fixait des règles de fonctionnement aux organisateurs de spectacles avec des cétacés.

Parmi ces règles figurait l’interdiction d’organiser la reproduction en captivité des grands dauphins, les tursiops truncatus.
Ce lundi, le Conseil d’Etat a annulé l’arrêté au motif que la procédure de consultation a été jugée « irrégulière ».

Non seulement la version de l’arrêté qui a été soumise pour consultation au Conseil national de la protection de la nature et au Conseil supérieur de la prévention des risques technologiques ne faisait référence qu’aux questions de reproduction en captivité des orques, mais une consultation publique aurait dû être menée pour prendre une décision qui, de fait, menace la pérennité des parcs aquatiques« .

Le Parisien 29:1:2018


Portait d’un esclavagiste devant son exploitation en semi-faillitte. Un jour, cet homme aura HONTE de ce qu’il a fait.

Une excellente nouvelle selon le directeur général de Marineland

« Le parc Marineland peut souffler. Le conseil d’Etat a finalement décidé d’annuler un arrêté ministériel interdisant la reproduction des dauphins en captivité. La plus haute juridiction administrative juge que l’arrêté du 3 mai 2017 signé par l’ex-ministre de l’Environnement Ségolène Royal « a été pris au terme d’une procédure irrégulière ».

Dès l’annonce de cette décision, Pascal Picot – le directeur général de Marineland – s’est exprimé via un communiqué de presse. Selon lui, c’est une « excellente nouvelle pour nos animaux et les parcs zoologiques de France ». « Il est important que les modifications significatives de la réglementation qui s’applique aux animaux que nous hébergeons soient basées sur des faits scientifiques et soient adoptées conformément aux exigences légales ».

Toujours selon ce communiqué, Marineland explique que le parc sera « heureux de collaborer avec le gouvernement et les autres experts afin d’examiner de quelle manière l’arrêté de 1981 pourrait être actualisé dans l’intérêt des animaux, de leur bien-être et de leur conservation, sur la base de faits objectifs et des meilleures pratiques professionnelles. »

Nice Matin

« Scientifiques ? » 
Le Marineland d’Antibes n’est jamais parvenu à publier la moindre étude scientifique digne d’intérêt sur les dauphins ou les orques depuis sa fondation en 1971 ! M. Picot est expert ès-vacances à la plage !


A cinq ans, les enfants sont arrachés à leur mère pour contribuer à un programme de repeuplement des cirques aquatiques. Il en résulte des drames atroces, comme celui du petit Aïcko


Massacre des loups, pandas de luxe, chasse à courre, corrida et maintenant élevage de dauphins en batterie : l’ère Macron donne le « La » d’une France résolument rétrograde, ignorante et barbare !

A quand des contrats juteux avec Taiji pour renouveler les stocks ? A quand l’ouverture des grands delphinariums rêvés par le Zoo de Beauval et celui d’Amnéville ? Aujourd’hui, c’est la fête chez les esclavagistes !
Comme ces débats en rappellent donc d’autres plus anciens, quand ce n’était pas des dauphins que l’on faisait danser de force, mais des hommes !  Tous les arguments étaient bons pour sauver une industrie déjà déclinante sous les coups de boutoirs d’abolitionnistes acharnés.  Bien sûr, la presse économique les maudissait alors et se moquait d’eux.

Aujourd’hui, nous SAVONS que les dauphins sont des personnes.
Nous savons qu’ils souffrent en captivité. Nous savons que si la naissance d’un enfant apaise leur stress, très vite, le delphineau devient à son tour une nouvelle source de souffrances. Tant de nés-captifs meurent avant l’âge, tant d’autres sont exilés à jamais loin de leur mère et de leurs parents !
Oui,  les esclavagistes font la fête ajourd’hui.
Mais cette fête ne durera pas, pas plus qu’elle n’a duré pour les marchands de bois d’ébène.

Enfants d’esclaves nés sur la plantation

A Bruges, Roxanne a du accoucher presque chaque année ! Et ses enfants mouraient l’en après l’autre.

 


Naître au delphinarium

 

Pourquoi tant de bébés dauphins meurent en captivité