Pourquoi les dauphins ne se défendent-ils pas ?

Aggressive selection process. Note the one dolphin with red snout. 10:17am

Procédure de sélection violente. L’un des dauphins a le rostre sanglant.

Taiji : pourquoi les dauphins ne se défendent-ils pas ?


Dans cet article, Laura Bridgeman se penche de plus près sur les éléments scientifiques qui pourraient expliquer pourquoi les dauphins sont si bienveillants quand il s’agit d’interagir avec les hommes…

Beaucoup de gens sont familiarisés aujourd’hui avec le type de scène montrée sur la photo ci-dessus.
Elle a été prise à Taiji (Japon), un endroit où la chasse et le massacre de dauphins sont monnaie courante. Cette photo nous montre cependant un moment particulier, qui demande un examen plus approfondi. Elle nous place face à une série de questions fondamentales sur l’intelligence émotionnelle des dauphins et sur leurs relations avec les hommes, et nous invite à repenser la façon dont nous traitons ces créatures marines.

Regardez de plus près. Cette photo nous montre les ultimes moments de vie de ces dauphins, que l’on voit menés à la mort par les plongeurs présents dans l’eau à côté d’eux. Ces dauphins s’apprêtent à passer – à contrecœur mais de façon relativement paisible – sous une bâche où ils seront retenus par la queue, côte à côte.
Une pointe métallique leur sera ensuite lentement enfoncée dans la tête. Attention, le contenu de la vidéo est difficile à regarder.


Leur famille et leurs amis continuent à se débattre dans l’eau autour d’eux, épuisés et très probablement terrifiés suite aux longues heures qu’ils ont passé à être pourchassés par les pêcheurs, pour finalement finir dans leurs filets.
Si vous regardez bien la photo, vous pouvez voir que certains dauphins saignent déjà, car ils se sont jetés sur les rochers pour tenter d’échapper aux pêcheurs et aux horreurs se passant sous la bâche.

Les dauphins sur cette photo ont été ramenés dans un coin, avec d’un côté les pêcheurs et une mort certaine, et de l’autre un « simple » filet les séparant de la liberté. Quelle autre espèce d’animaux – en incluant même l’espèce humaine – connaissons-nous qui ne se serait pas totalement déchaînée si elle avait été retenue de la sorte ?

dolphin_in_net

Pourtant, comme les milliers d’autres dauphins avant eux, ces dauphins n’attaqueront pas.
Et ce n’est pas parce qu’ils n’en ont pas la capacité – avec un poids d’environ 350 kilos, des dents pointues et une queue puissante, ces grands prédateurs pourraient blesser sérieusement ces hommes dans l’eau. Mais ils s’abstiennent, encore et encore. Cette bienveillance non méritée envers les humains est déconcertante. Mais les études scientifiques relatives au cerveau du dauphin offrent un début d’explication à ce comportement apparemment passif.

Notre cerveau partage de nombreuses similitudes avec celui des dauphins. Par exemple, tous deux comportent un système limbique (plancher thalamique), responsable du traitement des informations d’ordre émotionnel. Une différence existe néanmoins : le système limbique des dauphins est beaucoup plus important que le nôtre. En outre, d’après la scientifique Denise Herzig, il pourrait s’étendre sur une plus grande partie du cerveau, ce qui impliquerait pour les dauphins une sorte de « connexion globale » du cerveau pour tout ce qui concerne les émotions. Cela pourrait signifier en fait que les dauphins sont plus émotifs que les humains, et que leurs émotions prennent une place plus importante dans leurs processus de pensée.

brain1

Le cerveau du dauphin


Bien qu’il soit tentant de penser qu’un surplus d’émotions pourrait entraîner davantage d’agressivité lorsque le dauphin est poussé dans ses derniers retranchements, une autre caractéristique de son cerveau semble plaider en défaveur de cette explication.

Sterling Bunnell, dans son article «The evolution of cetacean intelligence», (Minds in the Water)   souligne que le cortex cérébral, responsable de la pensée logique et du raisonnement chez les humains comme chez les dauphins, est contrôlé par l’activité émotionnelle du système limbique.
Ce processus est facilité par ce que l’on appelle les« »neurones associatifs du néocortex ».
Bunnell a observé que, dans les études relatives aux humains, la proportion de ces neurones par rapport aux neurones «souches» du système limbique était nécessaire pour des qualités telles que, par exemple, le contrôle de ses propres émotions. Une proportion moindre, en revanche, pouvait être associée à l’impulsivité, l’instabilité émotionnelle, l’irritabilité, la perte du sens de l’humour, etc. Sterling Bunnell souligne que les dauphins possèdent une proportion de ces neurones supérieure à l’homme moyen, ce qui suggère que le contrôle qu’ils peuvent exercer sur leurs propres émotions est supérieur à ce que nous pouvons expérimenter.

