Pour une Europe sans delphinarium !

Photo Khadija et Adrien 2012. Marineland d'Antibes. Dauphin désespéré

Marineland d’Antibes. Dauphin désespéré. Photo Khadija et Adrien 2012

Directive EC 1999/22 relative à la détention d’’animaux sauvages dans les zoos

Tous les delphinariums d’Europe :
Dossier 2014 rédigé par Y.Godefroid sur le site de La Dolphin Connection
http://www.blog-les-dauphins.com/wp-content/uploads/2014/09/les-delphinariums-deurope.pdf

Lire aussi : Pour une Europe sans Delphinariums !


roumanie-constanta3

Delphinarium en Roumanie

 D’après un article de la WDCS, désormais nommée WDC, remis à jour en 2015
Help us make the EU a dolphinarium-free zone – WDC

­
­


2012

Le rapport “Dolphinaria – A review of the keeping of whales and dolphins in captivity in the European Union and EC Directive 1999/22, relating to the keeping of wild animals in zoos”, rédigé par la WDC en association avec la Born Free Foundation pour la coalition européenne ENDCAP, révèle que les delphinariums et les Etats Membres qui les autorisent ne respectent pas les exigences de la législation européenne visant à protéger les dauphins et autres cétacés maintenus en captivité

Le fait de détenir des dauphins en bassin viole les lois qui sont supposées les protéger.

* La captivité est sensée encourager la conservation des espèces menacées. Or, le taux de survie des cétacés est inférieur en captivité qu’en milieu naturel.

* Elle est supposée promouvoir l’’éducation à propos de ces animaux., alors qu’’une très faible quantité d’informations est fournie lors des shows concernant la vie sociale complexe des dauphins en liberté.

* Elle est supposée prévenir la cruauté envers les animaux et sensibiliser à leur bien-être, alors que le stress et les comportements anormaux sont communs chez les dauphins exposés dans l’enceinte des delphinariums de 15 états membres de l’Union européenne, qui se montrent incapables d’appliquer la législation existante en la matière.

Nous n’’avons pas le droit de garder des cétacés captifs.
Nous voulons que l’’Union Européenne devienne une zone sans delphinarium.

 


 

Nous demandons :

* au Conseil des Ministres de l’UE et à la Commission Européenne qu’’ils prennent les mesures urgentes qui s’’imposent afin de protéger les dauphins et autres cétacés maintenus captifs en Europe.

* l’’interdiction de toute importation de dauphins capturés en mer au sein de l’’Union européenne

* aux Etats Membres d’appliquer la stricte législation relative au maintien en captivité de ces mammifères marins, de mettre en place des plans concrets en vue de la fermeture des delphinariums existants et de ne plus accorder aucun permis pour la construction de nouveaux delphinariums.

Passez à l’’action MAINTENANT !
Et faites savoir à l’’Union Européenne que vous désirez voir la fin de la détention des dauphins en captivité !

Lire le Rapport

Parc Asterix. Les poissons sont dans le coffre. Photo Pamela Carzon.

Parc Asterix. Les poissons sont dans le coffre. Photo Pamela Carzon.



menu

En savoir plus  et en faire plus !

Comment les Etats Européens manquent à leur devoir

La preuve

Préservation ou cruauté, éducation ou loisir

Questions et réponses.

Passez à l’’action MAINTENANT !
(En français, avec l’adresse des ministres et députés européens)

 

Photo Pamela Carzon. Parc Astérix. Paris

Comment les Etats Européens manquent à leur devoir en matière de protection des dauphins

Il est facile de constater pourquoi les gens aiment les dauphins et à quel point ils éprouvent le fort désir de les approcher de près mais le milieu naturel est le seul endroit où les cétacés devraient être.
Il nous revient à tous de protéger ces animaux, mais il est difficile de le faire sans le soutien d’une législation gouvernementale.
Plus difficile encore si la législation existe mais qu’’elle n’est pas appliquée.

*12 Etats membres de l’UE ne maintiennent pas ces mammifères marins en captivité alors que 15 autres le font.
Ces 15 états à eux seuls accueillent 35 delphinariums où ils exhibent officiellement 289 petits cétacés, dauphins et marsouins.

L’’exhibition publique de ces animaux dans une ambiance de cirque apparaît à beaucoup comme plaisante, mais la vérité est bien plus triste en coulisse.

