Nice-Matin : 4 rumeurs sur Marineland qui ont affolé les réseaux sociaux

manchot-marineland-septembre

Manchot et poissons morts au Marineland d’Antibes en avril 2015. Photo via Enzo Oceanorca

 

Le Marineland d’Antibes annonce à grand fracas sa réouverture en février 2016.
A cette fin, il dispose d’un canal privilégié : la presse qu’il arrose de ses publicités.
Le quotidien Nice-Matin est son propagandiste favori, comme il le fut toujours.

« Un mois après la vague, le parc marin antibois a pu remettre à ses assureurs le bilan détaillé et chiffré des dégâts. Une première étape pour aller vers la réouverture.

Si 80 % du site ont été ravagés, il reste les animaux. «La grande priorité».  Il reste les projets et la marche vers la réouverture. Annoncée au 6 février 2016.
« Au plus tôt », coupe immédiatement Jon Kershaw, le directeur animalier. « Nous ouvrirons quand nous serons vraiment prêts ».
Ils veulent offrir un Marineland flambant. Pas rescapé. Surtout pas rafistolé. Alors ils prendront le temps. Aujourd’hui, les bassins sont propres. Les soigneurs à leurs postes. Le moral des troupes est bon.
« Il faut relativiser », continue Jon Kershaw. Il pense aux pertes humaines. La « première destination de la Côte d’Azur » aurait pu avoir bien plus mal ».

Mais à trop vouloir convaincre, on tombe dans le ridicule.
L’article ci-dessous était pourtant bien pensé : il s’agissait de prendre comme point de départ les rumeurs les plus folles qui ont couru sur le Net, afin de prouver ensuite à quel point les opposants au Marineland étaient de grands passionnés émotifs, touchants certes, mais tellement mal informés !
Voire.

Nice-Matin ferait peut-être bien de s’informer lui-même…

 


valentin-mort

Quelques jours avant l’annonce du décès de Valentin, des témoins parlaient déjà de la présence d’une grue sur le site. Rumeurs aussi ? A quel moment et dans quelles circonstances Valentin est-il mort ? Nous ne le savons toujours pas.

De fausses informations

«Depuis les inondations qui ont ravagé le parc début octobre, des rumeurs prolifèrent sur les réseaux sociaux. Attention aux fausses informations !
Marineland, on aime ou on n’aime pas. On adhère ou pas. On tolère ou non. A chacun sa philosophie, ses règles. Son éthique. Sa vision de la vie… animale. « En tout cas, dans tout ça, il y a beaucoup de passion. De part et d’autre », constate Hervé Lux, le directeur commercial.

 


50 % de pertes animales ?

 « Les jours suivant le drame, on a pu lire des tweets affolés annonçant la mort d’ours polaires ou d’otaries. La direction du parc a communiqué maintes fois là-dessus. Elle dément ce chiffres qui se répand sur les réseaux sociaux. Une orque est bien décédée quelques jours après les inondations, à cause d’une torsion à l’estomac.
« Visiblement pas à cause de la qualité de l’eau« , indique Sophie Béranger-Chervet, directrice départementale Protection des populations, qui a mené un contôle du bon respect de la protection animale à la mi-octobre. « Mais il faut rester prudents. » Pour en être sûrs, il faudra attendre les résultats complets de l’autopsie ».

Valentin n’est pas supposé être mort d’une torsion de l’estomac mais bien d’une torsion de l’intestin. Ce n’est pas pareil. Mais comme c’est un mensonge, de toutes façons, cela n’a aucune importance. Le bon Dr Hartmann nous a sorti le premier diagnostic plus ou moins crédible qu’il avait dans sa liste,  et ceci en un temps record.
Le décès aurait eu lieu lundi et le mercredi, l’autopsie était déjà faite ! Ou plutôt non, on en referait une autre, mais à première vue, n’est-ce pas, c’était évident : rien avoir avec le pétrole, rien à voir avec le stress. Rien !
Dans la foulée, le parc nous a aussi livré l’autopsie de Freya qu’on n’attendait plus.  Etonnant ! Est-elle complète, celle de Freya ?

