Panama s’est éteinte dans les bassins du Clearwater Marine Aquarium

L’agonie de Panama

Panama s’est éteinte dans les bassins du Clearwater Marine Aquarium

Ce 25 septembre 2013, Panama la delphine s’est éteinte dans les bassins du Clearwater Marine Aquarium en Floride, à l’âge de 40 ans.
Son histoire commence à l’aube de ce siècle.
Panama était un dauphin femelle de l’espèce Tursiops Truncatus, sans doute mère de famille et dans la force de l’âge. Elle vivait paisiblement au sein de sa petite tribu, le long des côtes immaculées du Panhandle (Floride du Nord).

Le 21 octobre 2000, elle s’échoua sur une plage de la cité balnéaire de Panama City, où des sauveteurs du Gulf World Marine Park, le delphinarium local, l’emportèrent vers un premier « bassin de réhabilitation » situé à l’arrière du bâtiment.

Selon les responsables du National Marine Fisheries Service, la delphine était anémique. Sa peau portait de graves brûlures causées par le soleil. Elle souffrait d’une infection et surtout, ses dents extrêmement usées la rendaient – paraît-il – incapable de chasser elle-même sa nourriture.O
n supposa qu’elle était devenue un «mendiante» à Panama City Beach, où le nourrissage des dauphins était encore monnaie courante en 2000 et qu’un hameçon l’aurait blessée quand elle en avait avalé l’appât.
Cette dernière explication est à prendre avec prudence : il faut savoir que dans cette région, le dolphin-watching fait une concurrence sévère aux delphinariums de bord de mer. Tout est donc bon pour discréditer cette pratique et l’accuser de tous les maux. Même si le harcèlement  perpétuel qu’ils subissent aujourd’hui est à proscrire, ce n’est pas une raison pour les envoyer tous en prison afin de les protéger !

Les dauphins ne peuvent être touchés que captifs

En outre, Panama fut déclarée sourde, bien sûr, comme des cohortes d’autres dauphins promis au monde du spectacle. Chose curieuse, cela ne l’a jamais empêché d’obéir par la suite au sifflet de son dresseur, mais ce genre de détails n’intéresse pas le public. Il fut donc prestement décidé que l’animal ne serait plus jamais remis en liberté.

Un vrai coup de chance ! Dans l’enceinte d’un delphinarium voisin, le Clearwater Marine Aquarium, Sunset Sam le dauphin solitaire également sauvé de l’échouage, s’ennuyait fort dans sa petite piscine pleine d’un million six cent mille litres d’eau de mer.
C’est donc bien opportunément que la rescapée de Panama City lui fut amenée le 23 mars 2001, riche de gènes frais sentant bon l’air marin.

Denis Kellenberger, directeur exécutif du Clearwater Marine Aquarium, expliqua que Panama serait la troisième « petite amie » de Sam le dauphin. Il y eut d’abord Halona, qui séjourna dans cette piscine pendant deux ans puis mourut en 1997. Ensuite, ce fut le tour de Sybil, 14 ans, qui rejoignit Sam en 1991 et mourut deux ans plus tard, en 1993.

« Je ne pense pas qu’ils tombent amoureux l’un de l’autre dès la première rencontre» déclarait Coni Romano, le responsable des dolphin-trainers, « mais ces deux dauphins paraissent bien s’entendre. Sam n’est âgé que de vint ans et mesure près de trois mètres. Panama, pour sa part, mesure 2,60 mètres et semble âgée d’une trentaine d’années. Aujourd’hui, ses coups de soleil cicatrisent peu à peu ».
Malgré ses mauvaises dents, la delphine mangea ses harengs morts et apprit, non sans mal, à exécuter des tours pour faire rire les enfants.

Sunset Sam

Tout semblait donc baigner dans le meilleur des mondes.
A lire l’article enthousiaste publié sur le site de Clearwater Marine Aquarium – lequel évitait tout de même de parler de Sybil et d’Halona – il ne faisait aucun doute que ces deux dauphins avaient eu beaucoup de chance ! Leur relation fut présentée de manière anthropomorphique – «une nouvelle petite amie pour Sam», claironnait alors la presse locale de St Petersburg (Floride) – alors qu’en termes éthologiques, la notion de couple ou de monogamie est inexistante chez les cétacés. Le but premier de l’opération était d’abord de faire des bébés. Car un delphineau en bassin, ça paie : les chiffres de visites explosent ! Il n’y en eut pas, cependant, ni avec Sunset Sam, ni avec ceux qui le suivirent.

Sunset Sam est mort en décembre 2001.
La cause officielle de son décès serait (une fois encore !) une infection au foie, dont il souffrait depuis un certain temps et qui le faisait dramatiquement maigrir.

