Lettre au Roi Albert II à propos des cirques en Belgique

Copyright Animal Defense (UK)

Juillet 2004

To: info@monarchie.fgov.be
Cc: Prince Laurent
Sent: Thursday, July 29, 2004 6:22 PM
Subject: A propos des cirques avec animaux sauvages et de la supplique de M. Bouglione 

Palais royal
Rue Brederode 16
1000 Bruxelles

 

albert-II

Le Roi Albert II de Belgique a aujourd’hui cédé son trône au Roi Philippe et à la Reine Mathilde (2015)

Sire,

Tous nos concitoyens et moi-même savons que vous êtes un homme de cœouur, un homme honnête, sympathique et bien informé, soucieux du bien-être de cette planète et de ses habitants.

Nous apprécions de vous avoir pour Roi car votre gentillesse et votre bonne humeur constituent désormais
l’ultime symbole d’une Belgique unie et forte dont nous avons tous tant besoin.
Par ailleurs, votre père, le Roi Léopold III, fut l’un de nos plus prestigieux explorateur, un grand connaisseur de l’Amazonie et de l’Afrique tropicale et je ne doute pas qu’il vous ait transmis le goût et le respect de la Nature.

Vous n’ignorez donc pas qu’à l’heure où je me permets de vous écrire ces lignes, les derniers éléphants d’Afrique et les derniers hippopotames sont abattus à coups de lance-roquettes par des milices armées avides de leur chair et de leur ivoire. Les derniers chimpanzés et gorilles de la forêt équatoriale sont eux aussi transformés en animaux de boucherie.

En Indonésie, les orang-outans marchent debout, affamés, dans les cendres de leur jungle carbonisée par d’incessants incendies, tandis que leurs rejetons dressés sont exhibés comme des clowns à la devanture des bordels, un gros cigare en bouche ou s’affrontent à la boxe thaï sur un ring.

En mer, quand on ne les capture pas pour des shows grotesques, les cétacés meurent de faim à cause de la surpêche, des filets dérivants ou d’empoissonnement dus aux déchets chimiques que l’homme déverse sans
retenue dans tous les océans et les fleuves.

Les derniers tigres, les derniers loups, les derniers ours, les dernières baleines, bref, les derniers animaux libres de cette petite planète voient se réduire comme une peau de chagrin leurs territoires d’origine et tous, à terme, sont condamnés à disparaître au même titre que les dinosaures…

A Bangkok, ces spectacles de bébés singes boxeurs font beaucoup rire ! M.Bouglione devrait songer à intégrer ce genre de spectacle à ses propres shows, guère différents des siens, en fin de compte.

 

Pensez-vous que dans un tel contexte, il soit raisonnable, il soit éthique, il soit pédagogique de confiner encore les ultimes survivants de ces peuples non-humains, nobles et beaux, dans des roulottes minuscules ou des bassins de béton nu et les faire danser chaque jour sous la contrainte avec un chapeau sur la tête ou un cerceau sur le nez afin d’amuser les enfants et de faire sonner le tiroir-caisse ?

N’est-il pas indécent que des directeurs de cirque et de delphinariums, avec l’appui évident d’un courant d’opinion anthropocentriste extrême, crient au scandale dès qu’on ose mettre en cause leurs petites entreprises, au point d’en appeler au Prince Rainer de Monaco ou à vous-mêmes ?

N’est-il pas indécent qu’ils se battent bec et ongles pour réclamer le maintien de leurs spectacles d’animaux-clowns, de lions domptés et d’hippopotames danseurs, alors qu’au même moment la nature se meurt et que pas un de ces commerçants si bavards dans la presse ne trouve le temps ni n’a l’idée de protester contre cet état de fait ?

Saviez-vous que loin d’être tous nés captifs, comme l’affirment la profession, nombre de ces animaux que l’on enferme et que l’on humilie chaque soir sous chapiteau ont été capturés pour les zoos ou les cirques dans leur pays natal ?

Selon la Fondation Ligue Française des Droits de L’Animal :
« Beaucoup d’animaux sauvages sont encore capturés dans la nature pour les cirques et participent ainsi au trafic des espèces. Les cirques prétendent généralement que leurs animaux sont nés en captivité: ces derniers requièrent moins de documents d’autorisation et de contrôles de la part des personnes habilitées. En 1989, sur 36 éléphants (d’Asie et d’Afrique) de cirque au Royaume-uni, 34 avaient été capturés ».
Quant aux cétacés, nombre de ceux que vous pourriez voir en bassin ont été arrachés à leur famille en pleine mer avec la dernière violence.

