Malgré l’interdiction de la JAZA, les ventes de dauphins augmentent de 40% à Taiji

Les ventes de dauphins vivants ont augmenté de 40 % !

A la fin de la saison dernière, en mars 2016, le journal Japan Times s’interrogeait sur les conséquences de l’interdiction faite aux delphinariums membres de la JAZA de se fournir à Taiji.
Si la moyenne des 150 prises utiles par an n’est pas encore atteinte, la saison 2016-2017 risque de crever le plafond : depuis le 1er septembre 2016, un total de 702 dauphins de 5 espèces différentes ont été poussés dans la baie de Taiji. Sur ce total, 402 ont été abattus sur place, 170 ont été repoussés en mer et 102 ont été capturés vivants.

Les espèces capturées, vendues et tuées incluent : des dauphins Tursiops (Tursiops truncatus gilli), des dauphins tachetés pantropicaux (Stenella attenuata), des dauphins de Risso (Grampus griseus), des globicéphales (Globicephala macrorhychus) et des dauphins bleus et blancs (Stenella coeruleoalba).


Capture de 50 dauphins pour les delphinariums le 22 janvier 2017

Malgré l’interdiction de la JAZA, les ventes de dauphins augmentent de 40% à Taiji

12 mai 2016

WAKAYAMA – Les ventes de dauphins et d’autres petits cétacés capturés durant les chasses au rabattage controversées à Taiji, dans la préfecture de Wakayama, ont augmenté de près de 40 % au cours des huit mois précédant le mois d’avril 2016.

Malgré le fait que l’Association Japonaise des Zoos et Aquariums (JAZA) ait interdit à ses membres en mai dernier tout achat de dauphins obtenus de cette manière, les données du gouvernement de la préfecture de Wakayama indiquent que les pêcheurs ont déjà capturé 936 cétacés dans la baie de Taiji pendant la saison de chasse de septembre à avril dernier.

Sur ces 936 individus, 117 ont été vendus à des aquariums non affiliés à la JAZA ou à des concessionnaires, contre 84 l’année précédente.
Les chiffres soulèvent donc des doutes quant à l’efficacité des actions visant à freiner la chasse au rabattage, une technique considérée à l’échelle internationale comme cruelle mais que les habitants de Taiji décrivent comme faisant partie de leur culture de pêche.
Pendant les chasses au rabattage, les pêcheurs capturent les dauphins en les poussant dans une crique élevant à l’aide de poteaux de métal frappés contre leurs bateaux de pêche.
La pratique de cette chasse suscite un tollé international, surtout après que le documentaire américain The Cove, récompensé aux Oscars, ait montré en détail l’abattage sanglant de dauphins lors de l’un de ces opérations.

Alors que le nombre de dauphins et de cétacés vendus a augmenté par rapport à l’année de la saison précédente, une année « pauvre », il reste encore inférieur « à la moyenne annuelle normale, avec ses 150 dauphins vivants vendus » a déclaré un fonctionnaire à Wakayama.
Yoshifumi Kai, un responsable de l’association coopérative de pêche de Taiji, a déclaré pour sa part qu’il n’y avait « aucun problème majeur au cours de la saison de chasse l’an passé, en dépit de l’interdiction de la JAZA.
Mais Kai pense que l’avenir de l’industrie reste «obscur» tant que les membres de JAZA – comprenant 89 zoos et 62 aquariums – continueront à se soumettre à l’interdiction.

Arrêter l’acquisition de dauphins à Taiji pose un défi majeur pour certains aquariums au Japon, trop petits que pour investir dans des piscines d’élevage. Les dauphins sont les vedettes des spectacles organisés dans ces établissements, générant les revenus nécessaires à l’exploitation des installations.
Quitter JAZA permet aux aquariums de se procurer des dauphins à Taiji. Le Musée des Baleines à Taiji, géré par les pouvoirs publics, l’a fait au mois de septembre, devenant le premier membre à se retirer du corps d’aquarium japonais depuis que l’interdiction a été imposée.



Taiji Whale Museum : la JAZA, c’est fini !