Les dauphins écossais s’interpellent par leur nom

dolphins-copy-whistle-to-stay-in-touch
Les dauphins écossais s’interpellent par leur nom

Le 27 août 2000

Il se confirme que les dauphins s’interpellent effectivement par leurs noms, notamment lorsqu’ils se retrouvent perdus dans des eaux boueuses et obscures.

Les recherches tout récemment menées en Ecosse par le biologiste Vincent Janik, de l’Université de Saint Andrews, démontrent clairement que les dauphins disposent d’un véritable vocabulaire et qu’ils sont capables de s’identifier chacun verbalement par un nom.

« Chaque dauphin développe une signature vocale spécifique » confirme le biologiste, « Ils utilisent toujours le même appel. Certaines personnes appellent cela un nom ».

V. Janik a principalement étudié les dauphins Tursiops qui vivent le long de la côte écossaise de Moray Firth.
Il a enregistré 1.719 sifflements en utilisant six hydrophones et un outillage informatique destiné à reconnaître chacune des signatures individuelles produites par les dauphins.

Chacun d’entre eux dispose en effet de son propre nom, bien distinct de celui des autres, confirme le chercheur. Les autres membres du groupe imiteront ce sifflement en cas de besoin pour interpeller ou garder le contact avec son titulaire.

V. Janik a également découvert que les  dauphins se servent de
ces appels distinctifs lorsqu’ils viennent de découvrir une source de nourriture.

« Ce type de sons ressemble au braiment de l’âne  » déclare Vincent Janik « et il est clair qu’il est toujours associé à  un appel relatif à la découverte de nourriture. Dès que des poissons ont trouvé, les dauphins lancent ce type de son. J’hésite à utiliser le terme de langage, mais il s’agit là très certainement, d’une forme hautement sophistiquée de communication ».


Note 2015 : le Dr Vincent Janik poursuit ces mêmes recherches depuis 2000 et les résultats qu’il obtient ne cessent de conforter sa thèse de départ : oui, chaque dauphin porte un nom.
Lire : Dolphins call each other by name

 

De nombreuses autres recherches menées par d’autres chercheurs confirment aujourd’hui définitivement cette assertion, dont certains scientifiques – qui travaillent uniquement sur des sujets captifs – ne voulaient pas entendre parler. Des animaux qui s’appellent entre eux par leur nom, voilà qui dérange encore un peu plus leurs certitudes anthropocentristes.

Retour langage