Ce que la mort de l’orque Kyara nous dit

Takara et son enfant Kyara

Ce que la mort de l’orque Kyara nous dit

Kyara est morte le ludi 24 juillet 2017.
Après avoir tenté de soigner Kyara, la petite orque âgée de 3 mois, pour une infection pulmonaire le week-end dernier, SeaWorld Orlando a du annoncer sa mort ce lundi 24 juillet dans un communiqué de presse dont la langue de bois, huilée depuis 50 ans, devient de plus en plus surréaliste :

« Kyara a eu un impact formidable sur l’ensemble de notre équipe zoologique, sans parler de tous nos invités qui ont eu la chance de la voir », y déclare notamment la dresseuse Julie Sigman de San Antonio. «L’enthousiasme à la prendre en charge, tout au long de la grossesse de sa mère Takara jusqu’à aujourd’hui, a été incroyable. En tant que soigneurs, nous consacrons nos vies à ces animaux, et cette perte se fera sentir dans toute la famille SeaWorld».

 

Takara  et Kyara SeaWorld San Antonio


Une équipe vétérinaire procédera à un examen post-mortem pour déterminer la cause du décès.

Cela pourrait prendre plusieurs semaines, le temps qu’une maladie crédible soit inventée par les Relations Publiques.
SeaWorld avait annoncé la fin de son programme d’élevage en mars 2016, suite à des années de pressions continues exercées par les défenseurs des droits des animaux et de l’opinion publique concernant les orques détenus en captivité.
Kyara est cependant née des oeuvres de Takara, 26 ans et du mâle Kyuquot en avril dernier. Elle avait été conçue avant que la fin du programme de reproduction des orques ne soit annoncée. Une gestation peut durer jusqu’à 18 mois chez ces grands cétacés.

Rappelons que Takara est elle-même l’enfant de Kastaka, qui est en train de mourir en Californie.
La séparation de la mère et de la fille est l’une des scènes les plus insoutenables du film « Blackfish« .
Cette fois, c’est Takara qui a vu partir son enfant vers le bassin-hôpital lorsqu’on l’a séparé d’elle. Elle l’a entendu l’appeler de loin sans qu’elle puisse rien faire, jusqu’à ce que ses pleurs se taisent : son bébé était mort.

 

Takara et Kyara en avril dernier


Dans son commentaire sur CBS Morning News, la présidente du Whale Sanctuary Project, Lori Marino, a déclaré pour sa part à propos de ce décès :
« Ce que la mort de cette jeune orque nous dit, c’est que ces animaux ne peuvent pas se développer normalement dans des bassins de béton. On les force à supporter une situation pour laquelle ils n’ont aucune adaptation possible. Et à cause de cela, vous les voyez qui meurent, ici et là, à gauche et à droite.

SeaWorld a écrit dans un communiqué que son «équipe de vétérinaires a passé les trois derniers jours à fournir des soins critiques à Kyara.  Malheureusement, même les meilleurs soins médicaux que le monde humain aurait pu lui fournir ne suffiront jamais à remplacer ce dont les bébés orques ont le plus besoin: la présence affectueuse d’une véritable famille d’orques au sein de leur véritable environnement marin.
En l’absence de cela, ces enfants sont stressés en permanence, à un degré tel que leur système immunitaire se dérègle et qu’ils n’ont plus aucune défense contre le type d’infections classiques qui frappent les orques enfermées toutes leur vie à flotter dans des piscines en béton.

Pour SeaWorld, la mort de Kyara sera certes un coup amer.
Mais si cela peut les aider à comprendre qu’il est temps de mettre fin à cette forme de «divertissement» et de placer leurs orques au plus vite dans un sanctuaire marin, alors,  le sacrifice de Kyara n’aura pas été vain »
.

Kyara et sa maman Takara

 

Toutes ces orques ont bénéficié des « meilleurs soins vétérinaires » de Sea World. Et toutes sont mortes bien avant l’âge.

 


L’orque Kasatka est en train de pourrir vivante