Mikheya, béluga oublié à St Petersburg

Photo Juliana

Mikheya, l’un des deux bélougas oubliés de St Petersburg avec Polina, sa compagne d’infortune, il est toujours vivant en 2011 !

 Bélugas oubliés à St Petersburg

« Bonjour

Je vous écris car je ne peux pas laisser les autres à tuer peu à peu des dauphins. Je vais prendre contact avec toutes les organisations qui sont contre des dauphins en captivité et qui agissent vraiment.  En 2004, un dauphin de la Mer Noire de sexe mâle a été retrouvé mort. Raison invoquée : problèmes au niveau du système central nerveux.

En 2009, Ils sont 6 dans très petit piscine – 4 Aphalinas (Tursiops truncatus ponticus) et 2 bélougas. :

Bayan – Afalina mâle, 9 ans. Il ne veut pas jouer, reste seul , porte en cicatrices profondes partout sur le corps. (Signes de harcèlement par des mâles plus âgés. Ndlr)

Bayan

Dacha – Afalina femelle, 15 ans , mère de Néon. Elle semble tranquille (id est : dominante. Ndlr).

Muse (en transcription russe Muza) – Afalina femelle, 11 ans, beaucoup de cicatrices profondes  (Signes de harcèlement par des femelles plus âgés. Ndlr)

Néon – le petit Afalina mâle né en captivité et enfant de Dascha, ainsi que Volka qui a mort quelque temps avant la naissance du petit.

Il y a aussi deux bélugas – Mikheya et Polina.
Tous deux sont plus ou moins en bon état physique et psychologique. J’espère qu’un jour, on fera pour eux et les autres une seule chose – les libérer et interdire par la loi leur capture.

Aujourd’hui, ils ne sont plus actifs comme ils l’étaient il y a 2 ans (je connais un de directeur de delphinarium qui m’as permis d’entrer après les heures de shows). Ils portent des cicatrices profondes partout, on explique ça par les jeux agressifs les uns avec les autres.
On les donne beaucoup de médicaments que j’ai vu dans la chambre de Docteur pour des dauphins- lesquels et pour quel effet – je ne sais pas, mais ils souffrent et c’est évident.

Les cétacés sont régulièrement gorgés d’anti-dépresseurs et d’autres médicaments et de diverses vitamines pour leur permettre de supporter l’insupportable et de survivre un peu plus longtemps (Photo Antibes)

En 2014, Juliana Kravchenko s’est donnée la mort. 


Message de Juliana Kravchenko (2009)

Dites moi – pourquoi n’existe-t-il pas encore de Loi contre les dauphins en captivité et autres mammifères (dans ce delphinarium, il y aussi deux morses et un lion de mer, qui restent la plupart de temps dans les bassins annexes) ?

On a besoin de cette loi et de son exécution. Des dauphins qui meurent lentement a besoin de liberté . Ils ont le droit de vivre ! Et nous devons faire tout qui est dans notre puissance même plus pour les libérer une fois pour toujours !

Il existe des solutions. Elles valent pour tous les dauphins russes ! Je sais que ce delphinarium dépend du holding financier russe  UTRISH DOLPHINARIUM LTD qui gère les les delphinariums de Saint-Pétersbourg , Moscou, Sochi et Kislovodsk.

Lisez cela : http://www.seashepherd.org/news-and-media/news-031110-1.html

Il faut nous battre pour obtenir l’autorisation de les libérer et de les transporter tous au Severtsov Institute of Ecology and Evolution , Minister of Natural Resources of the Russian Federation  !

D’autres détails  :

Encore un détail : le bout du rostre de Bayan le petit et celui de Muza portent aussi des cicatrices très profondes.
Ils restent aussi très longtemps en bassins d’isolement et dépensent une énergie énorme pour sortir de là, en frappant violemment les grilles avec leur rostre. Le vétérinaire a trouvé la panacée universelle : de l’onguent !

Le rostre abîmé de Muza

Par ailleurs, tous les Aphalinas et Bayan comme les autres restent parfaitement silencieux.
Or, on sait que les dauphins aiment à vocaliser, à siffler, à émettre toutes sortes de sons.
Eux, ils se contentent de rester bouche ouverte, comme s’ils attendaient à tout moment de recevoir de la nourriture. Tout porte à croire qu’ils ne sont pas nourris correctement, afin de les forcer à travailler davantage. Il me semble aussi qu’on leur donne quantité de drogues pour les maintenir calmes.

