PETA sonne l’alarme pour l’orque Morgan !

morgan-loro-parque

 29 août 2015

PETA, l’organisation de défense animale, a appelé la police espagnole à enquêter sur les conditions de vie dans lesquelles l’orque « hollandaise » Morgan était soumise au parc d’attractions Loro Parque sur l’île de Tenerife.

PETA a demandé à l’Unité Seprona, qui traite de la criminalité de l’environnement, de se pencher sur le traitement de Morgan, ainsi que celui des 4 orques appartenant à Sea World et de la seule orque née captive à Loro Parque.

PETA affirme, photos à l’appui, que les animaux sont couverts de plaies et que leurs dents sont en mauvaise état. En outre, les orques sont gardés dans des bassins beaucoup trop petits pour eux, ce qui est une forme de maltraitance.
«Le moins que nous voulons est une amélioration de leurs conditions de vie, a déclaré Tim Zijlstra, de la branche néerlandaise de Peta, «Bien que finalement, ceque nous voulons, c’est la fermeture de tous les delphinariums ».
Mais les autorités du parc ont rejeté cette demande comme étant sans fondements et ne visant qu’à porter atteinte à la réputation de Loro Parque.

Loro-Parque-ignored-morgan-2-770x411

Morgan seule et ignorée

Morgan a été trouvée très affaiblie dans la mer de Wadden en 2010.
Après avoir été remise en forme au delphinarium de Harderwijk (Pays-Bas), elle fut déportée à Loro Parque en 2011, malgré un plan de rehabilitation très concret et trois procès successifs.
Plutôt que de chasser avec sa famille, elle effectue aujourd’hui des tours pour amuser un public payant.
A l’époque, le ministre des affaires économiques Henk Bleker avait donné son feu vert à ce transfert insensé, au prétexte que le retour à la nature était trop risqué pour Morgan. Le Conseil d’Etat lui a donné raison en 2014, en déclarant que le retour à l’état sauvage n’était en effet pas une alternative crédible.

Les dispositions financières entourant le transfert de Morgan des Pays-Bas à l’Espagne n’ont cependant jamais été rendues public.

Lors du deuxième procès – auquel nous assistions – l’impression était palpable que les juges étaient manipulés. Les plaidories de Loro Parque et du delphinarium de Harderwijk furent les seules entendues, malgré des preuves accablantes de la souffrance de Morgan. Le Secrétaire d’État Henk Bleker, le juge en appel M. de Rooij et les autres membres de la Justice Néerlandaise ont estimé contre toute logique que le fait d’envoyer Morgan dans une fosse en béton remplie d’eau chlorée, au beau milieu d’un groupe déjà hautement instable et perturbé d’orques captives, constituait sans conteste  la meilleure option pour Morgan, bien plus que de lui donner une chance de retrouver la liberté et sa propre famille en milieu naturel.

A voir les images qui suivent et qui nous montrent comment le mâle Keto est traité à Ténériffe por des « soins médicaux », on peut douter de leur jugement…
 

Il faut sauver l’orque Morgan ! 

PETA sonne l’alarme pour l’orque Morgan

Le rapport d’Ingrid Visser