Bien qu’’il existe un grand nombre de différents textes légaux destinés à sauvegarder les cétacés libres en Europe, seule la Directive EC 1999/22  relative aux animaux des zoos fournit aux dauphins et autres cétacés captifs une certaine forme de protection à l’échelle européenne.

En exigeant que les Etats Membres s’assurent que les zoos situés sur leur territoire fonctionnent pour le bénéfice de la biodiversité, cette Directive impose aux zoos, en ce compris les delphinariums, le respect de certaines conditions en termes de conservation et d’éducation. Elle leur impose également de garder les animaux dans des conditions telles qu’elles rencontrent leurs besoins biologiques naturels, ce qui est tout simplement impossible dans le cas des mammifères marins.

* Les 12 pays sans delphinarium sont : l’’Autriche, Chypres, la République Tchèque, l’’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, le Luxembourg, la Pologne, la République d’Irlande, la Slovaquie et la Grande Bretagne.

(PS : A noter que la Grèce et la Suisse – non UE – viennent de décréter des lois menant à l’interdiction progressive des delphinariums )

Retour menu

Marineland d’Antibes 2012. Photo Khadija/Adrien

La preuve

Le Rapport de la WDCS démontre clairement que les delphinariums autorisés à fonctionner dans les 15 autres pays ne rencontrent pas les exigences de la Directive européenne sur les zoos.

Il s’agit au contraire d’entreprises commerciales qui ne font pas grand-chose pour la conservation ni pour la responsabilisation du public à l’ égard de cette problématique.
Le rapport de la WDCS s’appuie sur l’examen des données recueillies sur 18 delphinariums, en tant que sous-chapitre de l’enquête européenne sur les zoos intitulée «EU Zoo Enquiry 2011», ainsi que sur l’étude de la littérature et des informations trouvées sur le Web.

Lorsqu’’on les confronte aux exigences légales de la Directive européenne sur les zoos ou à d’autres textes légaux européens, les résultats sont accablants.

Retour menu

Des conditions de vie adaptées aux besoins biologiques des cétacés. Boudewijn Sea Park de Bruges. Photo HW

Préservation ou cruauté, éducation ou loisirs ?

Notre analyse a mis en lumière le fait que les delphinariums de l’Union Européenne contribuait de manière infime ou pas du tout à la préservation des espèces concernées et qu’elles pouvaient même se révéler au contraire néfaste à la protection des cétacés sauvages.

* Les études démontrent que les dauphins captifs ont un taux de survie inférieur par rapport à ceux qui vivent en liberté.

* La population captive n’est pas « durable ». Il faut la renouveler régulièrement avec des dauphins capturés en mer.

* Nos recherches ont également révélé qu’aucun delphinarium européen ne s’est jamais engagé dans un programme de remise en milieu naturel de cétacés captifs.
7 établissements seulement sur les 34 présents en UE évoquent leur participation à des programmes de protection des dauphins sauvages sur leurs sites web.

* Les delphinariums sont des entreprises commerciales qui font payer l’entrée aux visiteurs avant de le divertir avec des spectacles élaborés mettant en scène des dauphins.

La captivité n’est pas de l’éducation.

* L’analyse des vidéos de 18 shows de dauphins dans 18 delphinariums différents démontre clairement que ceux-ci n’ont pour but que de distraire le public.

* Les delphinariums ne fournissent pas à leur public même les informations les plus élémentaires à propos des espèces qui exécutent des tours et font des acrobaties pour l’amusement des visiteurs.

* Une moyenne de seulement 12.3% des commentaires prononcés lors des shows font référence à des informations relatives aux animaux exhibés que l’on peut éventuellement considérer comme éducatives (par exemple : ce que les
dauphins mangent, la description des parties de leur corps, le fait que ce sont des mammifères et non pas des poissons…)

Un show « éducatif » au Parc Astérix (Compagnie des Alpes)

* Malgré la mort et les blessures infligées par les cétacés à des dresseurs entraînés, certains établissements mettent en danger tant les animaux que les visiteurs en permettant à ces derniers de nager avec les dauphins, et en laissant croire au public que ce comportement est sain et normal.

La captivité n’a rien à voir avec la conservation des espèces.

* Nos rapports confirment qu’un dauphin captif ne dispose pas de la liberté dont il pourrait jouir en milieu naturel.