A propos de cet accident qui aurait eu lieu (un camion transportant des dauphins reversé sur la route et des dauphins roulant dans la neige) je ne sais rien de cet évènement.
Je me souviens seulement qu’il y avait aussi Asia avec Volka, quand j’ai visité première fois il y a douze ans le delphinarium. Peut-être est-elle morte, elle aussi ou bien l’a-t-on transportée dans un autre prison…..

Juliana K.

Adresse de ce delphinarium :
Saint-Pétersbourg Russie , 9 île Krestovsky piscine ‘Spartak’ .

A peine l’espace pour se mouvoir : 30m de mongueur et 7m de profondeur. Ceci pour « accueillir » 2 dauphins et 2 bélougas et un morse !

 

Réponse : Yvon Godefroid à Juliana K

Vous pouvez compter sur moi, soyez-en sûre.
Je me bats pour les dauphins depuis des décennies. J’ai déjà communiqué votre message à Réseau Cétacés en France mais vous avez raison : les dauphins souffrent atrocement de la captivité. Nous ferons tout pour aider les vôtres au plus vite, bien qu’il s’agisse d’une lutte très difficile. Les dauphins prisonniers font gagner tellement d’argent à ceux qui s’autorisent à les priver de liberté !
Amitiés sincères

YG

Le 27 juillet 2009 11:53, Juliana Kravchenko a écrit une nouvelle fois :

Yvon, quelles sont les nouvelles? J’essaie de réveiller les services du gouvernement à St Petersbourg, j’espère qu’on aura l’autorisation pour les transporter dans les baies marines de rehabilitation, donc on a besoin de faire un document avec les places exactes ou seront rehabilite les dauphins et qui des spécialistes et scientifiques mèneront ce programme de réhabilitation. d’urgence l’autorisation et d’urgence la transportation et réhabilitation elle-même (…)

Réponse : Yvon Godefroid à J.K  27 juillet 2009

Juliana,

La Marine Russe a récemment réussi avec succès une réhabilitation en Mer Noire de deux jeunes dauphins nés captifs venus d’Eïlat, en Israël il y a cinq ans.
Techniquement,cela ne leur pose pas de problèmes. Financièrement, c’est une autre affaire, car vous allez « tuer » le delphinarium de St Pétersbourg. Sans dauphins (ni bélugas), cet endroit peut fermer ses portes…. S’ils vont à Vancouver, cela ne sera pas meilleur pour eux, je le crains…
http://www.dauphinlibre.be/ameliorer-la-vie-des-cetaces-detenus-une-nouvelle-strategiecommerciale/

Vous pouvez peut-être vous adresser à Rollo Gebhard ou Dr. Alexei Birkun, sous toute réserve… Ces personnes savent parfaitement ce qu’il faut faire d’un dauphin soldat excédentaire, id est : les balancer à la mer !

J’ai appelé à la rescousse tous ceux qui pouvaient nous aider…mais pas de réponse jusqu’à présent, sauf d’Australie (Sue Arnold) mais ce sont les vacances aussi, beaucoup de gens sont partis…. N’hésitez pas à écrire aussi à Naomie Rose de la HSUS (USA), très impliquée et très courageuse dans la défense des dauphins, orques et et bélougas. Les Américains disposent de lagons de retraite en Floride et ailleurs mais je doute que les Russes livrent leurs dauphins aux Américains… Ou encore Toni Frohoff, qui est venue m’aider pour diagnostiquer les syndromes de stress chez les dauphins de Bruges (étude rejetée par le Gouvernement belge comme non pertinente !!)

Seul élément positif : les gens du Seashepherd Belgium que j’ai vu samedi ont tous été très impressionnés par vos vidéos, et aimeraient pouvoir s’en servir publiquement afin de dénoncer le trafic de dauphins, qui affecte lourdement la biodiversité marine. Pour preuves :

http://www.russianorca.com/Doc/odu2009eng.htm
http://www.russianorca.com/Papers/capture_eng.htm
http://www.cites.org/common/com/ac/18/E18i-02.pdf

D’ici là….Je fais tout mon possible, croyez-le bien, comme je l’ai fait pour les dauphins d’Anvers, de Duisburg et de Bruges. Mais nous avons face à nous des holdings infiniment riches riches et très puissants, alors que les associations se battent entre elles et n’arrivent pas à s’entendre. Pourtant les faits sont là !
Courage ! On continue ! Rien ne nous fera lâcher le morceau !