Il se pourrait donc que les dauphins, tout en étant plus émotifs que nous, soient aussi beaucoup plus stables, et donc plus à même de se maîtriser dans des situations stressantes.
Cela expliquerait leur contrôle apparent sur cette impulsion qui les mènerait autrement  à s’en prendre à ces humains qui sont en train de mettre si cruellement fin à leur vie.

Taiji-2015-19-septembre-8


Cela pourrait aussi expliquer pourquoi ils sont si dociles en captivité.

Des dauphins vivants sont capturés à Taiji et vendus à des aquariums dans le monde entier.
Bunnel souligne que, malgré le fait qu’ils soient gravement traumatisés, « les dauphins captifs peuvent faire preuve d’humour, d’empathie et d’un self-control que peu d’entre nous pourraient avoir dans de pareilles circonstances ».

En effet. Ces êtres sont séparés de leur famille, placés dans des aquariums stériles ressemblant à tout sauf à l’environnement qu’ils connaissent à l’état sauvage, et ils sont forcés – par le biais de la privation de nourriture – d’effectuer des tours. S’ils ne le font pas, ils ne mangent pas. Et pourtant, malgré cela, ils traitent chacun de leurs «clients» avec ce qui semble être de la gentillesse et de la compréhension. Une chose dont il faudra se rappeler la prochaine fois que vous accepterez un «baiser» de la part d’un dauphin captif.

pourquoi-dolphin-kiss


Nous n’avons pour l’instant aucun moyen de savoir avec certitude qu’il s’agit bien là des raisons qui justifieraient l’apparente bienveillance des dauphins.

Certaines études  suggèrent aussi que ces comportements passifs pourraient être le résultat du stress extrême engendré par les captures et les massacres, qui mettent en effet les dauphins dans un état quasiment comateux. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que le comportement des dauphins est différent de celui des autres espèces lorsqu’elles sont soumises à de telles contraintes.

Bien que nous en sachions finalement très peu sur l’expérience du monde propre aux  dauphins, il est difficile de nier qu’ils sont très intelligents et qu’ils peuvent probablement connaître une grande souffrance émotionnelle. Nous sommes confrontés dès lors à une question dérangeante mais néanmoins essentielle : est-il justifiable, sur le plan moral, de continuer à utiliser et à abuser des dauphins de la façon dont nous le faisons, que ce soit en les tuant pour en faire de la nourriture ou en les capturant pour nous amuser ?

Regardez à nouveau la photo, et tentez de traiter le contenu de cet article avec votre cortex cérébral.
Permettez ensuite à ces informations d’arriver jusqu’à votre système limbique. La réponse devrait venir à vous…

Aggressive selection process. Note the one dolphin with red snout. 10:17am

Aggressive selection process. Note the one dolphin with red snout. 10:17am

 


Note : A ces réflexions pointues de Laura Bridgeman, ajoutons deux remarques.
La première est que les liens sociaux extraordinairement intenses des dauphins les empêchent de se séparer.
On le constate aussi lors des échouages. Même relâchés des filets de Taiji, les dauphins resteront aux environs pour ne pas perdre de vue leur famille et leurs amis. Ils sont donc à ce point concentrés sur ce qui se passe autour d’eux, sur la souffrance de leurs semblables qu’ils n’ont même plus l’idée de se défendre. Une sorte d’état de choc, mêlé de terreur,  d’épuisement et d’acceptation passive de leur destin, qui n’est pas sans rappeler – les plus anthropocentristes d’entre nous s’indigneront d’une telle comparaison mais elle est pertinente – les files d’hommes, de femmes et d’enfants amenés devant les fosses par les Einsatzgruppen.
On peut voir sur cette page les futures victimes assistant à l’exécution de leurs familles en attendant leur tour.
Pourquoi se battre encore quand il n’y a plus d’espoir et que l’on ne veut pas laisser derrière soi son épouse ou son enfant ?

einsatzgruppen_Kraigonev

Einsatzgruppen

La seconde est que le comportement du dauphin peut être bien différent.
Face à une attaque de requins, ils ne réagissent pas du tout de la même manière et ripostent avec acharnement. Par ailleurs, nous avons vu que la delphine « ambassadrice » Dusty pouvait attaquer les nageurs avec violence, au point de mettre leur vie en danger.
Mais Dusty est seule. Elle se défend elle-même !

De même, on s’est beaucoup interrogé sur les filets que les dauphins ne franchissent pas… en certaines circonstances !
Sampal, elle, s’est pourtant bien échappé de son enclos en Corée du Sud pour rejoindre sa famille.
Rien n’est simple chez les dauphins et la plus grosse erreur, ce serait de leur prêter à tous un comportement similaire.

captured-bottlenose-dolphins

Traduction par Christelle Bornauw de l’article
“Why don’t dolphins fight back when their survival is threatened?”
de Laura Bridgeman.


Lire aussi 

Pourquoi les dauphins ne sautent-ils pas au-dessus des filets ?

Dauphins, cerveau et intelligence

Dauphins féroces !