* Les bassins stériles de petite taille, où aucune plante aquatique, aucun poisson ne pourraient survivre, où aucune vie sociale normale ne peut avoir lieu, causent de graves dommages à la santé et au bien-être des dauphins captifs.

La captivité ne vise pas à assurer le bien-être des dauphins.

La WDC mène sa campagne à Bruxelles, où nous avons pressé la Commission de l’Union Européenne et les Etats Membres d’admettre que les delphinariums ne rencontraient en rien les exigences de la Directive UE sur les Zoos et qu’une action devait être menée pour protéger les cétacés maintenus en captivité.

Retour menu

Parc Astérix. Photo Pamela Carzon

Questions

Q1. Pourquoi est-ce une mauvaise idée d’enfermer les dauphins ?
Les dauphins sont des animaux d’une très haute intelligence.
En mer, ils vivent au sein de groupes sociaux complexes. En captivité, les dauphins vivent moins longtemps que leurs homologues libres.
Ce fait est interpellant, dans la mesure où ils sont pourtant maintenus dans un environnement artificiel où rien ne les menace, ni la pollution, ni les prédateurs, ni aucune autre forme de danger. Les dauphins libres peuvent nager 160
kilomètres par jour alors qu’en bassin, ils ne disposent que d’un tout petit espace pour se mouvoir et qu’ils en viennent ainsi à présenter des comportements anormaux. L’environnement que leur offre la captivité ne pourra jamais remplacer leur milieu naturel.

Q2. Est-il possible de remettre en mer de façon réussie les dauphins qui ont été gardés en captivité ou même qui y sont nés ?
La WDCS croit qu’il faudrait donner leur chance à tous les dauphins de montrer qu’ils peuvent ré-apprendre les compétences susceptibles de leur permettre de vivre en en liberté. Dans certains cas, cependant, cela ne semble plus possible. Nous n’en désirons pas moins voir ces dauphins-là tirés de leur bassins afin de faire l’objet d’un programme de retraite dans un milieu plus naturel où ils ne seront plus contraints d’exécuter des tours lors des shows.

Q3. Quelle taille devrait avoir un bassin pour convenir à des dauphins captifs ?
Aucun bassin au monde n’est assez vaste que pour permettre à un dauphin de parcourir ses 160 kilomètres par jour. Il est également totalement impossible de reproduire en bassin les conditions de vie qui règnent en mer.

Q4. Est-ce que le chlore que l’on met dans l’eau de leur bassin convient à la santé des dauphins captifs ?
Si le chlore peut aider à donner un aspect propre à l’eau du bassin, en revanche, il peut présenter un problème pour la santé des dauphins.

Q5. Les orques et les dauphins aiment-ils jouer avec des balles ou des cerceaux comme ils doivent le faire durant les shows ?
Les cétacés ont été entraînés à effectuer ce genre de tours. Même si cela leur permet d’éviter l’ennui de leur vie captive, ils préféreraient sans aucun doute se livrer à des comportements plus naturels. Pendant les shows, les dauphins sont nourris après chaque tour en guise de récompense. Ils ne les effectuent que pour mériter leur récompense : un poisson.

Q6. Les dauphins sourient durant les shows. Cela veut donc dire qu’ils s’amusent ?
Les dauphins ne peuvent modifier leur expression faciale afin de communiquer leur sensations intimes, comme le font les humains. Les dauphins sourient donc même quand ils sont blessés ou
malades.

Q7. Que se passent-ils avec les dauphins lorsqu’ils ne participent pas à un show ?
Ils sont souvent maintenus dans des bassins de contention, plus petits que le grand bassin destiné au shows. Enfermer des dauphins ensemble, dont certains ne s’entendent, dans un espace réduit peut conduire à des
attitudes agressives ou à du stress, une situation dont les dauphins ne peuvent s’échapper.

Q8. Les dauphins mangent du poisson vivant en liberté. En captivité, on leur donne du poisson surgelé. Est-ce que cela affecte leur santé ?
En liberté, les dauphins sont des prédateurs qui passent la moitié de leur temps à chasser les poissons.
En captivité, ils ne peuvent développer ce comportement naturel. Le poisson mort est par ailleurs supplémenté par des vitamines, des minéraux et même de l’eau, ce qui laisse à penser que la valeur nutritive de ce type d’alimentation est faible.