Votre ami
Yvon

 

 

Juste capturés, alors que la CITES protège désormais les dauphins de la Mer noire.

 

 A « mcgrillo – accobams » <mcgrillo@accobams.net

Madame, avez vous des nouvelles? chaque jour chaque instant la situation s’aggrave pour les dauphins à St Pétersbourg, on peut les vendre alors dans une autre prison plus grande avec les conditions de détention un peu mieux pour qu’ils passent encore un peu en tant qu’artistes et portent le profit, on peut les vendre à un autre pays, Turquie par exemple avec laquelle on a des relations d’affaires bien arrangées de l’industrie de captivité de cétacés, on le fait comme d’habitude sans que personne le sache, ni la destination de la nouvelle prison où on les transporte, ni leur état physique – on vous informe jamais si un dauphin est mort, on donne le même nom pour le juste capturé ou transporté d’un autre delphinarium.

Pour moi c’est la question de vie…. vie des mes amis, qui sont très désespérés et se trouvent au bout de leurs forces.

Madame, c’est un dernier appel de secours, d’actions urgentes, pour eux c’est la possibilité de survivre en retrouvant la liberté, pour nous – possibilité de mettre en pratique les principes de protection des cétacés.

Toujours au nom des dauphins captifs, Bayan, Mikhei, les autres, encore vivants….

Juliana Kravchenko

 

Combien de jours jusqu’à la fin ? 

Un cri. un appel.



Réponse de Mme MCGrillo le 31 juillet 2010

Chère Madame,

Suite à nos échanges et en particulier à votre information concernant votre souhait de libérer les dauphins en milieu naturel, je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint les recommandations émises par les scientifiques de l’ACCOBAMS sur la question.
Comme vous pourrez ces libérations dans le milieu naturel recommandent la plus grande prudence.

Meilleures salutations.


 

Ma réponse :

mcgrillo@accobams.net
http://www.accobams.org/

Madame,
Je me permets en toute indépendance,- et je dois vous l’avouer, avec une certaine irritation – de vous répondre que la situation des dauphins captifs recommandent également la plus grande prudence !
Comme je l’ai souvent rappelé , notamment à la Commission Parlementaire belge qui discutait en flamand du sort des dauphins de Bruges, guère plus enviable que celle de n’importe quel delphinarium au monde, la plupart des captifs souffrent d’un « syndrome d’enfermement » qui les fait mourir bien avant terme.
Lire : http://www.dauphinlibre.be/iris-et-ivo/

J’imagine aisément que les dauphins libres sont également soumis à des dangers multiples (pêche aux flets dérivants, pollution, captures, requins, etc.) mais ceux qui restent confinés en captivité ont, eux, toutes les chances de mourir avant terme, faute d’une eau de mer naturelle riche en oligoéléments, de stimulations psychiques appropriées, du manque d’exposition au soleil, d’exercices physiques (5 m de fond plutôt que 60 !), et surtout, d’une vie sociale – qui, comme vous le savez, est extrêmement riche et complexe au sein des cétacés – largement perturbées par les transferts incessants dont ils font l’objet une fois captifs à des fins de reproduction. Je vous signale également que la AZA ni aucune entreprise commerciale impliquée dans l’exhibition de dauphins captifs n’a jamais critiqué les activités scandaleuses des Japonais, Chinois et autres Caraïbes en ce domaine !

Je pense qu’il est temps que l’Accobams et d’autres organismes scientifiques telles que la CITES feraient
bien d’envisager les orques, dauphins et bélougas comme des êtres exceptionnellement intelligents qui ne méritent pas de croupir en captivité. Mieux vaut mourir jeune en liberté que pourrir de désespoir lentement dans un lavabo minuscule !

Il est temps aussi que ces mêmes organismes dépassent la vision cartésienne de la Nature (18ième siècle) où l’Homme serait maître de toutes choses selon la parole biblique et qu’ils se renseignent un peu sur les récentes publications de scientifiques de haut niveau qui reconnaissent aujourd’hui à nombre d’êtres vivants le privilège de la conscience de soi, des émotions complexes et même du langage, toutes vertus qui semblent singulièrement à manquer cruellement à l’Homo sapiens sapiens ces dernières décennies. Je vous invite aussi à lire à qui servent réellement les dauphins captifs. La pseudo-pédagogie, la protection de la nature et autres fariboles n’ont plus de raison d’être, s’ils en eurent jamais, depuis les premiers dauphins militaires de San Diego dans les années 50. 
Aujourd’hui, seul compte le bénéfice gagné sur des esclaves à nageoires.

