Orque Morgan : la Justice se couche

Le propriétaire de Loro Parque, Wolfgang Kiessling (à droite) avec Brad Andrews, Chief Zoological Officer de SeaWorld Parks & Entertainment ( à gauche).

Lire aussi :
Morgan, 3ième procès


23 avril 2014 : le verdict

Le Conseil d’Etat a déclaré dans un communiqué publié ce mercredi que le transfert de Morgan vers Loro Parque était correct car il n’y avait pas d’alternative.
«Le retour de cette orque dans l’océan, tel que proposé par les groupes de protection des animaux dans un plan de libération, n’a pas été considéré comme une « solution alternative satisfaisante », car la tribu d’origne de Morgan n’a pas été trouvée (faux) et qu’elle appartient à une population dont la structure sociale est très complexe », a estimé le tribunal néerlandais.


 

morgan-machant-le-bord-de-son-bassin.jpg

Morgan à Loro Parque, le désespoir absolu.

12 décembre 2013.

Le verdict du tribunal est tombé : Morgan restera prisonnière des geôles de Ténériffe.

« La Free Morgan Foundation est désolée d’apprendre le verdict des juges de la Cour d’’Amsterdam ce12 décembre 2013.
«La licence d’exportation de l’orque Morgan a été accordée à raison, afin de contribuer à l’’éducation du public » a osé déclarer le juge d’Amsterdam.
Ajoutant qu’il n’’y avait aucune raison de penser que la santé de la jeune orque soit en danger dans ce parc d’attractions.

Malgré le fait que le retour de la petite orque au sein de son clan ait été clairement recommandé par des scientifiques internationaux spécialistes des orques, les manœoeuvres malsaines de l’’Industrie de la Captivité ont abouti à un recul de l’Ethique et du Droit.

Morgan et son bien-être, Monsieur le juge ? Voici les innombrables plaies de Morgan, régulièrement rossée et harcelée par des compagnons de cellule à demi-fous de désespoir. Le caïd du bassin, Keto, bien que né en captivité, a tué son dresseur en 2009.

Notre Conseil d’’experts commente d’ores et déjà sur ce site la décision judiciaire, tandis que les prochaines étapes du combat pour libérer Morgan se poursuivent et s’’engagent sur une nouvelle voie. Morgan a déjà beaucoup souffert à Loro Parque et nous n’allons pas laisser sans écho une telle situation ». Free Morgan Foundation


« C’est une parodie.
Une injustice criante qui vient d’être imposée à Morgan.
Mais cette décision renforcera plus encore la volonté de ceux qui entendent mettre fin aux parcs marins maltraitant les animaux dans le but de gagner de l’argent. Je ne laisserai pas le sort de Morgan être scellé par cette décision.
Je vais désormais m’en prendre à la justice espagnole et dénoncer Loro Parque pour sa cruauté à l’égard de notre orque.
Son comportement prouve clairement qu’elle est malheureuse et stressée, à cause des autres prisonniers qui la harcèlent et l’’attaquent.
Morgan ne deviendra certainement pas invisible à cause de cette décision judiciaire, bien au contraire ! Cette dernière devient aujourd’’hui le symbole même du caractère odieux de l’Industrie de la captivité « 

Dr. Ingrid Visser, Orca Researcher and Co-founder, Free Morgan Foundation.
Lire son rapport complet et récemment mis à jour sur la situation désastreuse de Morgan.


 

«Morgan est devenu un pion dans un jeu, où les propriétaires de parcs marins arrachent des orques sauvages hors de l’océan dans le seul but de les réduire en esclavage.
Ces entreprises ne visent qu’au profit en forçant ces grands cétacés à exécuter des tours et en faisant se reproduire comme une machine cette orque sauvage qui ajoutera de la diversité génétique à leur cheptel.
Grâce à elle, les parcs marins continueront à gagner des millions sur le dos de leurs prisonniers, enfermés dans des bassins minuscules.

Morgan n’aurait jamais dû être déplacée à Loro Parque, où elle est maltraitée par les autres orques et n’a en principe plus aucune chance de jamais retrouver une vie normale dans l’’océan « 

Susan Berta, Co-Founder d’’Orca Network 

Loro Parque sait que Morgan est âgée de quatre ans à peine. Pourtant, l’entreprise la laisse avec un mâle sexuellement très actif, Keto, qui ne cesse de la harceler.

Photo prise le 9 décembre 2012 par le Dr.Ingrid Visser.

« Le plus triste, ce n’est pas seulement le fait que Morgan ne soit pas libérée. C’’est aussi de constater à quel point  les humains peuvent être égoïstes et ignorants. J’espère qu’un jour les gens se rendront compte que nous avons TOUS le droit de vivre libre en ce monde. Utiliser les orques comme des divertissements, tout en sachant à quel point la captivité les fait souffrir constitue le meilleur exemple de notre méchanceté.  J’espère seulement qu’un jour, nous n’aurons plus à parler de ce genre de drames »

 Juan Manuel Copello, Principal Researcher, Punta Norte Orca Research Project


 «Un résultat qui crève le cœoeur. Morgan est désormais condamné à mener une vie triste et au sein du groupe le plus dysfonctionnel d’orques en captivité dans le monde aujourd’hui. Tout cela pour le profit et le divertissement. Une journée bien triste! « 

Rob Lott, Policy Manager, Whale and Dolphin Conservation

Lire la suite sur :

http://www.freemorgan.org/fight-for-morgans-freedom-will-continue/

Pétition

L’éducation du public ? Vraiment ? Musique dramatique et tonitruante, spectacle de foire, cris de la foule : est-ce ainsi que vivent les orques libres ?

 

Pour sa part, Orka Coalitie continuera à se battre pour qu’une séparation claire soit faite entre les organisations qui se chargent de venir en aide aux mammifères marins en difficulté et procèdent à leur réhabilitation, et les sociétés dont l’intérêt commercial est de garder ces mêmes animaux en captivité, comme c’ »est le cas du Dofinarium de Harderwijck.
Morgan est provisoirement maintenue à Tenerife.
Heureusement, en Espagne, les défenseurs des animaux ont pris fait et cause pour le cas de Morgan et entendent bien continuer le combat dans leur pays.

Orka Coalitie continue à surveiller la situation de Morgan et viendra en aide à ceux qui la défendent. Aux Pays-Bas, elle se concentrera sur le futur, afin de s’assurer que les cétacés échoués ne tomberont plus entre les mains de l’industrie commerciale.


Retour Morgan