Les poissons sont bourrés de médicaments à Antibes. Photo personnelle. Source secrète.

 

Q9. Est-ce une bonne idée de rassembler dans les mêmes bassins différentes espèces de cétacés ?
Les dauphins captifs présents au delphinarium proviennent souvent de différentes régions et de différentes populations.
Ils sont souvent contraints de co-habiter avec d’autres espèces, ce qui provoque des problèmes de communication entre eux. Certaines espèces ne sont pas adaptées les unes aux autres, notamment celles qui ne se rencontrent jamais en milieu naturel.

Q10. D’où proviennent les orques et les dauphins que l’on peut voir dans les delphinariums européens ?
Ils proviennent de plusieurs sources : les uns ont été capturés en mer, les autres sont nés en captivité, et d’autres encore ont été transférés à partir d’autres établissements. Par exemple, les orques de Loro Parque à Tenerife ont été loués à Sea World aux USA. Aucun delphinarium européen ne fournit le libre accès aux documents relatifs aux transferts des dauphins d’un établissement à l’autre, de sorte que l’information est difficile à obtenir.

Q11. Selon quelle fréquence les dauphins sont-ils obligés d’exécuter leurs shows ?
Les shows ont lieu plusieurs fois par jour mais les dauphins n’ont pas souvent
l’occasion de se reposer. Ils sont également soumis à des sessions d’entraînements et à des contrôles de santé.

Q12. Pourquoi ne vaut-il mieux pas que je visite un delphinarium avec mes enfants ? J’aimerais tant leur montrer cet animal unique ! Où puis-je aller voir des dauphins, si ce n’est au delphinarium ?
Les raisons évoquées plus hauts justifient à elles seules que l’on évite les delphinariums. Mais il faut se souvenir aussi que les dauphins captifs vivent peu de temps, que leur existence est misérable à force de répéter sans cesse les mêmes tours, qu’ils sont souvent séparés de leur famille et contraints de partager l’espace étriqué du delphinarium
avec d’autres cétacés qu’ils ne connaissent pas. L’Europe fournit de magnifiques occasions de regarder les baleines et les autres cétacés en mer sous la guidance d’un opérateur respectueux de leurs besoins.

Q13. Est-il moralement justifiable d’étudier les dauphins en captivité ?
Le comportement des orques et des dauphins est gravement altéré lorsqu’ils vivent en bassin. Les cétacés sont normalement des animaux intelligents et sociaux qui vivent en groupes dans leur milieu naturel et se livrent à des myriades de tâches tout bonnement impossibles à effectuer en captivité. L’essentiel des connaissances acquises dans le contexte de la captivité sont inutiles quand ils s’agit de les utiliser pour la conservation des espèces vivant en liberté.

Q14. Existe-t-il une preuve que la delphinothérapie fonctionne ?
Il n’existe aucune preuve scientifique qui puisse suggérer que la « thérapie assistée par dauphins » fournisse le moindre bénéfice à long terme pour ceux qui s’y engagent.
(Lire davantage à propos de la delphinothérapie. En français / En anglais)

Photo Presse

Q15.Comment les delphinariums traitent-ils les dauphins libres ?
Les captures en mer constituent une expérience brutale : des pods entiers sont pris pour cible et seuls les jeunes et ceux qui conviennent pour les spectacles (les plus beaux et les mieux portants) sont mis de côté. Ces prises affectent les générations futures de populations sauvages déjà fragilisées. L’impact sur la dynamique des groupes est également extrêmement négatif.

Q16. Pourquoi vous concentrez-vous seulement sur les dauphins captifs ? Qu’en est-il des autres animaux enfermés dans les zoos ?
La WDCS se concentre en effet sur les seuls cétacés (baleines, dauphins et marsouins) bien qu’elle reconnaît l’excellent travail des nombreuses organisations attachées au bien-être et à la sauvegarde des autres animaux captifs.
Vous trouverez de plus amples informations sur la situation de ces animaux de zoo en consultant les sites : www.endcaptivity.org et www.euzooinquiry.eu

Q17. Comment puis-je aider ?
Passez à l’action ! Ecrivez aux autorités de votre pays, s’il y a un delphinarium à proximité. Rejoignez la WDCS et impliquez-vous dans la campagne « EU dolphinaria campaign ». Versez un don, pour permettre à la WDCS de poursuivre son combat. Ecrivez sans tarder une lettre de protestation aux responsables de l’Union Européenne.

