Luna, delphine captive, quitte Ciudad Juarez

La delphine Luna

Luna, delphine captive, quitte Ciudad Juarez

Luna, un delphine probablement capturée à Cuba, a été retirée une nouvelle fois de son bassin du parc d’Anita Nueva Aventura au Mexique, pour être transférée au Parque Acuático Splash de Guanajuato, en date du 7 juin 2017.  Elle y avait déjà séjourné auparavant.  

Sur décision du procureur fédéral de la protection de l’environnement (Profepa) et suite à la mort de sa compagne, survenue récemment, la delphine Luna a pu enfin quitter le parc aquatique municipal où elle restait détenue en solitaire.
«La loi prévoit que les dauphins ne peuvent pas rester trop longtemps seuls, et c’est la raison pour laquelle nous devions protéger Luna et la conduire à l’aquarium de Guanajuato, où elles pourra v ivre avec d’autres dauphins » a expliqué Gustavo Rubio Hernandez, délégué du Profepa à Chihuahua.
La delphine a été chargée sur un camion et transportée à l’aéroport où un avion l’a emmenée jusqu’au Parque Acuatico  de Guanajuato (Silao), dont elle provenait.

Les choses ne changent pas beaucoup pour Luna dans son nouveau bassin

Luna, d’un âge estimé de 7 à 10 ans (?) et son amie Isis, 11 ans (?),  étaient arrivées en mai 2015 au Parc Atlantis de Mexico.
Le 9 avril le procureur fédéral de protection de l’environnement (Profepa) avait fait étudier l’eau où les dauphins nageaient. Il avait alors estimé que la concentration d’algues vertes dans les bassins, pourtant assez impressionnante, ne mettait nullement en danger la santé des mammifères marins. Selon les résultats de ses laboratoires, les paramètres de salinité, de température et de chloration de l’eau répondaient à la norme officielle mexicaine.

 

Les normes mexicaines en matière de qualité de l’eau…

 

Mais en juin 2015, changement d’avis !
La même Profepa décide du déplacement des dauphins qui appartiennent au gouvernement, et qui étaient tenus en dépôt par le parc aquatique Atlantis, avec le transfert de 5 exemplaires aux aquariums certifiés par le SEMARNAT (Secretariat of Environment and Natural Resources Mexico) à Guanajuato et à Jalisco.
Le transport et la logistique des manœuvres ont été organisées par les autorités administratives, les techniciens vétérinaires et médicaux dans la gestion des espèces marines, affectées à l’Atlantis Water Park, dans le respect de la norme officielle mexicaine NOM-135-SEMARNAT-2004 relative à ce domaine.
Les dauphins Ringo, Tamy, Tama, Europa, América, Isis et  Luna ont été dispersés dans plusieurs parcs : le Splash Park à Silao, le parc marin Guadalajara,  et le parc aquatique Anita à Ciudad Juarez, dans la dangereuse province de Chihiuahua.

 

A leur arrivée à Ciudad Juarez en juin 2015, les deux dauphins Isis et Luna avaient été pris en charge par le dresseur Francisco García et trois autres professionnels.
« C’était mon idée d’apporter quelque chose de positif à Chihuahua où il y a eu beaucoup de violence … Quelque chose pour offrir aux résidents un endroit où ils peuvent avoir du plaisir », déclarait alors le dresseur à la presse.

Ciudad Juarez est à la frontière des USA, c’est le haut-lieu de tous les trafics et de tous les crimes

Deux ans plus tard, Isis est morte.
Pour reprendre les mots d’un soigneur, c’est arrivé parce que les bassins étaient très mal entretenus.
Luna est cependant en bonne santé. Au terme d’une inspection effectuée ces derniers jours par les membres du Profepa, il a donc été décidé de le déplacer vers un endroit « où elle pourra vivre parmi ses semblables ».
Mais pas seulement hélas, et jusqu’au prochain transfert.

Le mois dernier, la Chambre des députés a finalement approuvé en session plénière un amendement interdisant l’utilisation de toutes espèces de mammifères marins, tels cétacés, otaries ou lamantins, dans des spectacles fixes ou itinérants.
Seules font exception à cette interdiction les institutions de recherche axées sur la conservation, conformément à la réglementation en vigueur. Cependant, ces règlements sont loin d’être entrés en vigueur et font l’objet d’interprétations confuses.
Le delphinarium Anita Nueva Aventura n’a donc violé donc aucune loi et la seule raison de déplacer Luna est le souci de son bien-être, ont précisé les officiels.

Isis et Luna

 

La presse locale s’indigne :
« La mesure a pris par surprise les enfants handicapés qui fréquentent les séances de delphinothérapie que le delphinarium offrait gratuitement depuis décembre. Ils étaient plus de 30 enfants qui étaient inscrits pour assister à des séances de natation hebdomadaires avec Luna, et plus de 70 autres se trouvaient encore sur une liste d’attente ! Jeremy, 5 ans, qui souffre d’hyperactivité, était le dernier enfant de recevoir sa séance avec Luna. Comme à chaque visite, Jeremy a fini par s’endormir rapidement dans les bras de son thérapeute, qui le tenait sur l’eau en flottant près de Luna. Selon sa mère, ces séances lui étaient très salutaires ».

 

La grande arnaque…


Le triste sort de Luna qui se retrouve aujourd’hui une nouvelle fois en compagnie des dauphins esclaves du Parque Acuático Splash, après avoir perdu son amie, peut-être sa sœur ou sa cousine Iris, illustre l’étrange ballet que joue le Mexique avec ses delphinariums.

Chacun sait que ce pays est l’un des pires au monde pour les dauphins, qu’il exploite sans vergogne pur des fins touristiques. Le problème, c’est aussi que si les dauphins sont supposés appartenir au gouvernement et être placés sous sa garde, les delphinariums, eux, appartiennent aux cartels de la drogue, particulièrement puissants dans la région frontalière. Dès lors, même si la loi mexicaine change réellement un jour, le sort des dauphins capturés à Cuba, aux Iles Salomon ou dans les eaux mexicaines, lui n’est pas prêt de s’arranger !

 

Courage, Luna !



La Paz, Mexique : dauphins des Iles Salomon