Quant à Sophie Béranger-Chervet, elle est brusquement revenue sur ses déclarations largement diffusées dans tous les médias, qui indiquaient la présence d’hydrocarbures dans l’eau.  Elle assurait cette fois que ses propos tenus lors de la visite au Marineland avaient été mal interprétés par la presse et qu’en outre, aucune analyse d’eau n’avait été faite dans le bassin des orques par ses services !
Aucune ?


marineland-ours-soleil

L’ours polaire et la canicule en septembre 2015. Photo via Enzo Oceanorca

Un ours en liberté ? 

« Là aussi, les internautes ont exprimé leur inquiétude sur le sort des ours polaires. Certains affirmaient que deux ours avaient disparu, d’autres que l’un d’eux était en liberté. C’est faux, bien entendu. Et heureusement ! L’ours est un animal sauvage qui peut se montrer agressif ».

Le parc d’attractions n’a clairement communiqué à propos de ses ours que le 21 octobre 2015.
On peut comprendre que des rumeurs aient circulé.


Une orque sur le parking ? 

Mis à part la mascotte en métal qui le surplombe, aucun signe d’orque sur le parking…. En revanche, des tortues et des poissons ont bien été retrouvés morts…

Le glissement d’une espèce à l’autre est amusant. Juste quelques menus poissons, des tortues, rien de grave. Les animaux de la petite ferme ne sont même plus cités.
N’empêche qu’il y a bien eu mort d’orques, à deux reprises en quelques mois. Inondation ou pas, le Marineland est un mouroir.


Ils vont racheter une orque ?

 « C’est faux, pour une raison bien simple : la capture est interdite en France depuis 1970. Il reste quatre orques dans le parc. Marineland travaille à leur reproduction par insémination ».

Si les captures avaient été interdites en 1970, le Marineland n’aurait jamais existé, car c’est en 1969 que SeaWorld a commencé à capturer des orques pour lui, aux USA et en Islande. Sharkan et Tanouk furent capturés en 1989 et arrivèrent ensemble au Marineland d’Antibes le 12 janvier 1990, à une époque où l’importation de cétacés en Europe n’était déjà plus permise. Une dérogation exceptionnelle  fut spécialement octroyée par le gouvernement français à cette occasion. Dans son enthousiasme à servir son maître, Nice-Matin fait plus fort encore que M. Bernard Giampaolo qui affirmait au même journal en juillet 2011 : «Aucune orque n’a été capturée depuis 1980 !».

Ce qui est sûr, c’est que des orques sont actuellement capturées en Russie, dont le sperme congelé sera vendu à prix d’or pour repeupler les bassins avec la seule Wikie, son frère Inouk et ses deux garçons, Moana et Keijo. La reproduction par insémination à marche forcée pratiquée sur cette jeune femelle est une pratique cruelle qui ne vise qu’à maintenir les effectifs du parc.
Pas à servir la science ni la conservation.

 

orque-russe-narnia.jpg

Narnia, capturée en Russie


Il est d’autres rumeurs auxquelles le fidèle Nice-Matin se garde de faire allusion.
– Valentin serait mort de désespoir après le décès de sa mère et le stress de la catastrophe. Valentin serait mort de l’infection de ses blessures dans l’eau chargée de bactéries. On peut s’étonner de l’empressement avec lequel tout lien entre les inondations et son décès a aussitôt été nié. Mais qu’en est-il réellement ? Que s’est-il vraiment passé ?
– Wikie serait malade et/ou aurait été mise enceinte avec le sperme de Tilikum. Vrai ? Faux ?
– Combien de dauphins répondent-ils à l’appel ? 11, 10 ? Et comment se porte le mâle Alizé, disparu puis réapparu l’été dernier ?

A ces questions, jusqu’à présent, nous n’avons pas de réponses.
Mais il en est une autre que nous nous posons depuis longtemps :
Quand donc la France va-t-elle se résoudre à interdire l’enfermement et la reproduction en batterie des cétacés hautement sociaux et intelligents, comme 12 autres pays d’Europe l’ont déjà fait ?

 

intubation-dauphin-marineland

Intubation d’un dauphin à Marineland en septembre 2015. Photo via Enzo Oceanorca