L’orque J-34 tuée par un bateau ou par la faim ?

J-34 ou « Double Stuf », une orque aimée de tous.

L’orque J-34 tuée par un bateau ou par la faim ?

Le corps flottant d’une orque mâle a été découvert le 21 novembre sur la Sunshine Coast, près de Sechelt, en Colombie Britannique. Il s’agissait de J-34, une personnalité bien connue de la Communauté des Orques Résidentes du sud.
Il n’était âgé que de 18 ans.

J-34 était aussi gentiment dénommé « Double Stuf ».
Né en 1998, la nageoire dorsale de Double Stuf commençait à grandir bien droite de manière impressionnante, au fur et à mesure qu’il atteignait l’âge adulte.
C’était le premier fils d’Oreo (J-22) et le frère de Cookie (J-38). Double Stuf adorait encore faire le fou avec son frère mais il était surtout très proche de sa cousine Rhapsody (J-32), depuis que sa famille avait adoptée la jeune femelle orpheline.  Lorsque Ewok, la soeur d’Oreo et la tante de J-34 mourut en 1998, Oreo prit sous sa nageoire protectrice sa nièce Rhapsody, alors âgée de deux ans. Celle-ci devint donc la grande soeur de J-34.

J 34 en famille

Les Orques Résidentes du Sud sont en fait composées de trois clans, le J Pod, le K Pod et le L Pod qui vivent au large de la Colombie-Britannique du Sud et de l’État de Washington.
Le J Pod est actuellement composé de quatre matriarches descendante de l’orque femelle fondatrice et d’un groupe d’une vingtaine de membres. La plus ancienne des matriarches, Granny (J-2), serait née en 1911.
Les trois autres guides du J pod sont les filles de  J-4, J-7 et J-9, toutes décédées. L’une des orques les plus connues du groupe était Ruffles (J-1), dont la nageoire dorsale haute et ondulée le rendait facile à identifier. Ruffles a presque toujours été vu aux côtés de Granny (J-2) sans que l’on sache si c’était son compagnon ou son fils. Malheureusement, Ruffles a été vu pour la dernière fois en novembre 2010, probablement mort au cours de l’hiver.

J34 semblait bien nourri avec une épaisse couche de graisse.

On ne connaît pas encore les causes précises de la mort de J-34, mais il semble qu’il ait subi un grave traumatisme crânien. Cela pourrait indiquer que l’orque a été heurtée et tuée par un navire.
Une autopsie a été effectuée le 21 décembre mais la cause de la mort n’a pas encore été confirmée. Heureusement, le corps était en bon état lors de sa découverte. Certains des tests prendront des mois pour être publiés mais à en juger par l’état du cadavre de J34 corps, celui-ci semblait en bonne santé. Cela voudrait dire que son état s’était amélioré car il avait été vu très maigre, avec des côtes saillantes, ce qui avait permis aux groupes de défense des orques de sonner l’alarme quant à leur alimentation, comme ils le font depuis des années.

La population des Orques Résidentes du Sud a chuté d’environ 20% au cours des ces deux dernières décennies, et s’établit aujourd’hui à 79 individus.
Au moins deux autres membres du groupe sont morts cette année, la femelle J28 âgée de 23 ans, décédée en octobre et le mâle L95, décédé en avril. A supposer que personne d’autre ne manque à l’appel, le J Pod compte aujourd’hui 25 membres, le K pod 19 et le L pod 35.  Cette communauté a été classée comme en voie de disparition en 2005.

Peu de temps après les captures massives des années 60 et du début des années 70 pour SeaWorld et d’autres commanditaires, le L Pod ne comptait plus que 15 membres. Leur nombre a progressivement rétabli depuis cette époque mais les récents décès jettent une ombre d’inquiétude sur ce petit groupe bien menacé. Une recherche récente a révélé que les membres de J pod ont des niveaux particulièrement élevés de PCB dans le corps par rapport au K Pod et au J Pod. Cela est dû au fait que ces orques passent plus de temps à Puget Sound, dont les aux sont polluées par les lubrifiants industriels.


Par ailleurs ces orques ont faim : le saumon chinook, leur nourriture principal, vient à manquer de plus en plus.
Le bassin Columbia – et le bassin hydrographique de la rivière Snake en particulier – est le lieu le plus prometteur pour restaurer un nombre important de saumons chinook à court terme. Pour cette raison, les scientifiques et les défenseurs des orques lancent un appel vibrant pour que l’on supprime les quatre coûteux barrages présents sur la rivière Snake.
Aucune autre proposition de restauration de la population des saumons ne présente un tel potentiel. Investir dans une rivière Snake plus saine et libérée de tout barrage permettra de rétablir l’accès du saumon à plus de 5.500 rivières et ruisseaux de haute qualité et de produire ainsi des centaines de milliers de saumons pour aider les orques résidentes du Sud à survivre et à se reconstruire.

Double Stuf avait un si bel avenir devant lui…