Q18. Que fait la WDCS pour aider ?
La WDCS travaille à bâtir un monde où les baleines et les dauphins ne seront plus les victimes d’une captivité cruelle. La WDCS fait également campagne pour que soient établies des
règles plus sévères en matière de protection des cétacés, particulièrement en ce qui concerne les captures et le commerce international. La WDCS s’est engagée à atteindre une protection plus stricte pour ces mammifères marins, tant au niveau régional, national qu’international. Elle interpelle à ce titre les gouvernements, mène des enquêtes indépendantes, documente la situation des dauphins captifs et déploie des initiatives de sensibilisation et d’éducation.

Q19: Pourquoi la WDCS collabore-t-elle avec SEA LIFE Aquariums?
SEA LIFE est opposé à la captivité des dauphins et autres cétacés, et rejoint les arguments avancés par la WDCS, à savoir que les dauphins ne sont pas capables de supporter la captivité.
La WDCS est certaine que la position affichée par SEA LIFE et par Merlin Entertainments à l’égard des cétacés est en accord avec l’opposition de la WDCS contre toute détention de ces animaux. Voilà bien des années que la WDCS travaille aux côtés de SEA LIFE, pour le plus grand bénéfice et la meilleure protection des dauphins et autres cétacés du monde entier. Selon la WDCS, un tel partenariat est un outil essentiel pour assurer un autre et meilleur avenir aux baleines et aux dauphins.

Retour menu

Boudewijn Sea Park Bruges. Photo HW

Passez à l’action maintenant !

35 delphinariums exhibent et gardent en captivité un chiffre estimé à 289 dauphins, marsouins et autre « petits cétacés » dans 15 Etats Membres de l’Union Européenne.
Ces animaux y sont détenus à des fins principalement récréatives et y mènent une vie aussi appauvrie que confinée 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, alors qu’ils devraient être en train de nager libres en mer.
Ceci en dépit d’une loi de l’UE qui bannit tout échange commercial de dauphins sauvages capturés et de l’obligation légale de fournir à ces animaux un environnement adapté à leurs besoins biologiques, un voeœu impossible à satisfaire pour ces mammifères marins migrateurs, dotés d’une haute intelligence et d’une vie sociale élaborée.

12 Etats Membres de l’Union Européenne n’ont sur leur territoire aucun établissement qui exhibe des dauphins captifs.
Nous pensons que c’est bien, mais ce n’est pas assez !

Merci de nous aider à faire de l’Union Européenne un territoire sans delphinarium !

Interpellez les membres du Parlement Européen et de la Commission Européenne en leur demandant d’agir en conséquence et de me mettre en oeuvre la stricte application de la Directive EU sur les Zoos ainsi que la fin de l’’exhibition de dauphins captifs.

Lettre de protestation

Madame, Monsieur

Je suis très choqué d’’apprendre que plus de 300 dauphins, marsouins, orques, bélugas et autres petits cétacés sont maintenus en captivité dans l’’espace de l’’Union Européenne, et ceci essentiellement afin d’amuser les visiteurs par leurs shows.

Une telle situation est en contradiction flagrante avec la législation CITES de l’Union Européenne qui interdit le commerce de dauphins capturés en mer ainsi qu’avec la Directive UE sur les Zoos exigeant que les dauphins et autres cétacés soient détenus dans des conditions conformes à leur besoins biologiques, une chose bien évidemment impossible à réaliser pour ces mammifères marins migrateurs dotés d’une haute intelligence et d’une vie sociale élaborée.

Merci d’agir dès aujourd’hui pour protéger la santé et le bien-être de ces animaux en appliquant de manière stricte et correcte la Directive EC 1999/22 relative à la détention d’animaux sauvages dans les zoos, et en soutenant l’élimination des delphinariums sur tout le territoire européen. Merci également d’aider les dauphins sauvages en mettant fin à l’importation au sein de l’’Union Européenne de tout dauphin capture en milieu naturel.

Bien cordialement,

Votre signature ….

Liste des députés du parlement européen

Liste des membres de la Commission européenne

Conseil des Ministres Européens


Retour menu