Je vous remercie de prendre mes remarques très au sérieux, car à ce niveau, je peux vous l’assurer, le combat risque de prendre une vaste ampleur entre ceux qui préfèrent se cacher derrière des textes de loi obsolètes en dépit de nos connaissances étho-cognitives nouvelles et ceux qui ont vécu dans leur chair la souffrance atroce des cétacés captifs et assistés à leur mort…


Quelques références scientifiques :

Latest scientific research shows captive belugas live shortened lives

The Case Against Marine Mammals in Captivity: The Fourth Revised Edition 2009

http://www.thenewstribune.com/opinion/viewpoint/story/705811.html
http://www.caribbeancompass.com/dolphtwo.htm
http://www.thenewstribune.com/opinion/viewpoint/story/705811.html
http://www.wdcs.org/submissions_bin/capmayerscijustifications.pdf


Bien cordialement et en espérant de tout coeur que vous pourrez sauver les dauphins de St Pétersbourg, qui se
meurent comme sont morts ou sont en train de mourir des centaines de cétacés captifs…

Un grand merci d’avance !
Y
G

 

La Russie n’a jamais été tendre avec ses dauphins… essentiellement utilisés à des fins militaires.

 

Mais pouvons-nous lui donner des leçons ?
Regardez ce qu’un certain Busnel s’amusait à faire dans les laboratoires de l’INRA

source : http://www.iridescent-publishing.com/rtm/ch5p10.htm

Conclusion:

Le drame de St Pétersbourg nous rappelle un fait trop connu : les cétacés captifs ne sont pas mieux traités dans les Pays de l’Est qu’ils ne le sont en Europe ou aux États-unis.

La différence, c’est qu’aucune loi, si dérisoire soit-elle, n’interdit les captures en Russie, comme c’est le cas aujourd’hui en Union Européenne et aux USA.

Aucune loi non plus ne réglemente leurs conditions de captivité, lesquelles, dans tous les cas de figure, restent de toutes façons indéfendables.

Les dauphins, bélougas et autres grands mammifères marins se sont adaptés depuis trente millions d’années à voyager sur de longues distances et à mener une vie sociale complexe et intense dans un milieu riche en stimulations naturelles. A ce titre, toute forme de captivité en bassin constituent pour eux une torture permanente.

Ce n’est certes pas à nous, Belges, de donner des leçons en cette matière, puisqu’un un delphinarium subsiste encore en Flandres pour la grande honte de notre pays et que nos pseudo lois à demi votées destinées à assurer leur bien-être ne constituent qu’une farce politicienne. Ce n’est pas non plus ni à la France, ni à l’Espagne, ni aux États-unis de montrer l’exemple, eux qui n’ont de cesse que de faire mourir à petit feu des générations de cétacés dans leurs prisons aquatiques ou de s’en servir comme chiens de guerre !  Et moins encore aux pays d’Asie qu
importe des dauphins japonais par centaines chaque année pour des shows de plus en plus grotesques et criminels.

Néanmoins, si la chose est possible, trouvons au moins le moyen d’aider ces dauphins et bélougas de Saint Pétersbourg qui se meurent à petit feu sous les rires de la foule et qui constitue un exemple particulièrement frappant de la cruauté dont les Hommes sont capables quand il s’agit de faire du profit sur le dos d’autres créatures pensantes et sensibles. Et remercions Réseau Cétacés pour le rôle actif et déterminant qu’il prend à ce combat !
Merci, Sandra, Chloé et tous les autres : ensemble, on les aura !

Et pour moi, fils et petit fils de résidents belges nés en Russie , lorsque mon père, encore enfant,  contemplait la multitude de dauphins libres en Mer d’Azov, cette lutte porte en elle une puissance émotionnelle qui me rend prêt à casser la baraque !

L’état de ce dauphin se dégrade : est-ce Bayan ou alors, qui ? photo prise fin juillet 2009 par Juliana

 

L’état de Mikie ne vaut guère mieux….

Et puis surprise; on nous apprend que Bayan tient une forme du tonnerre !  Mais est-ce bien là le même dauphin ? Personne ne le saura, l’!industrie de l’esclavagisme cétacéen se refusant systématiquement à fournir publiquement les cartes d’identité de détenus de leurs cirques aquatiques, à savoir la photo de leur aileron dorsal, l’équivalent de nos empreintes digitales.