Quant au sauvetage de Panama, les motivations sont encore plus claires.
Saisissant une fois de plus l’opportunité d’un échouage accidentel, les naufrageurs de Gulf World ont fait vite et bien et ont acquis à peu de frais un produit commercial de haute valeur, qu’ils ont cédé ensuite à leur concurrent de Clearwater.
Au lieu de remettre le dauphin à la mer ou de l’euthanasier, dans le cas où vraiment le dauphin ne pourrait récupérer une vie normale, ils ont choisi de le garder.

Ce genre d’opération, présentée au public comme louable et caritative, permet désormais de renouveler les stocks de captifs faiblissants. Depuis l’interdiction des captures aux USA au début des années 90 (trop de prises avaient épuisé les populations libres) , les delphinariums américains se fournissent en dauphins échoués, aimablement déposés sur la plage par les prospections pétrolières dans le Golfe du Mexique, intensives depuis des années…
L’Industrie du carburant fossile soutient donc celle du Dauphin Clown, mais ce genre de pratiques-là, le Cleawater Aquarium ne les dénoncent évidemment pas.

Le plus pénible de l’histoire, c’est que la delphine Panama a vécu l’essentiel de sa vie en liberté. A trente ans, elle occupait sans nul doute une place centrale au sein de son groupe. Adieu, dès lors, amies, parentes, sœurs, cousines, juvéniles audacieux ou joyeux delphineaux gambadant autour d’elle, adieu les champs fleuris de graminées marines, adieu les longues balades en mer.

Panama fut chargée de s’y occuper des enfants autistes ou souffrant d’autres handicaps. Un marché juteux, s’il en fut, bien que parfaitement inutile en termes thérapeutiques. Le fait qu’elle soit supposée sourde la rendait merveilleusement conforme à cette forme de dressage en termes médiatiques. On lui confia aussi la petite Winter à la prothèse caudale et puis la petite Hope, nouvelle recrue sauvée des eaux et destinée à remplacéer Winter lorsque celle-ci n’en pourra plus. Aux yeux du monde, le Clearwater n’est plus un delphinarium : c’est un hospice de bienfaisance !

Winter le dauphin

Panama eut 3 amants en captivité.
Le premier fut Sunset Sam. Né libre en 1984, rendu célèbre en peignant le premier des « tableaux » revendus fort cher, il rendit l’âme le 4 décembre 2001.

Le second fut Presley, un jeune né captif du SeaWorld de San Diego, loué ensuite au Brooklyn Aquarium avant d’aller crever misérablement dans les bassins minuscules du Gulfworld Aquarium de Panama City Beach en avril 2006. Le Clearwater ne donne aucun détail sur cette relation qui fut apparemment désastreuse.
Le rôle de Presley ne fut pourtant pas mince. Du temps qu’il vivait à New York, avec son ami Tab (mort également), il avait pourtant apporté à la science une confirmation évidente : les dauphins ont conscience d’eux même et se reconnaissent dans un miroir. Cette recherche et ce décès ont amené la neurobiologiste Lori Marino à s’opposer vigoureusement à toute forme de captivité.
Chose amusante, toute allusion à ce malheureux a été effacée du site du Clearwater Aquarium : http://www.cmaquarium.org/Presley.html

Puis ce fut le tour de Nicholas, également récupéré en mer et toujours vivant à ce jour, en 2013.
Son jeune compagnon Indy est mort en 2011.

Malgé cela, Panama n’a laissé aucune descendance. Au même âge, la libre Cathy de la Baie de Sarasota peut s’enorgueillir d’être déjà arrière grand-mère, tandis que d’autres anciennes dépassent allègrement la soixantaine.

La cause de son décès reste inconnue : Panama a cessé de s’alimenter puis elle a cessé de respirer.
Suicide ? Qui peut le dire ? Panama jouait le rôle de matriarche avec les deux autres rescapées-vedettes, Hope et Winter, et prenait grand soin d’elles. Chaque dauphin a son histoire, sa sensibilité. Au bout de 13 ans de vie en bocal, notre delphine a peut-être estimé qu’elle en avait assez subi comme ça. Son delphinarium était devenu particulièrement bruyant et la foule s’y presse en nombre depuis le succès du film Winter, a dolphin tale.

De toutes façons, pour Clearwater, «La vie moyenne d’un dauphin est de 20 ans mais ils peuvent vivre jusqu’à 40 ans en captivité”.
C’est plutôt le contraire qui s’est passé, en fait. Panama n’aura survécu en bassin que durant une seule décennie.

 


Samira perdue pour son peuple