Tigre en cage

Il faut bien se rendre compte que le trafic d’animaux sauvages est aujourd’hui l’un des business parmi les plus rentables, avec le commerce des armes, de la drogue et des êtres humains.

Cela, nos gérants de cirque et de delphinariums ne vous le diront pas, Sire, eux qui préfèrent préserver l’emploi à court terme plutôt que la sauvegarde de notre planète et l’avenir même des nos enfants.
Ce sont les mêmes qui prétendront d’ailleurs haut et fort que l’Effet de Serre n’est qu’un leurre, que les hamburgers et les «pré-mix» sont excellents pour nos ados et que les voitures 4X4 les plus polluantes doivent continuer à empester nos villes, au nom de la croissance et de la libre entreprise !

Faudra-t-il donc qu’un jour, la Princesse Mathilde soit obligée de raconter à sa fille Elisabeth et à son fils Gabriel, ou bien le Prince Laurent à sa fille Louise, le soir avant qu’ils ne s’endorment, une bien triste histoire ?

«Oui, autrefois, il y avait bien des lions, des baleines, des tigres, des éléphants, et même des moineaux et des rossignols partout sur notre Terre. Mais ils sont tous morts aujourd’hui, tous morts par notre faute, ces êtres à poils, à plumes et à écailles qui peuplaient autrefois nos forêts, nos mers, nos lacs et nos savanes, ces créatures d’intelligence et d’émotion qui élevaient leurs petits avec amour, comme nous aimons à le faire, selon leurs coutumes, au sein de leurs familles…
Mais si vous voulez, mes enfants, nous irons dès ce soir au Cirque Bouglione où vous verrez des animaux domestiques qui leur ressemblent un peu : ce ne sont que des tigres et des lions élevés en cage et au biberon. Ils ne pourraient même plus chasser une mouche, bien sûr, ils ont tout oublié de la jungle, puisque aucun parent n’a jamais pu leur apprendre leurs coutumes ancestrales.

Mais leur apparence physique est la même, rassurez-vous ! C’est bien celle d’un tigre ou d’un lion ou d’un phoque ou d’un dauphin, même s’ils sont doux comme des images de dessins animés et dansent le twist en rythme avec leurs dresseurs sur un seul coup de sifflet !»

Est-ce cela qu’il faudra bientôt dire à tous nos enfants ?

Tyke, l’éléphante échappée d’un cirque de Honolulu et longuement abattue de centaines de coups de feu.

Je vous en conjure, Sire, restez sourds aux plaintes impudiques de ces marchands du temple qui n’ont en vue que leurs intérêts et plaidez plutôt, au nom de vos petits-enfants, pour que toutes les écoles du Royaume s’ouvrent désormais au respect de la vie sauvage et emmènent leurs bambins en bord de mer ou dans les bois afin d’y découvrir la réalité de la nature et des animaux libres dans une optique de respect et d’’amour.

Aux cotés de l’Autriche et des pays scandinaves, la Belgique a tout lieu d’être fière de protéger non seulement les animaux de cirque mais aussi l’avenir de nos enfants grâce à cette nouvelle loi du Ministre Demotte. (Qui ne fut jamais votée avant 2014)

Merci à vous, Sire, de nous aider dans ce combat difficile.

Yvon Godefroid
Bruxelles
Pour une Belgique sans Delphinarium
Dauphins Libres et Dauphins Captifs

 


La Belgique a interdit les cirques avec animaux sauvages en mars 2014, sans y inclure malheureusement les cirques aquatiques exhibant des dauphins capturés en mer.
La France, par contre, persiste plus que jamais dans cette tradition cruelle et obsolète et le cirque Bouglione y prospère.

Cirque-Bouglione-France

En France, les pires cirques avec animaux sont autorisés. Récemment, l’éléphante Samba s’est échapée de l’un d’eux en tuant un passant. On l’a reprise mais nul ne sait ce qu’elle est devenue.

L’histoire de Samba sur Code Animal

L’histoire de Samba sur One Voice
http://www.one-voice.fr/loisirs-et-compagnie-sans-violence/drame-dans-la-marne-samba-doit-etre-liberee/

 

Retour Sommaire