Qui est ce dauphin tout neuf et tout frais ? D’où vient-il ? Bayan, vraiment . On peut en douter…

 

 

Commentaire de Juliana :

« Comment on marque les dauphins……et si un dauphin est mort et qn s’intéresse trop de son destin , alors la solution: un frais, un peu de travaille de marquage maquillage et ça y est! elle est folle, cette fille….et Voila! Bayan,voici Dasha!et Mikhei heureux! applaudissements! applaudissements!

http://tvdata.ru/video.php?id=199&sfpath=1&iframe=21&list=0&param=0
http://tvdata.ru/catalog.php?dir=4&did=199&lang=eng

Sur la première photo jointe (utiliser l’option grandir pour voir bien ce corps et esprit sains du dauphin): un dauphin et une amie (elle doit sourire…. parce qu’on comprend bien que je demande mes amis à faire maximum de photos et vidéos pour identifier sur les petits traits un dauphin de l’autre et veiller son état).
et on sait bien que je distingue bien Bayan. pour cette raison on m’a faire sortir de delphinarium 30 juillet, hier on m’a refusé l’entrée. On l’a dit affirmativement que c’est Bayan. Vous prenez les photos avec Bayan! Cheese! Après elle a redemandé un autre esclavagiste , il a dit que c’est Muza.

Muza ? Dasha ? ???
Ce n’est pas Bayan.

Sur la deuxième photo jointe: cellule de Bayan. 30 juillet. Un dauphin qui ne participe dans les shows et fléchit (il devient alors comme un anneau) le nageoire dorsale. Pas parmi des habitudes de Muza ou Dasha ni celles de Bayan – on a ouvert le volière – et lui a nagé si rapidement si gaiement en vocalisant (à cause de drogues ou parce qu’il est frais? mars, avril, mai, je ne veillait pas les entrées de delphinariums pendant la nuit (quand on débarrasse des dauphins utilisés à la mort ou destinés à d’autre prisons) et ces esclavagistes ne savaient pas qu’on s’intéresse à leur destin. Tout était permis. ETAIT. »

Associations ruses à interpeller

Les dauphins libres sonnent-ils la cloche en mer ? Ici, un « trick » imposé de force à un très jeune dauphin du delphinarium de St Petersburg

 

Protester :
Санкт-Петербург. Каждый день – протест и борьба за свободу неповторимых созданий. Чем больше нас – тем мы сильнее.
Вместе мы сможем освободить их раз и навсегда и добъемся принятия закнона О ЗАПРЕЩЕНИИ ДЕЛЬФИНАРИУМОВ, ЭТИХ ТЮРЕМ ДЛЯ ДЕЛЬФИНОВ, ПО ВСЕЙ СТРАНЕ.

Juliana Kravchenko
I
have just known that two afalinas Luza and Flora were also in the dolphinarium of SPb about one year ago. where are they now, alive or not, it’s unknown. now shows are oganised two times for a day. i joind russian community vkontakte.ru the same facebook but only for russia and ukraine. 346 groups dedicated to dolphins and
 »protect dolphins ».hope to close ranks.

2 Dauphins, 2 bélougas, un morse et un lion de mer,entassés dans un mouchoir de poche !


Lire aussi :

Latest scientific research shows captive belugas live shortened lives

Dauphins encore vivants à St Peterburg en 2011

Voir les vidéos (plus ou moins censurées) :

http://www.youtube.com/watch?v=-yEXZ0Iima4

http://www.youtube.com/watch?v=RZ6qsHbshXU

http://www.youtube.com/watch?v=-kOfbsA0yjE

Dauphins russes : tout est permis !

http://www.russianorca.com/Doc/odu2009eng.htm
http://www.russianorca.com/Papers/capture_eng.htm
http://www.cites.org/common/com/ac/18/E18i-02.pdf

Dauphins russes (1)

Dauphins russes (2)

UTRISH DOLPHINARIUM LTD
Une usine à esclaves à l’échelle internationale !

Dauphins de Crimée

Deux dauphins nés captifs libérés en Mer Noire !

Bélougas russses

Trafic de cétacés russes

Techniques de chasse chez les Afalinas

L’iran achète des dauphins kamikaze aux russes !

Mer Noire : Une espèce de dauphins menacée suite à la pollution

Bélougas libres