Les recherches scientifiques au Delphinarium de Bruges

Milo, victime de la « science », lorsqu’il était encore vivant à Bruges

 

 2012

A lire le site du delphinarium, la plus importante recherche qu’il mena portait sur la façon d’éloigner les dauphins des filets dérivants, grâce à de petits dispositifs sonores qui se sont d’ailleurs révélés à l’usure peu utiles et encore moins utilisés. Ces recherches furent conduites en 2006 sur Milo, un jeune mâle qui mourut deux ans plus tard à l’âge canonique de … 8 ans !

Par ailleurs, « une étude de plusieurs années a permis de développer au delphinarium une méthode pour mesurer les bébés dauphins alors qu’ils se trouvent encore dans le ventre de leur mère. Il est dès lors possible de faire une prévision concernant la date de naissance. Cette méthode de mesure est entre temps devenue une échelle de mesure internationale auprès d’autres delphinariums« .

Voilà qui ne sera guère utile aux dauphins sauvages, mais il est vrai que le Boudewijn Sea Park n’a pas cette préoccupation.

En revanche, il organise des séminaires pour dresseurs, et communiquent sans doute abondamment le résultat de ses nécropsies ou de ses accouchements ratés entre collègues.
Sans que rien de ces recherches-là ne soient transmises au public, bien sûr. Ni la moindre information sur les médicaments précis qu’on fait avaler aux dauphins captifs.

Nous apprenons aussi que le delphinarium de Bruges « collabore activement à des programmes d’’élevage et d’’échanges internationaux coordonnés, en vue de préserver ainsi l’’espèce animale ».

eric-domb-l-ceo-pairi-daiza-zoo-belgiums-king-philippe-2nd-r-queen-mathilde-r-chinas

Etic Domb, la Reine de Belgique, le premier ministre belge et le Maître de la Chine devant les pandas de Pairi-Daiza

Voilà qui curieux quand on sait que le Tursiops est considéré comme « least concern species » par l’IUCN et que de toutes façons, les petits qui naissent n’iront jamais renforcer les effectifs en mer. Les Grands Dauphins ne sont pas des okapis, ni des pandas. Du moins pas encore.

On insistera enfin sur le fait que ces « échanges internationaux » constituent une source de souffrance affective  inouïe pour des cétacés qui ont vécu ensemble des années ou à qui on enlève à jamais leurs enfants…
Linda, qui fut expédiée récemment en Italie avec son fils Mateo (lequel fut réexpédié ailleurs ensuite) avait cohabité avec Puck et Roxanne depuis 1988 dans le même bassin.

Pensez-vous qu’elle soit partie le coeur léger, pour se retrouver désormais dans un tanker à Gènes, en compagnie d’un adolescent parfaitement inconnu issu du parc Gardaland ?
Tex est mort à Antibes lors de son dernier transfert. Gorky n’a pas supporté son départ au Portugal. Les « programmes d’élevage et d’échange internationaux coordonnés » représentent d’ailleurs une véritable torture morale tant pour les orques, les dauphins que pour les grands singes ou les éléphants.

Mais enfin quoi ! Vous n’allez tout de même pas prétendre que des animaux puissent ressentir des émotions ?
Si c’était le cas, on pourrait fermer tous les zoos…

 

Dauphins à Bruges


 

Les recherches scientifiques au Delphinarium de Bruges en 2003

Lorsqu’on pénètre dans le hall d’accueil du delphinarium, un petit panneau mal éclairé attire notre regard. Punaisé à l’arrière, un vague papier ronéotypé nous indique les importantes recherches menées par le delphinarium, lesquelles justifient donc sans aucun doute les extraordinaires dépenses que représentent cette installation et la souffrance de dizaines de dauphins depuis des dizaines d’années….

Ces recherches sont les suivantes :

1. Le comportement des dauphins (en bassin ?)

2. L’usage du sonar chez les dauphins (en bassin ?)

3. Les bénéfices pour les enfants autistes d’un contact avec les dauphins
(conclusion: cela ne sert à rien, si ce n’est à amuser l’enfant)

4. la lutte contre la maladie du rouget et la vaccination y afférente.
(Le rouget a donc du être inoculé en bassin, puisque l’herpès et la brucellose y sont autrement plus courants. Et avec quel impact sur les populations sauvages,s’il vous plaît ? )

Les deux premières recherches ne se justifient guère puisque tout ce qu’il faut savoir sur le sonar et le comportement en captivité est déjà connu depuis les années soixante.

La recherche N° 3 ne livre quant à elle aucune information utile sur le dauphin lui-même.

Enfin, la recherche N° 4, pour les raisons déjà exprimées ailleurs, n’est pas pertinente car menée sur des sujets physiologiquement différents de leurs homologues en liberté.

Nous pouvons néanmoins supposer que l’importance du delphinarium de Bruges au niveau de la création des grandes bases théoriques de la captivité en Europe n’est pas mince.

Il faut savoir en effet que le Docteur Géraldine Lacave, vétérinaire au Delphinarium de Bruges à l’époque et responsable des recherches évoquées ci-dessus, est également présidente de l’European Association for Aquatic Mammals (E.A.A.M.) fondé en 1972 lors d’un meeting au Delphinarium de Harderwijk, Pays-bas.
La même association qui remit son satisfecit au Boudewijn Sea Park en 2011 !

Le but de cette association est :

1. De promouvoir les échanges scientifiques et professionnels entre directeurs de zoo, soigneurs, chercheurs, vétérinaires et autres, à propos du maintien en captivité des cétacés.

2. De fournir une organisation centralisée aux professionnels du secteur intéressé par les « progrès  » en matière de captivité.

3. De créer les bases théoriques pour « l’accueil optimal des cétacés sous soins humains ou en environnement zoologique » et de promouvoir ces méthodes. On lira à ce propos avec grande attention l’étude publiée par l’EEAM sur le thème des « Standards d’Accueil en Delphinarium ».

Le secrétariat de cette association se trouve situé à l’adresse du dernier delphinarium de Finlande  :
European Association for Aquatic Mammals (E.A.A.M.)
Särkänniemi
33230 Tampere, Finland
Phone +358 3 2488 111
Fax +358 3 2121 279
info@eaam.org

L’un des derniers Symposium en date organisé par l’EAAM se tenait à Mundomar, Benidorm, Espagne (où Delphus emmène les enfants autistes pour des séances de delphinothérapie) les 11 et 15 mars 2000, sur le thème inspirant : « Le rôle des parcs marins pour la conservation des mers à travers les programmes éducatifs ».

Tout un programme, en effet…

RETOUR BRUGES